Snapchat : des employés auraient espionnés des utilisateurs

Le par  |  3 commentaire(s) Source : Motherboard
Snapchat

Selon le site Motherboard, des employés de Snapchat auraient profité des outils d'administration du service pour espionner des utilisateurs.

Motherboard rapporte ainsi une triste histoire et annonce que certains employés de la messagerie Snapchat auraient dépassé le cadre de leur mission et profité des outils mis à leur disposition dans le cadre de leur travail pour espionner des utilisateurs.

Snapchat

Le site met en avant plusieurs témoignages anonymes qui confirment ces accusations. Certains employés seraient ainsi parvenus à récupérer les données de géolocalisation, mais aussi les photos et vidéos d'utilisateurs. Ils auraient également pu accéder aux informations personnelles de ces derniers comme leur email et numéro de téléphone.

Il est particulièrement cité l'outil SnapLion qui permet de collecter des informations sur les utilisateurs uniquement en cas de demandes judiciaires et dont l'accès est en théorie strictement limité à une poignée d'opérateurs. Il apparait toutefois que cet outil s'est vu accessible à un plus grand nombre de personnes.

Face à ces révélations, Snapchat a condamné ces dérives en indiquant que tous ses outils sont normalement cloisonnés et que des sanctions sont prévues pour les contrevenants. Selon plusieurs témoignages, si Snapchat laisse entendre que des limitations très strictes sont en place concernant l'accès aux données en interne, dans les faits, il serait assez simple de contourner les verrous en place.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2064754
Y'a quand même un mec qui au XVIIIe siècle en parlait déjà !!!

Le grillon
Jean-Pierre Claris de Florian (1755-1794)

Un pauvre petit grillon
Caché dans l’herbe fleurie
Regardait un papillon
Voltigeant dans la prairie.
L’insecte ailé brillait des plus vives couleurs ;
L’azur, la pourpre et l’or éclataient sur ses ailes ;
Jeune, beau, petit maître, il court de fleurs en fleurs,
Prenant et quittant les plus belles.

Ah ! disait le grillon, que son sort et le mien
Sont différents ! Dame nature
Pour lui fit tout, et pour moi rien.
Je n’ai point de talent, encor moins de figure.
Nul ne prend garde à moi, l’on m’ignore ici-bas :
Autant vaudrait n’existait pas.

Comme il parlait, dans la prairie
Arrive une troupe d’enfants :
Aussitôt les voilà courants
Après ce papillon dont ils ont tous envie.
Chapeaux, mouchoirs, bonnets, servent à l’attraper ;
L’insecte vainement cherche à leur échapper,
Il devient bientôt leur conquête.

L’un le saisit par l’aile, un autre par le corps ;
Un troisième survient, et le prend par la tête :
Il ne fallait pas tant d’efforts
Pour déchirer la pauvre bête.

Oh ! oh ! dit le grillon, je ne suis plus fâché ;
Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.
Combien je vais aimer ma retraite profonde !
Pour vivre heureux, vivons caché.
Le #2064851
On lit : "... auraient espionnés".
Auxiliaire avoir, donc il n'y a pas d'accord.
On écrit donc "...des employés auraient espionné.."

Ca marche avec "être" : des utilisateurs auraient été espionnés".

Le #2064872
sansimportance a écrit :

Y'a quand même un mec qui au XVIIIe siècle en parlait déjà !!!

Le grillon
Jean-Pierre Claris de Florian (1755-1794)

Un pauvre petit grillon
Caché dans l’herbe fleurie
Regardait un papillon
Voltigeant dans la prairie.
L’insecte ailé brillait des plus vives couleurs ;
L’azur, la pourpre et l’or éclataient sur ses ailes ;
Jeune, beau, petit maître, il court de fleurs en fleurs,
Prenant et quittant les plus belles.

Ah ! disait le grillon, que son sort et le mien
Sont différents ! Dame nature
Pour lui fit tout, et pour moi rien.
Je n’ai point de talent, encor moins de figure.
Nul ne prend garde à moi, l’on m’ignore ici-bas :
Autant vaudrait n’existait pas.

Comme il parlait, dans la prairie
Arrive une troupe d’enfants :
Aussitôt les voilà courants
Après ce papillon dont ils ont tous envie.
Chapeaux, mouchoirs, bonnets, servent à l’attraper ;
L’insecte vainement cherche à leur échapper,
Il devient bientôt leur conquête.

L’un le saisit par l’aile, un autre par le corps ;
Un troisième survient, et le prend par la tête :
Il ne fallait pas tant d’efforts
Pour déchirer la pauvre bête.

Oh ! oh ! dit le grillon, je ne suis plus fâché ;
Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.
Combien je vais aimer ma retraite profonde !
Pour vivre heureux, vivons caché.


Tu m'étonnes, la tentation est tellement grande, tu files aux gens un espion chez eux et t'as accès à tout...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme