Santé connectée : une étude en France sur l'intérêt des dispositifs connectés

Le par  |  3 commentaire(s)
Carnet santé

La médecine profite actuellement d'un large engouement pour les dispositifs connectés, sans toujours que cette technologie ne se montre essentielle ou réellement efficace. Ainsi, une étude de grande envergure est lancée en France pour déterminer l'intérêt de la santé connectée dans la prévention des maladies cardiovasculaires.

Avec le temps, le matériel médical évolue, et de plus en plus de dispositifs mis sur le marché affichent une partie "connectée". La santé connectée peut ainsi proposer de nouveaux moyens aux médecins et chercheurs en offrant davantage de suivi du côté du patient, des interactions plus rapprochées, des interventions plus rapides tout en offrant plus d'autonomie au patient.

coeur

Malgré cela, tous les dispositifs ne trouvent pas d'intérêt à disposer d'un volet connecté. C'est du moins ce que cherche à mettre en évidence une équipe de médecins spécialisés dans la santé connectée avec le lancement d'un observatoire à l'échelle nationale.

"L’objectif de cette étude est de savoir si ces dispositifs peuvent aider à la prise en charge du risque cardiovasculaire" indique le Dr Boris Hansel du service d'endocrinologie diabétologie et nutrition de l'hôpital Bichat. Il précise que cela est d'autant plus efficace chez "les personnes qui ne prennent pas le temps de voir régulièrement leur médecin ou encore chez celles qui ont un accès limité aux soins, notamment dans les déserts médicaux".

Un appel aux volontaires est actuellement lancé jusqu'au 20 janvier 2018 afin de réunir 5000 personnes qui souhaitent évaluer leur risque cardiovasculaire. Un programme leur sera ensuite proposé pour leur permettre de mieux gérer certains facteurs comme les risques d'hypertension, le diabète ou les problèmes de cholestérol.

"Notre mission est de démontrer l'utilité des services de santé connectée, et surtout de déterminer quelles sont les populations qui peuvent en tirer le plus grand bénéfice. S'agit-il d'une population plutôt jeune, de seniors, de personnes géographiquement isolées dans des déserts médicaux ? Aucune étude n'a jamais répondu à cette question en France. C'est pourtant à cette interrogation qu'il faut répondre en premier lieu si l'on souhaite développer des services ciblés et susceptibles d'améliorer notre système de santé."

L'étude sera réalisée en partenariat avec Smartsanté, une société de service et technologies de santé qui proposera un outil de prévention cardiovasculaire baptisé Cardiosens.

À la fin de l'étude, les résultats devraient permettre de donner un avis sur l'intérêt de proposer des dispositifs connectés aux patients à risques.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1990877
Ah ben, elle est pas biaisée leur étude, ça sent la pompe à subvention:

"L’objectif de cette étude est de savoir si ces dispositifs peuvent aider à la prise en charge du risque cardiovasculaire"

et puis:

"Notre mission est de démontrer l'utilité des services de santé connectée, et surtout de déterminer quelles sont les populations qui peuvent en tirer le plus grand bénéfice."

...je parie que la réponse à la première question est "oui"...
Le #1990905
Avec ou sans étude, les produits HealthCheck se vendront.

Parce que c'est consensuel et à la mode.
Le #1990919
zorglub123 a écrit :

Ah ben, elle est pas biaisée leur étude, ça sent la pompe à subvention:

"L’objectif de cette étude est de savoir si ces dispositifs peuvent aider à la prise en charge du risque cardiovasculaire"

et puis:

"Notre mission est de démontrer l'utilité des services de santé connectée, et surtout de déterminer quelles sont les populations qui peuvent en tirer le plus grand bénéfice."

...je parie que la réponse à la première question est "oui"...


C'est très fréquent en réalité.
Mais de nos jours on est obligé de déclarer les conflits d’intérêts lors des études (firme partenaire de l'étude, dédommagements des auteurs par une firme, firme qui emploie les auteurs,...).

Le vrai défaut des dispositifs connectés est principalement le surplus de données qu'ils génèrent et dont on ne sait pas toujours quoi faire. Et il faut du temps pour analyser les données, à moins de confier cette tache à un système informatisé / une intelligence artificielle.
Tenter de résoudre un désert médical (dû en bonne partie à une pénurie de médecin) en envoyant plein de données aux médecins plus distants, qui ont déjà bien assez de travail, est une aberration dans le fond...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme