Yahoo et le gouvernement chinois

Le
michele
A chacun de se faire son idée.

Pour les adslisés :
www.courrierinternational.com/article.asp?obj_idT946&provenance=zop.ar
chives

Pour les rtcisés :
Yahoo !, informateur de la police chinoise

"Le rôle de la firme américaine Yahoo !, qui a fourni aux autorités
chinoises des informations conduisant à l'arrestation d'un journaliste
chinois et à sa condamnation à dix ans de prison pour avoir divulgué
'des secrets d'Etat', commence à faire des vagues en Chine", relate The
Christian Science Monitor. Il s'agit du journaliste Shi Tao, qui
travaillait à la rédaction d'un journal économique, le Contemporary
Trade News, à Hunan.

Shi a été arrêté en novembre 2004 et condamné en avril dernier pour
avoir envoyé un message électronique à un groupe de défense de la
démocratie basé à New York. Dans cet e-mail il communiquait des notes
personnelles et des commentaires exprimés lors d'une réunion de la
rédaction du journal autour de la commémoration du 15e anniversaire de
la répression du mouvement démocratique sur la place Tiananmen, à Pékin,
poursuit le quotidien américain. Un sujet sensible qui avait fait
l'objet d'un décret du gouvernement chinois interdisant aux médias de
l'aborder.

Dans ce contexte, la filiale hongkongaise du géant américain de
l'Internet a livré aux services de sécurité chinois des informations
permettant d'établir un lien entre le message publié sur la Toile et
l'adresse électronique personnelle de l'utilisateur. "C'est grâce aux
documents relatifs au jugement et rendus publics par l'organisation
Reporters sans frontières (RSF), basée à Paris, que le rôle de la
filiale de Yahoo ! à Hong Kong a été révélé", précise le journal.

Les moteurs de recherche comme Google, Microsoft et Yahoo ! sont en
concurrence pour les 95 millions d'usagers de l'Internet en Chine, et
ils se sont engagés auprès des autorités chinoises à une autocensure sur
leurs portails, signale le quotidien. Ainsi, les responsables de Yahoo !
à Hong Kong affirment que la société a simplement respecté les lois du
pays dans lequel elle travaille.

Une argumentation qui ne convainc pas les groupes de défense des droits
de l'homme en Chine. Ils ont lancé un appel à l'ancien président
américain Bill Clinton afin qu'il intervienne en faveur du journaliste
emprisonné. Clinton doit se rendre en Chine pour participer, samedi 10
septembre, à un sommet de l'Internet animé par Alibaba.com, le
partenaire chinois de Yahoo !, rapporte The Christian Science Monitor.
Quant aux internautes chinois, couramment appelés dans le pays
"netizens", ils savent désormais qu'il n'y a pas d'endroit où ils sont à
l'abri des forces de sécurité.

--
Michèle RedShirt from Paris
michele@alussinan.org
  • Partager ce contenu :
Vos réponses
Trier par : date / pertinence
pas.de.spam
Le #1270616
Michèle
[Snip]


Vu que Hong-Kong est retourné depuis 1999 dans le giron de la chine
communiste, je pense qu'ils n'ont malheureusement pas eu trop le choix
...

J'imagine qu'il doit y avoir des méthodes de persuasions musclées; pour
ne pas dire dopées aux anabolisants.

Cela dit pas très fûté de la part du journaliste de n'avoir pas fait de
recherche sur la manère de masquer son I.P.

J'ignore tout de la technique, mais j'imagine que ce doit être possible

En tout cas, les autoroutes de l'information en chine doivent être bien
surveillée. Pas question d'excès de vitesse :-((
--
PO.

Pour m'écrire : po(point)taubaty(arobase)wanadoo(point)fr

michele
Le #1270589
Dans un soucis de transparence, réponse de Yahoo :
http://archquo.nouvelobs.com/cgi/articles?ad=multimedia/20050910.OBS8848
.html&host=http://permanent.nouvelobs.com/


Journaliste arrêté : Yahoo a respecté les lois

Selon Jerry Yang, cofondateur de Yahoo, la filiale hongkongaise de la
firme a agi dans le respect des lois chinoises en aidant à l'arrestation
d'un journaliste.

Le co-fondateur de Yahoo!, Jerry Yang, a affirmé samedi 10 septembre que
sa société, dont la filiale hongkongaise est accusée d'avoir livré à la
police chinoise des informations ayant conduit à l'arrestation d'un
journaliste, avait agi dans le respect des lois locales.
"Nous ne savions pas pourquoi ils voulaient des informations, ils ne
nous disent pas ce qu'ils cherchent, s'ils nous présentent les documents
adéquats dans un mandat du tribunal nous leur fournissons des choses qui
satisfont les lois locales", a expliqué Jerry Yang lors d'une conférence
internationale sur l'internet à Hangzhou (est de la Chine).
Jerry Yang a ajouté qu'il regrettait l'arrestation de Shi Tao, 37 ans,
chef de la rédaction d'un journal économique de Changsha (sud de la
Chine), condamné le 30 avril à dix ans de prison pour avoir divulgué des
"secrets d'Etat".
Le journaliste était accusé d'avoir diffusé sur internet un décret du
gouvernement chinois interdisant à tous les médias de célébrer le 15ème
anniversaire de la répression du mouvement démocratique sur la place
Tiananmen, à Pékin, le 4 juin 1989.

Autocensure
"Je n'aime pas ce qui est arrivé à la suite de cette affaire, nous
recevons de nombreux ordres semblables, mais nous devons appliquer la
loi", a expliqué Jerry Yang.
L'organisation française Reporters sans frontières (RSF), avait accusé
mercredi Yahoo! d'avoir fourni à Pékin des informations qui ont permis
l'arrestation du journaliste.
Jerry Yang a souligné que tout en respectant la législation du pays, sa
société se préoccupait aussi de la sécurité des utilisateurs de
l'internet en Chine. "Nous prenons en compte les intérêts de nos
utilisateurs, sans nos utilisateurs nous ne faisons pas d'affaires",
a-t-il dit.
Comme Google et Microsoft, Yahoo! s'est engagé à une autocensure sur son
portail auprès des autorités chinoises qui tentent de contrôler les
informations sur la Toile, utilisée notamment par certains dissidents
pour faire passer leurs idées.


--
Michèle RedShirt from Paris

Poster une réponse
Anonyme