Test Chroniques de Riddick Assault on dark Athena

Le par Franck P.  |  0 commentaire(s)
test chroniques riddick assault on dark athena image presentation

S'appuyant sur une œuvre cinématographique, les Chroniques de Riddick : Escape from the butcher bay avait su convaincre nombre de joueurs que les gesticulations de Vin Diesel pour passer du monde du cinéma à celui du jeu vidéo n'étaient pas sans intérêt. Car pour une fois, on avait eu droit à un vrai jeu, simple et efficace à la fois. La suite est donc contenue dans ce nouvel épisode dénommé Assault on the dark Athena et il était évident qu'on n'allait pas le laisser passer ainsi.

Introduction

Pour une fois qu'un jeu issu d'un film de cinéma, même s'il ne s'agit pas d'une transposition pure et simple, parvenait à faire un tabac auprès du public, souvent bien plus exigeant, du monde du jeu vidéo, il était étonnant que l'on ait pas encore eu droit à une suite qui permette d'incarner de nouveau un des plus célèbres et charismatiques personnages qu'ait eu à interpréter Vin Diesel. L'accroc est donc réparé puisque depuis quelques semaines le jeu est en vente dans toutes les bonnes crémeries.

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (1)     test chroniques riddick assault on dark athena image (2)

Aux commandes, c'est toujours Starbreeze Studios qui mène la danse du développement. La seule différence est que Pour Assault on dark Athena l'éditeur est devenu Atari en lieu et place de Vivendi Universal Games. Un changement tout compte fait bien minime et qui supposait que le jeu allait être de la même veine que le premier si on était positif, ou qu'il serait une fade redite rémunératrice si on était d'humeur badine. La vérité est ailleurs, comme  dit Mulder, quelque part entre les deux extrémités...

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (3)     test chroniques riddick assault on dark athena image (4)

 



Monsieur Loose

Mais où les gens intelligents vont-ils chercher de si bonnes idées de scénario ? On se pose souvent cette question lorsque l'on voit les turpitudes de quelques êtres qui ont franchement trempé dans la marmite de la malchance lorsqu'ils étaient petits, un peu façon Obélix de la loose. C'est ce que l'on est en droit de se dire lorsque l'on constate les pérégrinations de notre ami Riddick. Certes, monsieur n'est pas l'agneau de service et ferait plutôt figure de loup mais bon, il faut dire aussi que l'existence lui mène la vie dure.

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (5)     test chroniques riddick assault on dark athena image (6)

C'est alors qu'à peine échappé de Butcher Bay, vous savez lors du premier épisode, il se ballade en compagnie de potos dans l'espace. Mais sa route croise le Dark Athena, lieu qui semble habité par des malades donc la seule préoccupation est de transformer des êtres humains en monstres. En gros, c'est ce qui attend Riddick s'il ne sauve pas ses miches. Rebelle comme pas deux, pépère muscle prend les choses en main et se met en tête de s'échapper, une nouvelle fois.

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (7)     test chroniques riddick assault on dark athena image (8)

Et cette fois-ci il faudra "coopérer" avec des room mates qui n'en sont pas puisque les cellules sont individuelles. Bref, le scénario suit une trame assez mince qui n'a pour seul but que d'envoyer Riddick explorer les quatre coins du vaisseau pour l'amener à dézinguer tout le monde et à s'extirper de cet antre du mal. Sans spoiler, dites-vous bien qu'une fois sorti la fête n'est pas finie loin de là ! Mais bon, on laisse cela pour ceux qui auront le courage et l'envie d'aller au moins jusqu'à ce point du jeu.

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (9)     test chroniques riddick assault on dark athena image (10)

 



Même cause, même effets

Coté gameplay, les Chroniques de Riddck : Assault on the dark Athena reprend en grande partie les ficelles d'Escape from Butcher Bay. En fait de FPS, on est tout autant dans un jeu d'action et d'infiltration. En effet, comme dans son prédécesseur, il n'est pas utile, voire il est fortement déconseillé, de tenter de fusiller tout le monde pour passer d'une salle à l'autre. La faute à un manque d'armes au début, et à une profusion de moyens adverses par la suite. Bien souvent on se terre dans l'ombre histoire de passer inaperçu.

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (11)     test chroniques riddick assault on dark athena image (12)

C'est vrai que notre égo surdimensionné de head-shooter en prend un gros coup sur la cafetière mais on s'y résout assez vite une fois que des mandales et des balles assassines nous ont étalées. Retour au calme donc. Rassurez-vous toutefois, on acquiert des armes assez traditionnelles au bout de quelques temps et puis on peut toujours utiliser celles des drones qui viennent de finir égorgés de nos jolies mimines.

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (13)     test chroniques riddick assault on dark athena image (14)

On sent toutefois que les développeurs ont plus poussé la phase tir de ce volet que celle du précédent ce qui finalement réduit un peu notre niveau d'amusement général, car c'est lorsque l'on est en phase d'infiltration, à chercher le conduit qui mène au delà des méchas ou à assassiner en silence que l'on ressent le plus de frissons. Cependant, les ficelles voyantes utilisées par les développeurs pour nous faire repasser mille fois au même endroit auraient pu être évitées afin que l'on ne perde pas en nervosité et en esprit de découverte.

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (15)     test chroniques riddick assault on dark athena image (16)

 



1+1=1

Une des grandes originalités de Chroniques of Riddick : Assault on the Dark Athena vient du fait que ce volet intègre également le précédent. En effet, au menu principal, vous avez la possibilité de recommencer (ou faire si cela n'était pas le cas) la première campagne de Riddick datant de 2005 et retouché pour l'occasion. On se dira alors que cet ajout est une bonne idée des développeurs qui ont au moins eu la gentillesse d'intégrer un bonus accessible dès le début. Voire les choses ainsi, c'est oublier quelques détails.

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (17)     test chroniques riddick assault on dark athena image (18)

Déjà, on distingue sans mal que le moteur graphique de Riddick est celui d'il y a 4 ans ce qui laisse à voir des textures médiocres et des animations assez disgracieuses. En outre, le fond du jeu est identique au premier. Enfin, et c'est peut être ce qu'il y a de plus grave, on prend plus de plaisir à jouer à Butcher Bay qu'à Dark Athena. Mettre un renard dans le poulailler en quelque sorte, ce n'est pas la meilleure des choses si on aime ses poules mais c'est pourtant ce qu'ont fait les gens de Starbreeze.

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (19)     test chroniques riddick assault on dark athena image (20)

On a ainsi plus l'impression de payer le prix fort pour un add-on de la première épopée que de payer un bon prix pour un nouveau jeu et son ancêtre en guise de cadeau. On se rend compte que la différence est ténue parfois et que les esprits des joueurs sont quelques fois chagrins mais c'est la dure réalité de ce monde ma pauvre Lucette.

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (21)     test chroniques riddick assault on dark athena image (22)

 



Galerie d'images

 

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (23)     test chroniques riddick assault on dark athena image (24)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (29)     test chroniques riddick assault on dark athena image (28)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (27)     test chroniques riddick assault on dark athena image (26)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (25)     test chroniques riddick assault on dark athena image (30)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (31)     test chroniques riddick assault on dark athena image (32)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (33)     test chroniques riddick assault on dark athena image (34)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (35)     test chroniques riddick assault on dark athena image (36)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (37)     test chroniques riddick assault on dark athena image (38)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (39)     test chroniques riddick assault on dark athena image (40)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (41)     test chroniques riddick assault on dark athena image (42)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (43)     test chroniques riddick assault on dark athena image (44)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (47)     test chroniques riddick assault on dark athena image (46)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (45)     test chroniques riddick assault on dark athena image (48)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (49)     test chroniques riddick assault on dark athena image (50)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (51)     test chroniques riddick assault on dark athena image (52)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (58)     test chroniques riddick assault on dark athena image (57)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (56)     test chroniques riddick assault on dark athena image (55)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (54)     test chroniques riddick assault on dark athena image (53)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (63)     test chroniques riddick assault on dark athena image (62)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (61)     test chroniques riddick assault on dark athena image (60)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (59)     test chroniques riddick assault on dark athena image (68)

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (67)     test chroniques riddick assault on dark athena image (66)

 

 



Conclusion

Partant d'un soft intéressant et tentant de refaire le coup, Starbreeze nous livre un produit qui ne nous satisfait qu'à moitié. Cette moitié porte avant tout sur le fait que Riddick est assez unique dans le monde du jeu vidéo et qu'on a au moins la chance de pouvoir à nouveau tâter du bitume à ses cotés. Mais l'autre moitié, celle de notre insatisfaction, rempli sa besace avec la légère mais justifiée impression de se faire prendre pour ce que l'on croit ne pas être : des pigeons.

 

test chroniques riddick assault on dark athena image (65)     test chroniques riddick assault on dark athena image (64)

Car comment qualifier autrement que mini-supercherie l'adaptation 4 ans après d'un bon jeu en lui collant une suite moins bonne que l'originale et en l'intégrant une fois reliftée ? Les mots sont peut être trop fort et dépassent probablement la réalité, mais l'idée est dans ces eaux-là. Toutefois, et c'est un paradoxe, c'est avec plaisir qu'on a parcouru Dark Athena. A croire qu'on aime aussi jouer aux nanars...

test chroniques riddick assault on dark athena image (69)     test chroniques riddick assault on dark athena image (70)

 

Chroniques de Riddick Assault on dark Athena est disponible sur PC à partir de 36,98 €

 



+ Les plus
  • Univers Riddickien prenant
  • Mi FPS, mi Infiltration
  • Bande son et doublages
  • Dialogues poilants
- Les moins
  • Graphismes d'un autre âge
  • Missions en carton
  • Moins bien que le premier

Notes

  • Graphisme Que ce soit Butcher Bay ou Dark Athena , l'ensemble reste cohérent et très moyen pour la période actuelle. En outre, le nouveau volet est assez mal optimisé ce qui le rend gourmand pour des performances moyennes. Les textures ne sont pas folichonnes, le bestiaire terriblement limité et les visages ou animations des personnages frôlent le mauvais. Par contre, on peut reprocher la redondance des décors mais ils tiennent avant tout au fait qu'on est à bord d'un seul et unique vaisseau et donnent une âme graphique.
    5/10
  • Bande son La bande son profite à plein du fait qu'on est dans le simili cinéma. Les musiques d'ambiance retranscrivent alors fidèlement ce que l'on entend régulièrement dans les salles obscures tout comme pour les voix de doublages parfaites, notamment la grosse et avantageuse voix de Vin Diesel. Faudrait qu'il pense aux Valda... Enfin bref, passons sur ce point pour en souligner un autre : les dialogues. Même s'ils ne sont pas dans la veine d'Audiard, quelques répliques sonnent merveilleusement et risquent de se répandre dans les cours de récréation dans les prochaines semaines.
    8/10
  • Jouabilité Question maniabilité de Riddick, peu de choses à se reprocher si ce n'est qu'il manque d'interactivité avec son décor hormis quelques baies vitrées accueillant généreusement la salve de munitions. Les principes de jeu sont respectés pour la série ce qui est un bon point. Mais la mollesse due aux passages multiples aux mêmes endroits et l'IA de drone modèle beta nuisent pour de bon, eux.
    7/10
  • Durée de vie 6 c'est la note, et c'est aussi grosso modo le nombre d'heures qu'il faut pour traverser cette seconde aventure. On ne compte pas ici les 7 ou 8 heures qu'il faut pour faire Butcher Bay pour ne pas fausser la notation même s'il est vrai que cela compte au final. Et puis ce Riddick intègre aussi un multi dont la plupart de modes sont archi connus mais qui a le mérite d'exister.
    6/10
  • Scénario La trame de l'histoire est tout à fait compréhensible et tient bon tout le long du jeu. Mais on vous le disait, c'est le coté "va chercher, reviens, repart en faisant le tour, etc..." qui lasse très vite.
    5/10
  • Note générale Très attendu, notamment par toute la communauté de fans qui s'étaient entichés du héros incarné par Vin Diesel au cinéma il y a 5 ans puis par son avatar vidéoludique, les Chroniques de Riddick : Assault on the dark athena déçoit plus qu'il ne contente. Car s'il comble le vide, et la nature a horreur du vide surtout en matière commerciale, il ne parvient pas à nous faire oublier le précédent... d'autant qu'il l'intègre entièrement au packaging.
    6/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire