Test de l'imprimante 3D Alfawise U30, une bonne affaire en 2019 ?

Le par  |  0 commentaire(s)

Après avoir assemblé la machine et fait les premièrs réglages, il est temps de se lancer dans les tests d'impression et d'usage.

Nous l'évoquions plus haut, l'accès à la carte micro SD est assez contraignant, on prendra donc soin d'y stocker plusieurs fichiers d'un coup ou de piloter l'imprimante depuis un serveur Ocrotprint ou Astroprint pour plus d'aisance (nécessite un Raspberry Pi).

Alfawise U30_12  Alfawise U30_17

Après avoir "slicé" notre fichier STL dans un logiciel spécifique, il suffit de stocker le Gcode obtenu sur la carte SD, puis de naviguer dans les menus de l'imprimante pour lancer l'impression.

La machine chauffe alors au niveau du plateau et de la buse assez rapidement et lance l'impression selon les réglages renseignés dans le slicer.

Chtulhu  IMG_20190108_155246

Ici comme toujours, certaines précisions sont de rigueur : l'imprimante 3D en elle même n'est pas la seule responsable de la qualité finale d'une impression puisque les réglages renseignés dans le logiciel de découpe constituent plus des 3/4 du résultat final. Ces réglages de vitesse, d'accélération, refroidissement, options de débrayage, rétraction, etc sont propres à chaque machine, mais aussi à chaque filament, il convient donc de faire des réglages sur de nombreux tests pour maîtriser sa machine et en percevoir progressivement le potentiel et les limites.

IMG_20190108_105156  IMG_20190108_155522

Nous avons mené des tests assez ciblés afin notamment de mettre en exergue le point évoqué concernant la gestion des steps moteurs via logiciel. Pour ce faire, il existe des fichiers spécialement conçus, des "torture tests" spécifiques aux drivers A4988. Car même si Longer semble avoir quelque peu révisé sa copie (sans doute en ajoutant un régulateur supplémentaire au niveau de l'alimentation) pour limiter les effets de saut de step sur sa U30 comparé à sa U20, on assiste ici à un phénomène assez connu sur les imprimantes de type Delta et autres machines en A4988 : le salmon skin.
U30 solo

Torture test sur U30 normale

Cet effet produit des zébrures sur les pièces qui peuvent apparaître comme des écailles et ressemblent ainsi à une peau de poisson. Nous avons ainsi mené plusieurs tests avec une pièce spécialement étudiée pour faire ressortir ce défaut : avec une U30 normale, avec une Ender 3, puis avec une U30 à laquelle nous avons ajouté des TL Smoothers (des composants intégrants 8 diodes par moteur permettant de lisser le signal électrique).

U30 TL

Torture test sur U30 avec TL Smoothers

Les résultats sont sans appel : le salmon skin est bien visible sur la U30 d'origine, amplifié par notre choix de PLA bronze, à peine perceptible sur Ender 3 normale, et plus du tout visible sur U30 avec TL Smoothers.
U30 solo VS U30 TL

Torture test : à gauche U30 normale, à droite U30 avec TL Smoothers

Concrètement, nous obtenons ici une meilleure finition avec une U30 équipée de TL Smoothers qu'avec une Ender 3 basique (notez que les TL Smoothers ne changent rien à la qualité des pièces sur Ender 3, la régulation du signal étant gérée directement sur la carte mère par une résistance spécifique).
Ender 3 VS U30 TL

Torture test : à gauche Ender 3, à droite U30 avec TL Smoothers

Nous avons enchainé plusieurs tests successifs avec des filaments de différente qualité : du plus basique de chez eSUN (violet) au plus haut de gamme (Arianeplast) en PLA rouge métallisé et PETG rouge, en passant par du Pla + Sunlu gold (gold) ainsi que le très séduisant Silk Gold ST-Technologie.

Les résultats sont particulièrement propres et dignes des imprimantes haut de gamme du marché.

Rappelons toutefois que le plateau est équipé d'un tapis d'accroche de type buildtack et que cela présente également ses avantages comme ses inconvénients.
Le tapis en lui même se positionne dans la moyenne en termes de qualité : il n'est pas trop rugueux et ne s'abime donc pas trop rapidement avec la spatule, mais il s'encrasse malgré tout très vite. Ce type de tapis est plus permissif avec le réglage du plateau : il peut accrocher alors même que la buse est en réalité trop haute, mais à contrario, il est parfois très complexe de décoller des pièces sans les abîmer ou sans abîmer le tapis... Par ailleurs, ce type de tapis ne supporte pas les hautes températures : impossible donc d'envisager imprimer de l'ABS qui nécessite un plateau à 100 degrés, sans voir apparaître des cloques et déformations.

Pour plus de confort, on basculera vers un tapis d'accroche magnétique de type Ziflex qui a la particularité de pouvoir se décrocher du reste du plateau afin qu'on puisse le plier pour décoller facilement les pièces. On pourra également opter pour des plateaux de type Ultrabase, la meilleure surface selon moi restant à ce jour les plaques de polypropylène de type Mamorubot : l'accroche est excellente, la pièce se décolle facilement à froid et la plaque est légère et n'accentue donc pas l'inertie au niveau du plateau pendant les déplacements.

Alfawise U30_26  Alfawise U30_21Alfawise U30_25  Alfawise U30_23Alfawise U30_24  Alfawise U30_28

Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme