Test Bully Scholarship Edition

Le par Nathalie M.  |  0 commentaire(s)
Test Bully

Imaginez le pire pensionnat qui soit, un pensionnat mixte dans lequel des ados règnent en maître, où les professeurs sont des alcooliques finis et où racket, les vol et les coups de poing sont le lot quotidien de tous. Voici la Bullworth Academy, une institution où les parents n'hésitent pas à mettre leurs enfants un peu trop récalcitrants et pour qui Super Nanny ou Pascal le Grand Frère ne peuvent plus rien. Malgré la noirceur du tableau, on se plaît à user nos fonds de culottes sur les bancs de l'école, pire, il captive par son contenu riche, caricatural, plein de dérision. Une aventure que nous vous invitons à découvrir.

Dur dur d'être ado

Si la tête de Jimmy Hopkinks vous dit quelque chose, c'est parce que vous avez du déjà entendre parler ou déjà jouer à un certain Canis Canem Edit, un titre qui n'a jamais vu le jour en France. Ce Bully en est l'adaptation directe mais cette fois, sur console nex-gen. Exit la Xbox et le PC, bonjour la Wii et la Xbox 360. Si vous n'avez pas eu vent de la réputation de ce titre, c'est donc avec un oeil neuf que vous allez le découvrir. Les moins de 16 ans devront fermer les leurs en attendant l'âge légal pour pouvoir l'approcher. Un jeu d'ado interdit aux ados, c'est rude.

 Bully Scolarship Edition (45) Bully Scolarship Edition (1)


Jimmy Hopkins traîne derrière lui un lourd passé scolaire : absentéisme, renvois de nombre d'écoles, violence envers ses camarades... Son parcours est un peu chaotique et ce n'est pas sa vie familiale qui permettra de le réintégrer au mieux. Sa mère, fraîchement remariée, n'a qu'une envie, partir en lune de miel sans avoir un ado à problème à proximité et son nouveau beau-père ne le porte pas spécialement dans son cœur. Déposé comme un paquet devant les grilles de la Bullworth Academy, Jimmy Hopkins est désormais livré à lui-même dans cet établissement scolaire où ne sortiront que des "trafiquants d'armes, des dealers ou des avocats d'affaires." Cette première rencontre avec Jimmy nous place directement dans l'ambiance : insolent, manquant totalement de respect envers ses aînés, se prenant pour un petit caïd, on ne peut pas dire que la première impression soit la bonne. Et c'est cet ado que nous devrons supporter pendant une trentaine d'heure ?

Bully Scolarship Edition (2) Bully Scolarship Edition (35)

Les premiers pas dans l'école eux aussi annoncent la couleur. Les élèves vous lancent de nombreuses invectives sur votre passage quand certains vous tombent tout bonnement dessus sans raison apparente. Vous l'aurez vite compris, il faudra jouer des poings pour se faire respecter et c'est d'ailleurs la première chose que le titre vous apprendra. On vous frappe ? Vous vous défendez. Puisque c'est la loi du plus fort qui règne ici, vous n'aurez pas d'autre choix que de la tenir. Et puis libre à vous de donner des coups gratuitement à votre tour, à chacun sa façon de jouer. Attention cependant à ne pas vous faire choper par un surveillant.



Un cursus particulier

Puisque le jeu affiche une trentaine d'heure de durée de vie, il faut bien trouver de quoi les meubler. Et pas d'inquiétude sur ce point, le programme affiche complet et il se peut même que quelques nuits blanches vous attendent aussi. Mais un ado, c'est solide ! Pour commencer sur une note sérieuse, parlons des cours. Et oui, vous êtes tombé dans un établissement scolaire, pas une colonie de vacances. Quoique, on ne vous obligera pas à suivre tous les cours, matin et après-midi. Si vous avez mieux à faire, vous pourrez vous abstenir d'y aller. Sachez tout de même que l'absentéisme est puni et que vous devrez éviter de croiser un surveillant dans ces moments. Car qui dit "être chopé" signifie "game over" en langage courant et retour à la case départ.

Bully Scolarship Edition (36) Bully Scolarship Edition (37)

Mais pourquoi vouloir sécher les cours, si attractifs et dispensant un savoir qui pourrait tellement vous être utile (pour survivre dans l'école justement) ? Anglais, musique, biologie, photographie, chimie, mécanique, sport sont autant de disciplines variées que vous serez amené à suivre. Les cours se présentent sous forme de mini jeux, très plaisants et parfois déroutants. Si les cours d'anglais vous demandent de trouver des mots avec des lettres données, la biologie vous proposera quelques dissections : grenouille, rat, etc, le rendu graphique des bestioles et la vue sur les organes est assez réalistes. Si vous aviez des hauts le cœur à l'époque du lycée, il se peut que ces bons vieux souvenirs refassent très vite surface.

Bully Scolarship Edition (38) Bully Scolarship Edition (39)

Suivre ces cours ne serviront pas uniquement à vous rendre intelligent, même si la réussite de ces mini-jeux vous permettra de progresser et de passer pour un bon élève. Vos performances dans vos études auront le gros avantage de vous servir dans cette autre vie, celle qui se joue entre les élèves, celle-là même où vous devez être le plus fort. Par exemple, les cours de chimie vous permettront au tout début de pouvoir créer des pétards. On sait quel amusement ils procurent et les dégâts qu'ils peuvent faire aussi... Les cours de Techno, de la mécanique en fait, vous permettront eux de posséder un vélo. Et ce petit moyen de locomotion se révélera très utile en cours de partie.

Bully Scolarship Edition (40) Bully Scolarship Edition (41)

Le jeu ne vous impose pas d'aller en cours et ce n'est pas le corps enseignant qui vous motivera à donner le meilleur de vous-même. Entre les surveillants qui ne cesse de répéter "You are useless" et les professeurs qui se noient dans l'alcool, ce n'est pas réellement le cadre idéal pour réussir de longues et belles études. Mais les cours vous offrent un intérêt personnel commandé par la dure loi de la jungle du pensionnat. Vous serez donc assidu et bon élève, c'est un fait avéré.


Activités extrascolaires

Le jeu ne vous proposera pas un programme de la journée établi que vous devrez suivre à la lettre. Bien au contraire, il vous offre une liberté de jeu totale. Vous êtes absolument libre d'arpenter comme bon vous semble votre environnement, d'interagir avec le premier personnage croisé sur votre chemin, d'aller en cours, de dormir ou de veiller, c'est vous qui voyez. Notez simplement que le moindre de vos agissements à un impact sur des stats que vous allez traîner du début à la fin, des stats qui joueront sur votre réputation, auprès des élèves mais aussi auprès du corps enseignant. Si vous êtes libre de faire ce que vous voulez, vos actes eux n'ont rien d'anodins.

Bully Scolarship Edition (42) Bully Scolarship Edition (43)

La progression du jeu va faire passer Jimmy du stade d'insupportable ado à la bonne poire. Notre héros n'est pas si abjecte qu'il en a eu l'air, mais cache en fait "un coeur gros comme ça". Bonne poire, larbin, défenseur des opprimés, voyez ça comme vous voulez mais le résultat reste le même : vous n'allez plus jamais cesser d'aider tous les élèves qui viendront à vous. Le jeu a à vous offrir une multitude de micro-missions, allant de l'escorte du plus faible à trouver différents objets pour divers personnages en passant par les courses à vélo (ou la collecte de petites culottes pour un professeur). Le tout vous demandera des allers et retours incessants (d'où l'utilité du vélo ou du skate board, voire plus tard du kart) entre l'école, les dortoirs, la bibliothèque, la ville la plus proche... Mais pour une fois, incessant ne rime pas avec lassant. Les missions se montrent assez variées pour alimenter notre intérêt sur le long terme et la plupart se révèlent assez pimentées.

Bully Scolarship Edition (44) Bully Scolarship Edition (26)

Jimmy n'aura de cesse d'aider qui s'adressera à lui. Dans l'école, il améliorera sa réputation auprès des différents clans de l'école : les intellos, les caïds, les sportifs, les bourges et les blousons noirs. Mais aussi les professeurs (Jimmy peut aussi devenir un fayot malgré son côté rebelle), les clochards et les inconnus. Les aides qui l'apportent ne sont pas sans lui apporter des bénéfices : quelques dollars ou quelques objets bien utiles tomberont dans ses mains. La majorité des missions sont synonymes de récompenses. Jimmy ne travaille pas pour la gloire non plus...

Bully Scolarship Edition (27) Bully Scolarship Edition (28)

Et qui dit argent dit dépenses. Si les missions de Jimmy lui permettent de débloquer de nouveaux habits gratuitement, la vie à l'extérieur n'en reste pas moins onéreuse. Parcs d'attractions, cinéma, boutiques de fringues, les plaisirs s'échangent avec de la monnaie. Attention à ne pas avoir la bourse trop percée, les récompenses obtenues ne permettent pas d'assurer une rente à vie.
Côté fringues, il vous sera possible d'habiller votre héros autrement que par la tenue imposée par le règlement intérieur et même d'opter pour une coiffure différente. Vous pourrez donc personnaliser  votre héros à votre guise, tout en gardant à portée de main votre uniforme. Il est interdit de circuler autrement dans l'enceinte de l'école.

Bully Scolarship Edition (29) Bully Scolarship Edition (30)

Mais derrière toutes ces bonnes actions, Jimmy ne pourra s'empêcher de rester ce qu'il est : un vil adolescent qui refuse toute autorité. Le crochetage des casiers sera son fort, le lancer de boules puantes une de ses blagues préférées et les batailles de chiffonnier son sport de prédilection. Mais dans cette farandoles d'actions plus discutables les unes que les autres, veillez à ne pas trop vous perdre. Malgré votre grande liberté, une discipline de fer règne sur l'école. Gardez donc toujours un oeil sur l'horloge qui vous indiquera les moments critiques, ceux où vous devriez vous méfier des surveillants. Au pire, s'ils vous attrapent vous pourrez toujours les jeter à terre, attraper leurs parties dîtes "sensibles" et fuir pour ne pas finir dans le bureau du directeur. Vous risqueriez d'y perdre quelques objets utiles durement acquis.



Galerie d'images

Bully Scolarship Edition (31) Bully Scolarship Edition (32)

Bully Scolarship Edition (33) Bully Scolarship Edition (34)

Bully Scolarship Edition (17) Bully Scolarship Edition (18)

Bully Scolarship Edition (19) Bully Scolarship Edition (20)

Bully Scolarship Edition (21) Bully Scolarship Edition (22)

Bully Scolarship Edition (23) Bully Scolarship Edition (24)

Bully Scolarship Edition (25) Bully Scolarship Edition (8)

Bully Scolarship Edition (9) Bully Scolarship Edition (10)

Bully Scolarship Edition (11) Bully Scolarship Edition (12)

Bully Scolarship Edition (13) Bully Scolarship Edition (14)

Bully Scolarship Edition (15) Bully Scolarship Edition (16)

Bully Scolarship Edition (3) Bully Scolarship Edition (4)

Bully Scolarship Edition (6) Bully Scolarship Edition (7)


Conclusion

BullyBully Scholarship Edition n'est pas issu des créateurs de GTA pour rien. Vous retrouverez entre les deux titres de nombreuses similitudes, à tel point qu'on pourrait penser que la Bullworth Academy est le vivier de tous les bads boys de GTA.

Très simple à prendre en main sur la Wii, avec des commandes désormais habituelles à ce qu'on connaît de la console, le titre séduit très rapidement. Jamais lassant grâce à la pleine liberté des mouvements, varié avec les dizaines de missions proposées, divertissant, jouant de la violence gratuite avec habileté en intégrant des personnages attachants qui justifient les coups bas, le jeu nous mène dans une aventure au final très addictive.

On aime donc ce titre particulier et on ne vous conseillera que trop de vous y attarder aussi.


Bully Scolarship Edition est disponible à partir de 43,99 €.


+ Les plus
  • L'ambiance
  • La durée de vie
  • La liberté de mouvement
  • Un contenu très étoffé
  • Jamais lassant
  • GTA-Like
  • Personnages charismatiques
- Les moins
  • Quelques clichés de trop sur les ados

Notes

  • Graphisme Graphiquement, Bully impose son style. L'école se veut stricte et austère, les graphismes le sont aussi. Rien à redire sur les différents décors que vous croiserez, tant ils sont en totale harmonie avec l'ambiance du jeu. On en attendait donc pas moins de leur part. Petit bémol sur les mimiques des personnages dans les cinématiques, un peu trop figées.
    7/10
  • Bande son Il vous faudra posséder quelques notions d'anglais pour apprécier complètement le jeu, tout n'étant pas sous titré, comme les invectives des autres élèves sur votre passage. Quant à la bande son, elle change en fonction de la situation, ce qui aura pour mérite de vous mettre aux abois quand le contexte se dégrade pour vous. Efficace sur toute la ligne en somme.
    7/10
  • Jouabilité Bully sur Wii est assez simple à prendre en main, le titre vous indiquant les commandes à réaliser lors de votre arrivée à l'école. Rien de compliqué, vos actions se résumeront à donner des coups, viser juste avec des armes tel que le lance-pierre ou à se déplacer. Quelques mini-jeux viennent s'y ajouter mais là non plus aucune difficulté à signaler : la télécommande et le nunchuck n'ont plus de secret pour nous.
    8/10
  • Durée de vie Autre point fort du titre, sa durée de vie. Vous pouvez compter sur une très longue durée de vie, une trentaine d'heure en moyenne pour arriver au bout de l'aventure solo. Le titre vous offre une grande liberté de mouvement et n'a absolument rien de linéaire. Vous suivez donc vos propres choix, décidez d'aller en cours ou de réaliser des missions et ce sans aucune contrainte de temps. En plus de l'histoire, le titre compte un mode multi (deux joueurs) dans lequel vous pourrez refaire les mini-jeux rencontrés en cours.
    8/10
  • Scénario Jimmy Hopkins réussira-t-il à sortir de cette école sans y laisser des plumes ? L'histoire vous fera vivre les aléas de ce quotidien où le pauvre nouveau devient à la fois la tête de turc de certain et le protecteur d'autres et ce bien malgré lui. La tête à claques rencontrée pour la première fois au cours de la cinématique du début du jeu laisse vite la place à un personnage auquel on s'attache. Et on se lasse très rarement à le suivre dans ses différentes missions.
    8/10
  • Note générale Alors oui, le titre se montre violent, virulent et grossier mais ce n'est pas sur ces points que l'on s'arrête pour apprécier le jeu. Ils font partie d'un ensemble bien intégré où se mêlent à la fois l'âpreté des ados dits difficiles mais aussi leur sensibilité. Bully évolue dans ce parfait équilibre, caricature parfois un peu trop ou utilise des clichés archi connus avec facilité. Mais le jeu arrive à captiver et il suffit d'y passer peu de temps pour se laisser emporter. Rockstar signe encore un jeu comme on les aime. C'est frais, drôle et passionnant, que demander de plus ?
    7/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire