Science : des chercheurs transforment le CO2 en carburant pour avion

Le par Mathieu M.  |  9 commentaire(s)
Flight Simulator 2020

Un groupe de chercheurs a peut-être trouvé une solution permettant de rendre plus écologiques les déplacements en avion en réussissant à transformer du CO2 en carburant.

Un groupe de chercheurs de l'université d'Oxford a annoncé avoir fait une percée inédite dans la transformation de dioxyde de carbone en carburant pour avion.

Alors que la majorité des pays du globe se sont engagés dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et dans le désengagement des énergies fossiles, il est une activité qui est souvent pointée du doigt : le trafic aérien.

Flight Simulator 1

Les avions consomment énormément de carburant et polluent tout autant, ce qui avait amené à un scandale lors du premier confinement en mars dernier : les compagnies aériennes maintenaient des vols à vide, quitte à polluer et à consommer du carburant afin de maintenir leurs avantages selon une logique d'occupation des couloirs et des heures de vol... Il aura fallu apporter des modifications aux réglementations mondiales pour permettre aux compagnies de laisser leurs avions au sol sans être sanctionnées, un véritable comble quand on demande aux citoyens de faire des efforts journaliers pour la planète...

En plus de chercher à réduire les émissions de CO2, divers projets tentent de mettre au point des systèmes permettant de capter le CO2 et de le stocker sous différentes formes utiles.

Des chercheurs d'Oxford ont planché sur le sujet avec pour objectif de retransformer le CO2 en carburant. Le groupe a ainsi annoncé avoir réussi à capter du CO2 dans l'air pour le transformer en carburéacteur à l'aide d'un catalyseur Fe-Mn-K (Fer, Manganèse et potassium). Le rendement annoncé est de 38,2 avec la production de 5,6 % de monoxyde de carbone et 10,4% de méthane.

Selon les chercheurs, la conversion de CO2 en carburéacteur via leur système est intéressante à double titre : l'opération est neutre en carbone, et elle est également moins couteuse que la transformation d'hydrogène des piles à combustible.

Il faudra encore quelques années et un partenariat avec des industriels pour exploiter le système qui pourrait se montrer intéressant pour les compagnies disposant d'avions jugés gourmands.

  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
rpo offline Hors ligne Héroïque icone 859 points
Le #2116965
Nous sommes le premier janvier, et pas le premier avril!
billgatesanonym offline Hors ligne VIP icone 5284 points
Le #2116966
Bravo à ces chercheurs.

J'étais sûr que c'était possible. D'ailleurs, il suffit de regarder les formules chimiques. Le carburant est principalement constitué d'hydrogène, de carbone et d'oxygène.

Les menteurs qui veulent détruire les véhicules thermiques vont devoir dire la vérité, qui est que ce qui les dérange n'est pas le CO2, qui est inodore, et sans danger dans les concentrations habituelles, mais au coeur des villes.

Ce qui les dérange (et moi aussi), ce sont les molécules qui s'accumulent dans les poumons et le reste du corps à un moindre degré. Il ne s'agit pas du CO2 que l'organisme rejette sans problème. Il s'agit des gaz contenant notamment du souffre, et des particules surtout expulsées par les camions diesel. Ca peut-être aussi le bruit, qui n'est pas négligeable en ville.
bernie973 offline Hors ligne Héroïque avatar 847 points
Le #2116975
Si cela fonctionne, les Lobbys vont la faire disparaitre
MickHammer offline Hors ligne VIP icone 9624 points
Le #2116979
billgatesanonym a écrit :

Bravo à ces chercheurs.

J'étais sûr que c'était possible. D'ailleurs, il suffit de regarder les formules chimiques. Le carburant est principalement constitué d'hydrogène, de carbone et d'oxygène.

Les menteurs qui veulent détruire les véhicules thermiques vont devoir dire la vérité, qui est que ce qui les dérange n'est pas le CO2, qui est inodore, et sans danger dans les concentrations habituelles, mais au coeur des villes.

Ce qui les dérange (et moi aussi), ce sont les molécules qui s'accumulent dans les poumons et le reste du corps à un moindre degré. Il ne s'agit pas du CO2 que l'organisme rejette sans problème. Il s'agit des gaz contenant notamment du souffre, et des particules surtout expulsées par les camions diesel. Ca peut-être aussi le bruit, qui n'est pas négligeable en ville.


si j'ai bien compris le processus produit du méthane qui est un gaz a effet de serre bien plus problématique que le CO2.
frèzetagada offline Hors ligne VIP icone 10318 points
Le #2116983
MickHammer a écrit :

billgatesanonym a écrit :

Bravo à ces chercheurs.

J'étais sûr que c'était possible. D'ailleurs, il suffit de regarder les formules chimiques. Le carburant est principalement constitué d'hydrogène, de carbone et d'oxygène.

Les menteurs qui veulent détruire les véhicules thermiques vont devoir dire la vérité, qui est que ce qui les dérange n'est pas le CO2, qui est inodore, et sans danger dans les concentrations habituelles, mais au coeur des villes.

Ce qui les dérange (et moi aussi), ce sont les molécules qui s'accumulent dans les poumons et le reste du corps à un moindre degré. Il ne s'agit pas du CO2 que l'organisme rejette sans problème. Il s'agit des gaz contenant notamment du souffre, et des particules surtout expulsées par les camions diesel. Ca peut-être aussi le bruit, qui n'est pas négligeable en ville.


si j'ai bien compris le processus produit du méthane qui est un gaz a effet de serre bien plus problématique que le CO2.


Je plussoie. 10% de méthane ce sera un problème.

... Et au fait, 5% de monoxyde carbone ... c'est pas cool non plus. Quand ta chaudière déconne, et que l'évacuation des fumées est défaillante, le monoxyde de carbone te TUE !! Si je me souviens bien de mes cours de biologie, le CO se fixe 1000 fois plus vite sur les globules rouges que l'oxygène contenu dans l'air, ce qui en fait un gaz totalement mortel dés lors qu'on est dans un espace fermé.

Donc, je ne sais pas si l'idée de le produire à grande échelle ...
landaro offline Hors ligne Héroïque avatar 898 points
Le #2116988
bon Ok, il existe des réactions chimiques pour faire du carburant à partir de CO2, rien de bien nouveau.
Mais quelle est le coût en énergie de cette transformation? car transformer du CO2 en carburant, ce n'est rien d'autre que stocker de l'énergie sous forme chimique, afin de pouvoir la réutiliser dans la chambre de combustion.
Donc qu'est ce que coûte en énergie cette transformation, et question subsidiaire, combien de CO2 a-t-il été nécessaire de produire (directement ou indirectement) afin d'obtenir cette énergie.

Je ne suis pas convaincu que le bilan soit neutre.....en tous cas, cet article est incomplet pour le dire....
Anonyme
Le #2117016
Les bateaux de peche transforment la faune marine en ressource alimentaire.

Cette fois-ci, les avions transformeront le CO2 en bois.
Faites nous des buches de 30cm
Saumon fumé in the sky
Desaunay offline Hors ligne Vétéran avatar 1264 points
Le #2117025
Explications pourquoi c'est bidon:
-Le CO2 est la "cendre" de la combustion du carburant. C'est ce qui reste quand le carburant a fourni de l'énergie (chaleur). Si on veut refaire du carburant avec du CO2, il faut réinjecter de l'énergie, et il en faut plus que celle que le carburant a fourni, car il y a toujours des pertes.
-Les catalyseurs facilitent une réaction quand il y a un potentiel de réaction alentours, c'est à dire une source d'énergie. Donc, on se ramène à : "d'où vient l'énergie." Il existe des travaux actuels depuis déjà quelques années pour transformer le CO2, et pour cela, on fournit soit de l'électricité, soit de l'hydrogène (qui a été très coûteuse en énergie à produire), ou on chauffe à 300°C et plus etc.. Dans tous les cas, on fournit de l'énergie en plus grande quantité que ce qu'on obtient. (Une voie expérimentale est avec l'énergie du soleil, mais c'est très lent, et en avion, on n'aurait littéralement pas le temps)..
-Plus simplement, pour récupérer le CO2, il faudrait le pomper à la sortie du réacteur, pour le ramener dans l'avion. Or, c'est justement la poussée des gaz, et principalement du CO2 qui fait avancer l'avion. Imaginez qu'il faudrait une sorte d'aspirateur aussi puissant que les réacteurs pour ramener les gaz dans l'avion. autant dire que ça l'empêcherait totalement d'avancer.
-...et si on pouvait faire du carburant avec du CO2, pourquoi le faire sur des avions? équipez ma cheminée tout de suite, SVP!!!!

Conseil aux personnes qui voudraient voir de nouvelles sources d'énergie et s'intéressent à la question:
-Etudiez les bases de la physique, et notamment la loi de la conservation de l'énergie, celle qui rend impossible les moteurs à eau, le mouvement perpétuel des montres mécaniques etc...
-Ne croyez pas les chercheurs qui annoncent les technologies disponibles "plus tard" comme les nouvelles technologies de batterie dont ce site se fait l'écho tous les mois depuis dix ans au moins, et qu'on ne produit finalement jamais. La seule information valable, c'est le prototype qui fonctionne, ou "preuve de concept". Quand on verra un prototype d'avion produire du carburant, on en reparlera.
lobo14 offline Hors ligne Vétéran icone 2377 points
Le #2117052
@Desaunay. Oui, c'est pas nouveau et malheureusement, le grand Carnot est toujours là pour remettre les pendules (pas les avions) à l'heure !
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire