Test Boogie

Le par Fabien H.  |  0 commentaire(s)

Ces derniers mois sont résolument placés sous le signe grand public, surtout depuis le lancement de la Wii et de la DS. Nintendo a pour but d'élargir son panel de consommateurs et les éditeurs-tiers s'y mettent. Dans le cas présent, le géant Electronic Arts prend le train en marche en proposant Boogie, un jeu mêlant danse et karaoké. Concept attrayant, mais le résultat sera-t-il à la hauteur des espérances ?

Boogie - Pochette

Le casual dans toute sa splendeur

Boogie   7Suite au succès de nombreux titres destinés avant tout au grand public, Electronic Arts se laisse prendre au jeu et s'élargit au concept avec des titres tels que EA Playground ou encore Rock Band, le futur concurrent de Guitar Hero. Boogie fait donc partie de cette flopée de jeux musicaux qui débarquent dans l'hexagone, suite à la vague SingStar.

Le principe le plus intéressant du titre d'EA se situe donc dans le contexte où l'on joue à plusieurs lors de soirées en famille ou entre amis. Et encore, il ne faudra pas être regardant sur le gameplay instauré par le jeu qui se limite à se lâcher dans des chorégraphies dignes d'un maître d'orchestre constipé et d'une partie karaoké qui fera passer le plus pitoyable des chanteurs pour une véritable pop-star.

Autant le concept de Boogie paraissait diablement bien pensé sur le papier, autant le résultat final se présente comme un pétard mouillé. Très restrictif dans son gameplay, le soft ne procurera qu'une grande frustration dans la majeure partie des cas chez le joueur. Avec la « danse » qui n'en est pas une et le karaoké extrêmement mal géré, il est clair que les rustines se voient un peu trop sur le jeu. Voyons plus en détails ces nombreuses carences.

John Travolta n'a qu'à bien se tenir...

Bon, soyons clair : le mode de danse de Boogie n'a aucun intérêt. En effet, on est très loin d'une simulation de chorégraphie telle que celle de Para Para Paradise de Konami, ou dans une moindre mesure Dance Dance Revolution. Avec Boogie, pas question de se lâcher dans des figures acrobatiques dignes de la Fièvre du samedi soir. Bien que l'ambiance générale du soft soit très pop/disco, n'espérez pas transpirer à foison lors de vos parties puisque vous constaterez vite qu'il s'agit plus d'une simulation de chef d'orchestre qu'autre chose. Sur des tubes tels que Daft Punk ou encore l'entraînant Jamiroquai, ça le fait très mal.

Boogie   8 Boogie   5

Vous allez me dire que rien ne vous empêche de vous lâcher, puisque la Wiimote est à la base conçue pour détecter vos mouvements. Soit, mais vous ne récupérerez que très peu de points car vous accumulerez des erreurs de rythme... En partie, le concept est simple : vous devrez bouger votre contrôleur de haut en bas et de droite à gauche à votre guise, mais de façon sèche et surtout dans les temps. Pour cela, le haut parleur de la Wiimote émettra des sons répétitifs qui vous serviront à savoir quand remuer. Extrêmement frustrant puisque cela ne respecte pas vraiment le rythme des chansons et même si les niveaux de difficulté permettent des mouvements plus rapides, le résultat final se révèle bien maigre et on a la nette impression de danser comme un robot.

Boogie   11 Boogie   2

Afin de ne pas trop lasser les joueurs, EA a tout de même inclus des petits bonus en cours de jeu. En effet, vous pourrez bouger votre personnage sur l'aire de danse à votre guise via la croix directionnelle ou grâce au stick du Nunchuk, dans le cadre où vous l'avez branché. Ainsi, pendant la chanson, des petites créatures apparaîtront avec des bonus récupérables sous forme de points, pièces ou encore pour remplir la jauge de la Boogie Bar. Cette dernière sert à effectuer des combos destinés à multiplier les points. Des indications apparaîtront en bas d'écran pour savoir comment réaliser le combo en question. Bien évidemment, les mouvements haut/bas/droite/gauche seront uniquement requis. On aurait apprécié des mouvements circulaires ou une utilisation avec le Nunchuk, mais il n'en est malheureusement rien. Navrant.

Jeu particulier cherche casserole particulière

La partie chant de Boogie suscitera de l'intérêt auprès des amateurs de karaoké qui n'ont jamais entendu parler de SingStar, chose peu courante. Boogie offre donc un micro dans son humble bundle, destiné à être branché sur l'un des deux ports USB de la console. La playlist composée d'une petite quarantaine de chansons permettra d'englober à peu près tous les genres musicaux grand public. De Simply Red à Jackson Five, en passant par Jamiroquai, Red Hot Chili Peppers ou encore Daft Punk, il y en aura pour tous les goûts.

Boogie   1 Boogie   9

Le déroulement de ce mode se pratique de la même manière que SingStar, à savoir des barres colorées défilant au gré des paroles. Seulement, la justesse ne sera vraiment pas de rigueur dans le cas présent puisque le jeu se révèle si tolérant sur les sons que vous émettrez que même une casserole pourra se vanter d'exploser les scores, même en expert. Il est même souvent plus judicieux de chanter extrêmement faux plutôt que de faire valoir son bel organe si vous comptez effectuer des scores astronomiques.

Boogie   4 Boogie   10

Alors que vous brisez sans cesse toutes les vitres de votre appartement tout en irritant fébrilement les oreilles de vos pauvres voisins, sachez qu'il est possible d'effectuer une performance de danse en même temps. Ceci dit, ce procédé n'aura aucune incidence sur le résultat final. Le seul intérêt se trouve dans la possibilité de créer un petit film de votre prestation grâce à un jeu de caméra et d'un panel de filtres visuels. Voici une bonne opportunité de conserver vos meilleurs massacres pour une franche tranche de rigolade.

Sortons la boule à facettes

L'un des seuls points corrects de cette production bancale se situe au niveau graphique. Les effets et animations passent comme une lettre à la poste, épaulées par des couleurs vives et très agréables. L'interface est également bien élaborée et surtout très claire. Le jeu vous permet de créer votre propre personnage, basé sur l'un des cinq héros au design bien distinct : Bubba, le fana de disco, Julius, l'alien groovy, Kato, le petit félin très agile, et enfin Léa et Jet, deux personnages humains. Il sera donc possible de customiser son personnage au niveau des vêtements, accessoires, couleurs, etc.

Boogie   6 Boogie   3

Au final, les atouts de Boogie font pâle figure face aux nombreuses carences du fondement du jeu. On a le sentiment d'un produit parti sur de mauvaises bases et à la finition douteuse. Bien que le genre se prête initialement au fun, il n'en est malheureusement pas le cas ici puisque l'ennui risque de vous plomber au bout de quelques longues minutes. Il faudra donc y réfléchir à deux fois avant de dépenser les quelques 70 € nécessaires à l'achat du jeu d'EA...

+ Les plus
  • Le moteur graphique bien réalisé.
  • Une play-list bien fournie.
- Les moins
  • Le gameplay honteux.
  • Le prix élevé.
  • L'intérêt qui s'effondre en quelques minutes.
  • Une rejouabilité qui frôle le zéro.

Notes

  • Graphisme Très franchement, le moteur graphique est plus que correct. De ce côté là, EA a fait du bon boulot. Les animations, les couleurs et l'effet « cartoonesque » s'implémentent très bien dans l'ambiance très pop/disco recherchée par le soft. Les interfaces sont mises en valeur de façon claire et intuitive. C'est un régal pour les yeux.
    7/10
  • Bande son Les nombreux morceaux inclus dans la play-list de Boogie sont plutôt bien choisis, bien qu'il ne s'agisse là que de reprises. Il y en a pour tous les goûts : du disco au funk, en passant par la pop, l'électro ou encore le R'n'B. Bien évidemment, on s'attendait à ce genre de titres grand public et on aurait apprécié des morceaux un peu plus originaux.
    6/10
  • Jouabilité Le gros point noir du jeu. Un comble, étant donné que le concept est censé se focaliser quasi-totalement sur le gameplay ! Alors que la partie danse est totalement ratée et sans intérêt, le karaoké ne remonte pas le niveau par une approximation frustrante des paroles. Le carton rouge est donc de mise.
    2/10
  • Durée de vie Comme tout jeu musical, la durée de vie n'est pas le fer de lance des atouts, mais la rejouabilité. Cependant, le gameplay est ici si désastreux qu'il faudra s'armer de persévérance pour terminer l'aventure solo, oser rejouer des morceaux ou encore effectuer des parties à deux joueurs. En bref, un jeu cher qui terminera bien vite au placard ou sur les étalages d'occasion.
    4/10
  • Note générale Pour être clair, Boogie est un exemple parfait de supercherie. Dans l'idée, on danse et on chante, tentant de perfectionner ses prestations au fil des essais. En pratique, il suffit de rester statique et de chanter de la façon la plus odieuse qui soit pour exploser les scores. Concept raté, mais enjolivé par une finesse graphique très agréable et une play-list importante et suffisamment diversifiée pour trouver une once d'intérêt. Boogie ne fait donc décemment pas le poids face aux ténors du genre.
    3/10
  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Test Boogie DS
    Boogie sur Wii a été, il faut bien avouer, un véritable fiasco. Trop imparfait, n'exploitant pas à fond le concept sur lequel il s'était engagé, le titre qui voulait faire entrer les boules à facettes dans les salons n'a jamais ...
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire