Test de l'Artillery Sidewinder X1 : l'imprimante 3D qui bouscule le marché

Le par Mathieu M.  |  1 commentaire(s)
Artilery Sidewinder X1_20_1

C'est une marque dont la popularité explose depuis le lancement de ses deux premières machines : Artillery est en passe de s'imposer comme une référence sur le marché de l'impression 3D grand public.

S'imposer dans l'impression 3D avec de l'innovation

Depuis quelques années et le lancement de quelques modèles emblématiques d'imprimantes 3D qui ont véritablement initié une forme de démocratisation du domaine, le matériel a tendance à se multiplier sans véritablement se renouveler.

Artilery Sidewinder X1_20_1

Il y a 3 ans maintenant, Creality lançait l'imprimante 3D CR-10 (voir notre test) qui conjuguait une qualité d'impression remarquable à un grand volume et un prix très agressif. Le modèle a véritablement participé à démocratiser l'impression 3D auprès du grand public. S'en sont suivies des évolutions de matériel, mais voilà : depuis 1 à 2 ans, les évolutions stagnent quelque peu.

Au fil des années, les constructeurs se sont tournés vers les utilisateurs pour adapter leurs imprimantes en leur ajoutant des options développées par la communauté : détecteurs de fin de filament, leveling automatique, renforts structurels, WiFi, lumières. Le matériel a quelque peu évolué et les options que l'on trouvait au détail comme les cartes mères avec drivers interchangeables, écrans tactiles, extrudeurs Titan ou double entrainement sont devenus des composants intégrés aux machines. Mais en soi, les constructeurs n'ont pas véritablement révolutionné le marché par leurs propres innovations, simplement amené leurs machines à de nouveaux standards. En conséquence, quiconque dispose d'un peu de connaissances peut rapidement faire évoluer une machine datant de 3 ans vers une configuration identique à celle proposée aujourd'hui par la plupart des constructeurs.

Artilery Sidewinder X1_10_1

Artillery a bien compris que, pour s'imposer, il fallait proposer autre chose aux utilisateurs et ne plus simplement cloner les machines cartésiennes en y apposant uniquement son propre logo. C'est ainsi que des anciens membres de Tevo entrés au sein d'Artillery ont lancé la Sidewinder X1, une machine pleine de promesses et atypique sur le marché.

Malgré les énormes ruptures de stock ces dernières semaines, vous pourrez trouver l'imprimante 3D Artillery Sidewinder X1 chez Gearbest au prix de 371 € avec une expédition depuis la France (notre modèle de test).



Un vrai changement sur le marché

Au déballage de la Sidewinder X1, une chose frappe immédiatement : tout est parfaitement bien protégé avec notamment des mousses épaisses que l'on connaissait déjà chez Tevo, mais également des renforts cartonnés dans les angles. Le tout dévoile des éléments d'une évidente robustesse, aucun jeu à noter, tout est bien emballé, étiqueté...

Artilery Sidewinder X1_02_1_1Artilery Sidewinder X1_1_1

Le packaging est complet et on a même droit à une check list complète qui garantie d'un service de vérification poussé : déplacements des axes, griffures, serrage des vis, vérification des ventilateurs, moteurs, tension courroie... Tout est validé à la main avant envoi. D'ailleurs, on retrouve ce travail méticuleux sur la machine qui multiplie les autocollants "QC". Clairement, Artillery fait dans le sérieux.

Artilery Sidewinder X1_07_1Artilery Sidewinder X1_08_1

La machine est livrée à assembler (le montage ne prend que quelques minutes) et elle vient avec quelques accessoires et pièces de rechange. Le tout est proposé dans une trousse griffée de la marque afin de ne rien perdre, une petite attention qui n'a l'air de rien, mais qui est toutefois bienvenue. Dans cette trousse, on retrouvera les nappes de connexion (en double), une LED, une buse et 2 roues de rechange, du câble USB, des clés diverses nécessaires au serrage des vis, une véritable clé plate pour le serrage des buses ainsi qu'une clé USB là encore griffée de la marque pour stocker les fichiers d'impression 3D. Rien n'est laissé au hasard et les choses vont continuer dans le bon sens par la suite.

Artilery Sidewinder X1_03_1_1Artilery Sidewinder X1_04_1_1

Concernant la machine en elle-même, elle propose un ensemble d'aspects dignes des meilleures machines du moment :

  • Double motorisation en axe Z (doubles tiges trapézoïdales) avec synchronisation par courroie
  • Chassis all in one pour intégrer l'électronique
  • Écran tactile avec menu assez avancé
  • Plateau chauffant silicone 220V
  • Structure renforcée
  • Tête d'impression Direct Drive composée d'un extrudeur Titan et d'une tête V6 Volcano
  • Dérouleur de bobine sur roulements à billes
  • Ventilateurs silencieux
  • Carte mère avec drivers AT 2100 custom
  • Détecteur de fin de filament
  • Reprise d'impression après coupure de courant
  • Volume d'impression de 310x310x400 mm
  • Capteurs de fin de course inductifs
  • Précision d'impression variant de 0.05 mm par hauteur de couche à 0.3 mm avec la buse 0.4mm fournie.

La SideWinder X1 affiche quelques particularités compte tenu du marché : 

Tout d'abord, c'est l'une des rares imprimantes à miser sur l'intégration de drivers AT 2100 "maison" alors que les machines silencieuses proposées par les autres fabricants misent sur des TMC 2208. Cela implique la gestion des microsteps en 1/16, un fonctionnement en 5V avec une gestion du voltage moteur variant de 4.75 à 46V et jusqu'à 2.5A en crête. Ils intègrent la fonction StealthChop pour un fonctionnement silencieux.

Artilery Sidewinder X1_06_1Artilery Sidewinder X1_05_1

Ce qui explique ce choix, outre la volonté de proposer une plateforme évolutive au potentiel accru, est que la SideWinder X1 propose une configuration Direct Drive avec un extrudeur Titan. Pas de tube PTFE donc pour amener le filament de l'extrudeur vers la tête, cette dernière est directement montée dans un extrudeur Titan qui a la particularité d'offrir un multiplicateur de couple 3:1. C'est pour cela qu'il est intéressant d'avoir suffisamment d'intensité envoyée au moteur, afin d'éviter la surchauffe, mais aussi les sauts de step.

Pour rester sur la tête, là encore, Artillery fait dans l'originalité : là où l'on aurait pu s'arrêter à une tête de type V6 (modèle cylindrique offrant un meilleur refroidissement), la marque a fait le choix d'installer la variante Volcano, soit avec un corps de chauffe installé dans la hauteur et une cartouche de chauffe à la verticale, idéale pour chauffer les buses Volcano rallongées : on obtient ainsi plus d'inertie et l'on peut atteindre de plus hautes températures. Ces têtes volcano sont traditionnellement utilisées pour les impressions rapides : plus on envoie de filaments rapidement dans la tête, plus il faut d'inertie pour conserver la chaleur nécessaire à faire fondre ce dernier sans souci et sans variations de température. En outre, la tête Volcano s'accommode avec grande facilité des filaments les plus techniques nécessitant de dépasser les 300 °C, mais aussi les filaments basiques avec des buses de gros diamètre (0.8 mm et supérieur).

À défaut d'utiliser pleinement le potentiel de la tête Volcano, l'utilisateur aura la liberté de se lancer dans des expériences et dispose de ce qu'il se fait actuellement de plus sérieux sur le marché.

Artilery Sidewinder X1_12_1

Autre point notable à souligner sur cette X1 : la structure qui se veut particulièrement renforcée : le lit chauffant est installé sur un rail V Slot 60x20 mm tout comme l'axe X et la tête d'impression. Cela permet d'offrir une grande stabilité, et donc une meilleure précision. Concernant l'axe X, cela permet de mieux supporter le poids de la tête Direct Drive .

Vous l'aurez sans doute remarqué, mais la SideWinder X1 est également particulièrement épurée... Cela se doit à l'exploitation de nappes plates en place et lieu des traditionnels câbles qui ont tendance à pendre. Le seul câble visible de la machine se situe à l'arrière et correspond à l'alimentation du lit chauffant.

Artilery Sidewinder X1_20_1

Lorsque l'on ouvre la machine, on découvre une nouvelle surprise et l'on sent les inspirations de Tevo et de sa Tornado puisque la configuration est quasiment identique : on retrouve ainsi une carte mère MKS Gen L (8 Bits) avec des drivers TMC 2209 ainsi qu'une petite alimentation sans ventilation dédiée uniquement à la carte mère + écran et tête d'impression. Un relais SSR est également présent, il sert le tapis chauffant en 220 V.

Artilery Sidewinder X1_09_1

Le tapis chauffant, et plus globalement le lit d'impression, sont également une originalité trop peu suivie sur le marché. Le choix du tapis 220V est intéressant à plusieurs points : d'une part il permet une chauffe extrêmement rapide et uniforme du support d'impression, par ailleurs le fait qu'il dispose de sa propre alimentation préserve la carte mère qui gère traditionnellement cet aspect et évite d'avoir à installer une alimentation plus puissante et donc ventilée, donc bruyante... À lui seul, le tapis en 220V permet donc de gagner en efficacité, mais aussi d'assurer un fonctionnement très silencieux de la machine.

Pour ce qui est de la surface d'impression, il s'agit d'un verre spécifique à revêtement céramique de type Ultrabase. Ce type de revêtement permet une bonne accroche à chaud et traditionnellement un décrochage des pièces automatique à froid. Moins sensible qu'un tapis d'impression de type buildtack, il est plus durable, mais peut parfois poser quelques soucis... Ici, nos inquiétudes viennent du fait qu'il est collé au tapis 220V : lorsque ce dernier sera trop usé ou s'il venait à casser, il faudra changer l'ensemble, et cela pourrait se révéler à la fois couteux et problématique.

Artilery Sidewinder X1_11_1

L'écran pour sa part est à la fois tactile et couleur. Les menus sont clairs et l'on accède à plusieurs fonctionnalités intéressantes, notamment l'assistance au leveling, plusieurs vitesses dans l'extrusion, le changement de filament, l'activation de la LED intégrée à la tête d'impression et le choix de sa couleur... Tout est plutôt bien fait.

Artilery Sidewinder X1_14_1

Le dérouleur de bobine est en acier et est doté de roulements à billes. Il vient se positionner sur le dessus de la structure de l'imprimante et intègre une connexion pour le détecteur de fin de filament. On regrette que la fixation ne le fige, ce qui impliquera de recourir aux outils pour changer l'empâtement pour s'adapter aux bobines de différente largeur. Mais un petit tour sur Thingiverse nous a rapidement permis d'imprimer des rouleaux à venir emboiter entre chaque côté du support afin de correspondre à toutes les tailles de bobines.

La gestion des fichiers se fait au choix, via une carte micro SD ou sur une clé USB. Cette double option permet de préparer des fichiers sur l'un des deux supports pendant que l'autre est utilisé en lecture sur la machine, évitant d'avoir à stopper l'impression en cours pour anticiper la suivante.



à l'épreuve du feu

Disons-le clairement, les tests menés sur la Artillery Sidewinder X1 ont été réalisés dans les conditions du confinement et dans une logique de production massive de visières de protection dédiées au personnel soignant.

Nous avons bien entendu réalisé des tests sur diverses pièces et dans des filaments spéciaux, notamment des filaments "Silk" qui mettent plus facilement en avant les défauts d'impression. Notre choix s'est porté sur le Silk Royal Blue de Geeetech ainsi que le Silk Rainbow de ST-Technologie.

Artilery Sidewinder X1_15_1

À aucun moment la machine n'a posé de problème particulier : l'accroche sur la plaque d'impression surpasse ce que j'ai pu connaitre sur les Ultrabase Anycubic et mieux encore : les impressions restent bien accrochées une fois le lit froid, obligeant ainsi à les décoller à la spatule.

Le fonctionnement est très silencieux : la plupart du temps, on peine à croire qu'elle est bien allumée et en train d'imprimer. Les rétractions sont ce qui reste de plus audible. Mention spéciale pour les ventilateurs : le 4020 radial traditionnellement assourdissant est ici quasiment inaudible même lancé à 100%.

Artilery Sidewinder X1_18_1

La machine dispose d'un firmware assez optimisé et customisé. Un des éléments particulièrement agréables se trouve dans la gestion de la chauffe du lit : lorsque l'on renseigne 60 degrés en cible, la machine chauffe volontairement le lit à 70 degrés avant de revenir autour des 60 degrés. Il s'agit là d'une technique des utilisateurs expérimentés qui ont conscience que la valeur renvoyée par la sonde placée à un endroit unique d'un lit chauffant, qui plus est en verre, ne correspond pas à la valeur réelle de l'intégralité du lit. Se laisser une marge de 10 degrés de plus permet de s'assurer que la plaque de verre est bien à 10 degrés de moins de façon uniforme. Ça n'a l'air de rien, mais cette technique limite les préchauffages trop longs et réduit les risques de lancer une impression sur une plaque dont les bords sont à 10 ou 20 degrés de moins que le centre, avec pour conséquence des décollements (warping).

Nous l'avons dit, la tête est montée en Direct Drive, ce qui permet de gérer certains filaments spéciaux, notamment de prendre en charge tout ce qui est flexible et souple avec aisance. L'extrudeur Titan fait des merveilles et il se veut particulièrement précis grâce à un ratio 3:1 qui permet un meilleur contrôle de l'extrusion et du flux.

Aucun souci de chauffe à noter avec la tête Volcano qui est par ailleurs protégée par une chaussette silicone. Le système de ventilation est efficace malgré un souffle provenant uniquement d'un côté. Nous avons pu gérer des porte à faux allant jusqu'à 70 degrés et réaliser des pontages jusqu'à 20 cm sans aucun problème particulier.

Artilery Sidewinder X1_21_1Artilery Sidewinder X1_22_1

Le passage au benchmark montre une machine plutôt bien réglée avec le firmware d'origine. Via un profil S3D très peu modifié tiré d'une CR10S équipée d'une double tête en direct drive, on obtient des résultats plus que satisfaisants.
On peut ainsi voir que la machine supporte très facilement les porte-à-faux malgré une ventilation sur un seul côté : les dégradations interviennent à partir de 80 degrés, mais sans échouer pour autant.

Artilery Sidewinder X1_23_1Artilery Sidewinder X1_24_1

Les pontages sont parfaits et sans effondrement, le texte reste bien lisible, la tour de 2 mm de diamètre est complète. On repère ici quelques défauts tout de même en hauteur : la tour doit être carrée et les angles sont plus arrondis sur le haut, la faute à l'absence de réglage de l'élévation verticale dans le slicer, ainsi que du ralentissement automatique de l'impression sur les couches courtes.

La calibration de l'extrudeur est bonne et ne nécessite aucune correction. Par ailleurs, aucun phénomène de ghost ou de stringing n'est à noter, ce qui est bon signe malgré une configuration Direct Drive plus à même de développer ces phénomènes en temps normal : cela s'explique par le bon équilibrage de la tête et l'utilisation d'un rail 60x20 mm pour l'axe X.

Artilery Sidewinder X1_16_1

Dans le contexte du confinement et de l'urgence sanitaire, nous avons utilisé l'Artillery Sidewinder X1 pour imprimer de façon intensive plusieurs modèles dédiés aux personnels soignants. En marge des arceaux de visières, nous avons été abordés pour imprimer des clips servant un modèle de visière diffusé à grande échelle dans la zone du Grand Est. Ces clips de petite taille relèvent du défi pour les imprimantes 3D et leur surface d'accroche : si l'un d'entre eux vient à se décoller en cours d'impression, toute la production est perdue... 

Artilery Sidewinder X1_17_1
Comme on peut le voir sur les clichés, ces petites pièces imprimées en grand nombre n'ont posé aucun problème et pourtant, nous avons réalisé en boucle le même fichier des dizaines de fois, sans avoir à retoucher aux réglages du plateau et sans constater de décollement ou de difficultés d'accroche : un excellent point pour le plateau qui a, en quelques semaines, subit l'équivalent de plusieurs mois d'utilisation "normale".



Bilan et questions

Si l'imprimante 3D Artillery Sidewinder X1 nous a séduits par sa qualité globale, son équipement, la qualité d'impression et son silence, quelques questions restent en suspens.

Artilery Sidewinder X1_19_1

Ainsi, nous nous questionnons sur ce qu'il adviendra du lit chauffant lorsque la plaque de verre sera trop usée pour accrocher ou si elle venait à se briser. Chez d'autres constructeurs, on se limiterait à changer un autocollant ou à remplacer une plaque de verre. Ici, puisque la plaque est collée, il faudra changer beaucoup plus de pièces... la réutilisation du lit silicone étant complexe une fois décollée.

Pour autant, nous avons réellement eu une utilisation intensive de la machine pendant les trois dernières semaines, avec des impressions à la fois longues, mais également répétitives. Notamment des impressions de lots de 350 clips pour visières, sur 28 heures et à la chaine. Ces impressions sont complexes puisque ces petites pièces nécessitent une accroche parfaite : une qui se décolle et c'est tout un plateau qui est bon pour la casse... Et pourtant, jamais aucun échec n'a été constaté.
On aurait également pu penser que réimprimer sans cesse au même endroit aurait fini par endommager le lit : rien à déclarer non plus de ce côté, l'accroche est toujours aussi bonne, à chaud comme à froid... Et notons que depuis 3 semaines, nous n'avons refait aucun réglage de hauteur du lit...un excellent point donc.

Artilery Sidewinder X1_10_1

L'autre point qui nous questionne est la capacité des nappes à tenir sur la durée : la fixation se fait en force et le tout est maintenu via un pincement, il n'y a aucun levier. Le problème étant que ces nappes ont des fiches très proches les unes des autres : si une nappe venait à se détacher partiellement, le risque de court-circuit est élevé et cela pourrait endommager les cartes filles, ainsi que la carte mère. Nous aurions donc préféré voir l'utilisation de connectique plus sécurisante, même si, à ce jour, nous n'avons noté aucun souci de ce côté.

Enfin, il est bon de voir qu'Artillery est à l'écoute de la communauté d'utilisateurs : le modèle que nous avons reçu est une V4 vendue par Gearbest (actuellement à 371 € expédiée de France) qui nous a fourni l'exemplaire, mais ce n'est pas clairement indiqué sur la boite ou la notice.

Artilery Sidewinder X1_04_1_1

Dans les faits, Artillery fait évoluer sa machine au fil des mois et en fonction des éventuels problèmes rencontrés... La V4 se distingue notamment par la présence d'un bouton Reset à droite de l'écran et par l'absence de levier d'extrudeur de remplacement dans la trousse d'accessoire : trop fragile sur la V2, il avait déjà subi une transformation et un levier de rechange était livré avec la V3. Le problème étant désormais résolu, plus aucun levier de rechange n'est proposé en pièce détachée. La V5 a déjà été annoncée, elle intégrera un système de mise à niveau automatique du lit via un palpeur de type BL-Touch.

Actuellement, l'Artillery Sidewinder X1 s'impose comme l'une des imprimantes 3D les mieux équipées, les plus silencieuses, performantes et accessibles du marché. Proposée autour des 350 euros en Chine, elle n'a quasiment aucune concurrente dans sa gamme de prix et vient même concurrencer la CR10S Pro facturée 100 à 200 euros de plus...

Même si quelques doutes subsistent sur le long terme concernant les nappes et la surface d'impression, la Sidewinder X1 reste une machine exceptionnelle par son équipement, sa qualité, sa polyvalence et son sérieux : aucune autre machine ne peut pour l'instant rivaliser dans une fourchette tarifaire identique, elle est de loin LE choix qui s'impose pour quiconque cherche une nouvelle imprimante 3D actuellement, qu'il s'agisse de débuter ou d'agrandir son parc.

Malgré les énormes ruptures de stock ces dernières semaines, vous pourrez trouver l'imprimante 3D Artillery Sidewinder X1 chez Gearbest au prix de 371 € avec une expédition depuis la France. Egalement chez AliExpress dans deux boutiques très sérieuses à seulement 374 € avec la livraison gratuite depuis l'Europe en 4 à 10 jours. Attention, sélectionnez bien comme pays d'expédition la République Tchèque (les autres pays ne permettant pas pour le moment d'expédition vers le France à cause du covid-19) et bien entendu la version 220 V. Vous trouverez votre bonheur ici ou .



+ Les plus
  • Le silence absolu et inégalé
  • La qualité globale
  • Le Direct Drive
  • La tête Volcano
  • La qualité des impressions
  • Le plateau en 220 V
- Les moins
  • La fragilité apparente des nappes
  • Le lit d'impression en verre collé difficilement remplaçable

  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
Urquiola offline Hors ligne Senior avatar 364 points
Le #2110995
J'entends aller bon train les commentaires de ceux qui font des chateaux au 3D, il y a des imprimantes si malhabiles, si maladroits, que quand l'on aurait besoin de vitesse, le MIT a trouve la maniere d'annuler les Vibrations qui agissent en frein, continuent comme 'le cheval du mauvais' aux westerns, quand l'on voudrait dimension, 350x350x440 mm serait le minimum, offrent encore un 'space mouchoir'. Merci + Salut
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire