Vilaine Lulu !

Le
Santa Claup
"Suite à la diffusion sur France 2 du film mettant en scène la vie
d'Yves SAINT-LAURENT (YSL), le 30 juillet 2017, il était honnêtement
impossible de passer sous silence l'existence de « La vilaine Lulu »
dont la publication a été encouragé par Françoise SAGAN. Cette femme
écrivain, a l'apparence androgyne et bisexuelle, menait une vie
décadente autour de l'enfer du jeu, casinos et hippodromes, et des
nuits parisiennes agrémentés d'alcool, d'héroïne ou de cocaïne."

"Dans la courte présentation de Lulu () nous apprenons qu'elle fume,
elle aime s'exhiber, « faire de vilains gestes » comme montrer son
postérieur, elle se proclame « mutine » et son journal préféré est «
PlayGirl », une analogie explicite à PlayBoy. Lulu n'a pas de parents
pour s'occuper d'elle, il s'agit d'une gouvernante qu'elle maltraite au
demeurant, son seul ami est son gros rat blanc aussi affable qu'elle.
Ces histoires abordent des thèmes variés à caractère libidineux,
malsain voire totalement macabre comme la maltraitance infantile, la
misogynie, le sacrifice humain comme rituel satanique, la torture,
l'enlèvement d'enfants, l'assassinat, l'esclavage sexuel, le trafic
d'êtres humains, la pyromanie, la prostitution, l'alcoolisme, la
drogue, l’exhibitionnisme ou encore la pédophilie."

"[Lulu] a obtenu son diplôme de masseuse. Elle exerce auprès d'une
clientèle de petites filles mais une maman n'appréciant pas les
méthodes de Lulu la chasse puis menace de la dénoncer auprès de la
police. Lulu décide alors d'ouvrir son propre institut à domicile et
dans lequel elle pourra faire maigrir et grossir à volonté les petites
filles. Elle recrute de grands lutteurs pour piétiner les enfants et
les « rendre souples et minces ». Le ministre de l'éducation nationale
récompense Lulu en lui accordant une décoration pour son brillant
travail. Conclusion, des attouchements suivis de maltraitances sur
enfants permettent à Lulu d'être décorée par un ministre garant de
l'éducation de nos enfants. Tout un symbole."

"Du Schmuck et du Pluck, évocation de « l'amour libre », couple mixte,
lesbienne et gay. Nous apprenons que Lulu « aime beaucoup les petits
garçons et les vieux messieurs ». Lulu devient écrivain et rafle tous
les prix littéraires, entraînant le suicide de deux femmes dans son
sillage. Face aux journalistes, elle est heureuse, elle danse, elle
enlève sa culotte et exhibe son postérieur sur lequel est tatoué «
merci ».


Eh ben dis donc
Tiens, la voila :

https://i62.servimg.com/u/f62/11/58/59/21/lulu10.jpg
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Joie
Le #26447907
Après mûre réflexion, Santa Claup a écrit :
"Suite à la diffusion sur France 2 du film mettant en scène la vie d'Yves
SAINT-LAURENT (YSL), le 30 juillet 2017, il était honnêtement impossible de
passer sous silence l'existence de « La vilaine Lulu » dont la publication a
été encouragé par Françoise SAGAN. Cette femme écrivain, a l'apparence
androgyne et bisexuelle, menait une vie décadente autour de l'enfer du jeu,
casinos et hippodromes, et des nuits parisiennes agrémentés d'alcool,
d'héroïne ou de cocaïne."
"Dans la courte présentation de Lulu (...) nous apprenons qu'elle fume, elle
aime s'exhiber, « faire de vilains gestes » comme montrer son postérieur,
elle se proclame « mutine » et son journal préféré est « PlayGirl », une
analogie explicite à PlayBoy. Lulu n'a pas de parents pour s'occuper d'elle,
il s'agit d'une gouvernante qu'elle maltraite au demeurant, son seul ami est
son gros rat blanc aussi affable qu'elle. Ces histoires abordent des thèmes
variés à caractère libidineux, malsain voire totalement macabre comme la
maltraitance infantile, la misogynie, le sacrifice humain comme rituel
satanique, la torture, l'enlèvement d'enfants, l'assassinat, l'esclavage
sexuel, le trafic d'êtres humains, la pyromanie, la prostitution,
l'alcoolisme, la drogue, l’exhibitionnisme ou encore la pédophilie."
"[Lulu] a obtenu son diplôme de masseuse. Elle exerce auprès d'une clientèle
de petites filles mais une maman n'appréciant pas les méthodes de Lulu la
chasse puis menace de la dénoncer auprès de la police. Lulu décide alors
d'ouvrir son propre institut à domicile et dans lequel elle pourra faire
maigrir et grossir à volonté les petites filles. Elle recrute de grands
lutteurs pour piétiner les enfants et les « rendre souples et minces ». Le
ministre de l'éducation nationale récompense Lulu en lui accordant une
décoration pour son brillant travail. Conclusion, des attouchements suivis de
maltraitances sur enfants permettent à Lulu d'être décorée par un ministre
garant de l'éducation de nos enfants. Tout un symbole."
"Du Schmuck et du Pluck, évocation de « l'amour libre », couple mixte,
lesbienne et gay. Nous apprenons que Lulu « aime beaucoup les petits garçons
et les vieux messieurs ». Lulu devient écrivain et rafle tous les prix
littéraires, entraînant le suicide de deux femmes dans son sillage. Face aux
journalistes, elle est heureuse, elle danse, elle enlève sa culotte et exhibe
son postérieur sur lequel est tatoué « merci ».
Eh ben dis donc...
Tiens, la voila :
https://i62.servimg.com/u/f62/11/58/59/21/lulu10.jpg

Les lulu ont des vies tumultueuses, c'est bien connu ... poil au nez !
--
Rien ne va plus ...
Tout est à faire ...
Mais ...
http://www.joiedesmots.com/
Noski
Le #26447952
Le 15/10/2017 à 10:48, Joie a écrit :
Après mûre réflexion, Santa Claup a écrit :
"Suite à la diffusion sur France 2 du film mettant en scène la vie
d'Yves SAINT-LAURENT (YSL), le 30 juillet 2017, il était honnê tement
impossible de passer sous silence l'existence de « La vilaine Lul u »
dont la publication a été encouragé par Françoise SAGAN...


Cette BD malsaine exprime sans doute la profonde misogynie de la tafiole
YSL !
Qu'elle ait plu à la camée Sagan n'est pas surprenant dans ce m ilieu
pseudo-intellectuel des nuits parisiennes "branchées" de l'époq ue.
Joie
Le #26447951
Noski avait écrit le 15/10/2017 :
Cette BD malsaine exprime sans doute la profonde misogynie de la tafiole YSL
!
Qu'elle ait plu à la camée Sagan n'est pas surprenant dans ce milieu
pseudo-intellectuel des nuits parisiennes "branchées" de l'époque.

C'est quand même une sacrée mode de salir tout ce qu'on a encensé ...
Ce monde de ma mode pour riches est archi pourri, ne regardons que les
oeuvres d'art que sont souvent ces toilettes.
--
Rien ne va plus ...
Tout est à faire ...
Mais ...
http://www.joiedesmots.com/
nozeb
Le #26448017
Santa Claup, le dimanche 15/10/2017, sur fr.rec.loisirs-creatifs :
Face aux journalistes, elle est heureuse, elle danse, elle enlève sa
culotte et exhibe son postérieur sur lequel est tatoué « merci ».

Je... Beuhark ! :-(
--
I am Negan.
nozeb
Le #26448020
Joie, le dimanche 15/10/2017, sur fr.rec.loisirs-creatifs :
Après mûre réflexion, Santa Claup a écrit :
"Suite à la diffusion sur France 2 du film mettant en scène la vie d'Yves
SAINT-LAURENT (YSL), le 30 juillet 2017, il était honnêtement impossible de
passer sous silence l'existence de « La vilaine Lulu » dont la publication
a été encouragé par Françoise SAGAN. Cette femme écrivain, a l'apparence
androgyne et bisexuelle, menait une vie décadente autour de l'enfer du jeu,
casinos et hippodromes, et des nuits parisiennes agrémentés d'alcool,
d'héroïne ou de cocaïne."
"Dans la courte présentation de Lulu (...) nous apprenons qu'elle fume,
elle aime s'exhiber, « faire de vilains gestes » comme montrer son
postérieur, elle se proclame « mutine » et son journal préféré est «
PlayGirl », une analogie explicite à PlayBoy. Lulu n'a pas de parents pour
s'occuper d'elle, il s'agit d'une gouvernante qu'elle maltraite au
demeurant, son seul ami est son gros rat blanc aussi affable qu'elle. Ces
histoires abordent des thèmes variés à caractère libidineux, malsain voire
totalement macabre comme la maltraitance infantile, la misogynie, le
sacrifice humain comme rituel satanique, la torture, l'enlèvement
d'enfants, l'assassinat, l'esclavage sexuel, le trafic d'êtres humains, la
pyromanie, la prostitution, l'alcoolisme, la drogue, l’exhibitionnisme ou
encore la pédophilie."
"[Lulu] a obtenu son diplôme de masseuse. Elle exerce auprès d'une
clientèle de petites filles mais une maman n'appréciant pas les méthodes de
Lulu la chasse puis menace de la dénoncer auprès de la police. Lulu décide
alors d'ouvrir son propre institut à domicile et dans lequel elle pourra
faire maigrir et grossir à volonté les petites filles. Elle recrute de
grands lutteurs pour piétiner les enfants et les « rendre souples et minces
». Le ministre de l'éducation nationale récompense Lulu en lui accordant
une décoration pour son brillant travail. Conclusion, des attouchements
suivis de maltraitances sur enfants permettent à Lulu d'être décorée par un
ministre garant de l'éducation de nos enfants. Tout un symbole."
"Du Schmuck et du Pluck, évocation de « l'amour libre », couple mixte,
lesbienne et gay. Nous apprenons que Lulu « aime beaucoup les petits
garçons et les vieux messieurs ». Lulu devient écrivain et rafle tous les
prix littéraires, entraînant le suicide de deux femmes dans son sillage.
Face aux journalistes, elle est heureuse, elle danse, elle enlève sa
culotte et exhibe son postérieur sur lequel est tatoué « merci ».
Eh ben dis donc...
Tiens, la voila :
https://i62.servimg.com/u/f62/11/58/59/21/lulu10.jpg

Les lulu ont des vies tumultueuses, c'est bien connu ... poil au nez !

Cet aprème, temps superbe sur l'estuaire (Euh... je parle du nôtre à
nous qu'on a :D )
http://www.cjoint.com/doc/17_10/GJptsilYvP2_-Port-Char.JPG
--
Les chats sont des nuisibles. Il n'est pas rare qu'ils s'attaquent à
mes pies. Alors je les décapite au sabre. Tchac-tchac, le chat !
Joie
Le #26448019
nozeb a utilisé son clavier pour écrire :
Joie, le dimanche 15/10/2017, sur fr.rec.loisirs-creatifs :
Après mûre réflexion, Santa Claup a écrit :
"Suite à la diffusion sur France 2 du film mettant en scène la vie d'Yves
SAINT-LAURENT (YSL), le 30 juillet 2017, il était honnêtement impossible
de passer sous silence l'existence de « La vilaine Lulu » dont la
publication a été encouragé par Françoise SAGAN. Cette femme écrivain, a
l'apparence androgyne et bisexuelle, menait une vie décadente autour de
l'enfer du jeu, casinos et hippodromes, et des nuits parisiennes
agrémentés d'alcool, d'héroïne ou de cocaïne."
"Dans la courte présentation de Lulu (...) nous apprenons qu'elle fume,
elle aime s'exhiber, « faire de vilains gestes » comme montrer son
postérieur, elle se proclame « mutine » et son journal préféré est «
PlayGirl », une analogie explicite à PlayBoy. Lulu n'a pas de parents pour
s'occuper d'elle, il s'agit d'une gouvernante qu'elle maltraite au
demeurant, son seul ami est son gros rat blanc aussi affable qu'elle. Ces
histoires abordent des thèmes variés à caractère libidineux, malsain voire
totalement macabre comme la maltraitance infantile, la misogynie, le
sacrifice humain comme rituel satanique, la torture, l'enlèvement
d'enfants, l'assassinat, l'esclavage sexuel, le trafic d'êtres humains, la
pyromanie, la prostitution, l'alcoolisme, la drogue, l’exhibitionnisme ou
encore la pédophilie."
"[Lulu] a obtenu son diplôme de masseuse. Elle exerce auprès d'une
clientèle de petites filles mais une maman n'appréciant pas les méthodes
de Lulu la chasse puis menace de la dénoncer auprès de la police. Lulu
décide alors d'ouvrir son propre institut à domicile et dans lequel elle
pourra faire maigrir et grossir à volonté les petites filles. Elle recrute
de grands lutteurs pour piétiner les enfants et les « rendre souples et
minces ». Le ministre de l'éducation nationale récompense Lulu en lui
accordant une décoration pour son brillant travail. Conclusion, des
attouchements suivis de maltraitances sur enfants permettent à Lulu d'être
décorée par un ministre garant de l'éducation de nos enfants. Tout un
symbole."
"Du Schmuck et du Pluck, évocation de « l'amour libre », couple mixte,
lesbienne et gay. Nous apprenons que Lulu « aime beaucoup les petits
garçons et les vieux messieurs ». Lulu devient écrivain et rafle tous les
prix littéraires, entraînant le suicide de deux femmes dans son sillage.
Face aux journalistes, elle est heureuse, elle danse, elle enlève sa
culotte et exhibe son postérieur sur lequel est tatoué « merci ».
Eh ben dis donc...
Tiens, la voila :
https://i62.servimg.com/u/f62/11/58/59/21/lulu10.jpg

Les lulu ont des vies tumultueuses, c'est bien connu ... poil au nez !

Cet aprème, temps superbe sur l'estuaire (Euh... je parle du nôtre à nous
qu'on a :D )
http://www.cjoint.com/doc/17_10/GJptsilYvP2_-Port-Char.JPG

nous c'était hier !
--
Rien ne va plus ...
Tout est à faire ...
Mais ...
http://www.joiedesmots.com/
Santa Claup
Le #26448031
nozeb a écrit :
Santa Claup, le dimanche 15/10/2017, sur fr.rec.loisirs-creatifs :
Face aux journalistes, elle est heureuse, elle danse, elle enlève sa
culotte et exhibe son postérieur sur lequel est tatoué « merci ».

Je... Beuhark ! :-(

Bouche ton nez !
Publicité
Poster une réponse
Anonyme