Test Command And Conquer 3 La Fureur De Kane

Le par Alain L.  |  0 commentaire(s)
Command And Conquer 3 La Fureur De Kane - Logo

Dans une implacable logique scénaristique, la série Command and Conquer reprend de plus belle pour le plus grand bonheur des fans. Electronic Arts a préféré cette fois privilégier la piste de Kane qui reste dans cette série un important personnage, qui, non content d’être mystérieux, a le mauvais goût de survivre aux nombreux assauts du GDI, incluant entre autres un embrochage en bonne et due forme. Les fans sauront de quoi je parle.

Trois actes, un objectif

Command And Conquer 3 : La Fureur de Kane n’a pas pour unique objectif de poursuivre hâtivement le scénario de Command And Conquer 3 : Les Guerres Du Tiberium, (consultez notre test) il veut surtout apporter une certaine cohésion à cette série qui évolue par à-coups. Le jeu se divise ainsi en trois grands actes qui reprennent les événements de Command And Conquer : Soleil De Tiberium - Mission Hydre pour atteindre et dépasser le dernier jeu en date.

En tant que stand-alone, le jeu ne modifie en aucun cas son déroulement global. Le joueur incarnera donc une intelligence artificielle du nom de LEGION agissant pour le compte unique du NOD et plus précisément de Kane, toujours joué par le charismatique et très engagé Joseph Kucan. L’objectif du joueur sera d’unifier une bonne fois pour toute le NOD et de relancer les hostilités contre le GDI.

Command And Conquer 3 La Fureur De Kane Xbox 360   Image 11  Command And Conquer 3 La Fureur De Kane Xbox 360   Image 12

Pour la première fois de son histoire, cette série bénéficie d’un add-on entièrement consacré au NOD, treize missions aux commandes d’un camp aux stratégies bien définies. Ces missions ne possèdent en pratique que très peu de nouveautés et les objectifs restent on ne peut plus connus des amateurs de stratégie.

L’escorte,  l’infiltration, la défense et la destruction pure et simple représentent le gros de nos futures activités militaires. Ce ne sont certainement pas les différents niveaux de difficulté et les objectifs secondaires qui vont modifier la donne, mais plutôt offrir un challenge plus intense, plus exigeant.



Le NOD dans toute sa splendeur

Cette division scénaristique ne possède malheureusement pas de transitions fluides, on passe rapidement d’un lieu ou d’une époque à une autre sans pour autant être informé des événements parallèles, ce qui aurait pu atténuer cette grande sensation d’incomplétude.

Fort heureusement, les cinématiques Haute Définition rattrapent l’ensemble et confère au jeu une certaine dynamique. Le jeu des acteurs reste relativement honnête et le casting bien adapté. Les acteurs Carl Lumbly (Alias) et Natasha Henstridge (La Mutante), jouant respectivement Frère Marcion et Alexa Kovacs, n’ont pas grand-chose à se reprocher.

Command And Conquer 3 La Fureur De Kane Xbox 360   Image 4  Command And Conquer 3 La Fureur De Kane Xbox 360   Image 3

On regrettera peut-être l’absence des charmantes Jennifer Morrison (Dr House) et autres Grace Park (Battlestar Galactica), mais cela ne tient qu’à moi. En revanche, les doublages français sont loin d’être réussis, ils alternent tout juste entre le passable et le mauvais, ce qui surprend quelque peu quand on connait les capacités d’Electronic Arts.

Tandis que le gameplay n’a pas changé d’un iota, les moyens mis à disposition pour parvenir à nos fins ont évolués et se sont grandement spécialisés. Cette spécialisation se ressent à travers l’apparition de deux sous-factions par camp augmentant ainsi à neuf le nombre total de protagonistes (trois camps et six sous-factions).



Unités épiques, destructions épiques

Il s’agit toujours de contrôler des unités et d’organiser la construction d’une importante base à l’aide de la manette Xbox 360. Ces contrôles ont subi de sympathiques bouleversements rendant le jeu largement plus accessible et instinctif. Le remplacement du menu linéaire par un menu radial offre à lui seul un meilleur confort.

Les menus et sous menus présents dans l’interface restent clairs. Mais la création et la sélection de groupes d’unités restent encore peu évidentes à cause notamment du manque de précision des sticks analogiques, un point facilement perfectible.

Command And Conquer 3 La Fureur De Kane Xbox 360   Image 6  Command And Conquer 3 La Fureur De Kane Xbox 360   Image 7

A l’instar de Command And Conquer : Generals – Heure H, la présence de sous-factions se souligne principalement par l’apparition de nouvelles unités et améliorations technologiques. Chaque sous-faction qui se spécialise et gagne logiquement en puissance de feu, mais perd en contrepartie d’autres technologies comme les railguns.

La grande nouveauté logistique provient des unités épique au nombre de trois, une par camp. L’Eradicateur, le MARV et le Rédempteur n’ont pas qu’une impressionnante dénomination, ces massives unités sont aussi et surtout équipées d’un blindage et d’une puissance de feu incommensurable qui en font des cibles prioritaires.



Une ambiance moins oppressante

De plus, ces unités peuvent accueillir entre deux et quatre groupes d’infanterie offrant à ces dernières des capacités militaires supplémentaires comme une régénération avancée (ingénieur), une arme anti-infanterie (sniper) et j’en passe. On termine avec leurs capacités spéciales actives ou passives selon les cas, permettant aussi bien de recycler des restes que de traiter rapidement du Tiberium.

D’un terme graphique, le jeu n’évolue aucunement et reste par conséquent très joli et jouable à la fois. Les optimisations effectuées n’entraînent aucune saccade et se permettent des frivolités atmosphériques du plus bel effet, on n’en demandait certainement pas plus. Les joueurs PC pourront peut-être pester sur les imprécisions texturales qui restent plus que naturelles.

Command And Conquer 3 La Fureur De Kane Xbox 360   Image 8  Command And Conquer 3 La Fureur De Kane Xbox 360   Image 9

Aux commandes de la bande sonore Trevor Morris ne s’est pas grandement foulé la cheville en nous offrant trois différent thèmes sonores à mi chemin entre rock et électro. Exit donc l’ambient (ou les musiques de fond) et place à des pistes dynamiques à souhait qui collent parfaitement à l’esprit revanchard de l’ami Kane.

L’absence de Steve Jablonsky explique en grande partie la disparition de thèmes mystérieux, épiques et oppressants à la fois. Au niveau des bruitages, les développeurs restent dans une excellente norme exempte de défauts majeurs, ceux-ci savent se montrer et signaler leur présence.



Mention assez bien

Du haut de ses treize missions, la campagne solo affiche une durée de vie estimée à douze heures. A cela s’ajoute les quatre-vingt dix missions du Défi de Kane qui se résument ni plus ni moins en une succession de missions escarmouches dont les conditions logistiques sont tout simplement imposées, ici les camps.

Pas révolutionnaire, les cinq modes multi-joueurs restent dans la plus pure tradition des RTS. L’apport de nouvelles unités et des sous-factions aura le bon goût de bouleverser les parties en ligne pleines de rebondissement et dénuées de majeures saccades due aux serveurs.


L’absence de différents camps jouables dans le mode solo et cet explicite morcellement scénaristique empêchent les joueurs de profiter pleinement du titre qui ne dévoile ses qualités que par intermittence. L’interface radiale et sa conséquente durée de vie sauront quelque peu atténuer ces contretemps, et surtout faire oublier ce scénario à rallonge.

Au contenu similaire, Command And Conquer 3 : La Fureur de Kane prend tout de même le temps d’évoluer et de s’adapter au mieux à la console next-gen de Microsoft. Le jeu affiche de plus une tarification et une finition très honnête, pourquoi s‘en priver ?

Command And Conquer 3 : La Fureur de Kane
est disponible à partir de 28.99 euros





+ Les plus
  • Meilleure jouabilité
  • Longue durée de vie
  • Les unités épiques
- Les moins
  • Peu de nouveaux thèmes sonores
  • Scénario haché
  • Doublages médiocres
  • GDI et Scrins non jouables en mode solo

Notes

  • Graphisme De retour, le Sage Engine sait parfaitement jouer de ses charmes et nous divulgue des décors et des effets spéciaux de grande qualité. La modélisation des unités et de l’atmosphère est bonne, et surtout n’introduit que très rarement des ralentissements, un bon point. Présentes et plaisantes, les cinématiques jouissent d'un professionnalisme certain.
    8/10
  • Bande son La bande sonore du jeu et ses bruitages font honneur au géant américain qui adore nous faire vibrer les tympans. Les voix françaises ne bénéficient malheureusement pas d’un tel soin et dévoile une qualité en dent de scie, dommage…
    7/10
  • Jouabilité Plus simple, plus jouable et moins prise de tête, le jeu commence enfin à soulager le joueur de rébarbatifs soucis logistiques et lui rend la vie plus belle, enfin la guerre. Merci l’interface radiale.
    8/10
  • Durée de vie Il faudra tabler entre dix et quinze heures pour terminer la campagne solo et bien plus pour venir à bout du Défi de Kane. La diversité du mode multi-joueurs et l’apparition de nouvelles unités donneront un nouveau souffle au concept, quoi qu’il en soit le joueur en aura largement pour son argent.
    8/10
  • Scénario Divisée et mal raccordée, la trame scénaristique du jeu souffre de grands vides qui gêneront grandement le simple joueur. Le fan sera lui aussi déçu d’aboutir à une telle fin. Une fin à rallonge qui annoncera très certainement l’arrivée d’un nouvel opus.
    6/10
  • Note générale Mieux adapté, plus complexe et complet, Command And Conquer 3 : La Fureur de Kane remplit parfaitement son rôle de stand-alone et apporte une pincée d’innovations à un concept maintes fois réchauffé qui fait son effet, mission accomplie. De plus, ce dernier ne nécessite aucunement le jeu originel et affiche un attractif prix.
    7/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire