Test de l'Artillery Sidewinder X1 : l'imprimante 3D qui bouscule le marché

Le par  |  0 commentaire(s)

Au déballage de la Sidewinder X1, une chose frappe immédiatement : tout est parfaitement bien protégé avec notamment des mousses épaisses que l'on connaissait déjà chez Tevo, mais également des renforts cartonnés dans les angles. Le tout dévoile des éléments d'une évidente robustesse, aucun jeu à noter, tout est bien emballé, étiqueté...

Artilery Sidewinder X1_02_1_1Artilery Sidewinder X1_1_1

Le packaging est complet et on a même droit à une check list complète qui garantie d'un service de vérification poussé : déplacements des axes, griffures, serrage des vis, vérification des ventilateurs, moteurs, tension courroie... Tout est validé à la main avant envoi. D'ailleurs, on retrouve ce travail méticuleux sur la machine qui multiplie les autocollants "QC". Clairement, Artillery fait dans le sérieux.

Artilery Sidewinder X1_07_1Artilery Sidewinder X1_08_1

La machine est livrée à assembler (le montage ne prend que quelques minutes) et elle vient avec quelques accessoires et pièces de rechange. Le tout est proposé dans une trousse griffée de la marque afin de ne rien perdre, une petite attention qui n'a l'air de rien, mais qui est toutefois bienvenue. Dans cette trousse, on retrouvera les nappes de connexion (en double), une LED, une buse et 2 roues de rechange, du câble USB, des clés diverses nécessaires au serrage des vis, une véritable clé plate pour le serrage des buses ainsi qu'une clé USB là encore griffée de la marque pour stocker les fichiers d'impression 3D. Rien n'est laissé au hasard et les choses vont continuer dans le bon sens par la suite.

Artilery Sidewinder X1_03_1_1Artilery Sidewinder X1_04_1_1

Concernant la machine en elle-même, elle propose un ensemble d'aspects dignes des meilleures machines du moment :

  • Double motorisation en axe Z (doubles tiges trapézoïdales) avec synchronisation par courroie
  • Chassis all in one pour intégrer l'électronique
  • Écran tactile avec menu assez avancé
  • Plateau chauffant silicone 220V
  • Structure renforcée
  • Tête d'impression Direct Drive composée d'un extrudeur Titan et d'une tête V6 Volcano
  • Dérouleur de bobine sur roulements à billes
  • Ventilateurs silencieux
  • Carte mère avec drivers TMC 2209 silencieux
  • Détecteur de fin de filament
  • Reprise d'impression après coupure de courant
  • Volume d'impression de 310x310x400 mm
  • Capteurs de fin de course inductifs
  • Précision d'impression variant de 0.05 mm par hauteur de couche à 0.3 mm avec la buse 0.4mm fournie.

La SideWinder X1 affiche quelques particularités compte tenu du marché : 

Tout d'abord, c'est l'une des rares imprimantes à miser sur l'intégration de drivers AT 2100 "maison" alors que les machines silencieuses proposées par les autres fabricants misent sur des TMC 2208. Cela implique la gestion des microsteps en 1/16, un fonctionnement en 5V avec une gestion du voltage moteur variant de 4.75 à 46V et jusqu'à 2.5A en crête. Ils intègrent la fonction StealthChop pour un fonctionnement silencieux.

Artilery Sidewinder X1_06_1Artilery Sidewinder X1_05_1

Ce qui explique ce choix, outre la volonté de proposer une plateforme évolutive au potentiel accru, est que la SideWinder X1 propose une configuration Direct Drive avec un extrudeur Titan. Pas de tube PTFE donc pour amener le filament de l'extrudeur vers la tête, cette dernière est directement montée dans un extrudeur Titan qui a la particularité d'offrir un multiplicateur de couple 3:1. C'est pour cela qu'il est intéressant d'avoir suffisamment d'intensité envoyée au moteur, afin d'éviter la surchauffe, mais aussi les sauts de step.

Pour rester sur la tête, là encore, Artillery fait dans l'originalité : là où l'on aurait pu s'arrêter à une tête de type V6 (modèle cylindrique offrant un meilleur refroidissement), la marque a fait le choix d'installer la variante Volcano, soit avec un corps de chauffe installé dans la hauteur et une cartouche de chauffe à la verticale, idéale pour chauffer les buses Volcano rallongées : on obtient ainsi plus d'inertie et l'on peut atteindre de plus hautes températures. Ces têtes volcano sont traditionnellement utilisées pour les impressions rapides : plus on envoie de filaments rapidement dans la tête, plus il faut d'inertie pour conserver la chaleur nécessaire à faire fondre ce dernier sans souci et sans variations de température. En outre, la tête Volcano s'accommode avec grande facilité des filaments les plus techniques nécessitant de dépasser les 300 °C, mais aussi les filaments basiques avec des buses de gros diamètre (0.8 mm et supérieur).

À défaut d'utiliser pleinement le potentiel de la tête Volcano, l'utilisateur aura la liberté de se lancer dans des expériences et dispose de ce qu'il se fait actuellement de plus sérieux sur le marché.

Artilery Sidewinder X1_12_1

Autre point notable à souligner sur cette X1 : la structure qui se veut particulièrement renforcée : le lit chauffant est installé sur un rail V Slot 60x20 mm tout comme l'axe X et la tête d'impression. Cela permet d'offrir une grande stabilité, et donc une meilleure précision. Concernant l'axe X, cela permet de mieux supporter le poids de la tête Direct Drive .

Vous l'aurez sans doute remarqué, mais la SideWinder X1 est également particulièrement épurée... Cela se doit à l'exploitation de nappes plates en place et lieu des traditionnels câbles qui ont tendance à pendre. Le seul câble visible de la machine se situe à l'arrière et correspond à l'alimentation du lit chauffant.

Artilery Sidewinder X1_20_1

Lorsque l'on ouvre la machine, on découvre une nouvelle surprise et l'on sent les inspirations de Tevo et de sa Tornado puisque la configuration est quasiment identique : on retrouve ainsi une carte mère MKS Gen L (8 Bits) avec des drivers TMC 2209 ainsi qu'une petite alimentation sans ventilation dédiée uniquement à la carte mère + écran et tête d'impression. Un relais SSR est également présent, il sert le tapis chauffant en 220 V.

Artilery Sidewinder X1_09_1

Le tapis chauffant, et plus globalement le lit d'impression, sont également une originalité trop peu suivie sur le marché. Le choix du tapis 220V est intéressant à plusieurs points : d'une part il permet une chauffe extrêmement rapide et uniforme du support d'impression, par ailleurs le fait qu'il dispose de sa propre alimentation préserve la carte mère qui gère traditionnellement cet aspect et évite d'avoir à installer une alimentation plus puissante et donc ventilée, donc bruyante... À lui seul, le tapis en 220V permet donc de gagner en efficacité, mais aussi d'assurer un fonctionnement très silencieux de la machine.

Pour ce qui est de la surface d'impression, il s'agit d'un verre spécifique à revêtement céramique de type Ultrabase. Ce type de revêtement permet une bonne accroche à chaud et traditionnellement un décrochage des pièces automatique à froid. Moins sensible qu'un tapis d'impression de type buildtack, il est plus durable, mais peut parfois poser quelques soucis... Ici, nos inquiétudes viennent du fait qu'il est collé au tapis 220V : lorsque ce dernier sera trop usé ou s'il venait à casser, il faudra changer l'ensemble, et cela pourrait se révéler à la fois couteux et problématique.

Artilery Sidewinder X1_11_1

L'écran pour sa part est à la fois tactile et couleur. Les menus sont clairs et l'on accède à plusieurs fonctionnalités intéressantes, notamment l'assistance au leveling, plusieurs vitesses dans l'extrusion, le changement de filament, l'activation de la LED intégrée à la tête d'impression et le choix de sa couleur... Tout est plutôt bien fait.

Artilery Sidewinder X1_14_1

Le dérouleur de bobine est en acier et est doté de roulements à billes. Il vient se positionner sur le dessus de la structure de l'imprimante et intègre une connexion pour le détecteur de fin de filament. On regrette que la fixation ne le fige, ce qui impliquera de recourir aux outils pour changer l'empâtement pour s'adapter aux bobines de différente largeur. Mais un petit tour sur Thingiverse nous a rapidement permis d'imprimer des rouleaux à venir emboiter entre chaque côté du support afin de correspondre à toutes les tailles de bobines.

La gestion des fichiers se fait au choix, via une carte micro SD ou sur une clé USB. Cette double option permet de préparer des fichiers sur l'un des deux supports pendant que l'autre est utilisé en lecture sur la machine, évitant d'avoir à stopper l'impression en cours pour anticiper la suivante.

Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme