Test Battlefield Bad Company 2

Le par Alain L.  |  0 commentaire(s)
Battlefield Bad Company 2 - Logo

En 2008, EA Digital Illusions CE a surpris son monde et suscité de nombreuses réactions positives. Il a entre autres permis aux joueurs de concilier beauté et destructibilité, chose autrefois impossible dans les traditionnels FPS. En à peine deux ans, le studio suédois a eu tout le temps pour nous concocter une suite vidéoludique, une suite qui s’annonce pleine de surprises.

Une scénario classique mais efficace

Le jeu sort dans un contexte bien calme et fait suite à la publication de gros titres comme Modern Warfare 2, Bioshock 2 ou encore Mass Effect 2. Il s’agit comme vous pouvez le constater d’importantes suites vidéoludiques qui ont toutes connu le succès commercial et critique. La difficulté pour DICE était de rester à la hauteur et surtout de conserver son identité.

Rassurez-vous,  les développeurs ont bel et bien maintenu le concept, à tous les niveaux possibles. Le titre s’est même permis de progresser sur des points importants comme le scénario ou l’aspect graphique. Sans grande surprise, Battlefield Bad Company 2 est scindé en deux modes : le mode solo et le mode multi-joueurs.

Battlefield Bad Company 2 - Image 43 Battlefield Bad Company 2 - Image 44

Dans la campagne solo, on retrouve la fameuse Bad Company, une équipe de quatre soldats particulièrement comiques et indisciplinés à la fois. Leur mission sera cette fois de retrouver une mystérieuse et puissante arme de destruction massive d’origine russe. Cette aventure débute le plus originalement du monde au beau milieu de la Seconde guerre mondiale.

Ce premier chapitre sert à poser les bases du scénario ainsi que du concept. Il s’agit bien entendu d’une courte parenthèse, après quelques dizaines de minutes de jeu la Bad Company reprend définitivement le dessus et ce jusque la conclusion. A l’instar de bon nombre de FPS, Bad Company 2 arbore une trame scénaristique simplette.

Battlefield Bad Company 2 - Image 45 Battlefield Bad Company 2 - Image 46

Elle permet de justifier efficacement les différents voyages entrepris autour du globe terrestre. Mais sachez-le, le scénario est prévisible et ressemble en un sens à celui de Modern Warfare 2. Le mode solo est composé de treize missions certainement plus linéaires que celles du premier volet. Ici, les objectifs s’enchainent rapidement et sans prise de tête.

C’est en tout cas l’occasion pour le joueur de découvrir de superbes paysages comme des villages enneigés, d’épaisses jungles tropicales, de perturbantes plaines désertiques ou encore une ville ravagée de toute part. La campagne offre aussi une chance à nos héros de placer de temps à autre des vannes douteuses et de faire allusion à la concurrence.

Battlefield Bad Company 2 - Image 47 Battlefield Bad Company 2 - Image 48



Le mode multi, véritable point fort du jeu

Ce décalage fonctionne à merveille et permet d’atténuer ce sentiment de linéarité. Afin justement de nous changer les idées, des phases à véhicules sont présentes. Quad, drone militaire, char d’assaut ou encore 4x4 font parties des moyens de transports pilotables. Souvent mise en avant, la destructibilité est très utile durant le mode solo et participe à l’immersion du joueur.

Malheureusement, il est impossible de terminer cette campagne en coopération. Il aurait été judicieux d’intégrer une telle fonctionnalité qui se prête pourtant au concept. Au lieu de cela, il faudra uniquement compter sur l’intelligence artificielle qui une fois n’est pas coutume se montre excessivement efficace et utile à la fois.

Battlefield Bad Company 2 - Image 51 Battlefield Bad Company 2 - Image 52

En soi, les missions solo se montrent relativement banales. Ce qui impressionne le plus, c’est le degré de destructibilité du décor et les scripts mettant bien en évidence ces possibilités.  Si vous cherchez des sensations fortes et des missions épiques, il vaut mieux se tourner vers Modern Warfare 2 arborant une campagne solo autrement plus impressionnante et jouissive.

Faire le tour de la champagne solo vous prendra au maximum sept heures si ce n’est moins. Pour notre part, il nous a fallu seulement six petites heures pour en voir le bout dans la difficulté maximale. C’est peu, très peu même. Mais rassurez-vous, cette campagne solo représente seulement un bon quart du concept.

Battlefield Bad Company 2 - Image 49 Battlefield Bad Company 2 - Image 50

Les choses sérieuses commencent littéralement en mode multi-joueurs. Ce mode est composé de quatre modes de jeu et huit cartes. Le Squad Deathmatch est certainement le mode le plus simple puisqu’il oppose quatre équipes devant se neutraliser mutuellement et atteindre un score de 50 frags. Le mode Conquest consiste en la capture de points clés qu’il faut garder le plus longtemps possible tout en veillant à neutraliser des ennemis.

Les modes Squad Rush et Rush sont certainement les plus intéressants. Ces deux modes sont relativement proches, ils opposent une équipe d’attaquants et une équipe de défenseurs. Selon les cas, le but pour ces groupes est de défendre ou de détruire des stations. Une fois détruites, le champ de bataille avance et deux nouvelles stations sont proposées.

Battlefield Bad Company 2 - Image 53 Battlefield Bad Company 2 - Image 54



Petits massacres entre amis

En plus de ces modes, le joueur peut opter ou non pour le mode Hardcore. Comme son nom l’indique, celui-ci implique une plus grande vulnérabilité des soldats et une absence presque totale des repères visuels comme le viseur central, le radar ou encore le compteur de munitions. Un mode jouissif et certainement plus exigeant.

Ces parties en ligne sont limitées sur consoles à vingt-quatre joueurs et imposent un temps d’adaptation certain. Le joueur pourra choisir entre quatre classes que sont le soldat, l’ingénieur, le médecin et le sniper.  Toutes possèdent des armes, des compétences et des spécialités différentes. C’est en gagnant des points d’expérience que nous débloquons des nouveautés, en participant donc à la bataille.

Battlefield Bad Company 2 - Image 55 Battlefield Bad Company 2 - Image 56

Ces classes sont intimement liées et doivent travailler de concert pour espérer avancer dans le champ de bataille. Contrairement à Modern Warfare 2, un tireur embusqué a de très faibles chances de survivre lors de combats à courte distance. Il doit donc veiller à rester au loin ou bien à s’accompagner d’alliés.

Bad Company 2 implique aussi des affrontements dans des véhicules terrestres, maritimes ou encore aériens. Ils peuvent servir à réduire en miettes l’environnement et les ennemis. La destruction joue en multi-joueurs un rôle crucial. Grâce à elle, le simple soldat peut débusquer un sniper en détruisant la maison qui l’abrite. Elle participe aussi au réalisme du titre.

Battlefield Bad Company 2 - Image 58 Battlefield Bad Company 2 - Image 57

En parlant de réalisme, sachez que le jeu gère fidèlement les courbes balistiques. En clair, balles, obus et missiles sont affectés par la gravité. Pour faire mouche à longue distance, il faut penser à tirer légèrement au dessus de sa cible. Si cette dernière est en mouvement, il est nécessaire d’anticiper ses mouvements. Sont aussi à prendre en compte la précision et la puissance de l’arme.

Les level-designers nous ont concocté des cartes étonnement bien faites et larges à souhait. Elles donnent véritablement l’impression d’être sur un champ de bataille et pas dans une simple arène. Il y en a pour tous les goûts, les climats vont de la forêt enneigée aux complexes industriels côtiers en passant par les plaines désertiques.

Battlefield Bad Company 2 - Image 60 Battlefield Bad Company 2 - Image 59



Galerie d'images

Battlefield Bad Company 2 - Image 61 Battlefield Bad Company 2 - Image 62

Battlefield Bad Company 2 - Image 64 Battlefield Bad Company 2 - Image 63

Battlefield Bad Company 2 - Image 65 Battlefield Bad Company 2 - Image 66

Battlefield Bad Company 2 - Image 67 Battlefield Bad Company 2 - Image 68

Battlefield Bad Company 2 - Image 69 Battlefield Bad Company 2 - Image 70

Battlefield Bad Company 2 - Image 71 Battlefield Bad Company 2 - Image 72

Battlefield Bad Company 2 - Image 73 Battlefield Bad Company 2 - Image 74

Battlefield Bad Company 2 - Image 75 Battlefield Bad Company 2 - Image 76

Battlefield Bad Company 2 - Image 77 Battlefield Bad Company 2 - Image 78

Battlefield Bad Company 2 - Image 79 Battlefield Bad Company 2 - Image 80

Battlefield Bad Company 2 - Image 81 Battlefield Bad Company 2 - Image 82

Battlefield Bad Company 2 - Image 83 Battlefield Bad Company 2 - Image 84

Battlefield Bad Company 2 - Image 85 Battlefield Bad Company 2 - Image 86

Battlefield Bad Company 2 - Image 87 Battlefield Bad Company 2 - Image 88

Battlefield Bad Company 2 - Image 90 Battlefield Bad Company 2 - Image 89

Battlefield Bad Company 2 - Image 91 Battlefield Bad Company 2 - Image 92



Conclusion

Battlefield Bad Company 2 - JaquetteGlobalement, les graphismes de Bad Company 2 sont très bons. Le titre arbore malheureusement des textures tantôt précises tantôt imprécises. DICE a du faire de logiques concessions afin que les consoles puissent digérer entièrement le concept et éviter de présenter des saccades. Mais la beauté des environnements et des explosions force le respect.

Au niveau acoustique, Modern Warfare 2 avait placé la barre haute, très haute même. Bad Company 2 parvient à atteindre un même niveau d’excellence pour des raisons différentes. Dans le titre d’Infinity Ward, seule la campagne solo se voit être dotée d’un très bon support acoustique. Le jeu d’EA DICE ne fait pas de distinctions entre modes solo et multi-joueurs.

Tous deux offrent une qualité sonore exceptionnelle. Coups de feu, tirs d’obus, impacts de balles, tous ces bruitages sont criants de réalisme et bénéficient surtout d’une spécialisation. Ici, il est aisé de faire la différence entre un coup de feu tiré à 50 ou 500 mètres.

On retrouve aussi le phénomène de réverbération lorsque l’on tire dans des lieux fermés. Tout bonnement jouissif. La bande sonore réalisée par Mikael Karlsson est étonnante et repose sur des instruments orchestraux. Il est rare de retrouver des pistes symphoniques dans un jeu de guerre moderne. Mais le mélange est très bon et se montre bien exploité lors de la campagne solo.

Au final, DICE est parvenu à améliorer grandement son concept et le doter d’une meilleure campagne solo. L’équipe de développement a aussi su préserver ses points forts et son identité pour faire de Battlefield Bad Company 2 une véritable référence vidéoludique, un titre à ne manquer sous aucun prétexte.

Les images présentes dans le test sont issues de la version PC et ont un rôle purement illustratif.



+ Les plus
  • Les véhicules
  • Le multi-joueurs
  • L'univers sonore
  • La destructibilité
  • Le réalisme militaire
  • L'humour des coéquipiers
  • Les environnements beaux et larges
- Les moins
  • Scénario basique
  • Campagne solo courte
  • Faible nombre d'armes
  • Nombre de cartes limité
  • Système de respawn perfectible

Notes

  • Graphisme Impressionnant, le Frostbite Engine allie sans bavure destructibilité et précision texturale. A cela, il faut ajouter les cartes majestueusement bien modélisées et naturelles à la fois. Que du bon.
    9/10
  • Bande son Il s’agit là d’un des points forts du titre. Non seulement, le titre bénéficie de bruitages de qualité mais il sait aussi les retransmettre de façon réaliste en fonction de notre entourage. Que demander de plus ?
    9/10
  • Jouabilité Bad Company 2 possède un concept plus technique que la plupart des FPS en ligne. Il demande inévitablement un temps d’adaptation nécessaire pour assimiler les véhicules, les courbes balistiques ou encore la destructibilité des environnements. Une fois ce délai passé, le jeu devient jouissif, tout simplement.
    9/10
  • Durée de vie La campagne solo est uniquement présente pour nous inculquer les concepts de base. Après cette demi-douzaine d’heures de jeu vient le mode multi-joueurs pouvant impliquer des centaines et des centaines d’heures supplémentaires. Il y a vraiment de quoi faire pour s’occuper durant des mois, sans compter l’arrivée imminente de DLC.
    9/10
  • Scénario Le scénario est présent mais sert uniquement de prétexte aux combats. Les retournements de situation sont prévisibles et classiques. En revanche, on peut saluer les répliques de nos équipiers qui valent le détour et arrivent tant bien que mal à détendre l’atmosphère.
    6/10
  • Note générale Inutile de faire durer le suspens plus longtemps. Battlefield Bad Company 2 est un excellent FPS, un excellent jeu qui a su répondre aux attentes des joueurs et progresser malgré la concurrence. C’est aussi un prétendant au titre de meilleur FPS de l’année 2010 qui, de par sa complexité et sa profondeur, marquera quoi qu’il arrive les esprits. Un jeu à acheter les yeux fermés.
    9/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire