Test Crackdown 2

Le par Fabien H.  |  0 commentaire(s)
Crackdown 2 - vignette

Faisant suite à un premier épisode globalement bien accueilli par les joueurs, Microsoft remet le couvert trois ans plus tard avec Crackdown 2, la suite de l'un des jeux « bac à sable » les plus permissifs jamais développés. De nombreux développeurs se sont empressés de s'engouffrer dans cette brèche entre temps. Premier coup d'essai pour Ruffian Games, Crackdown 2 parviendra-t-il à renouveler la recette du premier opus tout en se démarquant de la concurrence dans le domaine ? Réponse dans ce test.

Retour de force

Ceux et celles qui ont déjà parcouru la ville de Pacific City dans le premier épisode de Crackdown se souviendront sans nul doute des nombreux gangs qu'il fallait exterminer. Vous incarniez un super agent aux capacités physiques impressionnantes. À terme, la ville était totalement « nettoyée » des marginaux et autres fauteurs de troubles. L'Agence, l'organisme faisant respecter la paix en ville, avait gagné. Crackdown 2 permet de revenir dans les mêmes lieux que le premier épisode, dix ans après la fin du premier volet. Première constatation, la ville est strictement la même, ce qui étouffe tout surprise pour les fans de la série. Pour l'occasion, vous reprendrez vos fonctions en tant que clone d'agent spécial de l'Agence, afin de soutenir les actions des pacificateurs contre une nouvelle menace terroriste appelée la Cellule. Ces derniers tentent de renverser le gouvernement par la force et la violence. En parallèle, un virus transforme petit à petit la population de la ville en monstres difformes et hautement dangereux appelés Freaks. Ces derniers peuvent d'ailleurs se comparer à des zombies.

Bref, il est temps pour l'Agence de reprendre les choses en main, afin de secourir les civils. Pour cela, vous aurez rapidement carte blanche pour détruire toute menace et ce, même si vous effectuez quelques bavures. Après un léger briefing / tutoriel, vous serez lâché dans la vaste ville de Pacific City, vous laissant l'opportunité de flâner ou de se concentrer sur les objectifs. Cette mise en œuvre est particulièrement appréciable pour les joueurs amateurs de liberté qui se passent volontiers des nombreuses cut-scenes inhérentes à de nombreuses productions actuelles. Dans le cas présent, on nous remet les clés du jeu : on peut se faire plaisir dès les premières minutes, ce qui se révèle particulièrement accrocheur et grisant. L'impression d'être le maître de la ville se révèle être très motivante. Cependant, plusieurs problèmes viennent entraver le plaisir sur le long terme, et pas des moindres.

Crackdown 2 - 1 Crackdown 2 - 2

Après quelques heures passées sur le jeu, un sentiment nous heurte : les objectifs principaux sont atrocement répétitifs. Ainsi, on se contente d'activer des balises, exterminer des quartiers envahis par la Cellule, ou encore détruire les tanières des Freaks. Dans tous les cas, les missions se répètent inlassablement et ce, jusqu'à la fin du jeu. L'ensemble des objectifs n'étant pas non plus légion, on s'ennuie très rapidement puisqu'il suffira dans la totalité des cas de mener strictement les mêmes actions. Vu que l'IA se montre quasi inexistante, la difficulté ne sera pas réellement présente, si ce n'est lorsque vous essuyez des tirs soutenus dans les modes de difficulté avancés. Si le premier opus se révélait déjà assez peu varié, cette suite enfonce clairement le clou, proposant ainsi une progression radicalement obsolète pour l'époque actuelle.



La principale nouveauté concernant la ville de Pacific City se situe donc dans les différences de fréquentation pendant le cycle jour / nuit. Pendant la journée, il faudra se confronter aux nombreux membres de la Cellule qui se révèlent souvent surarmés (lance-roquettes, fusil sniper, etc.) et disposant de puissants véhicules équipés de tourelles. La nuit, l'action montera d'un cran puisque les Freaks – zombies – sortiront de terre pour hanter les rues de la ville, se confrontant ainsi aux civils, aux pacificateurs et à la Cellule. Ainsi, chaque force sera débordée, surtout après minuit, lorsque la totalité des Freaks sont à la surface. Si la plupart d'entre-eux sont assez simples à exterminer, d'autres en revanche seront diablement rapides, voire gigantesques, ce qui représente une réelle menace quant à votre survie. Quoi qu'il en soit, on appréciera les possibilités de gameplay offertes par la gestion du temps, permettant ainsi de profiter de l'invasion des Freaks à la surface pour mener des missions dans leur repaire, ou encore de profiter de leur débordement sur la Cellule pour faire une pierre deux coups en les exterminant tous.

Crackdown 2 - 3 Crackdown 2 - 4



Complications chroniques

Comme dans le premier volet, Crackdown 2 permettra de contrôler un super agent qui pourra aisément bondir sur des distances hallucinantes. Bien évidemment, vous commencerez avec des capacités minimales, mais votre personnage évoluera au fil du jeu. Généralement, vous améliorerez votre maîtrise des armes à feu, explosifs, attaques au corps-à-corps / renforcement physique et conduite au fil de vos actions. Pour ce qui est de l'agilité, il sera nécessaire de récolter des orbes disséminées un peu partout dans la ville. Avec un peu plus de 500 symboles à récupérer, il faudra un certain temps pour atteindre les possibilités maximales de l'agent. Loin d'une simple activité annexe, la collecte des orbes d'agilité vous octroiera davantage d'aisance dans vos conditions physiques, offrant une combinaison de protection de plus en plus élaborée, ainsi que la faculté de faire des bonds plus importants ou encore de courir plus rapidement. D'autres symboles instables auront la capacité de s'échapper lorsque vous vous en approcherez. Il faudra ainsi combiner réflexes et rapidité pour parvenir à les atteindre pour gagner des statistiques supplémentaires.



Or, sachez qu'il ne sera pas aisé de vous déplacer comme bon vous semble dans la ville de Pacific City. La raison derrière cela est un impardonnable souci de prise en main. Plutôt lourd, notre agent aura tendance à ne pas réagir correctement aux commandes. La gestion des sauts est d'ailleurs calamiteuse tant elle peut être inconfortable en raison d'une trop grande approximation. Ainsi, certaines phases de plate-forme, pourtant nécessaires à l'évolution de l'histoire, deviennent un véritable parcours du combattant. À cela se rajoute une très mauvaise gestion des collisions lors des phases d'escalade. Il est parfois difficile de distinguer les parois sur lesquelles il est possible de se hisser, tant le level-design est mal optimisé. De plus, on notera quelques bugs tels que l'accroche aléatoire aux rebords ou encore des éléments du décor qui bloquent le personnage, ce qui nous obligent à relancer la partie.

Crackdown 2 - 5 Crackdown 2 - 6

Concernant les phases d'action pure, les déplacements s'effectuent sans grand souci et les armes à disposition s'avèrent nombreuses, en dépit d'un certain manque d'originalité. Toutefois, un problème vient encore plomber le plaisir de jeu : le ciblage automatique. Ce dernier se veut trop inexact puisqu'il se focalise sur des cibles aléatoires et rarement celles que l'on désire. Verrouiller un véhicule en lieu et place d'un ennemi est le pain courant de Crackdown 2. D'autres phases souterraines dans lesquelles vous devez protéger une balise de l'attaque des Freaks deviennent ainsi un véritable calvaire, surtout au cours des dernières missions. Vous l'aurez compris, il faudra rapidement privilégier la visée libre, ou opter pour des armes destructrices telles que le lance-roquettes ou le lance-grenades. La conduite, bien que très arcade, se révèle assez agréable dans sa globalité. Mention spéciale à l'ambiance Carmageddon lorsqu'on écrase des hordes de Freaks la nuit. Jubilatoire.



En parallèle des missions principales et autres collectes d'orbes, vous pourrez effectuer quelques objectifs secondaires tels que les courses de véhicules (qui rappelleront le mode de fonctionnement de GTA avec les points de passage) ou encore les courses sur les toits (façon inFamous), permettant ainsi d'améliorer les caractéristiques du personnage, ou encore débloquer des armes et véhicules qui peuvent être livrés à tout moment à des points stratégiques de l'Agence, généralement dans des secteurs sécurisés par les pacificateurs. Bref, l'ensemble manque de variété, d'originalité, ce qui se révèle indubitablement impardonnable face à une concurrence très féroce dans le domaine.

Crackdown 2 - 7 Crackdown 2 - 8



Galerie d'images

Crackdown 2 - 18 Crackdown 2 - 19

Crackdown 2 - 23 Crackdown 2 - 27

Crackdown 2 - 17 Crackdown 2 - 21

Crackdown 2 - 15 Crackdown 2 - 16

Crackdown 2 - 13 Crackdown 2 - 11

Crackdown 2 - 12 Crackdown 2 - 26

Crackdown 2 - 28 Crackdown 2 - 20

Crackdown 2 - 25 Crackdown 2 - 24



Coopération salvatrice ?

Largement mis en évidence comme la grosse nouveauté de Crackdown 2, le mode multijoueur est au centre des attentions avec un mode coopératif permettant d'accueillir jusqu'à quatre joueurs dans une partie. Dès le début d'une partie solo, il est d'ailleurs possible de la configurer pour jouer seul, avec ses amis du Xbox Live, ou avec tout joueur désireux de partager quelques moments de défouloir. Si vous optez pour ce dernier choix, les joueurs intégreront « à la volée » votre partie, afin de vous donner un coup de main. L'inverse peut d'ailleurs être effectué, afin d'aller vous balader dans les campagnes des autres joueurs. Cependant, le système n'a pas été optimisé jusqu'au bout. En effet, l'ensemble demeure trop brouillon puisqu'aucun paramètre ne peut être appliqué pour effectuer convenablement les missions en coopération. C'est simple, il faudra souvent communiquer par micro pour convenir d'un accord, sous peine de passer complètement à côté du concept d'entraide, chacun pouvant aller où bon lui semble. Comme certaines orbes ne peuvent être obtenues qu'à plusieurs à des endroits parfois difficiles d'accès, il sera nécessaire de trouver un bon moyen de communication. Si vous parvenez à monter une équipe de quatre bons joueurs, la partie gagne en intérêt, même si le faible nombre de missions et leur répétitivité découleront bien vite sur un ennui certain.

Crackdown 2 - 9 Crackdown 2 - 10

Si le premier épisode de Crackdown n'était pas vraiment un foudre de guerre sur le plan technique, son moteur Cel Shadé se voulait suffisamment pertinent pour offrir une qualité visuelle intéressante. Trois ans plus tard, Crackdown 2 offre un rendu quasiment inchangé, voire en deçà de son prédécesseur sur certains points. En effet, certaines textures sont très pauvres, les effets pyrotechniques manquent clairement de profondeur et les modélisations sont souvent très crénelées. Parallèlement, le moteur graphique permet d'afficher énormément d'ennemis à l'écran sans que le framerate subisse des pertes. D'autre part, le champ de vision se révèle pertinent, ce qui assure de meilleurs panoramas. En revanche, la gestion de la lumière est très pauvre, ce qui donne une touche très austère au rendu général de la ville. Bref, on se retrouve devant une réalisation graphique datée, ce qui représente un réel inconvénient pour une exclusivité Xbox 360.

Très décevant pour les amateurs de jeux d'action et en particulier pour les fans de la première heure, Crackdown 2 n'est pas parvenu à se réinventer, faute à des nouveautés quasi inexistantes, une réalisation globalement obsolète et une répétitivité tout simplement affligeante. Toutefois, le jeu demeure un parfait défouloir et propose une liberté d'action immédiate dès le début. Malheureusement, la prise en main est dynamitée par un excès de rigidité et d'approximations, ce qui se répercute évidemment sur l'intérêt. Bien que proposant enfin un mode coopératif jusqu'à quatre joueurs, le mode n'a pas été suffisamment cadré afin de maintenir une bonne coordination de proximité entre les joueurs. Ainsi, on se retrouve rapidement dans une configuration très brouillonne, si le dialogue vocal n'est pas actif. De plus, la faible durée de vie de la campagne annihile rapidement l'intérêt du multijoueur. Bref, ce second épisode n'est vraiment pas à la hauteur de la concurrence et décevra au plus haut point les possesseurs du premier volet.

Crackdown 2 - 22 Crackdown 2 - 14



+ Les plus
  • Parfait défouloir
  • Coopération à quatre en ligne
  • Large choix d'armes
  • Liberté d'action
- Les moins
  • Presque aucune innovation
  • Approximation générale
  • Des bugs de collision
  • Excessivement répétitif
  • Scénario bidon
  • Réalisation graphique datée
  • IA médiocre

Notes

  • Graphisme Exploitant le moteur graphique du premier épisode, Crackdown 2 ne propose aucune réelle amélioration, offrant ainsi un rendu bien inférieur à ce qui se fait actuellement au niveau de la concurrence. Les textures sont pauvres, les modèles sont aliasés, la gestion de la lumière est médiocre, permettant ainsi un taux d'affichage plutôt fluide.
    5/10
  • Bande son La réalisation sonore de Crackdown 2 n'est pas des plus exceptionnelles, voire globalement très générique. On notera également le doublage français de qualité très moyenne. Mention spéciale à votre chef qui vous contacte sans arrêt pour vous rabâcher les mêmes indications ou déblatérer des remarques grinçantes. Très agaçant.
    6/10
  • Jouabilité La prise en main de Crackdown 2 aurait pu être excellente, sauf que l'équipe de développement a très mal jaugé son travail. En effet, l'agent est excessivement lourd à déplacer et très approximatif dans ses sauts. De plus, les interactions avec les décors sont totalement aléatoires, ce qui énervera à coup sûr lors des nombreuses phases d'escalade. Pour couronner le tout, la visée automatique cible tout et n'importe quoi.
    5/10
  • Durée de vie Pas bien longue en ce qui concerne les objectifs principaux - répétitifs à souhait - la durée de vie cherche à s'étendre par le biais de quelques activités annexes telles que la récolte de quelque 500 orbes d'agilité, 300 orbes bonus, une cinquantaine d'orbes instables et autres journaux audio. D'autres mini-missions à base de courses sont également implantées, mais tout cela se révèle bien trop maigre pour s'amuser sur le long terme, surtout en coopération.
    6/10
  • Scénario On aura rarement vu un scénario aussi fantomatique que dans Crackdown 2 : vous incarnez un super agent qui devra nettoyer la ville d'une organisation terroriste et d'une invasion d'humains infectés. Votre patron vous donnant carte blanche, il ne restera qu'à récupérer et activer les balises de la ville pour mener à bien votre mission. Si l'idée recherchée par Ruffian Games est certainement d'accroître la liberté d'action, on déplorera l'aspect bâclé de l'histoire du jeu. On apprend quasiment rien sur les raisons de cette situation, si ce n'est par le biais de maigres journaux audio dispersés sur les toits de la ville.
    3/10
  • Note générale Particulièrement attendu par les amateurs de jeux à la sauce GTA et plus précisément par les fans du premier épisode, Crackdown 2 déçoit à coup sûr. Nullement novateur, le titre est désormais bien au-dessous de l'évolution fournie par les concurrents. Disposant d'une jouabilité mal optimisée, d'une campagne inintéressante et répétitive, Crackdown 2 est un véritable retour en arrière sur le plan vidéoludique. Toutefois, le titre assure son statut d'énorme défouloir et le mode coopératif jusqu'à quatre se veut qualitatif dans l'idée, mais mal exploité par les développeurs. Ceux et celles qui n'ont jamais joué au premier volet pourraient s'y intéresser par pure curiosité, les autres passeront immanquablement leur chemin.
    6/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire