Descriptif de la suite Mozilla SeaMonkey

Le par Mathieu M.  |  8 commentaire(s)
Article n° 141 - Découvrir la suite Mozilla SeaMonkey (120*120)

Seamonkey est le successeur de la défunte suite Mozilla. Elle intègre un navigateur web, un client mail, un éditeur html ainsi qu'un client IRC. Multiplateforme, et disponible en français gratuitement,cette suite a de quoi séduire. Partons à sa découverte.

Introduction et Installation

I.    Présentation

Après l'abandon par la fondation Mozilla de la suite du même nom, pour se concentrer sur le développement du navigateur Firefox et du logiciel de messagerie Thunderbird, la communauté Mozilla a décidé, le 12 août 2005, de créer une nouvelle suite, basée sur le code de la suite Mozilla. Ce prolongement de l'aventure Mozilla a pour nom : SeaMonkey ( littéralement le singe de la mer ).

Comme la suite Mozilla, SeaMonkey est publié sous triple licence MPL / GPL / LPGL, ce qui signifie en résumé que n'importe qui a accès au code source du logiciel et peut le modifier et le redistribuer sans restriction tant qu'il ne gagne pas d'argent avec sa nouvelle version et qu'il la publie sous la même triple licence. On a ainsi la garantie que ce logiciel restera dans l'esprit même du logiciel libre.

La suite est multiplateforme : elle est disponible pour Microsoft Windows, Mac OS X, et Linux. Des versions " contrib " ( c'est-à-dire non officielles ) pour OS/2 et Solaris circulent également. Des traductions " contrib " dans 16 langues dont le français ont également été développées dans l’attente des versions officielles.

Splash Logo de SeaMonkey

Le moteur de rendu utilisé, c'est-à-dire le composant qui traduit le HTML pour l'afficher à l'écran, est Gecko dans sa version 1.8.0.1, comme pour Mozilla Firefox dans sa dernière version. Il s'agit du moteur assurant à ce jour un des rendus les plus fidèles d'une page web.

La première version stable a été rendue publique le 30 janvier 2006, il s'agit de la version 1.0, que l'on peut considérer comme la version 1.8.0 de la suite Mozilla. Le 13 avril a été publiée la version 1.0.1, corrigeant des problèmes de sécurité et quelques bugs de fonctionnement. C'est de cette version dont il sera question dans ce test, avec en plus l’utilisation du patch « contrib » de traduction vers le français.


II.    L'installation

Tout le monde ne se sert pas de toutes les fonctionnalités d'une suite ( prenez l'exemple de Microsoft Office : vous utilisez Access et Infopath vous ' ), la communauté Mozilla a donc eu une bonne idée : en plus de la version classique à télécharger puis installer, d'une taille de 12 Mo, il existe une version " Net Installer " d'une taille de 247 Ko, qui permet d'installer uniquement certains composants depuis le web. Cette fonctionnalité comporte encore toutefois des imperfections, l’accès à certains fichiers du serveur étant parfois impossible.


Installation de SeaMonkey


Dans le cadre de ce test, nous installerons tous les composants proposés.

../..


Interface et fonctionnalités

III.    Le navigateur

Le navigateur est basé sur la dernière version du moteur de rendu Gecko, tout comme Firefox ; vous ne verrez donc pas de différence dans l’affichage des pages entre Firefox et SeaMonkey. C’est actuellement un des meilleurs moteurs de rendu disponibles.


Interface  Navigateur par défaut


L’interface est au premier abord austère, tout du moins pour ceux qui viennent du monde Firefox. Il est toutefois possible d’ajouter des thèmes permettant de la modifier à l’envie.


Interface  Navigateur moderne


Les fonctionnalités disponibles sont celles que l’on peut attendre d’un navigateur de nos jours : anti pop-up, gestion des cookies par site, lecteur de flux RSS, navigation par onglets, etc.…

Onglets de SeaMonkey

Le navigateur se révèle très bon à l’usage : rapide, peu gourmand en ressources système (tant que l’on ne charge pas de nombreux plugins bien sûr), personnalisable à souhait, stable… On s’y habitue donc très facilement. Attention toutefois pour ceux qui avaient l’habitude du Ctrl + Entrée pour compléter automatiquement une URL avec .com, cela ne marche pas et ouvre une autre fenêtre ;-)

Enfin, comme dans Firefox, les téléchargements sont gérés dans une fenêtre unique, très pratique lorsque l’on a plusieurs fichiers à télécharger et que l’on veut savoir où en est chaque fichier, quels téléchargements n’ont pas été lancés… On peut également mettre en pause les téléchargements pour les reprendre plus tard (si le serveur le supporte, ce qui par contre n’est pas précisé lors du téléchargement…)

Gestionnaire de téléchargements
../..


Client Mail, Composer et ChatZilla

IV.    Le client Mail

Le client mail est construit sur la même base que Mozilla Thunderbird, on retrouve donc les mêmes fonctionnalités, à savoir réception et envoi de mails par POP, IMAP et SMTP, gestion de plusieurs comptes, des règles de filtrage, un anti-spam fonctionnant par apprentissage, l’accès aux serveurs de news, un carnet d’adresses, etc.…

Interface  Mail

V.    L’éditeur de page web : Composer

Composer est un éditeur de page web simple, qui ne vise donc pas à remplacer les usines à gaz que peuvent être Dreamweaver ou Front Page, mais plutôt à permettre à tout utilisateur de créer facilement sa page web, puis de la publier directement via l’interface du logiciel.

Interface Composer

On y retrouve les fonctions les plus simples, comme la taille et la couleur des caractères, le choix de la police, l’utilisation de tableaux, l’insertion d’images et leur mise en page, la gestion des liens hypertexte. Ca à l’air peu comme ça, mais c’est amplement suffisant pour un petit site maison.


VI.    Le client IRC : ChatZilla

ChatZilla est le client IRC crée par Mozilla. La version incluse ici n’est pas la dernière puisqu’il s’agit de la version 0.9.67, sortie début 2005. Toutefois la plupart des gros bugs ainsi que les failles de sécurité ont été corrigés sur cette version, baptisée donc 0.9.67+.

Interface  IRC

Même s’il n’est pas très attirant, là encore un simple changement du thème changera tout de suite cette impression ! On retrouve les commandes classiques de tout logiciel IRC (voir dossier). Une dizaine de gros serveurs est présente par défaut dans le logiciel, il est donc facile de rentrer sur ces serveurs pour commencer une conversation sur l’un des nombreux salons que l’on obtiendra dans le menu Fichier  Joindre un canal.

../..


Public visé et Sécurité

VII.    SeaMonkey : pour qui '

En résumé, SeaMonkey est un peu un condensé du savoir-faire de la Fondation Mozilla : Firefox pour la partie navigateur, Thunderbird pour la partie courrier électronique, ChatZilla pour la partie IRC, et enfin Composer, un peu à part c’est vrai. Mais alors, qui aurait intérêt à se tourner vers SeaMonkey plutôt que de garder des éléments séparés '

Eh bien tout le monde pourrait-on répondre ! En effet, SeaMonkey regroupe les outils « essentiels » de l’internaute, et il est rappelons-le possible de n’installer que les composants que l’on souhaite utiliser. Avoir son navigateur et son client de messagerie regroupés au sein d’une même suite facilite les mises à jour par exemple : celles-ci sont centralisées, et l’on n’a pas à installer des correctifs pour chacun de ses logiciels.


Préférences de SeaMonkey


De même, à la suite d’un reformatage, devoir re-télécharger et réinstaller plusieurs logiciels différents est une perte de temps lorsque l’on dispose d’une unique suite regroupant ces logiciels, et on sait que dans un reformatage le plus long est de loin réinstaller tous les logiciels un par un…

Autre aspect pratique de la suite, les préférences sont elles-aussi centralisées. Plus besoin de spécifier dans chaque logiciel que l’on souhaite utiliser un proxy, que la police par défaut est trop petite et que je la veux plus grande, etc…


VIII.    Et la sécurité dans tout ça '

Comme dans tout système informatique ou non, centraliser les données est une faille de sécurité potentielle. Imaginez par exemple que toutes vos données et leurs sauvegardes soient stockées dans un unique endroit : en cas d’incendie, vous avez tout perdu. Dans le cas d’un logiciel, c’est pareil, et Microsoft a pu indirectement le démontrer avec l’intégration dans Windows d’Internet Explorer, une faille dans Internet Explorer créant presque irrémédiablement une faille dans Windows.


ImageBien sûr, la suite SeaMonkey n’est pas comparable à Windows, mais elle contient des données qui peuvent être importantes, comme vos e-mails avec sûrement un login et un mot de passe contenus dans un mail. Comme vous utilisez le même mot de passe partout, l’accès à cet unique mail ouvre de très nombreuses portes…

De par leur côté non commercial, la plupart des logiciels libres bénéficient d’une bienveillance particulière de la part des pirates informatiques. On a ainsi pu voir publiée récemment une liste de failles de sécurité dans Firefox, Thunderbird et SeaMonkey au moment même où la version qui corrigeait ces failles sortait. Pensez-vous vraiment que l’on a découvert ces failles à ce moment-là…

D’autre part, le côté open-source de ces logiciels fait que lorsqu’une faille est signalée, n’importe qui peut accéder au code source et proposer une solution. La réactivité est donc beaucoup plus grande qu’avec un logiciel propriétaire, le temps entre la découverte d’une faille critique et la publication d’un correctif est donc tel que le risque est minime pour que cette faille puisse être exploitée correctement par une personne malveillante. Bien sûr, ce n'est pas « impossible », pensez donc toujours à faire des sauvegardes de vos données, cela est valable avec n’importe quel logiciel…


Télécharger Seamonkey version française 1.0.1 pour Windows
Télécharger Seamonkey version française 1.0.1 pour Linux
Télécharger Seamonkey version française 1.0.1 pour Mac OS X

Site officiel de téléchargement (choix de la plateforme)


  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
neibaf offline Hors ligne Vétéran icone 1449 points
Le #169743
pour ma part, je trouve que c'est pas très beau...
tilt1001 offline Hors ligne Vétéran icone 1004 points
Le #169744
Ah !
Moi, au contraire, je préfère.

La skin grise de SeaMonkey s'adapte beaucoup mieux aux forts contrastes de mon écran LCD que celles, très claires, de Firefox et Thunderbird.

Et puis, comme dit dans la conclusion, je trouve effectivement bien plus pratique de n'avoir à réinstaller qu'un seul logiciel pour l'ensemble plutôt que tous de manière séparée. C'est bien plus simple lors d'un reformatage ou d'une simple mise-à-jour (et dieu sait qu'elles sont bien plus nombreuses que les MAJ d'IE).

Enfin, toutes les préférences son centralisées, les thèmes s'appliquent à l'ensemble de la suite et chaque fenêtre propose un lien en bas à gauche pour facilement passer vers un autre module de la suite SeaMonkey. Bref, tout est "là".

Une suite performante et sécurisée, sans prise de tête.
Sac_poubelle offline Hors ligne Vétéran avatar 2085 points
Le #169745
mouais mais on peut faire plus joli en restant dans les tons de couleurs qui vont bien pour ton LCD.

Là c'est moche, tu as l'impression de faire un bond de 10 ans arrière ! Les icones n'ont pas évolué depuis les premières versions de Netscape! Même si la machine est perfomante et puissante, l'emballage pèche sérieusement.

Un petit coup de lifting pour le thème par défaut et il gagnera des adeptes.
Mathieu M. offline Hors ligne Vétéran avatar 2051 points
Le #169746
Comme je l'ai dit dans le test, le thème par défaut est le même que celui de Netscape sur lequel SeaMonkey est basé. En fait il y a deux thèmes installés par défaut, le standard et le modern, mais c'est le standard qui est activé par défaut, et c'est sûr qu'il en rebute plus d'un...
AngeGabriel offline Hors ligne Vénéré avatar 3379 points
Le #169747
Le seul truc qui manque, dans SeaMonkey, c'est l'extension Tab Mix Plus, qui est vraiment le taupe du taupe pour la navigation par onglets. On peut installer TBE à la place, mais c'est vite lassant d'avoir un pop-up qui rappelle la paternité--nippone--de l'extension à chaque démarrage et à chaque réglage...

Avis au dév' qui a conçu TMP : fais-en une version pour SM, s'te plaît... Allez... Hein, dis...'
:D offline Hors ligne VIP avatar 13120 points
Le #169748
ok angegabriel je le ferai
lvkenny offline Hors ligne Vétéran avatar 1315 points
Le #169764
HS mais sous opera le site a un comportement bizarre par moment cf. http://www.artalio.be/bug.jpg
Mathieu M. offline Hors ligne Vétéran avatar 2051 points
Le #169787
Ca ça vient du caractère "flèche droite" qui est pas correctement rendu...
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire