Test Bodycount

Le par Fabien H.  |  0 commentaire(s)

Vous l'aurez compris, Bodycount ne propose pas vraiment d'arguments favorables, et cela se s'arrangera pas au niveau de son mode multijoueur. Il faudra compter sur deux modes compétitifs ultra classiques  : deathmatch et team deathmatch. Ces deux modes permettent – s'il y a suffisamment de monde connecté – de jouer jusqu'à douze sur seulement quatre cartes. De plus, le jeu a tendance à ramer de façon incroyable lorsque trop d'éléments s'affiche à l'écran. L'unique mode coopératif ne se contente que d'essuyer vingt vagues d'ennemis dans une sélection de cartes issues de la trame solo. En raison de la jouabilité médiocre et des ralentissements vraiment agaçant, l'intérêt s'essouffle très rapidement.

Bodycount - 1 Bodycount - 10

Au niveau de la réalisation, Bodycount accuse un large retard  : la modélisation est hasardeuse, les décors sont sans cesse recyclés, il faut compter sur du clipping et une bonne dose d'aliasing, sans parler du manque d'optimisation qui découle sur des ralentissements particulièrement importants dès qu'il y a beaucoup d'éléments à l'écran. Il est toutefois utile de noter que les décors sont partiellement destructibles, dans le sens ou il est possible de décrocher quelques briques d'un mur ou de détruire quelques planches de bois. Encore une fois, la concurrence fait bien mieux dans le genre. La réalisation sonore n'est pas non plus transcendante, avec des thèmes sonores relativement nanars, ainsi que des bruitages qui manquent clairement de profondeur.



Bodycount est un FPS qui cumule réellement trop de défauts pour offrir une qualité de jeu honorable. La trame solo est creuse et relève du calvaire, faute à une IA désastreuse, des scripts qui sautent aux yeux, des décors recyclés et un gameplay vraiment peu réactif. La partie multijoueur est également inintéressante, surtout qu'elle se révèle très avare en modes de jeu. Le titre de Codemasters rate son entrée et se casse irrémédiablement les dents sur la rude concurrence.

+ Les plus
  • Défoulant ?
- Les moins
  • IA désastreuse
  • Gameplay mou et lourd
  • Techniquement dépassé
  • Niveaux recyclés
  • Multi sans intérêt
  • Durée de vie limitée

Notes

  • Graphisme Au premier coup d’œil, il est aisé de constater que le moteur graphique de Bodycount est techniquement dépassé. Le titre accuse des textures de piètre qualité et des modélisations hasardeuses. En sus, le moteur manque sérieusement d'optimisations, notamment en cas de surcharge d'éléments à l'écran. Enfin, les décors manquent de vie et sont recyclés à plusieurs reprises sans aucune honte. Mention spéciale aux armures des membres de la Target, hideuses à souhait.
    5/10
  • Bande son Les musiques du jeu sont particulièrement agaçantes et laissent une impression particulièrement générique. Les bruitages sont également très classiques et manquent clairement de profondeur.
    5/10
  • Jouabilité La prise en main du jeu se révèle extrêmement mollassonne, ce qui a tendance à étouffer tout intérêt à parcourir le jeu. L'Intelligence Artificielle n'arrange rien puisqu'elle est affreusement scriptée et mal optimisée. En conséquence, le jeu se révèle extrêmement bourrin et on a davantage l'impression de tirer sur des cibles en mouvement que sur de véritables ennemis.
    4/10
  • Durée de vie Avec environ cinq heures pour la partie solo, il est clair que Bodycount ne sort pas des sentiers battus. Alors que d'autres FPS misent désormais sur une solide partie multijoueur, le titre de Codemasters s'appuie sur trois modes en ligne soporifiques et comportant que quatre cartes. Bref, l'intérêt est encore une fois tombé aux oubliettes.
    4/10
  • Scénario Difficile de faire plus creux : vous êtes projeté dans des territoires d’Afrique et d'Asie pour exterminer quiconque se dresse devant vous, pour le compte du Network, une organisation qui se charge de désamorcer les guerres. Le scénario n'apporte rien au titre et nous ne savons absolument rien de l'agent que nous contrôlons. Ne parlons même pas des retournements de situation totalement prévisibles, dignes des nanars cinématographiques des années 80.
    2/10
  • Note générale En bref, Bodycount n'a rien pour lui : gameplay mou, IA calamiteuse, graphiquement pauvre, durée de vie limitée et multijoueur banal et très avare en maps. Aucun réel intérêt n'est à tirer de cette production, si ce n'est de l'action sans réfléchir dans des environnements régulièrement recyclés. En somme, le titre est à déconseiller sauf si vous appréciez les navets ou vous avez des tendances masochistes.
    3/10
Dans le même style
  • Test du OnePlus 8 Pro : tout pour plaire ?
    Le OnePlus 8 Pro joue dans la catégorie premium et intègre toutes les nouvelles idées de OnePlus, de l'écran 120 Hz au capteur avec filtre couleur spécial, tout en conservant une fiche technique de qualité et un affichage AMOLED ...
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire
avatar
Anonyme
Anonyme avatar