Quand Spotify diffusait de la musique piratée et menaçait les chercheurs l'ayant découvert

Le par  |  6 commentaire(s)
Spotify-Windows-Store

Le service de streaming musical suédois Spotify a parfois eu recours à des pratiques contestables. C'était ainsi le cas non seulement avec le piratage de MP3 au début de son lancement, mais également avec des tentatives d'intimidations auprès des chercheurs ayant révélé l'affaire.

Le service de musique à la demande le plus populaire au monde, Spotify, est aujourd'hui pointé du doigt pour ses pratiques pas franchement louables de ses débuts.

Spotify-logo

Ainsi, un groupe de chercheurs (Swedish Research Council) porté par Rasmus Fleischer, ancien activiste de The Pirate Bureau devrait publier un livre compilant plusieurs années de travail et d'enquête menée sur Spotify et ses pratiques pas toujours légales.

Pas besoin d'attendre toutefois pour connaitre certaines découvertes puis qu'au mois de mai dernier, Rasmus Fleischer dévoilait une partie de ses trouvailles, indiquant qu'entre mai 2007 et mai 2008, une partie des titres diffusés sur le service Spotify alors en bêta provenait de The Pirate Bay. Ce genre de pratique aura été coutume pour nombre de plateformes de streaming qui se lançaient à cette époque, notamment Grooveshark qui a fini par mettre la clé sous la porte, mais également Deezer sans conséquence aussi importantes.

Si le piratage était de mise, c'est que le streaming était naissant et que les maisons de disques et les plateformes n'envisageaient pas de négocier des accords de rémunération de droits d'auteurs et il était compliqué de partager les catalogues numériques de titres.

Spotify se trouvait ainsi au milieu de bien d'autres... Mais l'affaire a pris un autre tournant quelques semaines après les déclarations de Fleischer auprès du site DI. Douze jours après la diffusion de l'interview, les chercheurs auraient reçu un courrier de la part des avocats de la plateforme leur indiquant qu'ils enfreignaient les conditions générales d'utilisation du service de streaming.

Le Swedish Research Council n'a pas nié les faits, effectivement il fallait créer des centaines de comptes pilotés par des bots pour décoder les algorithmes de recommandation de Spotify... Des violations toutefois accompagnées de menaces de poursuites qui sont restées sans suite, notamment du fait qu'aucun avantage commercial n'était tiré de ces procédures de test.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1984742
Conclusion, "piratez vous-même, ne laissez pas ça à des plateformes".
C'est bien ce que je fais .
Le #1984744
Assez inquiétant quand même de se dire que le mastodonte du streaming s'est construit sur de l'illégalité complète... Après, à voir quel pourcentage du catalogue était concerné, si c'était des titres populaires les majors auraient certainement réagis et porté plainte.
Le #1984749
Le titre venaient de site illégaln ok mais Spotify versait sûrement des droit d'auteur au maison de disque ... Sinon ça aurait fait scandale bien avant
Le #1984753
MisterDams a écrit :

Assez inquiétant quand même de se dire que le mastodonte du streaming s'est construit sur de l'illégalité complète... Après, à voir quel pourcentage du catalogue était concerné, si c'était des titres populaires les majors auraient certainement réagis et porté plainte.


Je pensais exactement la même chose !
Le #1984815
MisterDams a écrit :

Assez inquiétant quand même de se dire que le mastodonte du streaming s'est construit sur de l'illégalité complète... Après, à voir quel pourcentage du catalogue était concerné, si c'était des titres populaires les majors auraient certainement réagis et porté plainte.


Mais oui mais aujourd'hui on ne peut rien faire sans casser un peu les murs, les institutions et autres sont tellement à la ramasse qu'ils ne suivent pas assez rapidement l'évolution du monde. Donc on est même obligé de faire un peu d'illégal pour faire avancer les choses.

C'est comme quand les drones pour particuliers sont arrivés, il n'y avait aucune réglementation pour ces objets, pire, leur utilisation était interdite...!

Comme toujours, la technologie et l'économie emporte tout sur son passage.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme