Test Divinity II Ego Draconis

Le par Franck P.  |  0 commentaire(s)
test Divinity 2 ego draconis image presentation

Dans le monde élitiste qu'est celui du jeu vidéo typé RPG, la venue d'un petit nouveau est toujours quelque chose de particulier. Car c'est un domaine où certains des plus grands jeux ont vu le jour et l'on ne saurait imaginer que le petit dernier parvienne à égaler les plus grands. Mais une surprise n'étant jamais impossible, on est toujours tenté d'y croire... au moins un peu.

Introduction

L'univers du RPG ne manque probablement pas de titres. Il ne manque pas non plus de références. Et pourtant, c'est un univers où il est difficile d'atteindre le firmament. Pour ce qui est des références, il s'agit avant tout d'Elder Scrolls IV: Oblivion, véritable culte pour nombre de joueurs amoureux du genre et qui reste à notre simple avis un des meilleurs jeux tous types confondus. Et puis quelques autres ont réussi à tirer leur épingle du jeu comme The Witcher qui, c'est amusant, arrivait un peu comme Divinity II à son époque.

 

test Divinity 2 ego draconis image (1)     test Divinity 2 ego draconis image (2)

De nulle part, ou pratiquement, il avait su conquérir de nombreux cœurs alors même qu'il était loin d'être parfait. Divinity II vient de moins loin puisqu'il s'agit du troisième titre d'une équipe belge après les Divine Divinity et Beyond Divinity que nous avait jeté en pâture Larian Studios pour un résultat assez moyen. On ne pouvait donc que lui souhaiter une épopée à la Witcher si on était minimaliste, ou une approche des plus grands, si on était idéaliste.

 

test Divinity 2 ego draconis image (3)     test Divinity 2 ego draconis image (4)

 



Une idée simple, une histoire complexe

Le pitch de Divinity II: Ego Draconis est, en apparence, assez simple. Vous êtes un jeune apprenti draconis, c'est à dire un chasseur de dragons, qui tente de faire ses armes pour mériter son titre honorifique. Il faut donc aller chasser du dragon pour parvenir à vos fins ? Bon, et bien non pas vraiment. Pour recentrer les choses, vous êtes à Rivelon, royaume ravagé par les guerres entre le bien, dont le fer de lance était l'Elu Divin, et le mal, que représente toujours Damian. Jadis, Damian a réussi à éliminer le champion adverse alors même qu'il se faisait épauler par les chevaliers dragons.

 

test Divinity 2 ego draconis image (5)     test Divinity 2 ego draconis image (6)

Pire , c'est un chevalier dragon lui même qui a causé la mort de l'Elu Divin. C'est la raison pour laquelle les forces actuelles du bien les exterminent dès que l'occasion se présente. C'est la tache qui incombe aux Draconis, milice anti-dragons. Toutefois, vous vous apercevez au bout de quelques heures de jeu, que la longue et lente destinée qui vous est promise n'a rien d'inéluctable et qu'en fait c'est pratiquement tout l'inverse qui va se produire.

 

test Divinity 2 ego draconis image (7)     test Divinity 2 ego draconis image (8)

Car en lieu et place d'un maître Draconis, c'est dans la peau d'un chevalier dragon, donc dans celle de l'ennemi présupposé, que vous allez devoir combattre. Traîtrise, félonie, infamie ? Point de tout cela mais une sage construction scénaristique vous éclairera sans aucun doute sur cet aspect du jeu fort réussi puisque, si la linéarité du déroulement est relativement présente, au moins la narration est elle de qualité. On se prend donc sans mal à cette petite histoire médiévale fort entraînante.

 

test Divinity 2 ego draconis image (9)     test Divinity 2 ego draconis image (10)

 



Fil d'Ariane

Nous vous l'annoncions, ce jeu est très dirigiste. Cela signifie donc que si vous avez quelques libertés, le canevas à respecter est tout de même serré. Dans la pratique, cela fait que si la quête principale est en filigrane, elle ne permet l'accès qu'à une zone à l'intérieure de laquelle vous pouvez réaliser des quêtes secondaires pour augmenter votre niveau. Le seul but étant toujours la réalisation de la quête principale. L'impression qui en ressort est alors une espèce de cadenas mis au dessus de nos têtes de joueur libre.

 

test Divinity 2 ego draconis image (11)     test Divinity 2 ego draconis image (12)

Et cela correspond assez bien avec le gameplay qui zig-zague entre RPG et jeu d'action. En effet, si votre perso est un peu paramétrable en matière de physique, il l'est aussi en matière de compétences mais tout ceci reste limité. Les attributions de points se font entre cinq facteurs que sont la force, l'endurance, l'esprit, l'intelligence et la dextérité. Ceci vous prédispose à certaines capacités mais ne vous emprisonne pas, cette fois-ci, dans un profil.

 

test Divinity 2 ego draconis image (13)     test Divinity 2 ego draconis image (14)

Parmi les quelques originalités du gameplay, il y a évidemment cette faculté, au bout de quelques heures de jeu, à vous transformer en dragon ce qui donne des scènes épiques très typées action pour le coup. De plus vous obtenez également  l'accès à une tour des esprits qui est votre véritable fief, l'endroit duquel vous pouvez envoyer des explorateurs à la recherche d'items en tous genre, là où vous pouvez enchanter des objets ou bien encore imaginer votre créature, votre chose.

 

test Divinity 2 ego draconis image (15)     test Divinity 2 ego draconis image (16)

 



Entrainement difficile, guerre facile

Et vous aurez bien besoin de peaufiner votre équipement et vos compétences afin de parvenir à la fin de ce jeu. Car s'il est un point qu'il faut évoquer, c'est le niveau relativement élevé de ce titre. Rien d'insurmontable non plus, n'allez pas croire qu'il est infaisable, mais il n'est pas rare que face à une simple horde de blancs becs vous soyez obligés de rebrousser chemin, certain de la défaite qui s'annonce. Battre en retraite est une des tactiques les plus usuelles.

 

test Divinity 2 ego draconis image (17)     test Divinity 2 ego draconis image (18)

Prendre les ennemis les uns après les autres en est une autre. Tout ceci est induit par la volonté manifeste de ne pas faire de ce titre un beat them all et surtout par le refus des développeurs d'adapter le niveau des adversaires au vôtre. Vous pouvez donc parfaitement aborder une zone où vous ne trouverez que des adversaires faiblards si vous avez su réaliser suffisamment de quêtes auparavant ou alors l'inverse si vous avez voulu aller trop vite.

 

test Divinity 2 ego draconis image (19)     test Divinity 2 ego draconis image (20)

Malgré tout, le fait que la zone de jeu est limitée réduit cette incertitude mais il n'est pas rare que vous deviez abandonner une quête devant la difficulté des épreuves pour pouvoir y revenir une fois que votre niveau a atteint le seuil nécessaire et éviter qu'un adversaire vous tue en un seul coup. Les bonnes idées, nouvelles ou réchauffées, sont donc multiples et nombreuses. Malheureusement, tout n'est pas parfait dans le meilleur des mondes non plus.

 

test Divinity 2 ego draconis image (21)     test Divinity 2 ego draconis image (22)

 



Griffes dans le paysage

Et quelques incongruités vont venir ternir le joli tableau que nous vous dépeignons dans les précédentes pages. A commencer par une réalisation graphique discutable. Si certains détails sont réellement magnifiques, si les couleurs apparaissant à l'horizon sont superbes, si le design général est tout à fait sympathique, il est des choses disgracieuses dont on se serait facilement passé. Tout d'abord, on constate trop souvent des ennemis qui apparaissent façon pop up quand on est suffisamment proche.

 

test Divinity 2 ego draconis image (23)     test Divinity 2 ego draconis image (24)

Ensuite, vous remarquerez que de temps à autres, vous vous trouvez bloqué au milieu d'une zone (souvent un donjon ou autre) et que votre expérience est insuffisante ou votre inventaire incomplet. Aucune espèce de possibilité de retour en arrière ou à l'extérieur n'étant offert, vous vous devez alors de reprendre au dernier point de passage avant la pénétration dans l'endroit en question... en espérant que vous l'ayez fait.

 

test Divinity 2 ego draconis image (25)     test Divinity 2 ego draconis image (26)

Et puis il y a toutes ces imperfections au niveau des collisions comme les rochers ronds à la vue et carrés dès que l'on y pose un pied, ces phases de sauts où l'imprécision est une règle et surtout ces chutes vertigineuses qui vous font avant tout perdre... du temps plus que de la vie puisque manifestement vous êtes absolument invulnérable de ce coté-ci. Bref, il y a vraiment matière à redire sur ces quelques points tout comme quelques bugs ou plantages constatés en cours de test (3 plantages pour notre part).

 

test Divinity 2 ego draconis image (27)     test Divinity 2 ego draconis image (28)

 



Petite galerie d'images

 

test Divinity 2 ego draconis image (29)     test Divinity 2 ego draconis image (30)

 

test Divinity 2 ego draconis image (31)     test Divinity 2 ego draconis image (32)

 

test Divinity 2 ego draconis image (33)     test Divinity 2 ego draconis image (34)

 

test Divinity 2 ego draconis image (35)     test Divinity 2 ego draconis image (36)

 

test Divinity 2 ego draconis image (37)     test Divinity 2 ego draconis image (38)

 

test Divinity 2 ego draconis image (39)     test Divinity 2 ego draconis image (40)

 

test Divinity 2 ego draconis image (41)     test Divinity 2 ego draconis image (42)

 

test Divinity 2 ego draconis image (43)     test Divinity 2 ego draconis image (44)

 

test Divinity 2 ego draconis image (45)     test Divinity 2 ego draconis image (46)



Conclusion

Toutefois, malgré cette dernière partie moins avantageuse pour les équipes de Larian Studios il faut reconnaître que l'ensemble de Divinity II: Ego Draconis est franchement plaisant. Faisant le pont allégrement entre le RPG pur et dur et l'action débridée, il se fend d'une capacité à nous plonger dans son univers médiéval où le manichéisme est inconnu. Bref, c'est un titre possédant le petit supplément d'âme qui lui permet de faire la différence avec d'autres peut être plus jolis mais moins intéressants.

 

test Divinity 2 ego draconis image (47)     test Divinity 2 ego draconis image (48)

Au final, seule la réalisation imparfaite, c'est un euphémisme, vient altérer en partie notre plaisir. Mais ne vous y trompez pas, ce jeu est un digne représentant de ce genre. Il ne reste plus qu'à espérer que le prochain épisode développé par les studios belges Larian Studios soit le bon et qu'il allie l'intérêt de Divinity II à une réalisation sans faille. Et pour le coup on aurait peut être un concurrent sérieux à Oblivion ou Dark Messiah of Might and Magic.

test Divinity 2 ego draconis image (49)     test Divinity 2 ego draconis image (50)

 

 



+ Les plus
  • Univers prenant
  • Transformation en dragon
  • Difficulté de certains passages
  • Mélange de RPG, jeu d'action et d'énigmes
- Les moins
  • Réalisation graphique inégale
  • Incongruité physiques
  • Blocage des zones

Notes

  • Graphisme Dans l'ensemble c'est plutôt joli pour un jeu de cette taille. Mais le bestiaire somme toute redondant, les collisions disgracieuses ou encore les pop up des personnages légèrement perturbant. Toujours est-il que le reste est fin et détaillé et qu'il donne suffisamment le change pour nous contenter au moins en grande partie. C'est déjà ça...
    7/10
  • Bande son Les musiques d'ambiances sont audibles mais passent le plus souvent inaperçues. Les petits zoizeaux gazouillent et les personnages sont plutôt bien doublés. Tout ceci reste correct pour un jeu de l'époque mais en deçà de ce que l'on est en droit d'espérer ou de rêver. Et puisque le rêve est toujours permis, c'est la raison pour laquelle on demande toujours mieux.
    7/10
  • Jouabilité Certains aspects sont très convaincants comme le niveau général élevé du jeu sans être insurmontable, les combats nombreux et rythmés, la part de jugeote dont il faut faire preuve régulièrement ou les quêtes relativement variées. Mais d'autres laissent une petite tache grasse telle que les collisions improbables, les bugs qui amènent parfois vos adversaires à ne plus bouger pour se laisser tuer ou une absence de marqueur directionnel sur la boussole.
    7/10
  • Durée de vie Plusieurs dizaines d'heures de jeu sont au programme. Par les temps qui courent, c'est un réel exploit. On ne pourra que regretter, du fait du coté dirigiste du jeu, la rejouabilité réduite de ce titre sauf si l'on veut suivre une autre voie pour son personnage, ce qui restera à n'en pas douter marginal malgré tout l'intérêt d'une telle démarche.
    8/10
  • Scénario Un scénario dans un RPG voila qui n'est pas banal. Le plus souvent l'histoire est vraiment en arrière plan et les quêtes constituent la trame unique de l'histoire. Ici le scénario est beaucoup plus présent même si dans sa structure on retrouve quelques poncifs. Prenant, amusant et surprenant, il nous permet de parfaitement nous immerger dans ce titre.
    8/10
  • Note générale Entre un 7 ou un 8 il y a parfois peu de choses. On reste un poil déçu de la réalisation pas exempte de tout reproche et on laisse, pour le coup, l'opportunité aux développeurs de glaner une meilleure note la prochaine fois en nous régalant aussi de ce point de vue la. Mais pour le reste, ce jeu est un vrai bon titre qui permet de jouer longtemps et intensément sur sa machine.
    7/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire