Test Castlevania Harmony of Despair

Le par Fabien H.  |  0 commentaire(s)
Castlevania Harmony of Despair - vignette

Très certainement l'une des licences les plus chères pour les gamers, Castlevania a traversé les âges sans prendre une ride. La formule qui fonctionnait au départ de la série est parvenue à s'imposer de nos jours. Presque toujours orientée vers le solo, la franchise passe pour la première fois le cap de la coopération en multijoueur avec un tout nouveau jeu, Castlevania : Harmony of Despair. Réservé au Xbox Live Arcade, cet épisode est avant tout destiné aux fans absolus de la série pour le background qu'il transporte. En effet, les novices en la matière risquent d'être quelque peu déroutés...

Melting pot des vieux potes

Pour de nombreux joueurs, la série Castlevania forme l'un des patrimoines du jeu vidéo. Loin de se contenter d'un simple jeu d'action aventure, la série offre aussi et surtout un background, un univers, une atmosphère merveilleusement bien conçus et aux inspirations mythologiques diverses. Pour ceux et celles qui connaissent bien la saga, ce fait est indéniablement l'élément qui en constitue le moteur. Avec l'apparition de Symphony of the Night (souvent plébiscité comme le meilleur volet avec Rondo of Blood), la série s'est enrichie de quelques fonctionnalités empruntées aux RPG, pour le plus grand bonheur des joueurs.



Convaincu que la série est surtout profitable à un gameplay en scrolling horizontal, Konami poursuit aujourd'hui les nouveaux épisodes sur Nintendo DS avec brio. Toutefois, l'équipe de développement s'est également affairée à diversifier les possibilités de la saga avec un tout nouveau projet intitulé Castlevania : Harmony of Despair. Exclusivement réservé à une distribution numérique sur le Xbox Live Arcade, ce nouvel opus a la particularité de permettre de jouer jusqu'à six de façon simultanée dans un même niveau, via le mode online. Pour les fans, il s'agit d'une véritable aubaine et, potentiellement, le résultat de leurs rêves. Qui plus est, le titre matérialise un certain nombre d'éléments inhérents aux précédents volets, tout en conservant un moteur graphique en 2D entièrement conçu à la main. Vous l'aurez compris, ce nouvel épisode se matérialise avant tout comme un produit destiné aux adorateurs de la licence, les propos qui vont suivre ne vont qu'aller en ce sens.

Castlevania : Harmony of Despair - 2 Castlevania : Harmony of Despair - 3

Qu'on se le dise, Castlevania : Harmony of Despair a beau se présenter comme une toute nouvelle aventure, sachez qu'elle ne propose pas du tout la même expérience que les épisodes habituels. En effet, le titre ne propose aucun scénario et ne se contente que d'apporter du gameplay aux joueurs. Ainsi, ne vous attendez aucunement à une once d'histoire, Konami ayant mis l'accent sur l'action. Les seules indications qui nous sont confiées sont dissimulées dans le menu d'option. Nous apprenons ainsi que nous avons pour but de détruire Castlevania, la citadelle manifestée dans les pages d'un vieux grimoire maudit, ce dernier constituant l'interface du jeu. Chacun des six chapitres du jeu permet de se plonger dans le château à une époque différente, constituant ainsi des structures, ennemis et boss bien distincts. Votre but sera donc de débloquer les six mondes et d'éradiquer les boss. Si vous espériez de l'originalité dans ce nouvel épisode, il faudra passer votre chemin puisque les niveaux sont formés à partir des environnements des trois volets DS, mixant par la même occasion l'intégralité des bestiaires. Ainsi, à l'exception des boss, tous les ennemis sont déjà connus des amateurs de la série.



Pour vous lancer dans cette quête, vous pourrez incarner l'un des six personnages provenant des précédents épisodes de la série, à savoir Soma Cruz (Castlevania : Dawn of Sorrow), Jonathan Morris et Charlotte Aulin (Castlevania : Portrait of Ruin), Shanoa (Castlevania : Order of Ecclesia) et le très apprécié Alucard (Castlevania : Symphony of the Night). Si l'éventail est intéressant, il constitue également un réel déséquilibre. En effet, des personnages tels qu'Alucard ou encore Shanoa offrent des compétences spéciales bien plus efficaces que les autres héros. Ainsi, il ne sera pas forcément judicieux de sélectionner Charlotte dans un premier temps, en raison de sa vulnérabilité plus présente que les autres combattants. Elle sera utile en revanche lorsque vous vous adonnerez à des parties en coopération, en tant que soutien.

Castlevania : Harmony of Despair - 4 Castlevania : Harmony of Despair - 5



Galerie d'images

Castlevania : Harmony of Despair - 10 Castlevania : Harmony of Despair - 11

Castlevania : Harmony of Despair - 12 Castlevania : Harmony of Despair - 1

Castlevania : Harmony of Despair - 32 Castlevania : Harmony of Despair - 30

Castlevania : Harmony of Despair - 31 Castlevania : Harmony of Despair - 29

Castlevania : Harmony of Despair - 27 Castlevania : Harmony of Despair - 28

Castlevania : Harmony of Despair - 25 Castlevania : Harmony of Despair - 26

Castlevania : Harmony of Despair - 23 Castlevania : Harmony of Despair - 24

Castlevania : Harmony of Despair - 21 Castlevania : Harmony of Despair - 22

Castlevania : Harmony of Despair - 19 Castlevania : Harmony of Despair - 20

Castlevania : Harmony of Despair - 18 Castlevania : Harmony of Despair - 16

Castlevania : Harmony of Despair - 17 Castlevania : Harmony of Despair - 14

Castlevania : Harmony of Despair - 15 Castlevania : Harmony of Despair - 13



Coopération indispensable

Particulièrement déroutant pour les néophytes, Castlevania : Harmony of Despair nous plonge in extenso dans une partie sans nous inviter à prendre part à un quelconque tutoriel. Il suffit de lancer une partie pour s'en convaincre : vous débarquez directement dans un niveau, aux abords d'une horde de zombies prêts à en découdre, sans avoir été briefé sur les touches à prendre en compte. Déroutant, n'est-il pas ? Qui plus est, la caméra se veut très éloignée, ce qui se révèle très handicapant lorsqu'on n'a pas été jeter un œil aux options avant de se lancer à corps perdu dans le jeu. Pour modifier la vue, il faudra appuyer sur le stick droit. Vous disposez ainsi d'une vue classique qui servira à évoluer correctement dans le jeu, une plus éloignée qui permettra de jeter un œil aux salles adjacentes, et une vue d'ensemble du niveau qui se révèle particulièrement impressionnante, surtout pour les grands amateurs de rendus 2D. En effet, cette vue permet d'avoir un léger aperçu de l'ensemble des ennemis et éléments mobiles du niveau d'un simple coup d'œil. Bluffant.



Impitoyable, cet épisode l'est tout spécifiquement. En solo, le jeu se révèle excessivement frustrant en raison de nombreux ennemis, de trop peu d'aliments pour remonter sa jauge de vie, ainsi que des boss à la fois résistants et très puissants, à défaut d'être aussi travaillés que les productions habituelles à la saga. Vous l'aurez compris, le joueur bien décidé à s'adonner seul aux six chapitres du jeu risque de mourir plus que de raison, jusqu'à parvenir à l'issue du niveau en maîtrisant les patterns du boss, des ennemis et l'itinéraire idéal à emprunter. Pour le coup, l'intérêt semble avoir été troqué contre un simple sentiment de désespoir et d'agacement. Toutefois, chaque mort nous permet de conserver les objets, équipements et argent fraîchement acquis, afin de recommencer le niveau avec une puissance de frappe et une défense améliorées. On regrettera très certainement l'absence de gain d'expérience et de niveaux, ce qui constitue à lui seul un net recul quant à la rejouabilité sur le long terme. De ce fait, il ne faudra compter que sur la récolte aléatoire des objets dans les coffres, ou acheter les pièces d'équipement dans le magasin accessible entre chaque partie, ou à des points spéciaux dans les niveaux (utilisés comme points de sauvegarde dans les volets DS).

Castlevania : Harmony of Despair - 6 Castlevania : Harmony of Despair - 7

C'est en coopération que le jeu prend tout son sens. Les niveaux sont également conçus de manière à s'entraider, au moyen de mécanismes tels qu'un ascenseur ou encore des leviers disposés sur plusieurs étages pour passer une zone spécifique. Bref, la structure des différents châteaux est intelligemment pensée afin de favoriser le multijoueur. Qui plus est, il est tout à fait possible de localiser ses coéquipiers en zoomant sur la carte. Toutefois, il est utile de préciser que plus vous êtes nombreux à jouer ensemble, plus la résistance des ennemis sera importante. Si le jeu est difficile en solo, il le sera tout autant à cinq ou six. De ce fait, la combinaison la plus judicieuse pour progresser sans en baver sera par équipe de deux ou trois joueurs. De plus, l'un des joueurs disposera d'un élixir dans son inventaire, lui permettant de ressusciter l'un de ses compatriotes exterminés par les sbires de Dracula.

 On regrettera cependant que la partie multijoueur ne propose pas la possibilité de jouer en local.

Disposant d'une réalisation graphique plus ou moins similaire aux jeux PSone / DS ainsi qu'une bande sonore très dynamique et de très bonne facture, Castlevania : Harmony of Despair assure sur son enrobage, enthousiasmant les amateurs de la saga. Toutefois, il faut prendre cette nouvelle production comme un jeu typiquement tourné vers le multijoueur, la partie solo étant inintéressante et frustrante au possible. En dépit d'une absence totale de scénario, le soft assure une prise en main de qualité, mais comporte un réel manque d'éléments de gameplay en comparaison avec les précédents volets. Ainsi, le manque de gain d'expérience est une réelle erreur, nécessitant de compter uniquement sur l'acquisition de nouveaux équipements. Bref, le titre plaira uniquement aux amateurs de la série qui ne jurent que par l'expérience coopérative qui se révèle tout de même grisante et ce, en dépit du faible nombre de niveaux jouables. Les autres n'accrocheront probablement pas au concept.

Castlevania : Harmony of Despair - 8 Castlevania : Harmony of Despair - 9



+ Les plus
  • Mode coopératif inédit
  • Structure des niveaux intéressante
  • Artistiquement réussi
  • Bonnes musiques
- Les moins
  • Inintéressant en solo
  • Pas de gain d'expérience / niveaux
  • Seulement six niveaux
  • Pas de coop en local

Notes

  • Graphisme Vanté en tant que Castlevania HD, ce nouvel opus met en évidence un look proche de Symphony of the Night, sorti il y a quelques années sur PSone. Les amateurs de 2D seront d'ailleurs servis puisque les décors et sprites, bien que pixelisés, sont artistiquement travaillés, notamment au niveau de la palette de couleurs. On appréciera également la fonction de zoom, permettant de jeter un œil sur l'intégralité du château : une véritable fresque.
    7/10
  • Bande son La bande son de Castlevania : Harmony of Despair est de très grande qualité, à l'image de la plupart des épisodes de la série. S'octroyant un thème particulièrement riche en instrumentation dans le menu principal, le jeu laisse ensuite place à des musiques très rythmées et typées rock lorsque vous explorez les différents châteaux. En somme, les thèmes offrent un très grand dynamisme à votre progression, jouant ainsi favorablement sur l'intérêt.
    8/10
  • Jouabilité En dépit de l'absence total de tutoriel pour les néophytes à la série, le titre propose un gameplay convenable, tout en conservant la lourdeur générale des déplacements qui caractérise la saga. Les fans de Castlevania seront ainsi nullement pris au dépourvu, si ce n'est la différence d'ergonomie en raison de la manette de la Xbox 360. L'absence de gestion d'expérience est réellement manquante pour cet épisode, le joueur devant se contenter de récupérer / acheter son équipement afin de faire face aux nombreux ennemis et boss des niveaux.
    7/10
  • Durée de vie Bien spécifiquement long, le titre n'offre que six niveaux. Ces derniers sont toutefois assez imposants et emplis de coffres et autres secrets. Toutefois, l'intérêt s'essouffle très vite si vous espérez effectuer le jeu en solo, en raison d'une extrême difficulté qui découlera sur de nombreuses morts. Pour profiter convenablement de l'expérience, il faudra se tourner vers le mode coopératif qui, bien qu'uniquement orienté online, propose de nombreuses subtilités qui plairont aux connaisseurs de la série. Toutefois, il ne faudra pas compter sur un taux de rejouabilité démentiel, sauf si vous êtes un acharné du scoring.
    6/10
  • Note générale Premier épisode de la série à proposer un mode multijoueur coopératif, Castlevania : Harmony of Despair offre ainsi une expérience inédite pour les fans de la série. Bien que très largement perfectible en termes de possibilités, le titre étonne, intrigue. Malgré tout, il est utile de souligner que le background de ce volet n'est aucunement travaillé en raison de l'absence totale de scénario, et abandonne une partie de ses éléments RPG en excluant le gain d'expérience et de niveaux. Trop frustrant en solo, le titre ne tire son potentiel qu'en ligne et sera surtout apprécié par les amateurs de la licence de Konami. Les autres risqueront certainement de ressentir le goût amer du regret.
    6/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire