Test Echoshift

Le par Fabien H.  |  0 commentaire(s)
Echoshift - vignette

Sony était parvenu à jouer la carte de la surprise en 2008 avec Echochrome, un jeu de réflexion qui se révélait indispensable pour son concept construit autour de la perception et la profondeur de champ, offrant de grandes possibilités et un intérêt conséquent. Deux ans plus tard, ce même studio se lance dans un nouveau projet basé sur une approche similaire tout en proposant un gameplay innovant. Initulé Echoshift, ce nouvel opus gravite autour du concept de la gestion du temps pour résoudre une multitude d'énigmes tantôt simples, tantôt ardues.

Paradoxes temporels

Force est de constater que les consoles portables actuelles sont d'incroyables outils permettant de jouer aisément où que l'on soit. Comme le format se prête habilement aux courtes parties l'espace de quelques minutes, les studios de développement se sont rapidement tournés vers des productions structurées de manière à pouvoir être pratiquées à tout moment sans en perdre le fil. Parmi ces nombreux softs, JAPAN Studio a cherché à exploiter un filon inédit avec Echochrome. Très épuré dans son interface et dans son système de jeu, le titre offrait une expérience inédite basée sur les effets d'optique liés à la perspective des décors malléables à souhait à l'aide de la caméra. En dépit de quelques soucis d'ergonomie, le titre se révélait comme une surprise indispensable.



Sony Computer Entertainment poursuit sa licence avec Echoshift, un jeu à première vue similaire à son aîné, mais très différent en terme de gameplay. En effet, le concept abandonne les effets d'optique pour se concentrer sur la gestion du temps. Néanmoins, le titre met à nouveau en avant le bonhomme O' Cedar dessiné en fil de fer, ainsi qu'une structure découpée en niveaux. Le but de chaque tableau sera de trouver la solution pour atteindre la porte de sortie et ce, dans un laps de temps bien défini. Simple en pratique, le système nécessitera toutefois plusieurs essais avant de pouvoir clôturer chaque niveau. La conception étant suffisamment tortueuse et parsemée de pièges, il sera tout simplement impossible d'atteindre la sortie en une seule fois.

Echoshift - 1 Echoshift - 13

C'est en ce point que le gameplay d'Echoshift se révèle : il sera nécessaire d'enregistrer plusieurs essais afin de terminer chaque tableau. Le joueur devra paramétrer plusieurs échos à tour de rôle, chacun ayant une fonction bien précise pour apporter une pierre à l'édifice du cheminement. En pratique, une fois le premier personnage joué, il sera nécessaire de passer au suivant avant la fin du compte à rebours situé en bas de l'écran. Dès lors, vous recommencez le niveau avec un second personnage, mais votre premier essai sera mémorisé et joué en même temps. Cette chaîne peut s'effectuer jusqu'à dix échos, s'il s'avère nécessaire ou si vous rencontrez quelques difficultés de discernement de la marche à suivre. Cette fonction offre ainsi une véritable dimension d'entraide, afin de débloquer des itinéraires et ainsi avancer intelligemment vers la porte de sortie. Cette coopération en solo nécessite ainsi une certaine anticipation des actions et ce, plusieurs tours en avance afin de parvenir à établir les meilleurs scores. Parallèlement, le concept n'est nullement inédit puisqu'il a déjà été introduit dans des productions telles que Ratchet & Clank Future : A Crack in Time, ainsi que dans Braid ou encore Les Mésaventures de P.B. Winterbottom.

Malgré tout, Echoshift demeure un titre particulièrement efficace, puisqu'il offre une continuelle variété dans son gameplay. En effet, les quelques cinquante niveaux qui constituent le jeu proposent des conceptions différentes, ainsi que des pièges et mécanismes toujours réinventés. Outre les boutons activateurs de plates-formes, le titre propose d'autres excentricités telles que les blocs qui s'attaquent à vous lorsque vous avez le dos tourné – ce qui fera penser aux fantômes dans la série Super Mario – les trous hérités d'Echochrome, des cubes qui vous tombent dessus, ou encore les plates-formes mobiles et autres trampolines. Une astuce vidéo introduit généralement l'apparition d'un nouveau piège, afin que vous puissiez rapidement l'appréhender. Cela sera crucial puisqu'en cours de jeu, chaque seconde vous est compté et une fois que le compteur atteint zéro, c'est synonyme de défaite. Il sera donc nécessaire de passer assez rapidement d'un écho à l'autre, afin de parvenir à la fin des niveaux.

Echoshift - 18 Echoshift - 29



Galerie d'images

Echoshift - 32 Echoshift - 30

Echoshift - 31 Echoshift - 23

Echoshift - 25 Echoshift - 26

Echoshift - 27 Echoshift - 21

Echoshift - 22 Echoshift - 19

Echoshift - 20 Echoshift - 15

Echoshift - 16 Echoshift - 17

Echoshift - 11 Echoshift - 14

Echoshift - 6 Echoshift - 7

Echoshift - 8 Echoshift - 9

Echoshift - 10 Echoshift - 3

Echoshift - 4 Echoshift - 5



Accessible et varié

Il est utile de noter que la durée de vie demeure très convenable puisque chaque niveau accueille trois défis. Le premier d'entre eux - le principal - nécessitera de terminer simplement le tableau en accédant à la porte de sortie. Une évaluation sous forme d'étoiles sera attribuée aux joueurs, suivant le nombre d'échos utilisés pour mener à bien l'objectif. Évidemment, la meilleure note sera décernée à celui qui aura terminé le niveau à l'aide d'un nombre minimum d'essais. Le second défi intègre une clé dans le niveau. Cette dernière sera à récupérer avant de sortir du tableau, nécessitant parfois un écho supplémentaire. Le troisième et dernier challenge, baptisé Illusion, octroiera à chaque écho le pouvoir de figer le temps l'espace de trois secondes. Cette fonction offrira non seulement la possibilité de réflexion, mais également un gain de temps non négligeable afin de gagner de précieuses secondes et ainsi inscrire de meilleurs scores.

Ayant bien noté les quelques soucis liés à la gestion de la perspective dans Echochrome, JAPAN Studio a conçu Echoshift en plan fixe à l'horizontale, afin de mieux s'adapter au gameplay à la croix directionnelle uniquement. Ainsi, le joueur ne se déplacera que sur un plan 2D, même si une gestion de la profondeur façon LittleBigPlanet sera effective, notamment pour accéder aux escaliers. Toutefois, la fonction n'est pas suffisamment importante pour se caractériser comme une valeur cruciale de gameplay, d'autant plus que votre personnage a tendance à être peu réactif au niveau des embranchements. On appréciera en outre l'accumulation de pièges et de mécanismes tortueux, proférant ainsi une véritable identité à chaque casse-tête. Dans l'optique d'anticiper avant même de lancer le compte à rebours, il sera possible de jeter un oeil sur la structure de chaque niveau, en zoomant au besoin sur certaines zones. On regretta tout de même la linéarité de la configuration des actions à effectuer, les tableaux offrant généralement qu'une seule et même méthode pour parvenir à la fin du niveau.

Echoshift - 14 Echoshift - 12

À l'instar de son prédécesseur, Echoshift demeure particulièrement minimaliste dans son moteur graphique. Basé sur des contours simples et géométriques, le soft séduit par son aspect particulièrement lisse, bien qu'assez impersonnel. Afin de palier à l'austérité d'Echochrome, ce nouvel opus signe l'arrivée de la couleur au sein des niveaux, permettant tout particulièrement une lisibilité des différents pièges qui y sont posés. L'interface se présente également très épurée et formée à partir de formes elliptiques sobres à souhait. En complément, les thèmes musicaux du jeu demeurent très reposants. Les musiques d'ambiance aux sonorités légèrement héritées au jazz proposent un compromis intéressant entre la réflexion pure et la rêverie. En dernier lieu, il est important de souligner que les données du jeu peuvent être installées sur la carte mémoire Memory Stick de la PSP, ce qui est largement conseillé en cas de parties prolongées. En effet, les temps de chargement sont extrêmement longs et nombreux lorsqu'on joue directement depuis l'UMD. Dès l'installation effectuée, le gain de temps est énorme et ne casse quasiment pas le rythme entre chaque tour de jeu.



Sorti dans une discrétion plus effective que le premier volet, Echoshift n'est pas pour autant une production anecdotique. Bien au contraire, le titre de JAPAN Studio se présente comme un jeu de réflexion de premier choix sur PSP et ce, en raison d'un système bien huilé et parfaitement ergonomique basé sur la gestion du temps. Très accessible par le biais d'une difficulté croissante et non rebutante, le titre est à conseiller à tous les amateurs des jeux de casse-tête à l'approche pas forcément originale mais au gameplay suffisamment varié sur la durée pour que l'on ne s'en lasse pas. Qui plus est, le rapport durée de vie / prix est à notre avantage, puisque le titre a bénéficié d'un tarif de lancement bien plus intéressant que la moyenne des jeux de cette console.

Echoshift - 24 Echoshift - 28



+ Les plus
  • Gameplay riche
  • Prise en main confortable
  • Bon rapport contenu / prix
- Les moins
  • Quelques imprécisions des déplacements
  • Couleurs parfois trop criardes

Notes

  • Graphisme Très minimaliste dans son apparence, Echoshift ne se veut pas pour autant médiocre. En effet, le rendu en fil de fer s'avère tout à fait lisible et casse l'austérité instaurée dans Echochrome en apportant des nuances de couleurs aux niveaux, afin de distinguer les pièges qui s'y parsèment. Toutefois, cette nouvelle direction artistique offre souvent des couleurs trop criardes. On appréciera malgré tout la simplicité de l'interface.
    6/10
  • Bande son Les thèmes sonores posés et aux sonorités empruntées au jazz se présentent comme un choix judicieux pour accompagner le joueur dans les différents casse-têtes qui forment le jeu. La musique est volontairement peu présente, mais octroie une certaine ambiance de quiétude nécessaire pour éviter de s'arracher les cheveux sur des énigmes parfois bien corsées.
    6/10
  • Jouabilité Contrairement à Echochrome qui accusait quelques imprécisions, Echoshift est parvenu à enrayer une grande partie des soucis liés au déplacement de son personnage. Pour cela, l'équipe de développement a fixé la caméra sur un angle de vue latéral. Toutefois, le bonhomme O' Cedar demeure parfois assez peu réactif dans ses changements de direction. Le nouveau concept de la manipulation des échos demeure toutefois une excellente idée, bien que déjà utilisée dans d'autres productions concurrentes.
    7/10
  • Durée de vie Avec plus de cinquante niveaux à clôturer au travers de trois différentes règles, il y aura de quoi faire. En raison de la difficulté croissante, il faudra souvent effectuer plusieurs essais avant de parvenir à décrocher les meilleurs scores. Le replay value est également assez correct, bien que la certaine linéarité des puzzles découragera forcément après quelques heures.
    6/10
  • Note générale Pas autant mis en avant que son aîné, Echoshift se présente comme un jeu de réflexion somme toute indispensable pour peu que vous appréciez le genre et que vous vous adonnez régulièrement à de courtes parties. La certaine légèreté de l'ambiance graphique et sonore aidant, il sera aisé de se remettre dans le bain, d'autant plus que la prise en main est très appréciable. Avec son petit prix de lancement et sa durée de vie honorable, Echoshift demeure un jeu fort agréable.
    6/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire