Test Dragon Age Inquisition

Le par Fabien H.  |  5 commentaire(s)
Dragon Age Inquisition - vignette

Célèbre série de Bioware, Dragon Age fait son retour avec un troisième épisode attendu par les fans et, avec plus d'appréhensions par ceux et celles qui sont sortis déçus du second épisode. Dragon Age : Inquisition propose-t-il suffisamment d'arguments pour proposer un jeu de rôle convaincant, avec un scénario qui nous plonge directement dans un univers immersif ? Nous vous apportons des éléments de réponse dans notre test complet.

Meneur de troupes

Véritable ode aux RPG purement occidentaux, Dragon Age : Origins a offert une solide expérience aux amateurs du genre lors de sa sortie il y a quelques années, rappelant le feeling de la référence Baldur's Gate à certains fans. Bioware avait réussi un coup de maître avec cette nouvelle licence, hélas gâchée par une suite qui a crucifié le gameplay tactique qui faisait le sel de la franchise, au profit d'une prise en main clairement orientée vers l'action. Alors que certains clamaient la mort de la série, le studio de développement s'est lancé dans la conception d'un troisième volet, baptisé Dragon Age : Inquisition.

Attendu par de nombreux joueurs, redouté par d'autres, ce Dragon Age III propose de revenir dans l'univers des deux précédents opus, affichant une suite scénaristique directe. Aussi, après les faits opérés par les engeances, une paix était enfin mise en place entre les templiers et les mages, deux factions qui se font la guerre depuis bien longtemps. Toutefois, l'apparition d'une déchirure verte dans les cieux a remis le feu aux poudres, mettant fin au traité de paix. Qu'elle est l'origine de cette magie ? Quoi qu'il en soit, un rescapé à cet événement se fait connaître : vous ! Et il est clair que les soupçons des autres protagonistes seront prioritairement importants, faisant de vous un prisonnier attendant que votre sort soit décidé.

Dragon Age Inquisition - 1 Dragon Age Inquisition - 2 

Dès le début de l'aventure, il conviendra de créer notre nouveau personnage principal, suivant un éditeur plutôt riche en possibilités. Comme dans les autres jeux de Bioware, le fait de choisir sa race ( humain, elfe, nain ou qunari ) aura une incidence sur le scénario de manière globale, au même titre que la classe choisie ( voleur, guerrier, mage ). L'outil est très puissant et offre d'ores et déjà une petite claque visuelle au niveau des détails des visages. Aussi, il est possible de modeler pièce par pièce notre héros idéal et convaincant. Quelques lignes de scénario avant la confirmation de création permettent de se faire une idée du passé de notre protagoniste, ainsi que la façon dont les autres PNJ ( Personages Non Joueur ) nous percevront de manière générale. Aussi, cela laisse augurer de nombreux choix moraux qui viendront complexifier la progression, assurant un certain degré de rejouabilité pour découvrir d'autres facettes.

Très rapidement dans la trame principale, il sera question de monter une Inquisition, un groupe déterminé dans la fermeture de la brèche formée dans le ciel. Les premiers compagnons qui vous accompagneront seront Varric ( un voleur nain ), Cassandra ( une guerrière humaine ) et Solas ( un mage elfe ), signifiant clairement la mixité assumée de ce groupe qui détient « la volonté d'Andrasté » en la personne de votre personnage, heureux rescapé qui dispose d'une « marque » sur la paume de la pain qui permet de fermer les brèches qui se forment en Ferelden et Orlais, les deux grandes zones du jeu. L'objectif à terme se présente dans le fait de fédérer les gens, peu importe leurs croyances, dans un but commun de mettre fin à l'adversité qui se révèlera – plus tard dans le jeu – d'une toute autre nature.

Dragon Age Inquisition - 3 Dragon Age Inquisition - 4 



Fédérer en Ferelden

Une fois l'Inquisition fondée, il sera question d'influencer les autres villes et les puissances en place, afin d'aider à combler le trou verdâtre d'où sortent de nombreux démons et autres adversaire fantomatiques. Pour cela, un conseil de guerre est mis en place avec trois conseillers qui correspondent à trois spécialités : Joséphine qui se charge de la diplomatie, Leliana pour le réseau d'espionnage et Cullen qui se charge de la partie militaire. Sur un plan affichant les contrées de Ferelden et Orlais, il conviendra de convenir des forces à déployer aux différents endroits du monde pour rallier des forces à la cause de l'inquisition. Ces quêtes sont automatiques et nécessitent de patienter jusqu'à leur résolution. Bien entendu, c'est également par le biais du conseil de guerre qu'il sera possible de progresser dans le jeu, en découvrant de nouvelles zones à explorer, qu'elles soient principales ou annexes.

Le jeu propose une certaine dose d'exploration, avec notamment de vastes zones à découvrir qui, à l'instar des précédents volets de la série, ne sont désormais plus découpées par des temps de chargement. Les Marches Solitaires, le premier terrain de jeu, affiche de superbes panoramas et une distance d'affichage qui donne clairement le ton de la liberté au jeu. Fort malheureusement, nous ne sommes pas non plus face à un Elder Scrolls V : Skyrim qui propose une seule et même carte gigantesque, mais tout de même de très larges environnements qui, de surcroît, pullulent de quêtes secondaires. Par ailleurs, les actions à effectuer sont nombreuses dans le jeu, même si certains objectifs annexes se révèlent très basiques ( à base d'objets à trouver et à ramener aux donneurs de quêtes ). En dépit de cette volonté de booster la durée de vie du jeu, Bioware a soigné le travail autour de la trame principale, proposant une mise en scène intéressante et toujours des choix moraux qui pourront convenir ou non à vos compagnons ( 9 sont à recruter au fil du jeu ) et pouvant découler sur des événements bien précis qui altéreront la suite de l'aventure.

Dragon Age Inquisition - 5 Dragon Age Inquisition - 6 

Grand point qui a fait défaut dans Dragon Age II, le système de combat a été revisité avec cet opus. Les développeurs ont réintégré la vision tactique en pause et en vue aérienne qui permet de planifier les futures attaques de notre fine équipe. Si l'idée est intéressante, les informations ne sont toujours pas de la même richesse que dans Dragon Age : Origins. L'angle de caméra, bien qu'ajustable, ne peut pas être éloigné à loisir, offrant donc une vue parfois trop proche du combat et empêchant de fait une visibilité optimale. De même, il ne faudra pas compter sur l'indication de la tendance de déplacement des ennemis, chose pourtant fléchée dans le premier épisode. Aussi, beaucoup de joueurs feront souvent l'impasse sur cette fonctionnalité au profit de combats plus directs, en laissant les alliés assurer leurs actions avec leurs paramétrages d'intelligence artificielle ( IA ) qui peuvent par ailleurs être adaptés dans les menus ( pour empêcher d'effectuer certaines attaques, certains mouvements au profit d'autres ). D'ailleurs, dans les niveaux de difficulté avancés, il conviendra de paramétrer ces détails avec discernement, sous peine de faire face à de sévères déculottées face aux ennemis. En conclusion, le système de combat est bien meilleur que dans le précédent volet, mais demeure toujours moins tactique que dans le premier Dragon Age, certainement dans un souci d'accessibilité aux néophytes du genre. Ce n'est qu'avec les niveaux de difficulté plus importants que les plus acharnés trouveront un côté plus stratégique.

Les combats se basent sur des capacités disposées en actions rapides en bas de l'écran de jeu. Il sera possible de configurer ces raccourcis suivant les habiletés que vous débloquerez depuis les arbres de compétences de vos alliés. Ces derniers sont d'ailleurs au nombre de quatre par classe de personnage. Par exemple, le voleur aura le choix d'améliorer ses compétences avec des dagues, avec des arcs, mais pourra aussi amorcer des pièges ou encore agir en toute discrétion en étant invisible et plus rapide. Il conviendra donc de faire des choix selon les points de compétence acquis, ce qui se révèle plutôt réussi. Par ailleurs, chaque protagoniste sera cantonné à certains types d'armes et armures, suivant la classe dont il appartient. Toutefois, le titre intègre la possibilité de faire de l'artisanat depuis votre quartier général, afin de concevoir vos propres équipements suivant les ressources que vous récolterez au fil du jeu ( des matériaux tels que du fer, de l'onyx, ou encore des peaux de bêtes, etc ). Ainsi, il sera possible de « crafter » des armures, armes, ainsi que des améliorations pour ces dernières avec le choix des ressources à utiliser et qui proposeront des atouts différents. Cette fonctionnalité se révèle très réussie et nous incite clairement à récolter de nombreuses ressources dans les environnements du jeu.

Dragon Age Inquisition - 7 Dragon Age Inquisition - 8 



Gloire à l'Inquisition

Sur le plan technique, Dragon Age : Inquisition propose un bond graphique par rapport à ses aînés, principalement en raison de l'usage du Frostbite 3, le moteur graphique de DICE qui a fait ses débuts avec Battlefield 4. Les modélisations sont toujours de très bonne facture, notamment au niveau des textures et des détails de visages ( à de rares exceptions près ). Les effets de lumière sont également saisissants, au même titre que la distance d'affichage bluffante qui met en lumière une direction artistique globalement de très bon goût. Toutefois, le moteur graphique n'est pas tout rose, puisqu'il est question de quelques soucis plus ou moins gênants.

En premier lieu, il y a quelques soucis de framerate, chutant parfois lors de certaines cut-scenes ou les effets sont trop chargés. Dans un second temps, il faut noter les modèles qui apparaissent de façon brutale à l'écran, notamment en zone extérieure. Cela peut se paraître pénalisant, surtout quand il s'agit de PNJ qui « pop » devant nos yeux. Enfin, l'autre élément pénalisant tout au long du jeu se focalise dans les soucis de collision. Aussi, il ne sera pas rare d'être bloqué dans notre course par une petite roche au sol. Les compagnons qui vous accompagnent ne sont pas en reste avec des soucis de pathfinding qui occasionnent parfois du grand n'importe quoi. Cela se constate plus précisément dans des lieux à la progression plus complexe tels que l'Oasis et son design vertical, bloquant complètement les alliés dans les décors.

Dragon Age Inquisition - 9 Dragon Age Inquisition - 10 

On notera un gros point négatif quant à l'interface du jeu, souvent peu ergonomique. Si nous avons précédemment évoqué les soucis liés à la caméra tactique lors des combats, la visibilité des objets de l'inventaire n'est pas des plus optimales. En effet, il est impossible de classer précisément les objets acquis, découlant sur quelques soucis de lisibilité lorsque votre baluchon se révèle bien rempli. Sachant que les équipements « droppent » régulièrement dans le jeu au travers de coffres et autres dépouilles d'ennemis, nous nous perdons rapidement dans les acquisitions dans les menus. Dommage.

La partie sonore se veut globalement bonne, quand bien même les thèmes musicaux auraient pu profiter d'une meilleure exposition. En effet, les morceaux sont globalement très bons et épiques, mais souvent trop discrets pour être appréciés à leur juste valeur, chose bien dommage. Petite note sur le doublage du jeu, correct en français mais bien plus immersif en version originale. Le switch pouvant être effectuer, vous auriez tort de vous en priver.

Il est important de préciser que si Dragon Age : Inquisition s'apprécie en solo, Bioware a intégré un mode multijoueur qui permet à quatre participants de se retrouver en coopération. Il n'est toutefois pas question de trouver la même trame que dans la campagne principale, mais des objectifs spécifiques qui ont pour intérêt de récolter de l'or et des équipements toujours plus efficaces. Enfin, il faut noter la présence du Dragon Keep, une fonctionnalité supplémentaire qui plaira à la fois aux amateurs de la première heure, mais aussi les néophytes de la saga. En effet, l'application permet de se faire conter l'histoire des deux premiers opus en français et en vidéo, afin de bien comprendre l'univers de la série. De plus, il est possible de choisir les précédents axes scénaristiques, afin d'apprécier les causes et les conséquences dans l'histoire. De plus, les faits opérés dans le dernier jeu seront intégrés et rappelé si besoin aux joueurs.

Dragon Age Inquisition - 11 Dragon Age Inquisition - 12 



+ Les plus
  • Un monde plutôt ouvert
  • Les choix moraux, percutants
  • L'artisanat réussi
  • Réalisation de qualité
  • Scénario réussi et intéressant
  • L'usage du Dragon Keep
  • Retour de la tactique dans les combats...
- Les moins
  • ... mais la caméra est peu pratique
  • Interface peu ergonomique
  • Problèmes de pathfinding des compagnons
  • Quêtes secondaires parfois basiques
  • Quelques bugs graphiques

Notes

  • medaille
    Note générale Après avoir mis la barre très haut avec un premier volet de qualité, Dragon Age avait déçu de nombreux joueurs avec sa suite. Bioware nous propose un Dragon Age : Inquisition avec de nombreuses promesses, à commencer par une approche plus libre, ouverte et tactique au niveau de son système de combat. En résultat, le soft se révèle effectivement plus expansif, immersif par sa réalisation revue à la hausse et effectivement un peu plus technique au niveau de son système de combat. Les choix moraux, ce qui fait le sel du scénario de la série, sont toujours de mise et offrent toujours des embranchements très tranchés. Aussi, le titre incite à la rejouabilité, afin d'apprécier d'autres issues. Malgré tout, la durée de vie est très correcte, notamment boostée par une foule de quêtes secondaires malheureusement pas toujours inspirées. Que les fans de la série se rassurent, en dépit de quelques défauts, ce Dragon Age : Inquisition est très satisfaisant. Les amateurs de la série qui n'ont pas joué aux autres volets y trouveront également largement leur compte.
    8/10

  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Test Dragon Age Origins
    Depuis la rentrée 2009, on assiste à un déferlement de jeux de rôle plus intéressants les uns que les autres. Un jeu était particulièrement attendu en cette fin d’année 2009, un jeu provenant des studios de Bioware. Dragon Age ...
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
Lerian Hors ligne Héroïque avatar 749 points
Le #1821288
J'ai acheté ce jeu après avoir lu des critiques telles que celle-ci, j'y ai joué trois heures et j'ai fini par le renvoyer pour remboursement.C'est la première fois que ça m'arrive.

Pour donner une idée de mes goûts en matière de RPG, je vais d'abord citer les jeux similaires que j'ai trouvés bons et pour quelles raisons :

- Dragon Age, premier du nom : pas très joli mais ergonomie impeccable et ambiance géniale compte tenu à la fois de l'histoire et des caractères des membres de l'équipe.
Le meilleur de tous depuis Baldur's Gate.
- Skyrim : très beau (avec les dernières textures haute résolution), très fluide et ergonomie presque parfaite par rapport à ce jeu (bien que type console aussi). Le scénario principal est nul mais le monde est très immersif.
- Divinity Original Sin : joli jeu, tourne à fond, ergonomie correcte et dimension stratégique des combats excellente. Le scénario est nul.

Venons en au sujet : Dragon Age Inquisition.

1) Contrairement à ce que tous les testeurs racontent, le jeu n'est pas beau du tout sur PC : c'est de la qualité console non retravaillée. Les modèles sont laids, les textures aussi, les environnements très peu détaillés. Seules les textures des visages sont travaillées mais, franchement, ça ne les rend pas plus expressifs que dans d'autres jeux comme Far Cry 3. Et le jeu rame sur un core i7 4770 avec une GeForce 780Ti !

2) L'interface, type console encore, est abominable sur un PC

3) la caméra est une véritable calamité. Impossible d'avoir du recul sur l'équipe ou de vraiment profiter des paysages.

4) L'ergonomie du système de combat est inexistante.

- En temps réel c'est très fastidieux à cause de la caméra qui fait n'importe quoi.Les personnages courent dans tous les sens, c'est confus.

- En tour par tour, impossible d'avoir du recul pour gérer une stratégie d'ensemble. Les actions des personnages sont tout sauf intuitives à commander. Une fois qu'on a joué à Divinity Original Sin, il est proprement impensable d'accepter une gestion aussi médiocre d'un combat dit "tactique".

Au passage, je vous parle du le bug très désagréable qui, sur mon ordi équipé de deux écrans, m'éjectait de la fenêtre du jeu selon comment je cliquais en combat. Exaspérant ... mais il sera sûrement corrigé.

Peut être que l'histoire est excellente et le monde bluffant, mais je ne peux pas passer 120h à lutter contre une interface et prendre plaisir à un jeu, surtout qu'avec des graphismes aussi laids ça n'aide pas à faire preuve de patience.

Je vous conseille de tester ce jeu avant de l'acheter pour vous faire votre propre opinion.
ilyon Hors ligne Vétéran icone 1132 points
Le #1821296
C'est en lisant ergonomie parfaite de Skyrim que j'ai compris que ton message était un hoax.
Lerian Hors ligne Héroïque avatar 749 points
Le #1821312
ilyon a écrit :

C'est en lisant ergonomie parfaite de Skyrim que j'ai compris que ton message était un hoax.


Ahh, bien sûr Skyrim a une interface console aussi. Je l'ai précisé dans mon commentaire.
Mais par rapport à ce jeu ce n'est que du bonheur !
Il me parait parfaitement incroyable que tout le monde raconte que ce nouveau Dragon Age est génial alors qu'il est très mal fait techniquement (sur PC) ce qui, de mon point de vue fiche en l'air tout le travail qui a pu être fait sur l'histoire. Prends n'importe quel screenshot dans une résolution correcte et tu verras qu'il a 5 ans de retard (et je suis gentil).
Testes le ! Tu te feras ton opinion.

Walljang Hors ligne Héroïque icone 672 points
Le #1821485
Heu .. Déjà l'interface console est différente de l'interface PC, de plus le jeux tourne en ultra sur mon pc avec une Geforce 760M ...
Puis le jeux n'es pas moche, je sais pas ce que vous voulez putain ! A part AC Unity on a pas de jeu aussi beau de DA Inquisition, faut arrêter vos conneries un moment sérieux !
ilyon Hors ligne Vétéran icone 1132 points
Le #1821621
Je voudrais bien mais je n'ai plus le temps de jouer. J'espère trouver du temps pour The Witcher 3 mais rien n'est moins sur. Ceci dit, tu as certainement raison, de toute façon ça fait un moment que le JV PC est mort pour moi tué par la course effrénée du seul ULTRATROUZEMILLIARDS HD et du scandale savamment orchestré par intel et consorts pour nous faire changer de machine toutes les 2 minutes (appuyé le plus souvent par une presse appartenant aux vendeurs de HW et nous prenant ouvertement pour des cons).
Mais non, désolé, Skyrim a une interface de daube et il a fallu attendre de nombreux mods pour avoir quelques chose de potable en interface PC.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire
avatar
Anonyme
Anonyme avatar