Test Bulletstorm

Le par Nathalie M.  |  1 commentaire(s)
Test Bulletstorm

Envie d'un FPS où la démesure est permise ? De multiplier les shoots à la tête pour voir exploser des crânes dans une effusion de sang ? Envie d'entendre des personnages au langage franc et direct ? Bulletstorm réveille le côté "bourrin" du FPS en proposant une aventure proche du grand défouloir. Ce n'est donc pas pour rien s'il est interdit au moins de 18 ans...

Equipe de trois

La démo nous avait livré un aperçu, mais un léger aperçu de ce que le jeu a au final à proposer. Après avoir parcouru le titre, il nous apparaît clairement que nous n'avions pas eu droit au meilleur résumé du jeu qui soit. Ayant mis l'accent sur le côté "bourrin" de ce FPS, la démo avait mis de côté un scénario, un background et quelques autres détails révélant Bulletstorm. Donc, si vous vous êtes essayés à la démo, sachez que le titre d'Epic Games a tout de même autre chose à proposer aux joueurs, même si l'aspect bourrin représente effectivement 100% du jeu. Seulement, le titre n'est pas seulement bête et méchant, il sait également comment happer son joueur et le conserver bien au chaud, pris au jeu des skillshots et des dialogues colorés.

Bulletstorm (44) Bulletstorm (43)

Bulletstorm vous fait rejoindre une bande de mercenaires patibulaires, portés sur l'alcool, particulièrement virulents, qui se rendent compte, en début de partie, combien ils se sont fait manipuler par un abjecte colonel. La fine équipe aurait tué des centaines d'innocents, persuadée de sa bonne action. Retournement de situation, les mercenaires suivent malgré eux les décisions de leur chef au sang chaud, Gray, ce même "héros" que vous allez incarner, ce qui les conduit tout droit à la mort pour certains, à l'amputation de cerveau pour d'autre, bref, à la catastrophe. Gray ne compte cependant pas en rester là et se lance à la poursuite du colonel, prêt à lui faire la peau. Voilà pour ce qui est de l'histoire rapidement résumée. People Can Fly, le studio de développement, se charge de la mise en scène du scénario avec beaucoup de soin et vous offre une histoire qui, sans être exceptionnelle, vous intéressera tout de même.

Bulletstorm (42) Bulletstorm (41)

Vous finirez donc par échouer sur une planète assez jolie mais peuplée d'étranges autochtones. Dans un premier temps, votre aventure se vivra à deux, votre compagnon étant d'une assez méchante humeur après que votre décision d'attaquer le colonel l'ait transformé en cyborg. Puis vous ferez rapidement connaissance d'une jeune femme audacieuse et téméraire. Votre équipe sera ainsi formée et c'est à trois que vous affronterez les hordes d'ennemis.



Une pléthore de skillshots

L'intérêt du jeu repose avant tout sur le concept de ses skillshots. Longtemps présentés au travers de vidéo de gameplay, il vous est donné, à votre tour, de réaliser des mises à morts les plus spectaculaires. Et pas de soucis, elles sont à la portée de tous les types de joueurs. Un peu d'entraînement, quelques coups d'essais et vous arriverez à réaliser des scores vertigineux. Vous obtiendrez rapidement le lasso, cette arme lumineuse qui vous permet d'attraper et d'attirer à vous ennemis et objets. A vous de savoir jouer de cet accessoire, notamment pour empaler vos ennemis sur des barres de fer, des cactus ou les lancer dans les plantes carnivores affamées. Mais les skillshots ne se réalisent pas uniquement avec le lasso, toutes les armes donnent lieu à des coups spéciaux, ainsi que l'endroit où vous viser. Postérieur, gorge, pleine tête, ect, vous feront récolter des points avec plus ou moins d'importance.

Bulletstorm (40) Bulletstorm (39)

Une pléthore de skillshots vous attend et pour vous guider dans la réalisation de tous, rien de tel qu'une liste. Celle-ci est tout simplement gigantesque, mais elle vous permettra de voir vos réalisations et celles qu'ils vous restent encore à faire. Un fil d'Ariane en quelque sorte, qui vous rappellera également quels sont les Skillhots qui vous permettent de remporter le plus de points. Justement, ces SP ainsi acquis vous permettront d'acheter des munitions et d'upgrader vos armes au fur et à mesure de votre avancée. Les munitions étant une denrée précieuse, mieux vaudra faire le plein à chaque rencontre d'un "largasin" (un trébuchement dans la version française...)

Bulletstorm (32) Bulletstorm (28)

Le plaisir de réaliser nombre de skillhots apporte un plaisir très jouissif. Bulletstrom n'est pas un banal FPS où vous pourrez jouer de façon basique, c'est à dire, sans user de votre panoplie de combat. Vos armes, nombreuses et toutes très particulières, donnent lieu elles aussi à des frags exceptionnels. Si vous vous contentez du peu, c'est que vous n'avez rien compris ou que vous avez choisi le mauvais jeu. Ici, il faut prendre soin de sa mise à mort, il faut étudier l'environnement pour voir dans quel mesure il peut être votre allié. Et une fois les ennemis présents, à vous de vous lancer dans un sublime carnage, de jouer du lasso, du coup de pied, d'envoyer valser tout le monde et faire jaillir le sang. Il n'y a pas de meilleur défouloir, et le titre saura comme vous prendre au jeu. Bulletsrom offre une approche du FPS totalement décalée, assume à 100% son côté franchouillard et bourrin à souhait.



Du charme malgré tout

Bulletstorm propose une campagne solo qui ne durera pas des heures, surtout si vous choisissez un niveau de difficulté peu élevé. Raison de plus donc pour prendre le temps de parfaire vos skillshots, de faire preuve d'un peu de technique dans cet énorme pugilat. N'oubliez jamais que le décor est votre ami et que vous pouvez interagir avec lui, et ce afin de créer encore plus de dégâts. Si Bulletstorm mise beaucoup sur un aspect très second degré avec des dialogues hauts en couleurs pouvant faire friser l'oreille, il réussit le pari de se montrer très séduisant. People Can Fly a doté son titre d'un trio efficace, de dialogues pêchus (que l'on vous conseillera d'écouter en VO) et d'environnements divers et variés, toujours soignés et regorgeant de détail (très utiles pour les skillshots si vous avez suivi.)

Bulletstorm (38) Bulletstorm (37)

Le titre dispose également deux autres modes de jeu. Le mode Echo devrait ravir les amateurs de performances et de classement. Dans ce mode, il vous faudra traverser les mêmes niveaux que dans la campagne solo, en prenant cette fois soin de réaliser les meilleurs scores possibles. Vos résultats rejoindront ceux des autres joueurs via le Xbox Live. Du côté du multi, le titre n'a qu'un seul mode de jeu à vous proposer, un mode où vous jouerez en équipe de quatre. Les skillshots se réaliseront donc à plusieurs, l'équilibre entre les quatre joueurs devra être trouvé. Un seul se loupe et c'est alors la grande bérézina. Ce mode multijoueurs trouvera donc ses limites rapidement, étant donné qu'il n'est pas toujours évident de trouver des joueurs sur la même longueur d'onde.

 



Galerie d'images

Bulletstorm (36) Bulletstorm (35)

Bulletstorm (34) Bulletstorm (33)

Bulletstorm (31) Bulletstorm (30)

Bulletstorm (29) Bulletstorm (27)

Bulletstorm (26) Bulletstorm (24)

Bulletstorm (25) Bulletstorm (23)

Bulletstorm (22) Bulletstorm (21)

Bulletstorm (19) Bulletstorm (20)

Bulletstorm (18) Bulletstorm (17)

Bulletstorm (16) Bulletstorm (15)

Bulletstorm (14) Bulletstorm (13)

Bulletstorm (12) Bulletstorm (11)

Bulletstorm (10) Bulletstorm (8)

Bulletstorm (9) Bulletstorm (7)

Bulletstorm (6) Bulletstorm (5)

Bulletstorm (4) Bulletstorm (3)

Bulletstorm (2) Bulletstorm (1)

 



Conclusion

OBulletstormn pensait trouver dans Bulletstorm un jeu uniquement bourrin, bête et méchant en quelque sorte qui n'aurait demandé que de tuer à foison des vagues d'ennemis. Si la base du titre est ainsi faîte, Bulletstorm dispose d'un charme improbable. People Can Fly réussit donc un joli tour de magie : il rend aimable un groupe de mercenaires particulièrement mal lunés, il rend technique les mises à mort et use de très beaux  décors pour les plus grands carnages.

Bulletstorm se révèle donc être une belle récréation, le titre nous tenant en haleine malgré un scénario un peu désuet. Grand défouloir, il vous permettra d'oublier un temps les FPS habituels et de jubiler devant vos hautes performances. Très jouissif, le titre n'en reste pas moins un jeu brutal qui ne fait pas dans la dentelle, mais de temps en temps, et quand le style est bien fait, on se laisse apprivoiser sans remords.

 



+ Les plus
  • L'ambiance
  • La liste des skillshots
  • Les mises en scène de ces mêmes skillshots
  • Un trio sympathique
  • Des décors très agréables
  • Une immersion complète
- Les moins
  • Un mode multijoueurs absent
  • Un peut court
  • Très linéaire

Notes

  • Graphisme People Can Fly livre une vraie esthétique dans son titre. Si le gameplay se révèle très bourrin, les décors eux se montrent plus subtils, plus frais. Vous traversez aussi bien des montagnes rocheuses, des ruines ou encore un peu de verdure. Le détail est soigné, les environnements souvent magnifiques. Quelques bugs d'affichages s'invitent parfois, mais ce n'est rien face à la qualité des différentes zones traversées.
    8/10
  • Bande son Le doublage en français se montre de très bonne facture, les voix se révélant très impliquées chacune dans leur rôle. Certains préfèreront la VO, disponible, pour ne pas dénaturer des dialogues très poétiques. Bruitages et autres thèmes musicaux accompagnent vos pas sans jamais accrocher l'oreille, ce qui est aussi un très bon point.
    8/10
  • Jouabilité La prise en main de ce Bulletstorm se révèle très simple à acquérir. Vous vous laisserez vite prendre au jeu des différents skillshots, que vous réaliserez toujours avec beaucoup de satisfaction.
    8/10
  • Durée de vie La campagne solo vous tiendra en haleine une petite dizaine d'heures, et ce en fonction du mode de difficulté choisi. Prenez donc le temps d'apprécier ce côté du jeu, puisqu'une fois terminé, vous n'aurez plus l'occasion d'y revenir. Le titre dispose en plus d'un mode multijoueur et d'un mode Echo pour prolonger la durée de vie.
    7/10
  • Scénario Le scénario se montre un peu bateau, mais la mise en scène du titre réussi le tour de magie de nous impliquer dans son déroulement. Très crédible et vite happé par le dynamisme du jeu, on s'intéresse de près au devenir de nos héros, dont leur quête devient vite la nôtre.
    6/10
  • Note générale Bulletstorm est à prendre pour ce qu'il est : un FPS bourrin défoulant au possible. L'ambiance, les mises en scène, le charisme des joueurs, les dialogues très "enlevés" contribuent à nous immerger dans cette aventure. Rapidement pris au jeu des skillshots, multiplier les mises à mort un peu sauvage devient un vrai plaisir. Bonne humeur, bonne ambiance, Bulletstorm s'apprécie réellement pour peu que l'on oublie un temps la subtilité et le premier degré.
    8/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
Balbuzik offline Hors ligne Héroïque avatar 806 points
Le #756071
Bonjour !
Après lecture de votre article , je me dis tout de même que c'est toujours pour attirer le chalant , que s'écrivent la plupart des critiques :
Un jeu violent , interdit au -de 18ans.
En réalité , très peu de jeux sont "violent" , dans le sens où ils font appel à nos peurs primales ou enfantines , voir exacerbent des sentiments refoulés.
Non , sauf certains comme Manhunt ou Soldier of Fortune ... voir cette article (http://www.jeuxvideo.com/dossiers/00014149/les-20-jeux-les-plus-gore-du-jeu-video-8eme-the-punisher-pc-ps2-xbox-013.htm).
Alors il serait juste de mettre un bémol à la rédaction d'un contenu"mature" sur ce genre d'article.
A moins que vous n'ayez des parts dans la société de production dudit jeu
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire