Test Dark Messiah Might and Magic

Le par Manuel D. C.  |  0 commentaire(s)
Article n° 258 - (Pour lundi 27)Test Dark Messiah Might and Magic (120*120)

Décapiter des orcs, brûler des araignées, congeler des nécromanciens, assassiner des chevaliers noirs, éborgner des cyclopes, taquiner du gobelin' Entre boucherie et festivité médiévale, Dark Messiah nous offre une once d'originalité, et un pur moment de bonheur. Ça va saigner'.

Might and Magic, au commencement?

Il aura fallu le temps (merci la Poste...), mais nous aurons finalement mis la main sur le tant attendu Dark Messiah, nouveau venu dans la famille UbiSoft (un grand Merci à Pascal pour son aide !).

Comme à l’accoutumée, le scénario ne fait pas dans la réelle originalité. Mais qu’importe, puisque l'histoire parvient à nous captiver malgré tout et à nous plonger dans l'univers de Might and Magic. Avec une petite touche de Tolkien et son Seigneur des Anneaux...


mm 2006-11-18 14-05-03-98       mm 2006-11-18 14-05-03-98


Il y a un peu plus de cent ans, toutes les terres d’Ashan (à vos souhaits) furent dévastées par l’éternel combat entre le BIEN, l’alliance des humains, des elfes et des mages (tiens, il n’y a pas de nains ' Quel dommage), et le MAL avec les vilains démons. Non sans mal et au prix d’un grand nombre de vies, le sorcier et Septième Dragon Sar-Elam se sacrifia pour repousser la vermine démoniaque dans une prison magique, fabriquée à partir de l’essence même de son esprit. Tout ce qu’il reste alors est la clé de cette prison. Le crâne du Septième Dragon, désormais appelé crâne des Ombres, est mis rapidement à l’abri par les fidèles d’Asha, la déesse mère de toutes les magies, à l’intérieur d’un temple ancien sur une île déserte.
Malheureusement, rien n’étant parfait dans ce monde (heureusement, sinon on s’ennuierait ferme hein '), la prison renferme une petite faille permettant aux influences diaboliques de se répandre sur les terres d’Ashan lors de chaque pleine lune. Histoire de comploter et de préparer la prochaine invasion…


mm 2006-11-14 23-01-29-54       mm 2006-11-14 23-01-33-75


mm 2006-11-14 23-01-43-26


67 ans après la mort du Septième Dragon Sar-Elam, son disciple Sar-Shazar prophétisa. Un enfant mi-homme, mi-démon verrait bientôt le jour, devenant ainsi… un parfait crétin (sans parler des autres crétins avides de pouvoir et nourrissant l’ambition de régner sur le monde) qui utiliserait le crâne des Ombres pour délivrer les Démons de leur prison un peu chaude, mais ô combien confortable.
Pour couronner le tout, Sar-Shazar nous récite un joli poème pour planter le décor :


mm 2006-11-18 14-04-09-10

Bon, comme vous êtes des joueurs incultes, je traduis :


Dix siècles durant, la forteresse tiendra
Muraille de l’esprit, contre flammes infernales.
Puis des Seigneurs Cornus, la volonté pliera
Devant celui à naître, enfanté par le mal.

Un siècle durant, querelles meurtrières
Assombriront la lune, et régnera la peur,
Avant que le septième, qui se dressait si fier,
On trouve finalement la dernière demeure.

D’une ancienne lignée, une digne héritière
Avec lui de l’histoire, décidera du tournant.
Et au milieu des morts, loin dessous la terre
A nouveau s’affronteront, les ennemis d’antan.



Sareth pas de m?embêter?

Dans Dark Messiah, vous jouez le rôle de Sareth, apprenti du grand Phenrig, un puissant magicien vous initiant à l’art de la magie et du combat. Bon, ça c’est le bon côté des choses.
Vous subissez un entraînement draconien pour devenir un guerrier hors pair, doublé d’un puissant magicien. Le mauvais côté, c’est que vous restez assigné aux tâches ménagères sans jamais faire de sortie pour mettre en pratique votre entraînement.
Jusqu’au jour où enfin, votre maître Phenrig vous envoie à la cité de Heaumeroc, siège du puissant magicien et ami Menelag qui pense avoir localisé le crâne des ombres tant convoité.


mm 2006-11-14 23-06-16-43

Bon, les tâches ménagères il y en a un peu marre là !
Quand est-ce que je vais poutrer des méchants orcs '


mm 2006-11-15 14-10-06-25       mm 2006-11-15 14-10-03-32

Généralement, avec les femmes (surtout lorsqu'elles sont charmantes)
les ennuis ne font que commençer.


Vous partez donc pour la cité où vous ferrez la connaissance de la nièce de Menelag, Léana. Génial, vous venez une nouvelle fois de mettre en avant l’absolue stupidité de l’homme qui tombe sous le charme des formes généreuses de Léana (Ah bravo !). Sans parler de Xana, l’entité mystérieuse et protectrice (et bombe sexuelle, elle aussi) qui a fusionné avec votre esprit, par la volonté de votre maître Phenrig. Et là, vous découvrirez le comportement des femmes se disputant, avec détermination, une conquête masculine. Vous ! Les débats risquent d’être animés.
Bref, sans le savoir (Phenrig étant un grand cachottier, sans parler de Menelag), vous venez de vous engager dans une quête périlleuse. Conquérir le crâne des Ombres avant l’armée de Nécromanciens déjà en marche…


mm 2006-11-14 23-06-16-43       mm 2006-11-15 12-01-34-57

Bonjour mademoiselle...



Une étonnante fusion entre le RPG et le FPS?

Conçu par les Lyonnais d’Arkane Studios, Dark Messiah est un FPS se déroulant dans le monde, dépoussiéré et remis au goût du jour par UbiSoft, de Might & Magic.
Encore un FPS ' Basé sur le moteur Source en plus ' Pouwaaaaaaa, je pressens le pire. Sauf que nos petits Lyonnais sont sortis des sentiers battus en proposant avec Dark Messiah, un FPS mélangé à la sauce RPG.


mm 2006-11-15 14-11-58-50       mm 2006-11-15 17-16-22-10


Vous, le jeune Sareth, évoluez en vue subjective avec quelques notions de magie et un peu de muscles. Bien pratique pour manier l’épée et pourfendre quelques tronches d’Orcs. Au fil de l’aventure, vous serez récompensé de vos exploits de boucher, par des points d’expérience. Points que vous pourrez librement utiliser pour améliorer certaines de vos compétences : passer maître dans le maniement de vos armes de poing, maîtriser de nouvelles armes plus complexes et meurtrières (épées, arcs, bâtons, dagues), apprendre de nouveaux sorts, ou encore apprendre l’art de se dissimuler sournoisement (gros bourrin, ou finesse).
C’est en fonction de votre choix, pour apprendre de nouvelles compétences, que vous orienterez la classe de votre personnage. De Conan le Barbare, qui ne fait pas dans la dentelle, à Gandalf, le magicien puissant et sage en passant par Garret, l’assassin de la série Thief, sans oublier Legolas, le maître archer elfe.


mm 2006-11-15 17-58-20-26       mm 2006-11-15 16-21-48-96



mm 2006-11-15 14-21-21-20       mm 2006-11-16 16-22-46-37

La mise à mort ! Plus qu'un sport médiéval à la mode,
du plaisir à l'état brut.


RPG oblige, on retrouve le système d’inventaire et d’objets divers permettant de restaurer ses points de vie (potions, champignons magiques, nourriture, etc.), son niveau de mana, indispensable pour lancer les sorts et des objets aux propriétés magiques. Mais ça Sareth là (oups pardon. Je voulais dire s’arrête. Bon elle était un peu facile, mais je l’ai glissé). Vous n’aurez aucune possibilité de discussion avec les protagonistes qui ponctueront l’aventure, ni même l’occasion d’acheter ou de vendre des objets dans l’échoppe du coin. Mais c’est déjà suffisamment original et on y prend vraiment un grand plaisir.

mm 2006-11-15 13-29-53-31

Le ménage fait partie de vos compétences.


mm 2006-11-15 14-13-06-23       mm 2006-11-14 23-29-41-14




Une gestion de la physique épatante?

Dans Dark Messiah, vous avez la possibilité de choisir votre camp. Non pas au début de l’aventure comme le proposent la plupart des jeux. Mais bel et bien en cours de partie. Vous seul choisirez, en fonction de votre humeur, de passer dans le camp obscur. Ce qui permet de découvrir quatre fins différentes et autant de plaisir de recommencer Dark Messiah… car le jeu est vraiment très prenant.
A commencer par le style de combat qui ne se limite pas à cliquer comme un gros bourrin sur les boutons de votre pauvre souris. Non, vous devrez contrôler vos mouvements pour, par exemple, donner un coup d’estoc, éviscérer les crétins qui auraient laissé leur ventre à portée ou encore décapiter quelques têtes antipathiques et répugnantes.


aug10dark11

Un petit coup de pied suffit à précipiter vos ennemis sur une grille pointue.


mm 2006-11-15 16-26-05-17       mm 2006-11-15 16-29-16-54

Tiens ' J'ai toujours été persuadé qu'un orc savait voler.


Défourailler comme un gros furieux vos ennemis et vous permettra rapidement d’augmenter votre taux d’adrénaline. Une fois le niveau de celui-ci à son apothéose, vous pourrez assener des coups encore plus rapides et meurtriers. Mais vous pourrez tout aussi bien faire dans la finesse, en vous dissimulant dans l’ombre pour surprendre vos ennemis par derrière. Ou en gros sniper, à l’aide de votre arc, très utile d’ailleurs pour se débarrasser des cyclopes (utiliser une épée ou un bâton relève du pur suicide). Bref, il y en a pour tous les goûts.


mm 2006-11-15 16-27-07-01       mm 2006-11-16 14-41-37-78

Rien de tel qu'un petit piège sympathique pour énerver un Cyclope.


Mais bien plus jouissif encore, la physique est ici merveilleusement utilisée. Donner un coup de pied pour précipiter vos adversaires dans le vide, sur une grille de pieux, ou encore dans le feu (bon, un conseil, évitez de balancer un gobelin dans les flammes. Ça pue vraiment trop). Du pur bonheur, surtout pratique en cas d’émeutes. Plus loin encore, vous pouvez briser une jarre remplie d’huile sur un ou plusieurs adversaires avant de décocher une flèche enflammée, ou en lançant un sort de boule de feu. Ou plus simplement utiliser les objets à proximité pour les fracasser sur la tronche de vos ennemis (vases, assiettes, verre, caisses, ossements, etc.). Briser le pilier d’une plateforme afin de provoquer la chute de tonneaux, de tombeaux, etc.


mm 2006-11-15 16-37-31-53       mm 2006-11-15 16-37-33-82

Bloqué ' Pas pour longtemps...


mm 2006-11-15 15-08-30-32

L'arc grappin se révèle très utile par moments.


Mais la gestion de la physique n’est pas seulement utilisée pour anéantir l’ennemi, mais pour progresser également. Déclenchez un système de bélier, ou faire écrouler une statue pour défoncer un mur. Utilisez un arc grappin pour franchir les obstacles et atteindre des plateformes inaccessibles à pied. Fuir pour ne pas être entrainé par la chute d’une plateforme, etc. Mais évitez aussi de déclencher les pièges dissimulés.
La gestion de la physique apporte à Dark Messiah un niveau d’immersion très aboutie. Quel plaisir !


mm 2006-11-15 15-33-28-43

Briser les fondations ! Bien pratique pour écraser l'ennemi,
accéder à des zones secrètes ou avancer.






Un bestiaire bien fourni?

Côté bestiaire, rien à dire. Ou plutôt à reprocher. Les créatures sont nombreuses et l’IA, bien qu’elle ne soit pas révolutionnaire, se montre plus que correcte (surtout comparé au triste Half Life 2). Il ne faudra pas trop se creuser la tête pour venir à bout de ses ennemis, mais les possibilités pour y parvenir font vite oublier ce petit défaut.


Vilain Orque

Hop là. Un petit coup bien placé et la douleur est insupportable
pour cet orc qui croyait pouvoir me vainvre.



Vous croiserez les fameux Orcs aux mâchoires imposantes (qui feraient pâlir les sangliers), monstrueux de taille, extrêmement robustes, mais aussi assez intelligents. Dommage que l‘on ne croise pas leurs ennemis héréditaires, les nains et les elfes.

Les humains, le plus souvent sous la forme de chevaliers, de citoyens ou d’apprentis sont aussi de la partie, tout comme les gobelins, petites créatures stupides et arrogantes, avec leurs phrase fétiche : « Même pas mal ». Je ne sais pas pour vous, mais moi, ça m’énerve et ça décuple mes forces pour les poutrer.


gobelin

Petit être malveillant, le Gobelin a la fâcheuse tendance à vous mettre en rogne


Moins sympathiques, vous croiserez quelques araignées répugnantes et au baiser empoisonné, des goules puantes mais ô combien rapides et collantes, des morts vivants eux aussi à l’odeur peu agréable et des sortes de têtes volantes tentaculaires (je ne me rappelle plus le nom).
Sans oublier les redoutables nécromanciens, les cyclopes, les vers géants (courez !) et les dragons…


mm 2006-11-15 16-20-21-79      mm 2006-11-15 14-21-14-59


mm 2006-11-15 17-58-27-67

Les morts-vivants sont légèrement tenaces et collants.



mm 2006-11-16 16-22-42-81       mm 2006-11-16 16-03-59-26

Maman, je peux pas avoir un petit lapin plutôt '


mm 2006-11-19 14-38-21-23

huhuhuhu... Vous croyez vraiment venir à bout
de ce dragon mort-vivant avec une boule de feu '





Le mode multi-joueur?

Excellent, le mode multi-joueurs proposé avec Dark Messiah, développé par les studios Anglais de Kuju Entertainment, permet à deux factions, humains et non-morts (32 joueurs maximum par serveur) de s’affronter.
Ici, vous ne gagnez aucune nouvelles armes mais des points d’expérience que vous obtiendrez à chaque fois que vous capturerez un drapeau ou que vous tuerez un ennemi. A vous d’améliorer les compétences de combat et de défense de votre classe de personnage (mage, prêtre, archer, chevalier et assassin) que vous aurez choisie. Chacun disposant de ses propres spécialités comme l’assassin qui peut se camoufler ou se déguiser.


49472       mm 2006-11-16 23-46-26-95

Entre le Chevalier bien bourrin, mais assez lent
(il dispose néanmoins d'une bonne résistance contre la magie)
et l'assassin, furtif et vous prenant en traître, il y en a pour tous les goûts.



Classique, vous aurez le choix entre Deathmatch (éliminez un maximum d’adversaires), Deathmatch en équipe, et Capture de drapeau (est-il vraiment utile que je vous réexplique ce mode '). Mais aussi le mode Colysée, qui vous permet de pénétrer dans une arène et de tantôt tester vos compétences de guerrier, tentôt d’encourager les combattants depuis les gradins.
Mais le plus intéressant est sans aucun doute le mode Croisade. Un mode complet qui se déroulent suivants 5 parties (ou maps) réparties entre les humains et les non morts, et où la conquête de la forteresse de chaque faction est le but final.
La victoire sera attribuée à la faction qui aura réussie à détruire la forteresse ennemie. Les factions doivent s’affronter pour garder le contrôle de points stratégiques de la carte et débutent sur une carte centrale. En détenant les points de contrôle, la faction va progressivement réduire le nombre de « tickets » de réapparition de la faction adverse. Plus on détient de points de contrôle, plus les tickets de la faction adverse diminueront. Et en détenant tous les points de contrôle, la faction adverse ne peut plus réapparaître et vous remportez la victoire. Victoire qui vous permet de déplacer le conflit sur la carte suivante (vous gardez votre expérience et vos compétences acquises jusqu’à ce que la forteresse ennemie soit détruite !), jusqu’à atteindre la forteresse de la faction adverse.


mm 2006-11-19 14-37-21-23       l_mp50001

Ok, je n'ai pas été très bon sur le coup.
Mais quelle cochonnerie les chevaliers pour le mage que je suis.
Du moins en attendant que j'améliore mes sorts.


Avec autant de classes différentes, et un système d’amélioration des compétences, le mode multi joueurs de Dark Messiah est vraiment très réussi, mais son intérêt est surtout imputable à l’excellent mode Croisade. Redoutable ! Un seul regret subsiste toutefois. La disparition du coup de pied jubilatoire pour pousser les adversaires dans le vide.



mm 2006-11-19 14-30-37-53       mm 2006-11-17 00-22-07-12

Le calme avant la tempête '


mm 2006-11-19 14-31-07-73




Le jeu parfait '

Si techniquement, Dark Messiah n’est pas parfait, notamment à cause des chargements trop longs à imputer au moteur Source de Valve, le jeu apporte une réelle originalité ponctuée de petits « plus » très agréables. Si l’idée de mêler le genre FPS et RPG était plutôt bonne, nous n’avons pas pu nous empêcher de craindre le pire. Mais le résultat est très réussi. Gestion de la physique, objectifs optionnels, côté RPG permettant de faire évoluer son personnage, style de jeu varié, durée de vie correcte, et des fins alternatives.


mm 2006-11-18 14-04-51-95       mm 2006-11-18 14-04-59-21

Dark Messiah ne propose pas seulement plusieurs fins.
Mais un déroulement
différent dans les actions et les compétences .


Si bien que Dark Messiah, même s’il est linéaire et qu’il repose sur Steam pour le mode multi joueurs (néanmoins, il n’y a plus besoin de DVD pour jouer, ce qui est agréable pour les oreilles), propose des types de jeux variés et une certaine liberté d’action. Ce qui permet au final de varier les plaisirs et de répondre aux goûts de chacun. Recommencer l’aventure est un réel plaisir.
Dark Messiah of Might & Magic pourrait bien devenir le meilleur FPS sur PC de cette année 2006.


mm 2006-11-15 14-04-04-57       mm 2006-11-15 14-44-17-76



mm 2006-11-14 23-29-52-73       mm 2006-11-15 16-19-55-04



mm 2006-11-14 23-18-34-46       mm 2006-11-14 23-19-50-17


mm 2006-11-14 23-01-01-07       mm 2006-11-14 23-01-50-98




+ Les plus
  • Moteur Source bien exploité
  • Originalité
  • Jouabilité variée
  • Exploitation soignée de la physique
- Les moins
  • Difficulté mal dosée
  • Temps de chargement pénible

Notes

  • Graphisme Basé sur le moteur Source de Valve, l'aspect visuel a été particulièrement soigné, les personnages sont bien modélisés et les décors somptueux. Sans oublier la gestion de la physique donnant une tout autre dimension au jeu.
    8/10
  • Bande son Les bruitages retranscrivent parfaitement l'univers de Might & Magic et deviennent plus oppressants suivant le lieu où vous vous trouvez, comme la crypte. Le doublage français des dialogues est assez réussi dans l'ensemble, notamment dans le mode multi joueurs.
    8/10
  • Jouabilité Comme tout bon FPS, la jouabilité ne souffre d'aucun défauts majeurs. L'association FPS/RPG fonctionne à merveille et on prend un réel plaisir à recommencer la campagne pour tester différentes approches. Dommage que par moment, la difficulté soit mal dosée.
    8/10
  • Durée de vie Avec autant de plaisirs variés dans le jeu, on aurait bien sûr apprécié une campagne plus longue. Mais le mode multi-joueurs, notamment le mode Croisade, vous permettra de prolonger le plaisir. Et espérons qu'un prochain addon nous offrira une nouvelle campagne.
    7/10
  • Scénario Sans être d'une grande originalité (avec une oeuvre comme le Seigneur des Anneaux de Tolkien, c'est plutôt une tâche difficile), l'histoire arrive sans mal à nous plonger dans la peau de Sareth et l'univers de Might & Magic, dépoussiéré pour l'occasion.
    7/10
  • Note générale Si l'on pouvait craindre un FPS conventionnel sans imagination, les Lyonnais d'Arkane nous ont prouvé qu'avec un peu de travail et d'imagination, il était possible d'apporter un nouveau souffle au genre. Dark Messiah procure beaucoup de plaisir et sera certainement le FPS de l'année.
    8/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire