Sélection high tech du premier trimestre 2014

Le par Rénald B.  |  0 commentaire(s)
S.lection_high_tech_T1_2014

Voici une sélection de produits high tech pour finir le premier trimestre 2014. Les produits présentés ont tous en commun de graviter autour des smartphones ou tablettes d'une manière ou d'une autre. L'audio avec connectivité Bluetooth (voire NFC pour certains produits) est à l'honneur tout comme le quantified self ou encore l'élégance avec une sacoche singulière pour PC portable et tablette... A vous de découvrir ces produits coup de coeur qui sont autant d'idées cadeaux.

Introduction

Le CES 2014 a permis de découvrir certaines des nouvelles tendances fortes du moment. Les trackers d'activité dans la mouvance du quantified self sont indéniablement l'une d'entre elles. Nous avons sélectionné un produit qui se distingue des autres avec une approche différente et assez innovante.

Il est par ailleurs désormais acquis que smartphones et tablettes sont au coeur de l'écoute musicale. Dans ce dossier, l'accent a donc été mis sur des produits qui ont en commun la connectivité sans fil Bluetooth. Le bon son est également à l'honneur puisque plusieurs d'entre eux sont compatibles avec le codec aptX qui offre un rendu sonore assez proche de la qualité CD.

Une solution pratique pour accroître la capacité de stockage de votre smartphone ou tablette Android est également présentée tout comme une sacoche pour PC et tablette au rapport qualité (de finition)/ prix très élevé. 



Shine de Misfit Wearables [Test]

Depuis les Jawbone Up (lire notre test) et Nike Fuelband, de nombreux bracelets connectés ont fait leur apparition sur un marché déjà saturé.

Shine_Misfit_Wearable_d

Parmi ces nouveaux venus, il y en a toutefois un qui se distingue des autres. Il s’agit du Shine de Misfit Wearables. Le Shine est un tracker d’activités (grâce à ses capteurs) qui s’inscrit dans la mouvance du Quantified Self.

Shine_Misfit_Wearables_3 Shine_Misfit_Wearables_6 

Il se présente sous la forme d’un petit disque de moins de 10 grammes qu’on vient fixer sur un bracelet en caoutchouc. Un clip aimanté permet également de le porter sur soi (attaché à sa ceinture, à la chaussure…). Il intègre 12 LEDs réparties sur toute sa périphérie telles les heures sur le cadran d’une montre à aiguilles.

Shine_Misfit_Wearables_10 Shine_Misfit_Wearables_12 

Comme pour les autres bracelets connectés, il fonctionne de concert avec une application mobile pour Android et iOS. Cette dernière est très ergonomique tandis que la version pour Android est largement en dessous. Via cette application, on se fixe un objectif en points qui correspond à un nombre de pas et de calories brûlées. La distance est également donnée.

Shine_Misfit_Wearables_16 Shine_Misfit_Wearables_21 

Pour interagir avec son Shine, il suffit de tapoter dessus deux fois de suite. Il affiche alors grâce aux LEDs la progression de l’activité (en fonction du nombre de pas mesuré) dans la journée pour atteindre l’objectif fixé puis l’heure (on peut choisir l’ordre d’affichage). Parmi les informations indiquées, le Shine donne une estimation de la distance parcourue.

Le Shine « mesure » également votre sommeil ; il faut tapoter 3 fois dessus pour lancer le mode « sommeil » puis trois fois en se réveillant pour repasser en mode normal. Mais, Misfit teste en bêta également le « suivi automatique du sommeil ». Pour l’activer (et ne plus avoir à tapoter sur l’écran pour débuter et stopper l’enregistrement d’une phase de sommeil), il faut l’activer dans Mon Shine/Labos Misfit.

Une des grandes singularités du Shine est de fonctionner grâce à une simple pile bouton (pas de recharge à faire donc). C’est un énorme avantage par rapport aux autres bracelets connectés en Bluetooth. En contrepartie, la synchronisation en Bluetooth est un peu lente et il faudra impérativement l’effectuer en plaçant le bracelet au plus proche du smartphone ou de la tablette. De plus, il faudra la changer tous les 4 mois environ.

Ajoutons que le Shine est étanche (jusqu’à 50 mètres) et plutôt résistant (aux rayures notamment).

Comme pour les autres bracelets connectés, on peut enregistrer une séance de sport (vélo, natation, tennis, basket et football). On regrettera l’absence de modes course à pieds et randonnée ! Il faut activer le mode dans Mon shine/Marquer les activités (fonction en bêta) puis choisir le sport et tapoter trois fois de suite sur le Shine pour débuter l’enregistrement de l’activité. Le Shine détecte automatiquement l’arrêt de l’activité.

Côté application mobile, la version iOS fait parfaitement son job même si elle n’est pas forcément très belle. On pourra également regretter qu’il ne s’agisse pas d’une application iOS universelle (c’est-à-dire également optimisée pour l’affichage sur un iPad). En revanche, la version Android est un cran en dessous. Mais, Misfit Wearables promet d’y remédier et de la mettre prochainement au niveau de la version iOS.

Avec son Shine, Misfit Wearables a le mérite d’innover avec une approche différente des autres constructeurs. Le fonctionnement sur pile bouton est un plus même s’il faudra la changer régulièrement (tous les 4 mois environ). Reste son prix de 120 euros (sur notre comparateur de prix) qui peut paraître élevé mais qui correspond aux tarifs habituels pour ce type de bracelet.

Télécharger l'appli iOS gratuite Shine.

Télécharger l'appli Android gratuite Shine.



Clé USB PK K’2 signée PK Paris [Test]

PK Paris revisite la clé USB en jouant sur le design mais aussi côté fonctionnalités et ergonomie. La PK K’2 est le tout dernier né de la startup française. A l’ère post PC, elle revendique le titre de clé USB pour mobiles la plus petite au monde.

PK_Paris_K2_2 PK_Paris_K2_6 

La clé USB PK K’2 a été pensée pour remédier au problème de l’espace mémoire des appareils mobiles qui est souvent trop restreint. En effet, ils sont nombreux à ne pas disposer d’emplacement pour carte mémoire microSD alors que dans le même temps beaucoup d’entre eux supportent l’USB OTG (On-The-Go).

PK_Paris_K2_7 PK_Paris_K2_8 

Ce dernier permet de connecter un dispositif de stockage à un terminal Android via son port micro USB. D’un point de vue pratique, il est nécessaire d’utiliser un adaptateur (micro USB mâle côté terminal et USB femelle côté dispositif de stockage USB) pour connecter la clé USB ou le disque dur.

La K’2 dispose ses deux interfaces : USB et micro USB. Elle est livrée avec une carte mémoire micro SD de 16 Go puisque la clef intègre un lecteur de cartes microSD (placé astucieusement dans le connecteur USB). L’avantage par rapport à une clef USB classique est de pouvoir changer de carte aisément.

Avec cette clé USB 2.0, augmenter la capacité de stockage de son terminal Android devient ainsi possible.

Pour gérer ce nouvel espace de stockage, il suffira simplement de télécharger une application (comme Nexus Media Player, Astro ou bien encore ES).

La clé PK K’2 est fournie avec un mini mousqueton pour l’attacher à un porte-clés par exemple. La petite cordelette qui le relie à la clé passe dans les capuchons, ce qui évite de les perdre.

Avec un encombrement de 4 cm3 grâce à des dimensions de 34.5 x 17 x 7 mm, la PK K’2 avec carte micro SD de 16 Go est commercialisée au tarif de 29.90€.



Enceinte Bluetooth Nokia JBL PlayUp [Test]

Quand Nokia et le spécialiste du son JBL s’associent, cela donne le Nokia JBL PlayUp. Il ne s’agit pas d’une enceinte Bluetooth de plus mais probablement du meilleur modèle du marché actuellement. Nokia l'a lancée en 2012 mais elle reste d'actualité tant le produit est abouti.

Nokia_JBL_PlayUp_2 Nokia_JBL_PlayUp_6 

Le PlayUp est excellent au niveau sonore grâce à un haut-parleur placé au sommet du cylindre que forme le PlayUp plus deux autres placés latéralement. Il permet de diffuser le son à 360 degrés.

Nokia_JBL_PlayUp_7 2014-03-27 08.44.54 
   

Nokia_JBL_PlayUp_8L’enceinte dispose de trois boutons. Il y a un bouton de volume sonore au sommet entre lequel le symbole d’une batterie viendra s’afficher en orange quand le PlayUp doit être mis en charge. Le son peut bien entendu être directement géré depuis le terminal connecté en Bluetooth.

Un bouton en façade en forme de disque permet de déclencher l’appairage par un appui prolongé. Il s’éclaire de différentes couleurs suivant le mode dans lequel l’enceinte se trouve. Enfin, au dos, il y a le bouton de marche/arrêt.

Le PlayUp se distingue par sa double connectivité : Bluetooth et NFC (Near Field Communication). Ce dernier permet d’effectuer l’appairage Bluetooth par simple contact du smartphone ou de la tablette qui doit également être compatible NFC.

Au dos, on se trouve un port micro USB qui permet de charger la batterie du PlayUp. Amovible, celle-ci se trouve sous l’enceinte et peut donc être changée. La JBL PlayUp est livré avec une enceinte mais rien n’empêche d’en acquérir une seconde pour plus d’autonomie. Cette dernière est de 10 heures comme nous avons pu le tester.

Enfin, une entrée audio au format jack 3.5 mm (un câble est présent au même emplacement que la batterie) permet de brancher une source en filaire.

JBL oblige, la restitution sonore est excellente mais reste bien entendu contingente des fichiers audio qui sont lus. Qu’à cela ne tienne, l’enceinte supporte le codec aptX. S’il effectue bien une compression, ce codec est dit peu « destructeur » (car il exploite notamment 350 kb/s de bande passante, soit quasiment le maximum en pratique que le Bluetooth permet) et assure une qualité sonore proche du CD (pour peu que vous disposiez de fichiers non compressés sans pertes de type WAV ou FLAC). Toutefois, ce codec propriétaire de la société CSR nécessite que la source (smartphone, tablette…) le supporte également. Si vous utilisez un PC, vous pouvez toujours opter pour un dongle USB Bluetooth qui le supporte comme le V4.0 aptX de LogiLink.

Le Nokia JBL PlayUp est proposé en différents coloris à partir de 130€. Son grand frère, le JBL PowerUp, reprend les caractéristiques du PLayUp mais dispose en plus d’une zone pour la recharge sans fil (standard Qi) de votre smartphone.

Nokia_JBL_PlayUp_10 Nokia_JBL_PlayUp_11  

Nokia_JBL_PlayUp_13 Nokia_JBL_PlayUp_15 

Nokia_JBL_PlayUp_18 Nokia_JBL_PlayUp_22 



Sacoche Stephenson signée Proporta [Test]

A appareil high tech de haute volée, écrin chic et pratique. Telle pourrait être la devise de la société Proporta qui propose de nombreux étuis pour tablettes et smartphones de toutes les marques. Proporta fait aussi dans les accessoires (avec des enceintes Bluetooth, des écouteurs…).

Sacoche_Proporta_Stephenson_1 Sacoche_Proporta_Stephenson_5 

Mais c’est une sacoche pour transporter votre PC portable et votre tablette que nous avons décidé de vous présenter.

Baptisée Stephenson, cette sacoche est avant tout un bel objet en cuir avec coutures apparentes et un style rétro. Rétro certes mais bien ancrée dans l’ère du temps puisque la sacoche accueillera de manière classique votre PC ou Mac (écran de 15 pouces maximum) mais dispose également d’un compartiment amovible intégré pour tablette.

Sacoche_Proporta_Stephenson_7 Sacoche_Proporta_Stephenson_3 

Ce dernier est attaché à l’intérieur de la sacoche avec une fermeture éclair et permet d’utiliser la tablette, sacoche sur les genoux. Ce compartiment peut également jouer le rôle d’étui chic indépendant pour votre tablette. Seule contrainte, il est destiné à des tablettes au format proche de 168.5x240x7.5 mm. Proporta a également prévu un espace pour placer un clavier Bluetooth et fournit des adhésifs pour le fixer.

L’ergonomie est par ailleurs souveraine grâce à des fermetures aimantées et des découpes discrètes pour le passage des câbles.

La sacoche Stephenson de Proporta est un véritable coup de coeur d’autant plus que son tarif est contenu étant donné sa finition : 105€. Elle est proposée en marron avec boucles brunies et en bleu marine avec boucles chromées.

Sacoche_Proporta_Stephenson_2 Sacoche_Proporta_Stephenson_6 



Enceinte Bluetooth Studio 5 de NudeAudio [Test]

La Studio 5 est la toute dernière enceinte Bluetooth signée NudeAudio. Elle peut également jouer le rôle de station d’accueil pour terminaux iOS (iPhone et iPad) grâce à son port Lightning.

NudeAudio_Studio_5_4 NudeAudio_Studio_5_6  

Comme à son habitude, la société a mis l’accent sur le design. Ces lignes singulières en font presque un objet de décoration pour votre intérieur. NudeAudio a pensé à dissimuler les boutons de contrôle sur le plateau de la station d’accueil (notamment sur un élégant disque en alu brossé). Le choix des matériaux lui donne également un côté chic avec en particulier le support iPad conçu en polycarbonate transparent.

NudeAudio_Studio_5_9 NudeAudio_Studio_5_10 

Un design qui est aussi au service du son puisque les lignes asymétriques de l’enceinte Studio 5 permettent une excellente diffusion sonore dans la pièce.

Côté technique, elle embarque une paire de haut-parleur en néodyme ainsi qu’un subwoofer de 3 pouces. A sa discrétion, l’utilisateur peut régler les basses suivant la musique écoutée.

Les possesseurs de terminaux iOS (iPhone 5, 5s, 5c, iPod Touch 5G et iPad Mini Retina) dotés d’un port lightning pourront directement les recharger sur l’enceinte. Enfin, c’est bien en Bluetooth que l’appairage se fait (une entrée Audio In de type jack 3.5 mm permet également de connecter un appareil en filaire). Dans nos tests, nous avons pu constater qu’il se fait extrêmement rapidement. De surcroît, il est possible de connecter deux appareils en Bluetooth simultanément. On pourra ainsi alternativement utiliser l’un ou l’autre pour écouter et « partager » de la musique à plusieurs.

Les audiophiles ne seront pas en reste puisque l’enceinte Studio 5.A supporte le codec aptX.

L’aptX réalise bien une compression des fichiers, mais il est dit peut « destructeur » contrairement au mp3 par exemple (car il exploite notamment 350 kb/s de bande passante, soit quasiment le maximum en pratique que le Bluetooth permet) et assure une qualité sonore proche du CD (pour peu que vous disposiez de fichiers non compressés sans pertes de type WAV ou FLAC). Toutefois, ce codec propriétaire de la société CSR nécessite que la source (smartphone, tablette…) le supporte également. C’est le cas de nombreux appareils tels que les Mac sous OS X, les terminaux mobiles Samsung Galaxy, des HTC One (One, One X, One V, One S…), de baladeurs audio de marque Creative…

Si vous utilisez un PC, vous pouvez toujours opter pour un dongle USB Bluetooth qui le supporte comme le V4.0 aptX de LogiLink.

L’enceinte Station d’accueil iOS Studio 5 de NudeAudio est disponible au prix de vente conseillé de 149.99€.

NudeAudio_Studio_5_11 NudeAudio_Studio_5_13 

NudeAudio_Studio_5_18 NudeAudio_Studio_5_21 

NudeAudio_Studio_5_19 NudeAudio_Studio_5_20 

NudeAudio_Studio_5_22 



Récepteur Bluetooth Sony SBH50 [Test]

Si vous voulez « transformer » votre casque audio filaire en casque Bluetooth à moindre frais, le récepteur Bluetooth SBH50 de Sony est l’appareil qu’il vous faut.

Sony_SBH50_5 Sony_SBH50_3 

Il se présente sous la forme d’un petit boîtier noir compact léger de 58 x 24 x 8 mm. On le branche en filaire à son casque audio (via le câble jack très court fourni avec). Il suffit de le clipper à son col.

Sony_SBH50_gLe SBH50 se connecte en Bluetooth à la source audio. Il dispose de surcroît d’une connectivité NFC qui permet d’effectuer l’appairage Bluetooth par simple contact avec la source (qui doit également supporter le NFC).

Il dispose de surcroît d’un petit écran qui permet de faire les réglages aisément et affiche les informations relatives aux pistes audio. Le SBH50 intègre également une radio FM.

A l’usage, on constate qu’il dispose d’une excellente autonomie (8 heures d’utilisation et 400 heures en veille). On le recharge grâce à son port microUSB dissimulé sous un petit cache.

Le SBH50 de Sony est probablement l’un des tous meilleurs récepteurs Bluetooth du marché avec de surcroit un tarif light

Sony préconise de l’utiliser de concert avec une application mobile dédiée. Mais, à l’usage, on constate qu’on peut l’utiliser sans y recourir.

Télécharger l'application Android gratuite Smartconnect de Sony.

Sony_SBH50_1 



Casques iSeries i30 et i60 Bluetooth signés Turtle Beach [Test]

Turtle Beach propose depuis peu deux nouveaux casques audio haut de gamme à arceau de type circum-aural. Les iSeries i30 et i60 sont des casques Bluetooth (4.0). Avec ces deux produits, Turtle Beach, jusqu’à présent plutôt spécialisé dans les casques audio pour gamers, tente de pénétrer le marché des tablettes haut de gamme.

Turtle_Beach_iSeries_i30_2 Turtle_Beach_iSeries_i30_5 

Turtle Beach est largement connu pour ses casques destinés aux gamers. Avec les iSeries i30 et i60, la société vise le très haut de gamme grâce à ces produits pensés pour un usage urbain et plus polyvalent.
Les iSeries i30 et i60 sont des produits polyvalents aussi bien destinés au jeu vidéo qu’à l’écoute de musique. On peut également prendre des appels grâce à la présence du microphone.

Ils se caractérisent avant tout par une très belle finition mariant aluminium, cuir pour l’arceau et plastique. Si les esthètes sont visés, les audiophiles ne seront pas en reste.

Les i30 et i60 sont des modèles dits circum-auraux (les écouteurs enveloppent les oreilles) qui intègrent de larges haut-parleurs de 5 cm et fonctionnent en Bluetooth 4.0. Une prise casque jack 3.5 mm permet également de les connecter en filaire à une source ; malheureusement, il est nécessaire que la batterie soit également chargé (ce qui signifie qu’il n’y a pas de by-pass de la partie électronique). Ils se caractérisent par une impédance équivalente de 32 ohms, ce qui les rend parfaitement adaptés à des produits fonctionnant sur batterie, tandis que la distorsion harmonique totale est inférieure à 1% selon le constructeur.

Le modèle i30 bénéficie d’un système actif de réduction du bruit. Via son microphone, il capte le bruit ambiant et envoie du son en opposition de phase pour l’atténuer. L’utilisateur peut ainsi écouter confortablement sa musique même lorsqu’il est dans un environnement sonore bruyant (tel que le train, l’avion, le métro…).

Avec le casque audio i60, Turtle Beach a mis l’accent sur la reproduction grâce au support du digital Surround. Avec le Digital Surround 7.1 DTS, une immersion à 360 degrés est ainsi obtenue. Le casque intègre son propre DSP ce qui permet d’effectuer des réglages notamment sur le Surround. Outre le support du Bluetooth 4.0, il peut également fonctionner en WiFi, un plus pour une restitution fidèle des fichiers sans pertes dont l’écoute est dégradée avec les habituels codecs Bluetooth (même si le codec aptX y remédie en partie), la faute à une bande passante trop étroite (400 kb/s en pratique). On peut ainsi le connecter directement (WiFi Direct) via les bandes 2.4 GHz ou 5 GHz à son PC ou son smartphone.

Tout comme l’i30, il offre plusieurs préréglages audio que l’on choisira en fonction de l’activité (film, jeux vidéo, musique…).

Pas de système actif de réduction du bruit avec l’i60, mais une isolation phonique grâce aux oreillettes en mousse à mémoire de forme.

Le niveau de basse est ajustable et il intègre également un double microphone.

On regrettera l’absence de la connectivité NFC (présente par exemple sur le Nokia JBL Playup) qui facilite l’appairage en Bluetooth (avec les appareils qui le supportent).

Les casques audio i30 et i60 disposent d’une autonomie de 15 heures et peuvent être utilisés durant leur recharge via un câble USB.

Ils sont commercialisés à 299€ pour le i30 et à 399€ pour le i60.



Panneau solaire Solariflex USB-1800 [Test]

Recharger son smartphone ou sa tablette peut souvent devenir problématique dans certaines situations. Si vous voyagez beaucoup, faites du bateau, des randonnées ou encore du camping, vous avez forcément conscience du problème. Un problème qui n’en est plus un lorsqu’on dispose d’un panneau solaire permettant de recharger son terminal mobile grâce à l’énergie solaire. Reste que ces solutions sont souvent associées à des temps de chargement très (trop) longs. Qu’en est-il réellement ?

Plus la surface du panneau solaire sera grande, plus la conversion photovoltaïque de l’énergie solaire en électricité sera importante.

A cet effet, la société Solariflex propose plusieurs panneaux solaires souples que l’on peut plier pour un moindre encombrement. Ouvert, l’USB-300 a une surface de 27 cm par 21 cm tandis que les USB-600, USB-1200 et USB-1800 ont des surfaces de respectivement 38 cm par 21 cm, 42 cm par 43 cm et 40 cm par 56 cm. Des dimensions qui sont réduites à 21 cm par 5.5 cm (USB-300), 21 cm par 10 cm (USB-600 et USB-1200) et 40 cm par 16 cm (USB-1800) lorsque les panneaux sont pliés

C’est ce dernier panneau solaire que nous avons pu tester.

2014-03-27 12.13.51 2014-03-28 11.59.52 

Solariflex de préciser que le chiffre indique le courant (maximal) que le panneau peut sortir via un câble USB qu’on connectera au panneau.

Ainsi, le Solariflex USB-1800 peut sortir un courant de 1 800 mA sous 5 volts (soit une puissance de 9 watts). En théorie, il faudra donc 2h12 pour recharger intégralement la batterie de 3 950 mAh de la tablette Nexus 7 2013 de Google et Asus (lire notre test complet de la tablette). Dans la pratique, cela va dépendre des conditions d’ensoleillement.

Durant notre test, il a fallu 1h49 pour que la charge de la Nexus 7 passe de 43% à 66% avec un ciel nuageux. Ceci équivaut à un courant de charge de 500 mA, soit 3.6 fois moins que le courant maximal escompté. Mais, ceci est cohérent avec ce qui est annoncé par le constructeur qui indique qu’il faut multiplier par « au moins 3 » le temps de charge par temps couvert.

D’un point de vue pratique, le panneau est prévu pour être fixé à un sac à dos.

Solariflex propose son panneau solaire 1800-USB seul (au tarif de 239€) ou bien suivant différents kits.

Le Solariflex USB-3 à 279€ comporte :
1 panneau solaire Solariflex 1800-USB
1 câble chargeur USB vers 10 adaptateurs
1 batterie Tekkeon MP1820

Le Solariflex Multi-USB-3 à 299€ dispose en supplément d’un chargeur universel Pico C-USB.

On pourra donc charger directement son terminal mobile ou bien une batterie telle que le modèle USB Tekkeon MP1820 (qui dispose d’une capacité substantielle de 4 800 mAh). A noter que cette dernière intègre une LED qui peut servir de lampe d’appoint. Une fois chargée, elle peut servir à recharger un appareil et fournit 1.2 ampère sous 5 volts.

2014-03-27 12.53.21 2014-03-27 12.53.12 



Montre Kisai Rorschach signée Tokyoflash [Test]

Comme à son habitude, Tokyoflash nous surprend avec ces créations de montres originales. La Kisai Rorschach ne déroge pas à la règle.

Tokyoflash_Kisai_Rorschach_m Tokyoflash_Kisai_Rorschach_l 

Il s’agit de la toute première montre du constructeur japonais à utiliser un écran ePaper comme la Pebble (lire notre test de la smartwatch Pebble). Cette technologie signée Sharp bénéficie d’une très faible consommation électrique (puisqu’il ne consomme que lorsque l’affichage change) avec un rafraichissement plus rapide (et sans passage par un affichage noir) que sur les écrans E-Ink classiques.

Au final, on est en présence d’une superbe création très classe. On pourra opter pour un bracelet cuir ou bien acier inoxydable.

Tokyoflash_Kisai_Rorschach_h Tokyoflash_Kisai_Rorschach_g 

La montre tire son nom du psychologue suisse Hermann Rorschach et son affichage du test (le test de Rorschach) qu’il a lui-même mis au point. Heures et minutes sont affichées tout comme leurs symétriques par rapport à un axe vertical. Ce sont donc de magnifiques symboles qui s’affichent dans lequel on peut sans difficultés lire l’heure : les heures se situent en haut à droite tandis que les minutes se situent en bas à gauche. Plusieurs modes sont proposés suivant la difficulté de lecture des chiffres : facile, moyen et difficile. On passe de l’un à l’autre le plus simplement du monde en maintenant appuyé le bouton supérieur. L’alarme et la date s’affichent de la même manière que l’heure.

A noter également la présence d’un mode dit Sleep Mode qui permet de réduire la consommation énergétique et d'accroître la durée de vie de la batterie jusqu’à 3 ans. On la sort de veille très facilement en appuyant sur n’importe quel bouton. Autre spécificité : la possibilité de passer d’un affichage positif (noir sur fond clair) à négatif (blanc sur fond noir).

La Kisai Rorschach fonctionne à l’aide d’une simple pile bouton de type CR2016. Elle pèse 60 grammes et conviendra aux personnes dont la circonférence de poignet sera comprise entre 100 mm et 210 mm.

La Kisai Rorschach signée Tokyoflash est proposée suivant différentes finitions au tarif de 144€.

Tokyoflash_Kisai_Rorschach_l Tokyoflash_Kisai_Rorschach_j 

Tokyoflash_Kisai_Rorschach_c Tokyoflash_Kisai_Rorschach_b 



Coques pour iPad Mini Retina et Sony Xperia Z Tablet

Si les constructeurs rivalisent d'ingéniosité pour proposer des tablettes toujours plus attrayantes, les coques peuvent également apporter beaucoup à l'ergonomie. Apple l'a bien compris en proposant la Smart Cover pour l'iPad Mini 2 (compatible également avec le premier iPad Mini). Cette Smart Cover Cuir est un produit réalisé en cuir et proposé dans différentes couleurs.

S'il ne s'agit pas d'une coque puisqu'elle ne recouvre pas l'intégralité de l'iPad (contrairement à la Smart Case), elle protège l'écran. Aimantée sur la tranche de l'iPad, elle permet également de le sortir de veille (et de le mettre également en veille).

Coque_Tablette_a Coque_Tablette_e 

Si vous possédez un iPad, cet accessoire s'avère indispensable pour protéger son écran mais aussi pour l'utiliser en position vertical (sans le tenir) pour regarder un film par exemple.

D'autres constructeurs proposent également des housses et coques astucieuses pour d'autres tablettes. Ainsi, la tablette 10 pouces Sony Xperia Z Tablet bénéficie aussi d'une coque lui permettant d'être maintenue verticalement et de protéger l'intégralité de la tablette lorsqu'elle est fermée. Muvit propose ainsi la housse iFlip and Stand Case Muvit.

 Coque_Tablette_f Coque_Tablette_b 




  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Sélection des meilleurs jeux vidéo PC et consoles 2007
    Alors que Noël s'approche à grand pas et que les listes pour le père Noël sont attendues par les proches, il n'est pas évident de savoir où donner de la tête quand il s'agit d'un jeu vidéo. L'année 2007 aura été ...
  • Sélection 2006 des meilleurs produits High Tech, jeux vidéo
    Voici la sélection 2006-2007 de GNT. Toute notre équipe, du modérateur au newseur en passant par les chefs de rubrique, les rédacteurs de dossier, le développeur, tous se sont réunis pour créer ce dossier qui comprend une sélection ...
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire