Test de l'imprimante 3D Alfawise U30, une bonne affaire en 2019 ?

Le par  |  0 commentaire(s)

La U30 propose son lot d'équipement et d'avantages sur la concurrence, le tout conjugué à un volume d'impression relativement intéressant.

Il faut bien prendre en compte qu'actuellement, une majorité de fichiers 3D sont encore prévus pour des machines d'ancienne génération au format 12*12 cm. Par ailleurs, et de par leurs prix très abordables situés autour des 150 euros, les machines en 20x20 constituent une part importante du parc d'imprimantes 3D grand public, il est donc normal pour les créateurs de fichiers de prendre en considération ces volumes d'impression.

Alfawise U30_09

D'avis personnel, le volume d'impression de la U30 comme de la Ender 3 correspond à une grande partie de projets et quand bien même, il est toujours possible de découper des modèles pour les imprimer en plusieurs pièces.

La carte mère de cette U30 est de fabrication Longer3D, elle embarque une seule sortie d'extrudeur, et les drivers A4988 sont surmontés de dissipateurs de chaleur, tout comme le chipset. Une des problématiques de la carte est la façon dont sont gérés les drivers. Longer a fait le choix de régler les drivers en 1/16e de step afin d'obtenir une haute résolution d'impression. Malheureusement pour que cela fonctionne, les contrôleurs doivent recevoir 5v stables depuis la carte mère. Longer3D a fait un choix différent en régulant cette tension de façon logicielle. Cela a un impact direct sur la qualité des impressions puisque la régulation est beaucoup moins stable qu'avec une résistance ou un microcontrôleur et l'on assiste à des sauts réguliers de step, qui entraînent parfois des traces à la surface des pièces. Heureusement, il est assez facile de corriger le tir en intégrant des diodes entre la carte mère et les moteurs pour lisser le signal (TL Smoothers).

Alfawise U30_08

Le choix de l'écran tactile constitue un bon et un mauvais choix à mon sens : s'il est agréable d'accéder rapidement à l'ensemble des paramètres, il apporte une certaine complexité dans le potentiel d'évolution de la machine. En effet, ces écrans tactiles disposent d'un firmware leur étant propre, qu'il faut mettre à jour en fonction des modifications imputées au firmware de la partie électronique de l'imprimante. Malheureusement, Longer et Alfawise ont mis énormément de temps à partager leurs firmwares alors même que l'imprimante fonctionne sous Marlin, un système open source. Le firmware de l'écran quant à lui n'est pas open source et rien n'oblige la marque à en fournir le code source pour le faire évoluer... Il devient donc compliqué de faire communiquer l'électronique de la machine et l'écran sans aller bidouiller le tout avec des firmwares custom parfois instables. Par ailleurs et pour en finir avec la critique de l'écran : ce dernier est raccordé à la carte mère avec une nappe très fine et fragile, qui par ailleurs est beaucoup trop longue et peut ainsi très rapidement s'abimer.

La position de la carte SD, qui permet de stocker les fichiers pour les imprimer directement depuis la machine sans la brancher à un PC est également surprenante puisque localisée à l'arrière de l'imprimante, dans un endroit pas franchement accessible... Si bien que faire des aller-retour avec la carte en main pour imprimer tient rapidement de la corvée... On aura vite fait d'installer une rallonge de lecteur SD pour positionner le port à l'avant dans une zone plus accessible.

Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme