Test Enchanted Arms

Le par Franck P.  |  0 commentaire(s)
enchanted arms PS3 image pr

Sorti en même temps que la dernière console de Sony, Enchanted Arms a été présenté comme le premier RPG japonais de la PS3. En effet, les RPG sont un peu différents si l'on compare les "japonais" avec ceux du type américano-européen. C'est donc Ubisoft et From Software qui ont fait office d'éclaireur tant en terme de développement de ce type de jeu pour la PS3 que pour tester le marché potentiel. Et puisqu'on parle de test, le notre vous aidera a mieux le connaître.

Introduction

On ne reviendra pas sur l'évolution des RPG comme nous avons pu le faire récemment sur un autre jeu, mais il est un fait : que l'on se trouve au Japon ou, par opposition, sur les vieux ou nouveaux continents, l'appellation RPG et les attentes qui s'en suivent sont assez différentes. C'est ainsi que subsiste, sur nos consoles généralement et sur celles de Sony plus fréquemment, des jeux que l'on qualifie de "japonais". Bien sûr, étant imaginés, développés et édités, en premier, sur et pour le marché nippon, le qualificatif est loin d'être usurpé.


Enchanted Arms PS3 image (1)     Enchanted Arms PS3 image (2)

Mais si l'on accole l'adjectif de nationalité au type de jeu, ce n'est pas simplement pour expliquer la démarche commerciale qui a prévalu à la conception du jeu. En fait, cette désignation englobe avant tout un esprit et une présentation, tant graphiques que scénaristiques, bien ancrés dans les mentalités japonaises. Il en avait été ainsi de la série célébrissime de RPG crée par Square Enix et nombre d'autres avaient ensuite repris bon nombre des codes qui s'y trouvaient.


Enchanted Arms PS3 image (3)     Enchanted Arms PS3 image (4)

Les caractéristiques sont donc souvent les mêmes : des graphismes aux allures de manga, des dialogues à n'en plus finir, des combats au tour par tour, des aventures comportant des quêtes annexes sous forme de petits jeux futiles ou encore des thèmes musicaux pondu par un simili orgue de Charlie Oleg. Alors comment faire pour renouveler le genre ? Là encore, la mentalité qui prévaut pour ces jeux ne tient pas tant dans l'innovation mais dans le sérieux de la réalisation, ce qui suffit généralement à leur assurer une rentabilité en se cantonnant au marché japonais. Et si en plus le reste du monde aime, tant mieux.


Nippon dans son histoire

Un bon RPG japonais est avant tout un RPG qui raconte une histoire. On veut donc dire que le temps de la narration et des dialogues entre personnages prennent une place prépondérante dans ce type de jeu. Et bien sûr, Enchanted Arms, qui revendique l'appellation d'origine contrôlée telle la viande Charal celle de barbac charolaise pour nous mettre en appétit, ne coupe pas à ce passage obligatoire. Vous êtes donc jeune, plutôt beau gosse, talentueux, dormant en classe (un des vrais critères de désobéissance sociale au Japon et qui vous fait vite passer pour un bad boy) et animé par un esprit batailleur.


Enchanted Arms PS3 image (5)     Enchanted Arms PS3 image (6)

Bref, si l'on se place sur l'île peuplée jadis de samouraïs et de geishas, notre perso est l'image même du type sympa mais oubliant toutes les conventions sociales et l'establishment mais qui va sauver le monde parce qu'il est une tête brûlée. La psychologie japonaise étant toutefois bien plus complexe que les quelques stéréotypes ayant cours de ce coté-ci du monde, on se gardera bien de dire qu'il représente un peu le héros que rêverait d'incarner le joueur nippon. Mais c'est sûr que l'image même de ce héros permet de s'extraire facilement des codes parfois rigides d'un pays où l'organisation et la pyramidalité sont des valeurs essentielles.


Enchanted Arms PS3 image (7)     Enchanted Arms PS3 image (8)

Bien sûr, loin de nous l'idée de dénigrer ce qui nous dépasse de très loin, il s'agit plus d'un constat neutre qu'autre chose. Notre bonhomme va donc parcourir son monde, dans l'unique but de le sauver, c'était attendu. Et comme il lui faut des acolytes, on lui flanque dès le début un type sérieux, histoire de le pondérer, et un perso homosexuel... pour des raisons obscures. Pour le coup, l'analyse du pourquoi et du comment s'arrêtera ici, car il n'est pas toujours utile de tout essayer de comprendre, surtout si on ne veut pas partir dans des directions erronées et un peu tendancieuses. Enfin bon, ne vous inquiétez (ou réjouissez-vous, c'est selon) pas tout de suite, Enchanted arms n'est pas la Love Parade non plus. Mais il s'agit là d'un scénar japonais tout ce qu'il y a de classique, même dans son coté "décalé".


Enchanted Arms PS3 image (9)     Enchanted Arms PS3 image (10)



Nippon dans son gameplay

Vient ensuite la partie déroulement du jeu et gameplay. Par nature, un RPG de type japonais n'est pas un jeu où votre dextérité est convoquée, sauf en quelques moments bien précis et souvent en dehors de la quête principale. Et comme la seule partie du jeu où votre maestria est nécessaire est le combat, il est important de s'y attarder un peu plus. Ce type de jeu le réclame, les combats sont aléatoires (c'est à dire que vous ne visualisez pas les ennemis dans l'espace du jeu mais les combats surviennent d'eux mêmes) et rythment votre parcours.


Enchanted Arms PS3 image (11)     Enchanted Arms PS3 image (12)

De même, la règle quasi immuable veut que celui-ci se déroule au tour par tour. Toutefois, les développeurs ont tenté de le rendre un peu plus tactique qu'à l'habitude. Bien souvent, dans les autres jeux de ce genre, il suffit de déterminer quelle action on souhaite réaliser : attaquer, défendre, utiliser un sort ou un item, opérer une invocation. Chaque perso, en fonction de ses caractéristiques réalise sa part du travail en fonction de sa rapidité et autres aptitudes. Ici c'est un peu différent. Déjà, un tour signifie que l'ensemble de l'équipe réalise ces actions en une seule fois. D'autre part, vous choisissez dans quel ordre les différents membres agissent.


Enchanted Arms PS3 image (13)     Enchanted Arms PS3 image (14)

Ensuite, il a été intégré une vraie part de stratégie, à la façon du dernier Heroes of Might and Magic pour situer les choses. Le lieu de combat est donc subdivisé en deux camps et composé de cases sur lesquelles les joueurs se trouvent. Il faut donc allier les actions aux positions des joueurs pour obtenir le meilleur résultat. C'est long et barbant au début, notamment parce qu'on ne sait plus combien de cases devant soit l'attaque peut opérer, mais on s'y prend excessivement vite. Bien sûr, quelques actions spéciales sont possibles pour nettoyer façon napalm le camp adverse, mais elles sont à garder le plus souvent sous le coude. Et si tout ceci vous embête, vous pouvez faire appel à un mode auto qui se charge de tout, et qui reste surtout à éviter face aux monstres les plus puissants.


Enchanted Arms PS3 image (15)     Enchanted Arms PS3 image (16)




Nippon dans sa présentation

Enfin, comme tout bon jeu de type RPG à l'esprit japonais, la présentation graphique est un point essentiel. Ici comme toujours, les personnages ont un fort goût de mangas. Vêtements baroques et flashy à l'harmonie douteuse, coupe de cheveux impossibles ou postures guerrières : tout nous rappelle les BD venues de notre enfance et qu'on lisait planqué au fin fond du rayon de la fnac. A cela, on ajoute des cinématiques absolument somptueuses, et l'on aura retrouvé nos marques sur ce qu'est la "charte graphique" des RPG du pays du mont Fuji.


Enchanted Arms PS3 image (17)     Enchanted Arms PS3 image (18)

Pour compléter les constatations sur la réelle appartenance d'Enchanted Arms au monde du jeu japonais, il fallait que nos oreilles soient sollicitées par les voix des protagonistes et par les thèmes souvent rébarbatifs et/ou répétitifs du genre. Et bien, si les graphismes sont bien réussis dans l'ensemble et les persos bien mieux intégrés à leur décors qu'à l'accoutumée, la plus grosse surprise vient des thèmes musicaux. Combien de fois s'est-on morfondu en entendant les pires musiques possibles qui nous massacraient les esgourdes. Et si bien sûr ce n'est pas du Mozart, leur variété, leur richesse et leur finesse est vraiment stupéfiante.


Enchanted Arms PS3 image (19)     Enchanted Arms PS3 image (20)

Quant aux voix, il suffit de dire qu'elles sont très  présentes et bien modélisées pour vous imaginer de quoi il retourne. Enfin, les combats, s'ils sont intéressants dans leur conception, sont aussi très attractifs en ce qui concerne la dimension graphico-sonore. A vous les effets de lumières et les incantations aussi agréables qu'impressionnantes. Bref, du coté de ce qui fait l'enrobage même de ce jeu, les développeurs se sont attachés à faire de ce titre un jeu particulièrement léché et esthétique. Toutefois, on aurait aimé qu'au moins les sous-titres soient en français car si le niveau d'anglais est basique, il est impensable de profiter de ce jeu avant un minimum de maîtrise de la langue qui doit ressembler au niveau 4ème/3ème. Joueur de moins de 13/14 s'abstenir donc.


Enchanted Arms PS3 image (21)     Enchanted Arms PS3 image (22)




Conclusion

Enchanted Arms regroupe donc tous les atouts possédés généralement par les RPG qualifiés indûment japonais. En effet, pourquoi y'aurait que nos amis méga forts en Judo et en Sumotori qui pourraient aimer ce type de jeu ? C'est d'autant plus vrai pour ce titre qui, ne disposant pas encore d'une renommée et d'une visibilité commerciale des plus importante, s'avère être une vraie et très bonne surprise. Bien sur, la linéarité de l'ensemble et le coté cliché des dialogues peut toujours vous repousser.


Enchanted Arms PS3 image (23)     Enchanted Arms PS3 image (24)

Mais si vous aimez ce type de jeu, il n'y a aucun doute, vous pouvez l'acheter en fermant les yeux (les ouvrir pour faire le code de la carte bleue permet toutefois de ne pas passer ensuite à la banque pour la débloquer). Vraiment, s'il s'agit du premier RPG japonais de la console et qu'il n'est pas le meilleur à venir, on pense ici surtout au prochain Final Fantasy qui fait déjà tellement de bruit autour de lui, on n'ose à peine imaginer ce que seront les prochains et le degré de perfection qu'ils devront frôler pour parvenir à supplanter Enchanted Arms.

+ Les plus
  • Présentation graphique majestueuse
  • Bande son pour une fois audible
  • Combats intéressants
- Les moins
  • Linéaire
  • Dialogues un peu longs

Notes

  • Graphisme On peut ne pas aimer cette profusion de couleurs et l'esprit parfaitement manga qui permet souvent d'occulter des textures riches et des angles de caméras différents. Mais dans son genre, Enchanted Arms fait feu de tout bois pour nous satisfaire. Quelques cinématiques agrémentent juste comme il faut un titre profondément esthétique. Quant aux personnages, leur incrustation dans le décor est bien mieux gérée qu'à l'accoutumée. Petit détail, lors de chaque début de combat, on vous nique les yeux avec un écran blanc du plus mauvais effet sur une dalle LCD bien lumineuse...
    9/10
  • Bande son Vous trouverez peut être que l'appréciation et la note ne sont pas en rapport mais une telle note pour ce type de jeu est vraiment une exception. En effet, on ne parle pas de musiques géniales ou de voix super-topesque mais bien de thèmes musicaux agréables et réussis ainsi que de dialogues crédibles. Mais si l'on se rappelle la souffrance que pouvait engendrer cette partie des autres RPG japonais bien souvent, on remerciera un peu plus les créateurs de ce jeu pour avoir pensé à nos oreilles meurtries.
    7/10
  • Jouabilité La jouabilité n'est pas l'élément le plus important de ce type de jeu. En fait, seul l'intérêt dans les combats peut être considéré comme l'écueil à éviter en ce qui concerne le gameplay. Et de ce point de vue là, les combats à forte tendance stratégique (même si on n'en arrive pas à un Warcraft) sont plaisants. Pour le reste, une utilisation abusive de la manette dans sa dimension détection de mouvements est à signaler.
    7/10
  • Durée de vie Là aussi c'est du classique. Il faut donc quelques dizaines d'heures pour voir le bout du tunnel. Par les temps qui courent, les éditeurs ayant plutôt tendance à voir le court terme et la rentabilité lorsqu'ils pondent un truc qui dure 5 heures, c'est plutôt intéressant ! En plus, la sauvegarde étant possible absolument n'importe quand, vous ne vous tapez pas les mêmes endroits vingt fois sous prétexte que le check point suivant est juste après le truc que vous n'arrivez pas à réaliser. On y passe du temps donc, mais on ne refait pas dix fois les mêmes trucs.
    9/10
  • Scénario RPG Japonais = bien souvent scénario ennuyeux au possible. Ici ce n'est pas trop le cas, l'histoire étant cohérente et "suivable". Seuls des dialogues explicatifs un peu trop présents peuvent irriter et ralentir un rythme d'action pas super élevé. Sinon, c'est assez linéaire et pas grand chose ne surprend.
    7/10
  • Note générale Enchanted Arms est donc un excellent jeu. Il comblera les joueurs les plus fans du genre et qui piaffent d'impatience en attendant la sortie très médiatique de Final Fantasy XIII sur leur nouvelle console. Mais il saura aussi contenter les moins habitués lorsqu'ils découvriront toute la profondeur vidéoludique de ce jeu. Quelques âmes chagrines pourront toujours rétorquer que ce titre n'est pas le meilleur RPG du monde (et ils auront raison) mais il est suffisamment bien fait pour nous permettre de passer de longues heures manette en main !
    8/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire