Stratolaunch : l'avion géant réussit enfin son premier vol

Le par  |  8 commentaire(s) Source : Space News
stratolaunch

Après des années de préparation, le Stratolaunch, avion géant à double fuselage, a pour la première fois pris son envol, avec succès.

Après plusieurs mois d'essais de roulage, l'avion géant Stratolaunch a finalement pris pour la première fois son envol ce 13 avril pour un petit vol d'essai de 2h30 à vitesse réduite (un peu moins de 300 km/h) et à une altitude de 4500 mètres.

Les données de vol ont été scrutées avec attention et tout semble s'être déroulé selon les attentes pour un premier vol qui représente plusieurs années de conception et de développement, mais dont le fondateur et principal investisseur Paul Allen, décédé en octobre dernier, n'aura pas vu l'aboutissement.

Stratolaunch

Il présente également un cap symbolique important pour l'entreprise alors que le développement d'un lanceur adaptable à la structure du Stratolaunch a finalement été abandonné.

Il faut dire que le programme de l'avion à double fuselage a pris du retard au fil des ans, au point de faire douter de la possibilité de le concrétiser un jour. Sans lanceur développé en interne, c'est vers des solutions existantes qu'il faudra se tourner, comme le Pegasus XL de Northrop Grumman.

stratolaunch

Le Stratolaunch veut représenter une alternative moins coûteuse pour le lancement de petits satellites en évitant l'étape du décollage d'un lanceur depuis le sol pour lui préférer une roquette lancée en vol pour atteindre les hautes couches de l'atmosphère.

Un projet similaire est tenté par Virgin Orbit avec son lanceur LauncherOne pouvant être porté et amené à une altitude de départ par Cosmic Girl, un Boeing 747 modifié.

Au-delà de la prouesse technique qui devra être confirmée par d'autres vols d'essai, il reste à voir si Stratolaunch saura devenir rentable, alors que d'autres voies (lanceurs réutilisables ou avec éléments imprimés en 3D à cadence rapide pour faire tomber les coûts) affichent leur potentiel.

Stratolaunch prétend pouvoir lancer une constellation entière de petits satellites avec trois lanceurs accrochés à l'avion géant et lancés en vol mais il faudra convaincre les clients de mettre tous leurs oeufs dans le même panier.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2058971
Perso, j'aurai relié les queues...

Mais bon, déjà, chuis impressionné que ça vole !!!
Le #2058984
Quelle tristesse pour Notre-Dame de Paris... Je vous fais un câlin cousins..
Le #2058989
j'aurai aimé voir la vidéo du décollage, ce doit être impressionnant.
Le #2058992
.
Sans lanceur développé en interne, se tourner vers Pegasus XL de Northrop Grumman serais une bonne solution avec un nombre total de vols: 25/27 et une fiabilité: 92,59 %
Le #2058994
lebonga a écrit :

Perso, j'aurai relié les queues...

Mais bon, déjà, chuis impressionné que ça vole !!!


Non pour relier les "deux queues" car l'espace entre les deux empennages est totalement "mouillé" par l'aile et donc au mieux inutile, au pire problématique. Les empennages permettent à l'avion de cabrer ou piquer, la dérive permet de virer à droite ou à gauche. Ces deux éléments sont largement influencés par ce qui les précèdent dans l’alimentation en air (aile, carlingue....etc...).
Le #2059003
CoRsCiA a écrit :

j'aurai aimé voir la vidéo du décollage, ce doit être impressionnant.


C'est bête, si tu avais internet, en 2 secondes tu la trouverais sur youtube.
Le #2059007
.
Une fois que le Stratolaunch sera optimisé, contrairement au lancement traditionnel d'une fusée, il pourra éviter les intempéries, le trafic aérien et tout ce qui peut empêcher un lancement au sol classique.
Le #2059081
lobo14 a écrit :

lebonga a écrit :

Perso, j'aurai relié les queues...

Mais bon, déjà, chuis impressionné que ça vole !!!


Non pour relier les "deux queues" car l'espace entre les deux empennages est totalement "mouillé" par l'aile et donc au mieux inutile, au pire problématique. Les empennages permettent à l'avion de cabrer ou piquer, la dérive permet de virer à droite ou à gauche. Ces deux éléments sont largement influencés par ce qui les précèdent dans l’alimentation en air (aile, carlingue....etc...).


OK, merci pour l'info !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme