Test Diver : Aventures en eaux profondes

Le par Sébastien C.  |  0 commentaire(s)
Article n° 284 - Test Diver : Aventures en eaux profondes (120*120)

Diver : aventures en eaux profondes propose un thème rarement abordé dans le monde des jeux vidéo qu'est la plongée sous-marine. Ce titre développé par SdLL est arrivé sur notre bureau pour nous permettre de le décortiquer. Si l'originalité du thème est un atout, encore faut-il que la réalisation suive et sur ce point, Diver a encore quelques leçons à prendre.

Introduction

Le premier sentiment au lancement du jeu est la surprise. Si l’on est habitué à des jeux mettant en scène des personnages en 3D dans un décor travaillé dans les moindres détails, ici il n’est aucunement question de tels artifices. Diver est introduit par une longue vidéo issue de films documentaires sur l’océan et les poissons, tandis qu’au bas de l’écran apparaissent les informations sur l’histoire du jeu.

Diver : aventures en eaux profondes img1

Nous y apprenons alors que les deux personnages principaux de l’aventure, Andy et Nicole, sont de jeunes archéologues passionnés par le monde sous-marin. Si Andy rêve de devenir plongeur, malgré la réticence de son père, c’est son oncle qui leur vient en aide en leur proposant de travailler sur un projet immense. Steve, l’oncle, est en effet nourrit depuis toujours par le rêve de découvrir un jour la cité d’Atlantis.

Diver : aventures en eaux profondes img2Diver : aventures en eaux profondes img5


Nos trois chercheurs s’engagent alors à la poursuite de la citée perdue. S’en suit une vidéo entièrement dessinée qui représente l’histoire d’Atlantis. Si vous n’êtes pas fort en mythologie cette vidéo vous apprendra sans doute quelques informations intéressantes comme notamment la raison de l’engloutissement de la civilisation des Atlante par les océans. Résultat de la mauvaise utilisation du pouvoir magique en leur possession, les prêtres finirent par réduire à néant toute leur communauté pourtant jadis merveilleuse.

L’histoire commence, vous vous retrouvez à New York et vous devez passer votre formation de plongeur.


Premier contact

Si l’introduction ne paie pas de mine par son aspect un peu simpliste, il faut avouer que le menu du jeu rabaisse immédiatement mes ambitions. Avant de commencer par passer mon brevet de plongeur, je dois évidement acheter mon matériel. Une simple liste de courses à remplir, et pourtant … détenteur, masque, bouteilles, combinaison, gilet, chaussons, la tenue du parfait petit plongeur est simple à réaliser mais impressionnante. Le nombre d’accessoires disponibles est énorme, et pour chaque type d’objet une vidéo vous emmène dans un magasin où un vendeur vous présente les différents points importants.

Diver : aventures en eaux profondes img6Diver : aventures en eaux profondes img12


On regrettera peut-être la voix originale du vendeur ukrainien avec une traduction française par-dessus, à laquelle on aurait sans doute préféré un simple doublage, mais ces vidéos de présentation des produits sont très bien conçues et intéressantes, du moins pour un novice en la matière c’est un moment vraiment instructif.

Diver : aventures en eaux profondes img20Diver : aventures en eaux profondes img21

Une fois mon équipement acheté et enfilé, je m’engage dans la nouvelle formation de plongeur. Le premier message fait sourire puisque le jeu nous précise que l’attribution du brevet délivré ici n’est en aucun cas valable pour la vie réelle et que si vous souhaitez plonger pour de vrai il faudra vous orienter vers des centres de formations CMAS. Si cet avertissement prête à sourire, c'est surtout qu'il n’a tout de même pas l’impact de la jolie Emmanuelle Vaugier lorsqu'elle nous demande de conduire prudemment sur la route en dehors de Need For Speed.

 

Diver : aventures en eaux profondes img3Diver : aventures en eaux profondes img4


Bref, après quelques simples exercices qui ne sont rien de plus qu’un didacticiel déguisé vous recevez votre brevet de plongeur et un coup de téléphone de votre oncle. Votre carrière d’archéologue débute ici. Vous ne le savez pas encore, mais il faudra immédiatement revenir sur ce centre d'entraînement pour faire le stage de photo sous-marine, sans quoi la réussite de votre prochaine mission sera tout simplement impossible.



Aventures en eau profonde

Vous prenez donc le bateau, destination la Méditerranée (Attention à l’essence, le carburant n’est pas illimité). Le bateau sur les lieux, vous préparez votre plongée et sautez du navire, mais là, surprise, la nuit est tombée et l’océan est totalement obscur. Retour à Londres pour acheter une lampe torche et un appareil photo exprès pour la mission, cette première expérience commence à revenir cher.

Diver : aventures en eaux profondes img8Diver : aventures en eaux profondes img7


Retour sur les lieux de fouilles, je dois prendre le système de torpilles du Rubis en photos et trouver un carnet de bord. Après plus de 20 minutes de recherches, même en trafiquant la luminosité, l’épave demeure introuvable. Si le didacticiel était simple et efficace, on passe dans un niveau de difficulté tout autre lors de cette première plongée qui dans l’obscurité totale se révèle longue et ennuyeuse.


Prenant mon courage à deux mains je retente l’aventure en mode arcade qui est censé proposer une difficulté moindre. Le didacticiel passé, j’effectue mes achats, ma première plongée et là … après 10 bonnes minutes de recherches désespérées un message apparait me signalant que j’ai repéré l’épave ! Heureusement que ce message est suffisamment visible car je n’avais tout simplement pas vu le bâtiment sur ma gauche qui disparaissait déjà derrière moi.

Diver : aventures en eaux profondes img14Diver : aventures en eaux profondes img15


Premières photos, 25 % de qualité ' Un message m’informe alors que pour faire de belles photos je dois suivre un entraînement. J’aurais apprécié l’apprendre un peu plus tôt, car une fois à l’autre bout du pacifique sous 40 mètres d’eau ce message me parait un peu inopportun. Qu’importe, l’aventure continue et je poursuis mes investigations à l’intérieur du sous marin, un carnet de bord doit se trouver quelque part. Les compartiments en acier rongé par la rouille, étroits comme un cercueil n’ont rien de rassurant, l’ambiance est oppressante et la progression dans les décombres difficile. Si difficile que mon plongeur fini par se retrouver coincé dans une échelle sensée me permettre de sortir du navire.


Diver : aventures en eaux profondes img15Diver : aventures en eaux profondes img17

Après de nombreuses tentatives je dois me rendre à l’évidence, aucun moyen d’échapper à mon triste sort si ce n’est en recommençant la mission. Car si les entrailles du sous-marin vous épargnent, ce sont deux requins en manque de viande fraîche qui se chargeront de votre sort, ne vous laissant aucun répit. Une fois vos clichés en poche vous avez en quelques sorte le choix de la mort : mort lente, les pieds découpés dans les oursins en rampant au sol entre les rochers pour fuir les requins, ou mort rapide, en montant à la surface rejoindre votre bateau, offrant par la même occasion une cible de choix aux deux meurtriers qui vous tournent autour.

Diver : aventures en eaux profondes img14Diver : aventures en eaux profondes img23


Réalisation à la légère

S’il est bien un point sur lequel nous ne prendrons pas la peine de nous attarder, c’est bien sur le rendu graphique de Diver. A l’heure où des jeux comme Oblivion, Quake IV, Age of Empires III ou autre proposent un rendu détaillé, aux textures fines, à la modélisation précise et aux effets soignés parfaitement réalistes, Diver se permet un archaïsme très décevant dans son moteur graphique, avec des décors bien pauvres et une modélisation parfois assez approximative.

Diver : aventures en eaux profondes img16Diver : aventures en eaux profondes img19

Heureusement le gameplay est agréable et le nombre de paramètres du jeu rattrapent le tout. Les commandes sont faciles à prendre en main et la souris qui contrôle la tête de votre plongeur réagit de manière réaliste avec un certain temps de latence et une certaine résistance, ce qui parait tout à fait normal à plusieurs mètres de profondeur sous l’eau et avec tout ce matériel sur le dos.

Tandis qu’en mode simulation il faudra gérer votre endurance, les risques de traumas de plus ou moins grande gravité (des simples oreilles bouchées au black-out total en passant par le malaise de décompression). Le mode arcade, lui, permettra aux plus novices de s’adonner à la plongée sans maîtriser tous les aspects de la sécurité et de la technique.
Les puristes regretteront en revanche quelques légèretés dans le réalisme au niveau de la gestion des paliers. En effet, Diver permet de descendre près de 60 mètres de profondeur d’une seule traite, ce qui semble en avoir choqué plus d’un.

Diver : aventures en eaux profondes img18Diver : aventures en eaux profondes img22

La longueur, avec 17 niveaux dans des lieux variés (France, Argentine, Norvège…) et des objectifs différents, Diver propose une durée de vie correcte sans pour autant être exceptionnelle. On regrettera en revanche le scénario du jeu qui aurait pu être un argument en sa faveur mais qui présenté par de simples dessins de qualité médiocre fini par lasser le joueur plus que de le prendre par les sentiments.


Conclusion

Article n° 284   Test Diver : Aventures en eaux profondes (120*120)Diver : Aventures en eaux profondes se révèle au final être une petite déception.
Si ce titre proposait d'aborder un thème oublié des jeux vidéo, avec un scénario relativement intéressant, c'est avant tout la réalisation qui fera que Diver retournera rapidement dans les cartons au fond du grenier. Dommage, car avec un gameplay assez intuitif et disponible en deux modes (arcade ou simulation) le titre aurait pu séduire les passionnés de plongée comme les autres.

Mais de nombreux obstacles se présentent au joueur lors de son parcours : la gestion des colisions, les graphismes parfois repoussants et le manque de guidage dans les premiers instants qui vous obligent à recommencer plusieurs fois la mission sont autant de paramètres qui entâchent le plaisir de jouer et qui repousseront la plupart des joueurs à passer leur chemin. Une prochaine fois peut-être.


+ Les plus
  • Un thème rarement abordé : la plongée
  • La possibilité de choisir son matériel parmi un vaste choix
  • La gestion cycle jour/nuit sur le globe
  • Prise en main facile
- Les moins
  • Gestion des collisions approximative
  • Graphismes pauvres
  • Manque d'encadrement du joueur dans la première mission
  • Scénario mal présenté

Notes

  • Graphisme Les graphismes montrent un sérieux retard sur ce qui se fait actuellement. Un clipping beaucoup trop présent qui gâche le plaisir de jeu et des décors vides. Heureusement, la modélisation des poissons, requins et autres animaux rattrape l'ensemble.
    3/10
  • Bande son Le son restitue assez bien l'ambiance sous-marine, assez lourde et oppressante. Le doublage des voix en français est suffisamment rare pour être souligné. Une bande son correcte, sans être formidable.
    6/10
  • Jouabilité Pour ce qui est de la jouabilité Diver offre du bon comme du moins bon. Le contrôle du plongeur est relativement aisé et appréciable, mais il n'est pas rare de se trouver coincer derrière un obstacle et de devoir relancer la mission. Bref, c'est bien, mais on aurait pu faire mieux.
    7/10
  • Durée de vie Si vous êtes fan de plongée, nul doute que Diver aura un intérêt pour vous. Le nombre de missions sera suffisant pour procurer une durée de vie correct. Pour les autres, le plaisir s'arrêtera dès le début de la première mission, Diver n'est décidément pas un jeu tout public.
    6/10
  • Scénario Le scénario s'il aurait pu se révéler passionnant manque de mise en scène. La présentation de l'histoire sous forme de dessins de bien piètre qualité est finalement plus source d'ennui qu'autre chose. Dommage car le thème de la cité d'Atlantis était très prometteur.
    4/10
  • Note générale Diver aurait pu faire un très bon jeu, mais certains aspects de la réalisation sont vraiment en dessous de ce qui se fait actuellement. Seuls les vrais passionnés de plongée pourront trouver de l'intérêt à ce titre, qui s'avère être le seul représentant de sa catégorie à ce jour.
    5/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire