Test Draglade

Le par Fabien H.  |  0 commentaire(s)
Draglade - pochette

Forcément passé inaperçu lors de sa sortie à défaut d’une communication plutôt faiblarde, Draglade a pourtant des atouts dans sa manche, sans pour autant atteindre une qualité inégalable. Véritable fourre-tout entre combat, beat’em all, RPG et même rythme, le titre de Dimps arrivera-t-il à passionner suffisamment les joueurs pour quelques heures ?

Le nouveau sport branché

Après avoir fait ses preuves avec la première trilogie des Dragon Ball Z : Budokai Tenkaichi, Dimps se diversifie en développant Draglade, un savant melting pot de différents genres. En effet, le titre à première vue basé essentiellement sur les combats comporte des phases beat’em all, un soupçon de RPG, ainsi que des fonctionnalités musicales. Simple fourre-tout sans saveur, me direz-vous. Au contraire, il s’avère que cette extrême diversité a été savamment conçue dans le but d’offrir un confort de jeu optimal.

Seulement, le soft ne brille guère par sa trame scénaristique, réellement indigeste, voire extrêmement niaise. Dès le début du jeu, vous aurez l’opportunité de sélectionner un héros parmi les quatre disponibles, afin de vivre leurs aventures. Le bon point se situe dans le fait que quatre scénarios sont possibles, si toutefois vous avez le courage de réitérer l’aventure. Quel que soit la trame choisie, vous incarnez un fervent pratiquant d’un sport qui fait fureur : le Grap. Tout Grappeur qui se respecte se doit d’être équipé d’un Trans-G, un bracelet qui absorbe l’élément en harmonie avec son porteur, afin de matérialiser une arme. C’est grâce à elle que vous pourrez acquérir diverses licences de Grap, en participant aux tournois disséminés dans les quelques villes du jeu.

Draglade   1Draglade   2

En sus de votre arme, vous pourrez utiliser des balles aux vertus spéciales, permettant d’expulser des pouvoirs élémentaires en cours de combat. Particulièrement nombreuses, ces sphères peuvent être acquises en détruisant des ennemis, ou en les achetant dans les nombreux magasins du jeu. Au fil de l’aventure, il sera même possible de récolter des balles dites uniques qui renferment des pouvoirs extrêmement ravageurs. De toute façon, vous aurez fort à faire puisque vous rencontrerez rapidement des montres nommés Variants, mis en circulation par la terrible Mad Company. Cette dernière a fait ingurgiter des Trans-G Obscurs à des animaux, modifiant leur apparence et leur agressivité, à la manière d’un Sonic The Hedgehog.

Lorsqu’on y pense, le concept fait très Pokémon, d’autant plus qu’on se rend également dans des arènes pour combattre des aspirants au titre du meilleur Grappeur. Étant donné que le jeu dégage avant tout son intérêt dans les combats, on se verra rapidement zapper les dialogues résolument enfantins pour s’adonner aux affrontements globalement bien introduits.

Draglade   3 Draglade   4


Rythmn & fight

Les combats, le cœur même du jeu, s’avèrent plutôt bien construits, sans atteindre pour autant la qualité d’un jeu spécialisé dans ce domaine. Dès que vous avez libéré votre arme élémentaire, vous pourrez asséner des coups rapides à puissance normale, ou des coups plus puissants à exécution plus longue. En partant de là, quelques brèves dérivés sont possibles en combinant diverses orientations de la croix directionnelle.

Pour aller plus loin dans l’idée de ce concept, les combats se réservent un côté musical puisqu’il est possible d'associer des Rythmes Combo, à l’aide de mélodies acquises dans les boutiques, ou créées de toutes pièces à l’aide de partitions via le menu Combinaison du Dragon. En combat, l’exécution de ces attaques s’avère plutôt simple et surtout efficace pour bien diminuer la barre de vie de votre adversaire. Pour enclencher le combo, il suffit d’appuyer sur la gâchette L1, puis de presser le bouton d’attaque en équation avec le défilement des touches en bas d’écran. Le principe se montre réellement bien introduit et ce, en dépit d’une qualité sonore des jingles qui rendra sourd plus d’un joueur.

Draglade   5 Draglade   6

Pour apporter une diversité supplémentaire, il faudra utiliser des balles élémentaires qui serviront surtout à tenir les ennemis à distance ou à se soigner. Vous pourrez en établir trois sur l’écran tactile, accessibles via des combinaisons de touches (A + croix directionnelle), échangeables avec trois autres magies en réserve, à l’aide du stylet. Seulement, vous disposez d’une jauge d’action de cinq niveaux qui s’usera au fil de vos actions. Selon la puissance de votre balle, une ou plusieurs barres seront nécessaires pour lancer le sort. De ce fait, il sera souvent nécessaire que vous vous défendiez afin que votre jauge se remplisse à nouveau. Bien évidemment, il sera plus facile de tenir les ennemis à distance lorsque vous êtes en phase de beat’em all dans des niveaux à plusieurs plans, plutôt qu’en combat traditionnel.

Le côté RPG, bien qu’assez restreint face aux ténors du genre, propose une exploration particulièrement rafraîchissante. Cela dit, vous vous rendrez vite compte de la répétitivité entre les environnements propices aux combats et les villes dans lesquelles vous dialoguerez brièvement avec les habitants, achèterez de nouvelles balles, où effectuerez des quêtes optionnelles qui, à terme, vous offriront des récompenses non négligeables. Cela dit, les quartiers sont tous plus ou moins similaires et particulièrement limités dans leur étendue. Couplées aux discours insipides avec les autochtones, les rues visitées susciteront promptement un ennui certain, d’autant plus que les transitions entre chaque lieu se montrent très brutales à cause d’une carte du monde on ne peut plus minimaliste.

Draglade   7 Draglade   8


Galerie d'images

Draglade   24 Draglade   11
Draglade   12 Draglade   13
Draglade   14 Draglade   15
Draglade   16 Draglade   17
Draglade   18 Draglade   19
Draglade   20 Draglade   21
Draglade   22 Draglade   23


Un mic-mac original

En piochant de toute part, Draglade s’octroie tout de même une certaine identité propulsée par une réalisation graphique plutôt correcte. En effet, le moteur graphique 2D fait place à une animation globalement propre et ce, en dépit d’un chara-design pas franchement inspiré. Malgré tout, les couleurs vives qui frottent nos rétines colportent une certaine fraîcheur, nous donnant l’envie d’effectuer quelques combats supplémentaires.

Et pourtant, l’intérêt aurait pu être réellement étouffé, surtout par le fait que le concept et le scénario de base s’apparentent en grande partie à Pokémon. Heureusement que le système de combats est bien mené, puisque ce dernier est le fer de lance de la licence. Afin de prolonger l’intérêt, les développeurs de Dimps ont pris soin d’insérer un mode de jeu en ligne qui permet d’affronter divers joueurs du monde entier, ou d’échanger des balles obtenues en double.

Draglade   9 Draglade   10

Pour résumer, on appréciera la diversité dont est sujet Draglade, gommant en partie le côté pompeux de la trame générale. Comme on pouvait s’en douter, les différents genres exploités par la production n’ont pas été suffisamment creusés, ce qui accuse un contenu résolument restreint, ainsi qu’une répétitivité affligeante de la progression. Le soft tire avant tout son intérêt au niveau du dynamisme des combats, particulièrement addictifs grâce aux nombreux Rythmes Combo expéditifs au possible. Utilisant quelques minces possibilités au stylet, le titre se focalise avant tout sur une prise en main conventionnelle, pour un meilleur confort.

Draglade est disponible à l'achat à partir de 29,99€.


+ Les plus
  • Le mélange des genres bien mené
  • Les graphismes colorés
  • Animations propres
  • Multijoueur bien conçu
- Les moins
  • Contenu peu approfondi
  • Progression répétitive
  • Chara-design inégal

Notes

  • Graphisme De manière globale, le titre arbore un moteur graphique aguicheur, affichant des animations particulièrement soignées, notamment lors des combats. La dynamique de jeu est donc clairement présente et c'est bien l'effet recherché au final. Cela dit, le chara-design laisse franchement à désirer quant à certains protagonistes secondaires (notamment les sous-fifres de nos héros).
    6/10
  • Bande son Démarrant avec un générique très J-Rock, Draglade met en avant des sonorités très pêchues pour immerger au maximum le joueur dans les combats. Tandis que certains thèmes sont particulièrement accrocheurs, d'autres s'avèrent clairement en deçà de nos espérances.
    5/10
  • Jouabilité Ayant la particularité de marier pas moins de quatre styles de jeu différents, le soft de Dimps peut se targuer de sortir du lot. Derrière cette diversité, le contenu s'avère malheureusement moins optimiste car assez désuet. Côté prise en main, les développeurs se sont en majeure partie focalisés sur une configuration conventionnelle à la croix directionnelle qui, après réflexion, n'est pas un mal pour optimiser le confort.
    6/10
  • Durée de vie Avec tout de même quatre scénarios via quatre héros aux caractéristiques différentes, il faudra quelques longues heures pour mener à bien cette aventure, malgré tout relativement linéaire et répétitive. Afin de relancer l'intérêt, un mode multijoueur en local où en ligne permet de s'affronter dans des combats de Grap entre amis.
    6/10
  • Scénario Vilain comme tout, ce scénario. Bateau, stupide et même pas amusant, la progression devient un véritable calvaire pour peu qu'on se décide à suivre trait pour trait chaque dialogue.
    3/10
  • Note générale Sans être un véritable hit, Draglade a le mérite d'avoir couplé différents genres à première vue quasi-incompatibles, afin d'introduire une production globalement correcte. On regrette simplement un contenu un peu léger, couplé à une accroche scénaristique catastrophique. Néanmoins, l'essence même du jeu, à savoir les combats, se montre suffisamment pertinente pour qu'on y passe d'agréables moments.
    6/10
  • Partager ce contenu :
Dans le même style
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire