Test Anarchy Reigns

Le par Fabien H.  |  0 commentaire(s)
Anarchy Reigns - vignette

Le studio japonais PlatinumGames, connu et apprécié pour ses jeux de qualité, accouche d'une production largement orientée multijoueurs, à savoir Anarchy Reigns. Ce beat'em all survolté reprenant l'architecture de gameplay de MadWorld et de Bayonetta saura-t-il suffisamment convaincre pour plaire aux amateurs d'action ? Nous vous apportons des éléments de réponse dans ce test.

Action frénétique

Studio redorant le blason des jeux japonais sur les consoles de salon actuelles, PlatinumGames nous a proposé des titres de grande qualité. On peut notamment citer le très bon MadWorld, le magistral Bayonetta ou encore l'immersif Vanquish. Le studio nippon se charge même de la conception d'un spin-off à la série Metal Gear, c'est dire que son savoir-faire n'est plus à prouver. Les défis sont également dans le concept de la société, puisqu'elle a développé Anarchy Reigns, un beat'em all « couillu » dans le fait qu'il se tourne essentiellement vers le multijoueurs.

Bien évidemment, le genre pourra faire rappeler les précédents jeux de PlatinumGames, puisque la société excelle dans ce domaine. C'est son orientation en ligne qui fait du jeu un projet à risque, puisqu'il se base sur sa communauté de joueurs pour survivre sur le long terme. Une campagne solo est toutefois présente, accompagnée d'un scénario qui tient toutefois sur un timbre poste. Malgré tout, l'ambiance graphique du jeu, à mi-chemin entre le post-apocalyptique, le cyberpunk et accompagnée d'une touche de kitsch, plaira aux amateurs d'originalité. Pour les habitués des productions PlatinumGames, la pâte habituelle ne surprendra pas.

Anarchy Reigns - 1 Anarchy Reigns - 2 

Malgré son atmosphère plutôt atypique, l'histoire de Anarchy Reigns est livrée sous la forme de quelques bribes de texte fournies en tout début de partie. Il ne faudra pas s'attendre à de longues cinématiques et autres phases de dialogues à rallonge, le jeu étant conçu de façon à nous laisser le pad en main, paré à l'action. Aussi, le cheminement n'est pas vraiment intéressant, à l'instar de celui d'un jeu de combat, puisque toutes les occasions sont bonnes pour s'adonner à quelques bourre-pifs avec le premier inconnu. Et pourtant, quelques scènes cinématiques creusent légèrement le background par moments dans la campagne, mais ne suffisent malheureusement pas à rendre la progression immersive.

Le début de l'aventure se déroule dans un bar mal famé, endroit dans lequel se regroupent à peu près toutes les crapules du coin. Dans les premiers instants, il faudra choisir de suivre le scénario du Camp Blanc ou du Camp Noir. L'ordre importe peu dans l'absolu, puisqu'une fois le jeu terminé d'un bord, l'autre s'enchaînera, de sorte à comprendre davantage certaines rencontres, afin de découler sur une fin commune. Ce choix d'embranchements scénaristiques se révèle intéressant sur le papier, mais finalement assez anecdotique dans les faits, toujours en raison d'une progression sans grande saveur. Soulignons que deux fins différentes peuvent être découvertes, selon le choix du camp au début de l'aventure.

Anarchy Reigns - 3 Anarchy Reigns - 4 

Si vous sélectionnez le Camp Blanc, vous incarnerez Leo, un membre du Bureau de la Sécurité Publique, à la recherche de Max avec ses deux coéquipiers : Sasha et Nikolai. Dans le cas du Camp Noir, vous contrôlerez Jack Cayman, le héros du jeu MadWorld équipé de sa célèbre double tronçonneuse. Dans tous les cas, les personnages se croiseront au fil des quatre environnements du jeu, occasionnant des combats en duel dans la plupart des cas. Ces quatre niveaux, vantés comme assez étendus par le studio de développement, se révèlent finalement très exigus et disposant de peu d'interactions.



Martellement de manette

En termes de gameplay, Anarchy Reigns s'appuie sur l'architecture des anciens jeux de PlatinumGames, de sorte à proposer une prise en main efficace et réactive. Concrètement, vous disposez d'un coup normal, un coup puissant, une choppe et un saut sur les boutons de façade, les gâchettes servant à l'esquive, l'utilisation de coups surpuissants et de l'usage des armes et pouvoirs optionnels. Il est possible d'effectuer quelques combos en associant les coups avec les sauts par exemple, mais il est clair que nous ne sommes pas au niveau de la richesse d'un Bayonetta. De plus, lorsque votre jauge est pleine, il est possible d'enclencher une furie qui vous permettra de donner une pluie de coups de poings à vos adversaires, façon Ken Le Survivant. Jouissif !

Dès les premiers instants de jeu, un souci se pose : la caméra a tendance à gêner fortement l'action en raison d'un gros manque de réactivité, et le système de verrouillage d'ennemis ne se révèle pas véritablement au point, ce qui fait irrémédiablement perdre de la réactivité à l'ensemble. De plus, les esquives, pourtant très utiles, ne se veulent pas très confortables à produire. En bref, on se retrouve avec une prise en main à mi-chemin entre le jouissif et le poussif : les coups sont bien retranscrits, mais les déplacements se révèlent bien naturels. Vu que vous serez souvent encerclés par des vagues d'ennemis, vous aurez tôt fait de râler envers les ces détails fâcheux.

Anarchy Reigns - 5 Anarchy Reigns - 6 

Au sein des quatre environnements, il suffira de tabasser à tout-va les adversaires qui se présenteront à vous. Dans l'état, les ennemis arrivent dans le cadre de vagues bien définies : ennemis faibles au début, quelques brutes telles que des mutants avec des masses ensuite, puis des bombardements qui nécessitent de se mettre à l'abri, etc. Ce schéma se reproduit à l'infini, en mixant les types de vagues. Il est donc possible de se battre pendant de longues minutes et, ce totalement librement. La progression dans le jeu solo est simple : il suffit de frapper suffisamment d'ennemis ( cumulant des points ) afin de débloquer des missions. Ces dernières s'afficheront par des faisceaux lumineux vert (pour les missions secondaires) et orange (pour la progression du scénario principal). Il faut compter 3 missions secondaires et 3 principales pour chaque carte, ce qui se révèle assez peu pour arriver à la fin du jeu.

Bien évidemment, PlatinumGames compte sur le côté « scoring » pour son jeu, puisque chaque mission se clôture par une médaille, suivant votre efficacité ( temps, vie restante, etc ). Les plus pointilleux chercheront à décrocher le platine dans chaque objectif et ce, dans tous les modes de difficulté. Les objets débloqués en finalité sont bien maigres, puisqu'ils se cantonnent à des galeries dans le menu Bonus. Bien évidemment, la campagne solo sert aussi à débloquer l'ensemble des personnages du roster, bien qu'ils peuvent également être acquis dans le mode multijoueurs, le cœur d'Arnarchy Reigns.

Anarchy Reigns - 7 Anarchy Reigns - 8 



Bourre-pif général

Si le versant solo de Arnarchy Reigns présente une partie de son potentiel, c'est véritablement pour son multijoueurs que le jeu a été imaginé. Et à ce niveau, force est de constater que PlatinumGames a mis le paquet en termes de modes de jeu. On y retrouve notamment un mode Battle Royale qui permet à 16 joueurs de se battre, pour un résultat vraiment jouissif, bien qu'un poil brouillon. Il faut aussi compter sur du Team Deathmatch à 8 joueurs, des combats en duo ( 4 équipes de 2 joueurs, ou 2 équipes de 2 joueurs ), le célèbre Deathmatch à 4, ou encore du duel en cage. Plus étonnant, il existe aussi un mode Capture the Flag en 4 vs 4 ou 3 équipes de 2 joueurs au choix, pour un résultat finalement très sympathique et assez stratégique suivant les joueurs.

En complément, un mode coopératif est également présent avec une règle survie dans laquelle 3 joueurs vont s'entraider pour combattre des vagues d'ennemis gérés par l'IA. Enfin, les amateurs d'originalité apprécieront le Deathball, un simili jeu de football rappelant légèrement le célèbre Speedball de l'Amiga et de l'Atari ST dans lequel il faut marquer des buts. Deux équipes de 4 joueurs s'affrontent dans ce mode plutôt sympathique.

Anarchy Reigns - 9 Anarchy Reigns - 10 

Selon la règle choisie, il sera possible de s'équiper d'emblèmes. Ces derniers permettent d'avoir des bonus supplémentaires, améliorant par exemple les dégâts infligés ou la défense. Chaque partie permettant de glaner de l'expérience et des rangs, d'autres compétences seront à récupérer au fil du temps. Malgré la très bonne intention du studio de développement pour nous proposer un large choix de modes de jeu en multijoueurs, force est de constater que la mise en place est bien moins optimisée. En effet, il n'est pas rare de patienter de très nombreuses minutes, le temps que le nombre de joueurs soit atteint dans les salles d'attente, et que chacun ait validé le lancement de la partie. Cette validation supplémentaire est fortement pénalisante et dissuadera plus d'un impatient... C'est vraiment dommage que le système n'ait pas été conçu de façon plus efficace, de sorte à proposer des parties rapides et sans grande attente, à l'instar de nombreux autres jeux axés sur le multi. A l'heure du test, il est difficile de trouver des joueurs ou des parties jouables.

En termes de réalisation, Anarchy Reigns propose un rendu graphique honnête, mais légèrement en deçà de ce qui a pu se faire avec les précédents jeux du studio. Aussi, on se retrouve avec des textures parfois peu détaillées et baveuses, ainsi que des environnements qui manquent de consistance. Rien ne surprend véritablement dans la réalisation graphique du jeu, à l'exception de sa fluidité qui se révèle pour le coup très bien optimisée. Sur ce point, il est utile de préciser que les ralentissements pourront se révéler fréquents en multijoueurs, si vous disposez d'une connexion Internet peu véloce. La partie sonore du jeu se présente plus performante, avec une bande son très dynamique à mi-chemin entre le hip-hop et le rock, avec des sonorités empruntées au jazz. La possibilité de basculer les voix en japonais est également un gros avantage, au vu des doublages français particulièrement médiocres.

Anarchy Reigns - 11 Anarchy Reigns - 12 



+ Les plus
  • Nombreux modes de jeu en multijoueurs
  • Action frénétique et jouissive
  • Doublage japonais disponible
  • Bande son de qualité
  • Son prix : environ 30 euros
- Les moins
  • Graphiquement moyen
  • Campagne solo courte et peu intéressante
  • Manque d'optimisation en multijoueurs
  • Caméra et déplacements poussifs

Notes

  • Graphisme Si la pâte artistique de Arnachy Reigns propose un mélange intéressant entre le post-apocalyptique, le cyberpunk et des allures kitsch propres au savoir-faire de PlatinumGames, la réalisation graphique n'est pas à la hauteur des précédent du jeu du studio : les environnements vides et les textures faibles en détails en sont des exemples. En revanche, le jeu est très fluide et le chara-design est toujours aussi atypique.
    6/10
  • Bande son Le jeu profite d'une bande sonore très intéressante, à base de hip-hop mêlé de rock et de jazz. Le rendu est très proche de la performance réalisée avec MadWorld sur Wii. Nos oreilles apprécieront également la possibilité de basculer les voix en japonais, le doublage français étant tout simplement médiocre et poussif.
    7/10
  • Jouabilité Malheureusement, Anarchy Reigns ne propose pas une prise en main idéale. Si les échanges de coups sont efficaces avec la possibilité de faire quelques combos (nous sommes bien loin des possibilités de Bayonetta), les déplacements sont poussifs, accentués par des esquives peu pratiques, un système de lock mal calibré et une caméra absolument gênante. Toutefois, l'ensemble demeure très jouissif en multijoueurs, si on passe outre les potentielles attentes de joueurs dans les différents modes de jeu.
    6/10
  • Durée de vie La partie solo de Anarchy Reigns se révèle assez courte, puisqu'elle se compose de 18 missions pour chaque camp, ainsi que deux finales. Quelques heures suffiront pour venir à bout de l'histoire, quand bien même les amateurs de « scroring » pourront tenter de décrocher les médailles de platine dans chaque objectif. L'intérêt sur le long terme se concentre dans le mode multijoueurs, composé de nombreux modes de jeu intéressant et certains originaux ( Deathball ) et jouissifs ( Battle Royale ).
    6/10
  • Scénario Le scénario de la campagne solo du jeu tire plutôt du prétexte à des combats. Toutefois, le fil conducteur coupé en deux points de vue est intéressant. Dommage que l'équipe de développement n'ait pas davantage peaufiné l'histoire, surtout que le background aurait pu être bien exploité.
    4/10
  • Note générale En bref, Anarchy Reigns se présente comme un beat'em all plutôt frustrant dans sa globalité, en raison d'un gameplay dynamité par des déplacements et une caméra poussifs, ainsi qu'un mode solo plutôt répétitif et décevant. La partie multijoueurs est nettement plus riche avec de nombreux modes de jeux parfois originaux et jouissifs. Dommage que les parties mettent tant de temps à se lancer, en raison d'un système d'attente mal optimisé. Les plus impatients ne resteront pas faire de vieux os. Le jeu dispose toutefois d'un fort atout, son prix : environ 30 euros.
    6/10

  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Test Risen 2 : Dark Waters PS3
    Après un premier volet plutôt intéressant dans son gameplay, bien que certains aspects étaient encore perfectibles, le studio Pyranha Bytes nous propose Risen 2 : Dark Waters, un épisode qui diffère en termes d'environnements, pour ...
  • Test Deadly Premonition (Import PS3/Xbox 360)
    Deadly Premonition est le genre d'expérience que l'on n'osait plus espérer vivre de nos jours. Empêtré dans une réalisation graphique d'un autre âge, le survival horror d'Access Games se démarque pourtant de la concurrence par la ...
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire
avatar
Anonyme
Anonyme avatar