Résultats du premier semestre 2019

Le par GlobeNewswire  |  0 commentaire(s)

Résultats du premier semestre 2019 Un premier semestre en ligne avec les objectifs annuels Infrastructure & Data Management et l’Amérique du Nord en bonne voie pour croître au second semestre L’intégration de Syntel se déroule comme ...

Résultats du premier semestre 2019

Un premier semestre en ligne avec les objectifs annuels

Infrastructure & Data Management et l’Amérique du Nord en bonne voie pour croître au second semestre

L’intégration de Syntel se déroule comme prévu

Chiffre d’affaires : 5 744 millions d’euros
+0,8% à périmètre et taux de change constants, avec un deuxième trimestre à +1,1%

Ratio prise de commandes sur chiffre d’affaires : 100% avec un deuxième trimestre à 113%

Marge opérationnelle : 529 millions d’euros, 9,2% du chiffre d’affaires

Flux de trésorerie disponible : 23 millions d’euros

Bénéfice Normalisé par Action en hausse de +12% à 3,21 euros[*]

Tous les objectifs de 2019 sont confirmés

Paris, le 25 juillet 2019 Atos, leader international de la transformation digitale, annonce aujourd’hui ses résultats financiers du premier semestre 2019.

Thierry Breton, Président-Directeur Général, a déclaré : “Au cours du deuxième trimestre, toutes les actions que nous avons engagées en Amérique du Nord se sont accélérées et ont conduit comme prévu à une amélioration de la Division Infrastructure & Data Management vers une croissance de son chiffre d’affaires au second semestre.

L’intégration de Syntel se déroule comme prévu et les synergies continuent de se concrétiser. De nouvelles prises de commandes grâce aux synergies ont été enregistrées, ainsi que la matérialisation des synergies de coûts.

Au cours du premier semestre, le Groupe a enregistré une croissance organique de +0,8% de son chiffre d’affaires (+1,1% au deuxième trimestre), avec un ratio de prise de commandes sur chiffre d’affaires de 100% (113% au deuxième trimestre). Notre dynamisme commercial confirme la pertinence de notre stratégie d’offres de bout-en-bout, s’appuyant sur nos technologies et services clés renforcés par nos partenariats stratégiques.

Nous avons recruté plus de 600 experts dans nos activités de Big Data et de Cybersécurité au cours du premier semestre 2019 et continué d’investir dans des offres innovantes pour se positionner en tant qu’acteur majeur de la consolidation à venir de ce secteur. Au premier semestre de l’année, notre Division a enregistré une solide croissance organique de +12.4%.

Nous avons significativement investi au premier semestre dans des technologies innovantes telles que l’Internet des Objets (IoT), le Machine Learning et l’Edge Computing, ainsi que dans le développement des compétences afférentes pour nos collaborateurs. Enfin, nous poursuivons sans relâche nos efforts, ce que nous considérons être également comme notre devoir, pour réduire notre empreinte carbone dans un secteur particulièrement énergivore.

A l’issue du premier semestre, nous confirmons à la fois tous nos objectifs pour 2019 et les cibles de notre plan à trois ans”.

Performance du premier semestre 2019 par Division

Le chiffre d’affaires s’est élevé à 5 744 millions d’euros, en hausse organique de +0,8% compte tenu d’une solide performance de la Division Big Data & Cybersecurity, et d’une croissance des activités Business & Platform Solutions. La baisse de la Division Infrastructure & Data Management a été réduite de -3,0% au premier trimestre à -0,6% au second trimestre grâce à l'amélioration de la situation en Amérique du Nord.
La marge opérationnelle a atteint 529 millions d’euros, soit 9,2% du chiffre d’affaires, en amélioration de +20 points de base grâce à la bonne performance de Business & Platform Solutions (+80 points de base), Infrastructure & Data Management restant stable. La profitabilité opérationnelle de Big Data & Cybersecurity reflète des investissements spécifiques en R&D et dans des offres tant pour des solutions de cybersécurité que de Big Data.

  Chiffre d'affaires Marge opérationnelle Marge opérationnelle %
En millions d'euros S1 2019 S1 2018* % organique S1 2019 S1 2018* S1 2019 S1 2018*
Infrastructure & Data Management   3 137  3 193 -1,8%   274  277 8,7% 8,7%
Business & Platform Solutions   2 135  2 087 +2,3%   247  224 11,6% 10,8%
Big Data & Cybersecurity   473  421 +12,4%    48  49 10,2% 11,7%
Coûts centraux       -40 -37 -0,7% -0,7%
Total 5 744 5 701 +0,8% 529 513 9,2% 9,0%
* A périmètre et taux de change constants        

Le chiffre d’affaires d’Infrastructure & Data Management s’est élevé à 3 137 millions d’euros au premier semestre 2019, en baisse de -1,8% à périmètre et taux de change constants. Après un premier trimestre à -3,0%, la Division a atteint -0,6% organiquement au second trimestre 2019 grâce à l’amélioration de la situation en Amérique du Nord. La Division a poursuivi la transformation de son modèle d’affaires en augmentant la part de son chiffre d’affaires issue des activités de Cloud Hybride Orchestré, des projets de Transition et Transformation, et de la Communication d’Entreprise. La Division a continué à soutenir la transformation digitale de ses principaux clients via l’automatisation et la robotisation, et a signé plusieurs nouveaux contrats dans ces segments stratégiques.

La croissance s’est matérialisée dans les Services Financiers, principalement alimentée par la montée en puissance de contrats importants aux Etats-Unis – tel que le nouveau contrat CNA Financial Corporation qui fait plus que compenser le non-renouvellement du contrat Standard & Poor’s –, et au Royaume-Uni avec Aviva ou par l'intensification des activités avec NS&I et Aegon. Le secteur Télécoms, Médias & Services aux collectivités a bénéficié de ventes additionnelles avec la BBC et de l’accélération de plusieurs contrats, notamment au Royaume-Uni et en Espagne. La situation s’est avérée plus délicate dans le secteur public et dans l’Industrie, Distribution & Transports – notamment au Royaume Uni – compte tenu des phases de Transition & Transformation achevées l’an dernier et d’une baisse des volumes, ou aux Etats-Unis, avec la fin du contrat Marriott International à la fin du premier semestre 2018.

La marge opérationnelle s’est établie à 274 millions d’euros au premier semestre 2019, représentant 8,7% du chiffre d’affaires, stable par rapport à l’an dernier. L’ensemble des zones géographiques ont poursuivi les efforts de réduction des coûts, en particulier avec le programme RACE pour ajuster la base de coûts à l'activité.

Le chiffre d’affaires de Business & Platform Solutions s’est élevé à 2 135 millions d’euros, en hausse de +2,3% à périmètre et taux de change constants. La croissance du chiffre d’affaires a atteint +1,1% organiquement au second trimestre 2019.

La croissance a été forte dans le secteur Industrie, Distribution & Transports, qui a bénéficié d’une bonne performance dans l’ensemble des géographies, et en particulier en Allemagne, grâce au nouveau contrat de gestion des applications avec Siemens, de nouveaux contrats avec SAP en Autriche, une contribution des activités de Syntel en Amérique du Nord, et les nouvelles affaires récemment gagnées au Benelux & dans les Pays Nordiques. Le secteur des Télécoms, Médias & Services aux collectivités a connu une croissance provenant largement des services aux collectivités en Europe continentale. La Division a également affiché une croissance dans les Services Financiers fortement soutenue par les activités de Syntel sur son marché en Amérique du Nord et par des synergies qui se sont concrétisées avec les clients existants au Royaume-Uni. La situation a été plus difficile dans le secteur Public & Santé, notamment liée à des réductions de volumes sur des contrats en Amérique du Nord. Enfin, la Division a réduit le nombre de contrats à faible marge au sein de ses activités historiques au cours du premier trimestre 2019, puis du deuxième trimestre.

La marge opérationnelle s’est établie à 247 millions d’euros, représentant 11,6% du chiffre d’affaires. La forte amélioration de +80 points de base, a été particulièrement portée par l’Amérique du Nord, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Cette hausse est principalement attribuable aux synergies de coûts avec Syntel ainsi qu’à la réduction de contrats à faible marge comme expliqué précédemment. L’amélioration provient également de la hausse du chiffre d’affaires sur les offres digitales, conjuguée à la poursuite des effets de réduction des coûts dans la plupart des zones géographiques, notamment à travers l’industrialisation de ces centres de production mondiaux, ainsi qu’à une meilleure gestion des effectifs.

Le chiffre d’affaires de la Division Big Data & Cybersecurity était de 473 millions d’euros, avec une croissance continue à deux chiffres portée par la France, le Benelux & les Pays Nordiques, alors que l’Amérique du Nord n’a pas reproduit son niveau élevé de ventes réalisées l’an dernier, ce qui est venu impacter sa croissance.

En Big Data, la forte croissance a été largement soutenue par de nouveaux succès commerciaux en France, combinés avec une bonne performance affichée au Benelux & Pays Nordiques avec le contrat CSC en Finlande, ainsi qu’au Brésil avec un groupe pétrolier. Les activités liées à la Cybersécurité ont aussi affiché une croissance à deux chiffres portée par de nouvelles opportunités commerciales avec CNA Financial Corporation en Amérique du Nord, en même temps qu’une bonne performance au Benelux & Pays Nordiques et en Allemagne, qui a largement compensé la baisse des ventes de licences cette année au Royaume-Uni. Le chiffre d’affaires des Systèmes Critiques (Mission Critical Systems) affiche une croissance solide provenant en particulier de l’accélération d’un contrat avec une police nationale en Europe Centrale et de l’Est.

Au second trimestre 2019, la Division Big Data & Cybersecurity a enregistré une croissance organique de +13,2%.

La marge opérationnelle s’est élevée à 48 millions d’euros, représentant 10,2% du chiffre d’affaires. La rentabilité opérationnelle au 1er semestre 2019 a reflété une accélération sur des investissements spécifiques en R&D et sur des offres innovantes, à la fois en Cybersécurité, en Intelligence Artificielle et en solutions de Big Data.

Performance du premier semestre 2019 par Entité Opérationnelle

  Chiffre d'affaires Marge opérationnelle Marge opérationnelle %
En millions d'euros S1 2019 S1 2018* % organique S1 2019 S1 2018* S1 2019 S1 2018*
Amérique du Nord   1 345  1 420 -5,3%   148  140 11,0% 9,9%
Allemagne   1 074  1 052 +2,2%   68  62 6,3% 5,9%
France   887  847 +4,6%   59  61 6,7% 7,2%
Royaume-Uni & Irlande    842  860 -2,1%   87  93 10,3% 10,8%
Benelux & Pays Nordiques   524  510 +2,6%   39  37 7,4% 7,3%
Autres Entités Opérationnelles   1 073  1 012 +6,1%   168  160 15,6% 15,8%
Coûts des structures globales**       -38 -40 -0,7% -0,7%
Total 5 744 5 701 +0,8% 529 513 9,2% 9,0%
* A périmètre et taux de change constants        
** Les coûts des stuctures globales comprennent les coûts de directions des divisions ITS et les coûts centraux ITS non alloués aux Entités Opérationnelles

Pendant la première moitié de l’année 2019, le chiffre d’affaires a augmenté dans la plupart des Entités Opérationnelles :

  • En Amérique du Nord, la Division Infrastructure & Data Management a amélioré la tendance de son chiffre d’affaires au second trimestre grâce à la montée en charge de nouveaux contrats incluant CNA Financial Corporation, tout en étant impactée pour la dernière fois par le non renouvellement de deux contrats au premier semestre l’année dernière. L’Amérique du Nord est désormais en route pour générer une croissance organique positive au second semestre ;
  • L’Allemagne a crû de +2,2% grâce à une forte activité en Business & Platform Solutions menée à la fois par des projets digitaux et par un nouveau contrat de gestion d’applications avec Siemens ;
  • La France a enregistré une croissance de +4,6% grâce en particulier à une forte performance de la Division Big Data & Cybersecurity, notamment dans le secteur Public & Santé ;
  • Au Royaume-Uni, une forte activité de la Division Business & Platform Solutions et plus particulièrement de Syntel n’a pas compensé la baisse des ventes de licences en Cybersécurité ainsi que des volumes moins élevés sur des contrats renouvelés l’année dernière en Infrastructure & Data Management ;
  • Benelux & les Pays Nordiques a enregistré une croissance de +2,6% portée par la bonne performance en Big Data & Cybersecurity, tout en stabilisant les activités d’Infrastructure & Data Management ;
  • Les “Autres Entités Opérationnelles” ont réalisé une solide croissance organique de +6,1% grâce à leur bonne performance dans chacune des 3 Divisions et dans toutes les géographies, plus particulièrement en Europe Centrale et de l’Est et en Amérique du Sud.

L’augmentation de la marge opérationnelle a principalement été générée par l’Amérique du Nord et les « Autres Entités Opérationnelles ». L’Amérique du Nord a bénéficié des premières synergies de coûts avec Syntel et à un alignement des coûts avec le niveau de l’activité. L’amélioration de la marge opérationnelle des « Autres Entités Opérationnelles » a été réalisée dans presque toutes les géographies du fait d’une croissance du chiffre d’affaires.

Activité commerciale

Pendant le premier trimestre de l’année 2019, le niveau de prise de commandes du groupe a été de 5 742 millions d’euros, représentant un ratio prise de commandes sur chiffre d’affaires de 100%, dont 113% au second trimestre.

Le ratio prise de commandes sur chiffre d’affaires a été particulièrement élevé en Big Data & Cybersecurity avec 137% et Business & Platform Solutions a enregistré un dynamique 104%. La Division Infrastructure & Data Management a affiché 91%, reflétant un haut niveau de nouvelles signatures dans une année ou moins de contrats arrivent à renouvellement.

De nouveaux contrats au second trimestre ont profité à la Division Infrastructure & Data Management grâce à un fort dynamisme commercial en particulier dans le secteur Industrie, Distribution & Transports, avec notamment un nouveau contrat en Amérique du Nord. Sur cette activité, le Benelux & les Pays Nordiques tout comme le Royaume-Uni ont signé d’importants contrats dans le secteur Public & Santé. Business & Platform Solutions a signé de nouveaux contrats sur des projets notamment au Benelux & Pays Nordiques et en Allemagne.

Des renouvellements ont été signés au second trimestre avec plusieurs contrats en Infrastructure & Data Management, au Royaume-Uni dans le secteur Public & Santé, au Benelux & Pays Nordiques avec Philips, et en Amérique du Nord et en France avec plusieurs clients. Big Data & Cybersecurity a réussi à renouveler deux importants contrats dans le secteur public en France.

En phase avec l’activité commerciale, le carnet de commandes à la fin juin 2019 est restée stable à 21,3 milliards d’euros par rapport à fin décembre 2018, et représentant 1,9 années de chiffre d’affaires. Le montant total pondéré des propositions commerciales était de 7,1 milliards d’euros, comparativement à 6,8 milliards à la fin du mois de décembre 2018 et représentant 7,4 mois de chiffres d’affaires.

Résultat d’exploitation et résultat net

Le résultat d’exploitation pour le premier semestre 2019 a atteint 288 millions d’euros, par rapport au premier semestre 2018, compte tenu des éléments suivants :

Les coûts de réorganisation des effectifs se sont élevés à -63 millions d’euros compte tenu de l’accélération des mesures d’adaptation des effectifs dans plusieurs pays, en particulier en Allemagne et dans une moindre mesure en France.

Les coûts de rationalisation ont été de -17 millions d’euros et font suite à des fermetures de sites et à la consolidation de centres de données, principalement en Amérique du Nord et en France.

Les coûts d’intégration et d’acquisition ont représenté -24 millions d’euros principalement liés aux coûts d’intégration de Syntel pour générer des synergies et à la migration et à la standardisation des plateformes informatiques internes issues des précédentes acquisitions.

-79 millions d’euros ont été comptabilisés au titre de l’amortissement de l’allocation du prix d’acquisition, par rapport à -49 millions au premier semestre 2018. La charge d’amortissement correspondant à la relation clients et aux technologies apportées par Syntel s’est élevée à -33 millions d’euros sur le semestre.

Les montants d’amortissement des plans de rémunération en actions sont restés stables et ont représenté   -34 millions d’euros sur le semestre.

Sur la première partie de l’année, les autres éléments sont également restés stables à -24 millions d’euros, ce montant comprenant le plan de cessation progressive d’activité en Allemagne.

Le résultat financier s’est élevé à -79 millions d’euros sur la période, par rapport à -23 millions d’euros au premier semestre 2018. Cette augmentation est principalement liée aux charges d’intérêts de -32 millions d’euros du financement de l’acquisition de Syntel ainsi qu’aux intérêts sur dettes de loyers qui font suite à la première année d’application de la norme IFRS 16. Enfin, les effets de change ont représenté une charge de –3 millions d’euros comparé à un gain de 7 millions d’euros l’année précédente sur la même période.

La charge d'impôts pour le premier semestre 2019 s’est élevée à -38 millions d’euros, représentant un taux effectif d’impôt annualisé de 18,3%.

La quote-part de résultat des sociétés mises en équivalence s’est élevée à 12 millions d’euros au premier semestre 2019 et provient principalement de la contribution de Worldline à compter du 1er mai 2019.

Compte tenu de la déconsolidation de Worldline, les participations ne donnant pas le contrôle ne sont plus significatives.

Le résultat net part du Groupe des activités poursuivies de la période s’est ainsi élevé à 180 millions d’euros et représente 3,1% du chiffre d’affaires.

Le résultat net part du Groupe des activités abandonnées s’est élevé à 3 055 millions d’euros constitué du résultat net de Worldline sur la période du 1er janvier 2019 au 30 avril 2019 et de la plus-value générée lors de la distribution des actions Worldline, nette des coûts de distribution après impôt. Cette plus-value s’est élevée à 2 996 millions d’euros.

Le Bénéfice par Action des activités poursuivies a atteint 1,68 euro au premier semestre 2019 tout comme le Bénéfice par Action Dilué des activités poursuivies.

Le résultat net normalisé avant éléments inhabituels, anormaux et non-récurrents, nets d’impôt, s’est élevé à 343 millions d’euros et a représenté 6,0% du chiffre d’affaires du Groupe sur la période.

Le Bénéfice Normalisé par Action des activités poursuivies a atteint 3,21 euros au premier semestre 2019 tout comme le Bénéfice Normalisé par Action Dilué des activités poursuivies, par rapport à 2,87 euros pour les deux indicateurs au premier semestre 2018.

Flux de trésorerie disponible

L’Excédent Brut Opérationnel (EBO) a atteint 835 millions d’euros représentant 14,5% du chiffre d'affaires, par rapport à 10,3% pour le premier semestre 2018. En plus de l’amortissement des droits d'usage des actifs comptabilisés selon IFRS 16, l’augmentation de 293 millions d’euros de l’EBO est liée à l’entrée de Syntel dans le périmètre de consolidation ainsi qu’à l’amélioration organique des opérations.

Les investissements se sont élevés à 173 millions d’euros, représentant 3,0% du chiffre d’affaires, en baisse de 40 points de base comparés à la même période de l’année dernière, la nouvelle structure du Groupe nécessitant moins d’investissements.

Durant la première partie de l’année, la variation du besoin en fonds de roulement a été de -269 millions d’euros (comparé à -152 millions d’euros au premier semestre 2018). L’augmentation du besoin en fonds de roulement comparé au premier semestre 2018 provient principalement de la combinaison de trois éléments :

  • une réduction des cessions de créance sans recours au premier semestre 2019, même si le niveau total restera stable sur l’ensemble de l’année. L’impact a été d’environ -40 millions d’euros ;
  • un mix géographique défavorable au deuxième trimestre sur l’évolution du chiffre d’affaires facturé. En effet, l’Amérique du Nord et le Royaume-Uni & Irlande où le délai de recouvrement est plus court ont décru, tandis que la plupart des autres géographies ont cru. L’impact est estimé à -35 millions d’euros au premier semestre ;
  • une concentration plus forte de paiements fournisseurs sur le premier semestre par rapport au deuxième semestre pour environ -35 millions d’euros.

L’ensemble des éléments ci-dessus sont par nature des effets temporaires entre le premier et le second semestre et dès lors n’impacteront pas le flux de trésorerie disponible sur la totalité de l’année.

Les décaissements relatifs aux réorganisations d’effectifs, rationalisations et intégrations ont représenté 95 millions d’euros. Une part importante des coûts de réorganisation a été avancée sur le premier semestre afin d’optimiser leur impact sur la marge opérationnelle sur une année pleine. Le Groupe confirme son objectif annuel de limiter ces décaissements à 1% du chiffre d'affaires du Groupe auxquels il convient d’ajouter les coûts d’intégration pour générer les synergies avec Syntel ainsi que le plan de transformation en Allemagne.

Les impôts versés ont représenté -48 millions d’euros, en hausse de 17 millions d’euros, compte tenu principalement de l’entrée de Syntel dans le périmètre de consolidation.

Le coût de la dette a augmenté de -8 millions d’euros au premier semestre 2018 à -36 millions d’euros au premier semestre 2019 dont -32 millions d’euros de charges d’intérêts liées au financement de l’acquisition de Syntel.
Enfin, les autres éléments ont totalisé -26 millions d’euros, stables par rapport à la même période de l’année dernière.

Ainsi, le flux de trésorerie disponible du Groupe généré au premier semestre 2019 s’est élevé à 23 millions d’euros par rapport à 78 millions d’euros au premier semestre 2018.

Evolution de la Trésorerie nette

Le montant net des acquisitions/cessions au premier semestre 2019 a représenté -11 millions d’euros, principalement constitué des coûts de distribution et des autres coûts relatifs à la distribution des actions Worldline aux actionnaires d’Atos.

Les augmentations de capital ont représenté +15 millions d’euros au premier semestre 2019 par rapport à +7 millions d’euros au premier semestre 2018, reflétant principalement le plan d’actionnariat salarié « Share 2018 » intervenu au premier semestre 2019.

Au cours du premier semestre, -76 millions d'euros ont été décaissés dans le cadre de rachats d’actions en particulier pour livrer les actions de performance sans dilution pour les actionnaires.

Les versements relatifs au paiement du dividende sur les résultats 2018 ont été de -58 millions d’euros, comparé à -70 millions d’euros sur le premier semestre 2018.

Enfin, l’effet de change sur les dettes et les actifs de trésorerie détenus en monnaies étrangères a représenté +5 millions d’euros sur le semestre.

En conséquence, la dette nette du Groupe au 30 juin 2019 s’est établie à -2 939 millions d’euros, par rapport à -2 872 millions d’euros au 31 décembre 2018.

Ressources humaines

L’effectif total du Groupe était de 108 851 salariés fin juin 2019, contre 122 110 fin décembre 2018. Cette baisse est principalement liée aux effets de périmètre pour -11 678 personnes essentiellement due à la déconsolidation de Worldline.

En excluant ces effets de périmètre, les effectifs ont diminué de -1,5% pour accompagner et anticiper l’effet résultant de l’automatisation et de la robotisation.

Au cours du premier semestre de l’année 2019, le Groupe a recruté 9 165 personnes (dont 94% d’effectif direct), comparativement aux 4 955 au 1er semestre 2018. Les recrutements ont été principalement réalisés dans les “Autres Entités Opérationnelles” (totalisant 63% de recrutements directs), notamment dans les pays offshore / nearshore comme l’Inde et la Pologne.

Le taux d’attrition s’est élevé à 15,4% au niveau du Groupe, dont 21,4% dans des pays offshore/nearshore.

Objectifs 2019

Le Groupe confirme tous ses objectifs pour 2019 :

  • Croissance organique du chiffre d’affaires : +1% à +2%
  • Marge opérationnelle : environ 10,5% du chiffre d’affaires
  • Flux de trésorerie disponible : entre 0,6 et 0,7 milliard d’euros

Annexes

Réconciliation du chiffre d’affaires et de la marge opérationnelle à taux de change et périmètre constants

En millions d'euros S1 2019 S1 2018 variation %
Chiffre d'affaires statutaire 5 744 6 005 -4,3%
Effet de change   68  
Chiffre d'affaires à taux de change constants 5 744 6 074 -5,4%
Effet des changements de périmètre   -395  
Effet de change sur les périmètres acquis ou cédés   23  
Chiffre d'affaires à périmètre et taux de change constants   5 744    5 701  +0,8%
Marge opérationnelle statutaire 529 545 -2,9%
Effet des changements de périmètre   -41  
Effet de change   9  
Marge opérationnelle à taux de change et périmètre constants 529 513 +3,1%
en % du chiffre d'affaires 9,2% 9,0%  

Les effets de périmètre s’élevaient à -395 millions d’euros sur le chiffre d’affaires, dont :

  • -797 millions d’euros liés au retraitement de la contribution de Worldline dans le chiffre d’affaires du Groupe du premier semestre 2018 ;
  • +33 millions d’euros liés au chiffre d’affaires réalisé par les entités Atos avec Worldline au cours du premier semestre 2018. En effet, celui-ci n’est plus neutralisé dans la consolidation du Groupe depuis le  1er janvier 2019, mais partie intégrante du chiffre d’affaires du Groupe ;
  • Le montant net positif résiduel de +369 millions d’euros était principalement lié à l’acquisition de Syntel (6 mois pour +410 millions), la vente de certaines activités spécifiques de Unified Communication & Collaboration, et de la vente et du décommissionnement d’activités non-stratégiques chez CVC.

Les effets de périmètre s’élevaient à -41 millions d’euros pour la marge opérationnelle. L’impact venait principalement de la contribution de Worldline dans la marge opérationnelle du Groupe au premier semestre 2018 (-129 millions d’euros) et à l’acquisition de Syntel (6 mois pour +101 millions d’euros). Dans la mesure où la marge opérationnelle réalisée par les entités Atos avec Worldline au cours du premier semestre 2018 n’était pas éliminée d’un point de vue contributif, aucun retraitement n’était nécessaire.

Les effets de change provenaient principalement du dollar américain et ont contribué positivement au chiffre d’affaires pour +91 millions d’euros et à la marge opérationnelle pour +9 millions d’euros.

Chiffre d’affaires du premier semestre 2019 par Marché

En millions d'euros S1 2019 S1 2018* % organique
Industrie, Distribution & Transports   2 063  2 058 +0,2%
Public & Santé   1 697  1 717 -1,2%
Services financiers   1 041  989 +5,2%
Télécoms, Médias & Services aux collectivités   943  937 +0,7%
Total 5 744 5 701 +0,8%
* A périmètre et taux de change constants    

Chiffre d’affaires du deuxième trimestre 2019 par Division

En millions d'euros T2 2019 T2 2018* % organique
Infrastructure & Data Management   1 599  1 608 -0,6%
Business & Platform Solutions   1 070  1 058 +1,1%
Big Data & Cybersecurity   258  228 +13,2%
Total 2 927 2 894 +1,1%
* A périmètre et taux de change constants    

Chiffre d’affaires du deuxième trimestre 2019 par Entité Opérationnelle

En millions d'euros T2 2019 T2 2018* % organique
Amérique du Nord   683  722 -5,5%
Allemagne   563  548 +2,7%
France   449  425 +5,6%
Royaume-Uni & Irlande   420  430 -2,4%
Benelux & Pays Nordiques   260  248 +4,9%
Autres Entités Opérationnelles   553  520 +6,2%
Total 2 927 2 894 +1,1%
* A périmètre et taux de change constants    

Chiffre d’affaires du deuxième trimestre 2019 par Marché

En millions d'euros T2 2019 T2 2018* % organique
Industrie, Distribution & Transports   1 071  1 058 +1,2%
Public & Santé   846  865 -2,2%
Services financiers   538  493 +9,3%
Télécoms, Médias & Services aux collectivités   472  478 -1,3%
Total 2 927 2 894 +1,1%

Conférence téléphonique

Aujourd’hui jeudi 25 juillet 2019, le Groupe organise une conférence téléphonique en anglais à 8h00 (CET, Paris) présidée par Thierry Breton, Président-Directeur Général, afin de commenter les résultats du premier semestre 2019 et répondre aux questions de la communauté financière.

La conférence téléphonique sera accessible par webcast :

  • sur atos.net, rubrique Investisseurs
  • sur mobile ou tablettes en scannant le code :
  • par téléphone en se connectant 5 à10 minutes avant le début de la conférence :
  • France             +33 1 76 70 07 94       code 2661743
  • Allemagne       +49 69 2443 7351       code 2661743
  • Royaume-Uni  +44 844 571 8892       code 2661743
  • Etats-Unis       +1 631 510 7495         code 2661743
  • Autres Pays     +44 2071 928000        code 2661743

Après la conférence, un enregistrement sera disponible sur notre site atos.net, dans la section Investisseur.

Prochains événements

24 octobre 2019          Chiffre d’affaires du troisième trimestre 2019
19 février 2020            Résultats annuels 2019
22 avril 2020               Chiffre d’affaires du premier trimestre 2020

Contacts

Médias :

Sylvie Raybaud - +33 6 95 91 96 71 – sylvie.raybaud@atos.net

Relations Investisseurs :    

Gilles Arditti - +33 1 73 26 00 66 - gilles.arditti@atos.net

A propos d’Atos

Atos est un leader international de la transformation digitale avec environ 110 000 collaborateurs dans 73 pays et un chiffre d’affaires annuel de plus de 11 milliards d’euros. Numéro un européen du Cloud, de la cybersécurité et des supercalculateurs, le groupe fournit des solutions intégrées de Cloud Hybride Orchestré, Big Data, Applications Métiers et Environnement de Travail Connecté. Partenaire informatique mondial des Jeux Olympiques et Paralympiques, le Groupe exerce ses activités sous les marques Atos, Atos Syntel, et Unify. Atos est une SE (Société Européenne) cotée sur Euronext Paris et fait partie de l’indice CAC 40.
La raison d’être d’Atos est de contribuer à façonner l’espace informationnel. Avec ses compétences et ses services, le groupe supporte le développement de la connaissance, de l’éducation et de la recherche dans une approche pluriculturelle et contribue au développement de l’excellence scientifique et technologique. Partout dans le monde, Atos permet à ses clients et à ses collaborateurs, et plus généralement au plus grand nombre, de vivre, travailler et progresser durablement et en toute confiance dans l’espace informationnel.

Avertissements

Le présent document contient des informations de nature prévisionnelle auxquelles sont associés des risques et des incertitudes, y compris les informations inclues ou incorporées par référence, concernant la croissance et la rentabilité du Groupe dans le futur qui peuvent impliquer que les résultats attendus diffèrent significativement de ceux indiqués dans les informations de nature prévisionnelle. Ces risques et incertitudes sont liés à des facteurs que les sociétés ne peuvent ni contrôler, ni estimer de façon précise, tels que les conditions de marché futures ou le comportement d’autres acteurs sur le marché. Les informations de nature prévisionnelle contenues dans ce document constituent des anticipations sur une situation future et doivent être considérés comme tels. Ces déclarations peuvent se référer aux plans, objectifs et stratégies d’Atos, de même qu’à des événements futurs, des revenus à venir ou encore des synergies ou des résultats qui ne constituent pas une information factuelle à caractère historique. La suite des évènements ou les résultats réels peuvent différer de ceux qui sont décrits dans le Document de Référence 2018 déposé auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) le 22 février 2019 sous le numéro d’enregistrement D.19-0072. Atos ne prend aucun engagement et n’assume aucune responsabilité s’agissant de la mise à jour de l’information contenue dans ce document au-delà de ce qui est prescrit par la réglementation en vigueur.

La croissance organique du chiffre d’affaires est présentée à périmètre et taux de change constants.

Les Entités Opérationnelles (Business Units) sont composées de l’Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada et Mexique), l’Allemagne, le Royaume-Uni & Irlande, la France, le Benelux & Pays Nordiques (Belgique, Danemark, Estonie, Lituanie, Finlande, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Russie et Suède, les Autres Entités Opérationnelles comprenant l’Europe Centrale & de l’Est (Autriche, Bulgarie, Croatie, Grèce, Hongrie, Italie, Israël, République Tchèque, Roumanie, Serbie, Slovaquie, et Suisse), la Zone Ibérique (Espagne et Portugal), Asie Pacifique (Australie, Chine, Hong Kong, Inde, Indonésie, Japon, Malaisie, Nouvelle-Zélande, Philippines, Singapour, Taïwan et Thaïlande), Amérique Latine (Argentine, Brésil, Colombie, et Uruguay), Moyen Orient & Afrique (Afrique du Sud, Algérie, Arabie Saoudite, Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Egypte, Emirats Arabes Unis, Gabon, Liban, Madagascar, Mali, Maroc, Ile Maurice, Qatar, Tunisie, Turquie et Sénégal), Major Events, Global Cloud Hub, et Global Delivery Centers.




[*] Bénéfice Normalisé par Action dilué des activités poursuivies


Pièce jointe

Source(s) : Atos International

Complément d'information
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme