Test Crisis Core Final Fantasy VII

Le par Franck P.  |  0 commentaire(s)
test crisis core final fantasy 7 image presentation

Une bonne dizaine d'année après la sortie du plus célèbre opus de la série des Final Fantasy, le septième, une nouvelle déclinaison de ce succès éternel nous parvient, sur PSP cette fois-ci. Crisis Core, nous plonge donc de nouveau dans le monde de Sephiroth et de ses potos vers un jeu un peu moins typé RPG que son illustre parent. Et la dite plongée, plus qu'une noyade, fut une descente vers un Eden enfoui.

Introduction

Combien d'entre nous se souviennent de Final Fantasy VII sorti il y a de nombreuses années sur ... "La Playstation" comme l'on disait à l'époque ? Car de PSone elle ne portait pas encore le nom et le mythe de la Playstation 2 n'était alors encore qu'un mirage de console 128 bits. C'est une évidence, plus les années passent et plus la distance avec ces souvenirs embrument l'esprit. Mais il est probablement une chose qui persiste par dessus tout : la mémoire des émotions. Plus forte que celle des faits, elle permet de se rappeler un événement en fonction des sentiments que l'on a éprouvés alors.


test crisis core final fantasy 7 image (16)     test crisis core final fantasy 7 image (17)

C'est pour ceci probablement que l'on se souvient si bien de FF 7, par ce qu'il nous avait procuré à l'époque, le plus fantastique voyage vidéoludique en matière de RPG. Depuis, les émules ont fleuri dans tous les sens, les suites même à l'ancêtre mais de l'avis général, aucun n'était parvenu à la cheville du maître pas même sa transposition animée. S’attaquer à un tel mythe tient donc à la fois du pari et de l'inconscience. Mais c'est le coup qu'ont tenté les créateurs de chez Square Enix avec Crisis Core: Final Fantasy VII. A vouloir jouer gros, on peut beaucoup perdre... mais aussi beaucoup gagner !

Là où on l'avait laissé ?

S'agissant d'un jeu devant reposer sur la base d'un autre et venant plusieurs années après la sortie de l'originel, on pouvait s'attendre à ce que Crisis Core: Final Fantasy VII soit une sorte de suite. Il n'en est en fait rien et c'est même tout le contraire qui se présente à nous. Le joueur se trouve ainsi plongé sept années avant la trame de FF7. Pas de Cloud, pas de groupe Avalanche. Mais déjà Sephiroth et Genesis, même si au début de l'aventure ils ne représentent pas ce qu'ils figuraient au cours du septième épisode. Et bien sûr, il y a Zack, que vous incarnez.


test crisis core final fantasy 7 image (13)     test crisis core final fantasy 7 image (14)

Vous vous souvenez peut-être, ou pas d'ailleurs, Zack était le fameux garçon qui avait été le premier à oser défier LE grand Sephiroth avant que Cloud ne suive le même chemin. C'est donc ce jeune SOLDIER écervelé que nous sommes invités à mener sur les traces d'un futur que l'on connait déjà partiellement. L'aventure nous ajoute en plus Angeal, sorte de maitre de Zack, et qui noie légèrement le poisson. Mais la trame est bien connue, avec l'avènement de l'ennemi ultime et l'affrontement qui doit, théoriquement, en découler.


test crisis core final fantasy 7 image (15)     test crisis core final fantasy 7 image (1)

Si le scénario ne surprend donc pas dès lors que l'on a compris que l'on se situait avant les évènements déjà connus, il permet toutefois de combler plusieurs trous qu'il y avait dans l'histoire racontée dans le volet 7. Sans toutefois constituer des vrais manques puisqu'ils donnaient à croire à un effet de style à l'époque, ce remplissage de cases laissées vides fait un peu plus remonter à la surface le goût de Final Fantasy 7 tout en lui apportant son écot à sa façon.


Crisis Core : Final Fantasy VII   8     Crisis Core : Final Fantasy VII   7




Un jeu d'action qui tait son nom

On a donc vu que le scénario ne prenait pas forcément la voie de la facilité en tentant, non pas de nous fournir une suite mais un préambule. Coté gameplay ce choix de l’audace est encore plus voyant puisque d'un RPG pur on est pratiquement passé à un jeu d'action scénarisé. On exagère bien sûr, mais à peine. La raison principale repose sur le parti pris de changer les affrontements avec l'ennemi. Là où auparavant, et conformément à ce que l'on pensait être une règle écrite dans le marbre, on avait droit à des combats au tour par tour, on arrive à des combats actifs.


Crisis Core : Final Fantasy VII   6     Crisis Core : Final Fantasy VII   4

En effet, si on conserve les composantes que sont le choix pour le joueur d'attaquer à l'arme blanche, de lancer un sort agressif ou curatif, d'utiliser une potion ou tout autre artefact sensé donner l'avantage sur l'adversaire, on a tout changé sur la façon de procéder. Cette fois-ci donc, à vous de bouger dans l'espace pour vous approcher ou vous éloigner de vos ennemis, à vous de vous mettre en garde ou de passer à l'attaque et ce sans forcément qu'il y ait un tour à attendre. Toutefois, les paramètres de vitesse et de déclenchement font que tout n'est pas inconnu mais bien rénové.


Crisis Core : Final Fantasy VII   3     Crisis Core : Final Fantasy VII   2

La seconde très grosse modification tient dans les attaques dites limites ou les invocations. En lieu et place d'une jauge qui se rempli ou d'une matéria qu'on utilise à sa guise, on tombe sur un DMW qui ressemble fortement à une machine à sous. En haut à gauche de votre écran tourne donc trois roues et lorsque deux symboles (qui sont des personnages) concordent, on a droit à une petite animation. En fonction des images et des chiffres qui apparaissent, des bonus sont alloués, des limites sont déclenchées, des invocations sont proférées mais aussi les niveaux du joueur ou de ses matérias sont augmentés.


Crisis Core : Final Fantasy VII   1     Crisis Core : Final Fantasy VII   10





Le lourd héritage graphique

Ce qui, enfin, avait marqué une génération entière de joueur à l'époque, tenait également fortement à la réalisation graphique de Final Fantasy 7 tant dans les décors et les personnages même un peu cubiques que dans les cinématiques absolument fantastiques pour l'époque et les performances d'alors. A ce titre, une rapide recherche de screenshots d'alors montre combien ce jeu était déjà très joli. Mais avec cette sortie PSP on passe encore à un niveau supérieur. C'est bien simple, les cinématiques, composante essentielle de tout FF qui se respecte, sont similaires à ce que l'on peut admirer dans Advent Children.


Crisis Core : Final Fantasy VII   1.     Crisis Core : Final Fantasy VII 10

Hormis celles-ci, on retrouve des décors et des environnements finement ciselés sur lesquels viennent se superposer des personnages bien plus finis que ce que la "charte graphique" des FF premiers du nom ne pouvaient le laisser imaginer. On navigue donc allègrement dans ce qui ressemble de plus en plus à une cinématique perpétuelle pour notre plus grand bonheur vous vous en doutez bien. Seule la caméra parfois se fait rétive et nous empêche de savoir clairement où l'on se situe mais ceci ne gène pas tant que cela.


Crisis Core : Final Fantasy VII 9     Crisis Core : Final Fantasy VII 8

En outre, on retrouve une bande son de qualité dans ce jeu, chose de moins en moins habituelle dans le RPG typé japonais que l'on trouve généralement. Certes, de nombreux thèmes composent la bande son mais ceux-ci sont vraiment un ton au dessus des autres RPG sans toutefois parvenir à des sommets que l'on entend plus fréquemment dans les soft d'action. On a regretté par contre les doublages qui un coup sont présents et un coup non sans réellement que l'on sache pourquoi.


Crisis Core : Final Fantasy VII 7     Crisis Core : Final Fantasy VII 6




Conclusion

On retrouve tellement de choses que l'on pensait évanouies à jamais au fond de notre esprit grâce à ce jeu qu'on ne peut qu'être reconnaissant aux gens de Square Enix d'avoir exploité le filon. En plus, les développeurs ont pris de vrais risques en changeant des éléments que l'on pensait intouchables comme le combat au tour par tour ou les invocations aléatoires dans leur présentation. Sans jamais renier ses origines, sans jamais dépasser le maître qu'est Final Fantasy VII, Crisis Core offre un nouveau regard sur l'histoire de Sephiroth, de Genesis, de Zack et de Cloud.


Crisis Core : Final Fantasy VII 2     Crisis Core : Final Fantasy VII 3

Il va donc sans dire que Crisis Core: Final Fantasy est un jeu riche de son passé tout autant qu'il l'est de son contenu propre. Reprenant pour lui un héritage périlleux, il parvient à nous donner le sentiment d'avoir un nouveau jeu auquel on serait familier. Fans de RPG ou joueurs désireux de produits aboutis, ce soft fera votre bonheur. Amoureux des Final Fantasy, ce jeu fera le malheur de vos proches qui risquent de vous voir un peu moins dans les prochains jours voire les prochaines semaines si votre ambition est de réaliser Crisis Core à 100% !


Crysis Core : Final Fantasy VII est disponible sur PSP à partir de 36,34 €


+ Les plus
  • Parent de Final Fantasy VII: Le mythe
  • Novateur dans le gameplay
  • Regard différent et complémentaire sur l'histoire de Final fantasy VII
  • Graphiquement toujours époustouflant
- Les moins
  • L'aléatoire des montées de niveaux qui risque d'en chagriner plus d'un
  • Quête principale seule un peu courte

Notes

  • Graphisme Même sur PSP qui sait nous réserver des prouesses étonnantes, on trouve peu de jeux du même niveau que ce Crisis Core: Final Fantasy VII. Fidèle à ses origines, il se permet en outre le luxe d'un lifting prononcé. Les cinématiques constituent toujours un point central du jeu tout comme les invocations toutes plus belles les unes que les autres. Quant au character design il supporte totalement la comparaison avec son ancêtre.
    9/10
  • Bande son Pour un RPG de ce type, et même si Crisis Core l'est un peu moins que d'autres, la bande son est bien plus que correcte. Elle se montre parfois même bonne ce qui justifie cette note. Malgré tout, on ne parvient pas non plus à la trouver aussi éblouissante que d'autres figurant pourtant sur le même support ni, tout simplement, d'un niveau équivalent au reste de la réalisation de ce jeu.
    7/10
  • Jouabilité Qu'on aime ou pas, le changement opéré dans la jouabilité est concluant de façon technique. Les commandes sont faciles à prendre en main et si le passage à l'activité lors des combats peut troubler, ceux ci possèdent l'indéniable avantage d'être bien plus immersifs tout en conservant la possibilité d'utiliser les sorts, items ou invocations. Reste le coté aléatoire, du moins en apparence, du passage des niveaux du joueur ou des lancements d'attaques spéciales qui demeurent partiales et risquent donc de déplaire.
    8/10
  • Durée de vie La durée de vie de ce soft dépendra essentiellement de votre ambition. Car comme tout Final Fantasy, on dispose du choix de tailler sa route de façon rectiligne ou de « circonvoluer » à sa guise. En clair, pour la quête principale, que l'on peut faire sans aucune autre et sans aucun problème il faudra une bonne vingtaine d'heure. Mais cette quête principale représente moins de 30% du jeu.
    7/10
  • Scénario Il y a un peu de tout dans ce jeu. Des éclaircissements sur le volet premier de Final Fantasy 7 mais aussi des interrogations supplémentaires ainsi que des ajouts complets. Au final, ce scénario laisse une très bonne impression, chose certainement en partie due à l'amour que l'on peut porter à FF7 et à tout ce qui s'y rapporte.
    7/10
  • Note générale On n’a pas mis 9 à ce jeu pour la simple et bonne raison qu'il se pourrait que les plus puristes de Final Fantasy 7 soient légèrement contrits du changement opéré dans le gameplay. Et l'on sait que ce jeu est aussi, et peut être surtout, destiné à cette population. Mais même si cela peut se révéler perturbant, il faut avouer que la réussite est réelle et la prouesse de nous faire redécouvrir un tel hit tient pratiquement du miracle tant la dévotion qui lui est réservée est importante.
    8/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire