Test Enemy Territory Quake Wars 360

Le par Alain L.  |  0 commentaire(s)
Enemy Territory Quake Wars 360 - Logo

Suivant les traces de Wolfenstein : Enemy Territory, le FPS d’Activision reprend comme son nom l’indique la trame scénaristique proposée par la série Quake afin de nous proposer un concept on ne peut plus dynamique. Après sept mois d’attente, ce sont finalement les consoles next-gen qui hériteront de cet exigent titre, un délai suffisant pour faire du jeu un véritable hit ? C’est ce que nous allons tenter de découvrir.

Un difficile portage

Sorti en septembre 2007, le jeu originel a su véritablement se montrer à la hauteur du défi offert par les PC et ne manquait pas l’occasion d’exploiter les puissantes machines de guerre pour retranscrire de vastes champs de bataille. Toujours très nerveux, le gameplay a su tirer efficacement partie des souris conciliant au passage tireurs embusqués et ingénieurs en herbe.

Ce sont d’ailleurs ces mêmes critères qui vont poser problème aux versions PS3 et Xbox 360. Equipé du iD Tech 4, aussi connu sous le nom de Doom 3 Engine, le jeu souffre de grandes carences texturales et nous dévoile de nombreuses imprécisions visuelles que la Haute Définition ne peut masquer.

Par rapport à la version PC, les consoles souffrent indéniablement face à cette débauche visuelle, une situation qui ne surprend guère. La précédente production vidéoludique de ID Software avait déjà pu souligner ce fait et les choses ne semblent pas avoir évoluées positivement tant l’écart reste technologiquement visible notamment sur PS3.

Enemy Territory Quake Wars 360   Image 8  Enemy Territory Quake Wars 360   Image 9

Le Megatexture n’arrange certainement pas les choses, bien au contraire. Moins naturels et parfois indignes, les décors perdent grandement de leur spontanéité au profit d’une fluidité supérieure. Quelques saccades pourront même se faire sentir durant les intenses phases de bombardement qui demandent il est vrai beaucoup de ressources.

Par rapport à ses concurrents comme Battlefield : Bad Company, on ne peut pas dire que la comparaison soit franchement juste. Ce portage souffre de grands défauts pour se permettre de rivaliser avec ses illustres homologues, et c’est bien dommage car le concept possède en théorie de grandes qualités.



On prend les mêmes et on recommence

Au niveau du scénario, aucune nouveauté à signaler. Ainsi la race humaine, menacée d’extinction,  devra faire face à l’invasion des Stroggs, des êtres de chair et de métal cherchant visiblement à assujettir les humains dans des buts purement reproductifs. En effet, ces derniers ont besoin d’hôtes pour transmettre rapidement leur savoir et agrandir leur puissance militaire.

Il nous faudra donc rejoindre le rang d’un des deux camps et combattre pour faire progresser une cause commune, repousser l’envahisseur ou au contraire parachever cette invasion. Les combats se déroulent cette fois au beau milieu de la Terre dans des décors divers et variés, marqués surtout par un level design complexe.

Enemy Territory Quake Wars 360   Image 10  Enemy Territory Quake Wars 360   Image 1

Principalement orienté vers le jeu en multi-joueurs, Quake Wars possède tout de même un timide mode solo à base de missions on ne peut plus linéaires et strictement identiques à celles du mode multi-joueurs. Mais au lieu de combattre d’imprévisibles joueurs humains, c’est l’intelligence artificielle qui tachera de guider nos opposants,

Dans le fond comme dans la forme, l’ensemble n’a guère changé et consiste en l’accomplissement d’objectifs successifs (trois par mission) comme l’activation d’un émetteur psychique, la destruction de centrales énergétiques ou encore l’établissement d’un poste avancé. A partir de là, ce sont les joueurs qui façonnent eux-mêmes la topologie des batailles.

Une IA à double tranchant

Le jeu compte au total douze différentes cartes reparties à travers quatre continents, cartes que l’on peut remporter aussi bien en tant qu’humain que strogg. L’IA présente nous dévoile un comportement en dent de scie dépendant grandement de notre situation. Les principales classes qui souffrent de réels défauts sont les classes de support.

Réclamer munitions et soins peut se montrer aussi simple qu’impossible. Omniprésent le path-finding reste perfectible et ne laisse place à aucune fantaisie. Le trajet des véhicules sont logiquement prédéfinis, avec l’habitude on fini même par connaitre le comportement général de nos ennemis plus scriptés que jamais.

Enemy Territory Quake Wars 360   Image 2  Enemy Territory Quake Wars 360   Image 3

C’est durant les parties multijoueurs que le jeu prend tout son sens et se montre véritablement prenant à partir du moment où l’on joue avec des joueurs motivés et organisés. On pourra malgré tout souligner l’éviction de nombreux détails participant activement à la profondeur du jeu à commencer par les spécificités militaires.

Sur PC, chacune des classes militaires avaient la bonne idée de posséder des spécificités que l’on pouvait débloquer à force de jouer et d’engranger des points d’expérience. Ces spécialités ont été supprimées au profit d’améliorations génériques et identiques pour l’ensemble des classes. Une éviction fort dommageable et qui ne nous pousse certainement pas à la spécialisation.



La qualité plutot que la quantité

Pour palier ces absences, toutes ces classes ont été quelque peu modifiées pour correspondre à cet intense gameplay qui laisse place à peu d’hésitation. A ce niveau, on ne peut pas dire que les développeurs se soient laisser aller, les deux camps présentent un excellent équilibre logistique et de plaisantes caractéristiques.

Les douze cartes bénéficient d’une réalisation de haut vol. Pensées pour être jouées de mille et une façons, ces dernières offrent bien plus qu’un simple terrain de jeu. Les lieux stratégiques et voies annexes sont légions, elles permettent à n’importe quelle classe de s’en sortir un minimum. Via de sympathiques objectifs secondaires, tous les joueurs peuvent aisément parvenir au sommet du classement sous réserve de s’investir dans l’effort de guerre et donc d’avancer.

Enemy Territory Quake Wars 360   Image 4  Enemy Territory Quake Wars 360   Image 7

Contrairement à la plupart des FPS qui prônent pour des objectifs on ne peut plus similaires, les présentes cartes diffèrent dans leur déroulement, des différences qui se répercutent sur la nature des combats et le rôle des joueurs (cinq au total). La progression et la coordination de notre équipe elles, ne changeront aucunement.

Un sniper qui ne fait que camper et n’effectue aucune mission d’infiltration n’a aucune chance de connaitre la gloire. En effet, l’accomplissement des objectifs exige très souvent une classe particulière, l’accent a été justement mis sur l’avancée des troupes ce qui n’est pas pour nous déplaire.



Peut mieux faire

Traditionnellement, un portage vers les consoles implique un certain ralentissement du rythme de jeu permettant d’exploiter au mieux la présence de deux sticks analogiques. Dans le cas de Quake Wars, les développeurs ont privilégiés l’intensité en augmentant plus encore la vitesse des déplacements et donc des combats.

Pas franchement adaptés aux frénétiques combats, les sticks peinent grandement dés lors qu’il s’agit d’enchaîner les headshots. Le mécanisme de visée automatique rattrape il est vrai ces notables carences, cependant celui-ci se montre bien trop efficace et diminue par conséquent une certaine dimension de compétition.

Il est possible de supprimer cette précieuse assistance, malheureusement les contrôles deviennent trop peu précis pour espérer attirer l’attention des fervents joueurs qui devront passer de nombreuses heures avant d’espérer briller en combat.  La diversité de l’armement et des véhicules militaires permet une intéressante diversification des batailles en dépit de cette limitation de joueurs définitivement fixée à 16 joueurs simultanés.

Enemy Territory Quake Wars 360   Image 6  Enemy Territory Quake Wars 360   Image 5

Trop justes et peu marquants, les bruitages jouent à n’en pas douter leur rôle et se contentent d’accomplir un médiocre travail d’immersion. Les doublages se montrent de grande qualité et d’une plaisante justesse, on regrettera leur faible nombre.

Pas catastrophique ni excellent, Enemy Territory : Quake Wars a beaucoup perdu lors de ce portage vidéoludique, sa qualité visuelle et sa profondeur de jeu notamment. Son concept reste foncièrement bon et prône une excellente dynamique de jeu que les sticks analogiques peuvent difficilement honorer.

Difficile de vous conseiller un tel jeu en l’état actuel des choses, celui-ci se montre trop superficiel et inachevé par rapport à ses concurrents. Pourtant sur papier, ce dernier possède d’innombrables points forts qui sont rapidement et malheureusement éclipsés par cette hâtive finition.

On ne peut actuellement que vous conseiller de vous procurer la version PC du jeu qui possède un énorme potentiel conceptuel en plus d’exploiter pleinement les spécificités du PC. Cerise sur le gâteau cette dernière affiche un prix beaucoup plus attractif par rapport aux versions consoles.

Enemy Territory : Quake Wars est disponible sur Xbox 360 à partir de 39,90 €.



+ Les plus
  • Gameplay et équipes équilibrées
  • Excellent level-design
  • Bons doublages
- Les moins
  • Aspect visuel décevant
  • Absence de bonus spéciaux
  • Médiocre finition

Notes

  • Graphisme Décevant par rapport aux PC, décevant par rapport à ses concurrents directs, Quake Wars ne marquera certainement pas les consoles next-gen de son empreinte. Il se contente d’une simpliste base qui fait l’affaire mais ne suffit à se distinguer du lot.
    6/10
  • Bande son Les honorables bruitages remplissent sans hésiter leur rôle logistique en dépit d’une certaine retenue qui empêchent ceux-ci de s’exprimer pleinement. Les doublages sont eux de grande qualité, humains et stroggs bénéficient toujours de cette touche personnelle et d’un brin d’engagement.
    7/10
  • Jouabilité Limitées, les manettes parviennent tout de même à tirer leur épingle du jeu et rendent l’action jouable au possible. L’élévation du rythme de jeu reste assez surprenante et rebutera parfois les joueurs peu habitués, on sent d’ailleurs une certaine fébrilité technique empêchant le jeu de parvenir à un juste milieu.
    6/10
  • Durée de vie Peu nombreuses, les cartes disponibles ont le bon goût d’être gigantesques et recherchées, elles offrent bien plus qu’un simple chemin vers la victoire et mettent à contribution toutes les classes de joueurs. Tandis que le mode solo se montre très limité, le mode multi-joueurs effacera les nombreux problèmes d’IA rendant la durée de vie presque illimitée.
    8/10
  • Note générale Alternant entre le moyen et le bon, Quake Wars n’a su pleinement tirer partie de ce délai supplémentaire, pire encore il souffre de nombreuses carences en matière de développement et conceptuelles pourtant inexistantes sur PC. Intéressant mais inachevé, ce portage déçoit sur d’importants points qui font de lui un jeu dispensable, dommage…
    7/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire