Test Final Fantasy XIII

Le par Fabien H.  |  6 commentaire(s)
Final Fantasy XIII - vignette

Square Enix signe le grand retour de la grande licence Final Fantasy avec un treizième épisode particulièrement attendu par les amateurs de RPG japonais. Après quelques frayeurs opérées à l'occasion de la première version jouable proposée par l'éditeur, quelques craintes se sont faites sentir au niveau de l'orientation du jeu final. Très certainement, les mécaniques bien huilées de la série ont ici été quelque peu modifiées dans l'optique de proposer une aventure axée sur le rythme et ce, au détriment de la liberté.

Un univers étrange et inquiétant

Final Fantasy est, à l'heure actuelle, cité comme une référence en matière de jeu de rôle japonais. Ce statut est surtout dû à l'accessibilité de son système de jeu, ainsi que des scénarios riches en émotions, encensés par des scènes cinématiques très grand spectacle. Depuis quelques épisodes, l'univers héroic fantasy frôle allègrement avec la science fiction. Final Fantasy XIII confirme cette tendance car, à l'instar de FFXII, l'opus cale de nombreux éléments futuristes. Néanmoins, l'histoire dispose toujours d'une métaphore à la société actuelle, n'hésitant pas à souligner le conditionnement lié à notre société, ainsi que les exigences à conséquences des dirigeants mondiaux.

A contrario des précédents opus de la série, le scénario de FFXIII se veut assez complexe puisqu'il met en évidence un certain nombre de termes mystérieux, mais aussi dans la structure du monde dans lequel les évènements opèrent. Concrètement, l'humanité vit dans un monde nommé Cocoon, une sorte de bulle dans laquelle les habitants sont conditionnés selon les désirs des fal'Cie, une entité à la fois crainte et acceptée. Afin de faire la « liaison » entre cette puissance stellaire et les habitants de Cocoon, un gouvernement (le Sanctum) a été créé avec un dirigeant qui ne sert que de pantin pour contrôler la population. Néanmoins, à force de vivre en autarcie et d'être psychologiquement maintenus par le gouvernement, les humains éprouvent une peur du monde extérieur qui résulte sur une forte haine.

Final Fantasy XIII - 2 Final Fantasy XIII - 1

Situé au-dessus de Cocoon, Pulse est un tout autre monde qui est craint par toute la population. Selon les rumeurs, les lieux seraient remplis de monstres. Si par malheur, un habitant de Cocoon entrait en contact avec un fal'Cie de Pulse, il se verrait marqué d'un étrange tatouage, faisant de lui un l'Cie. Dès lors, cet individu jugé comme « infecté » se verra attribué une tâche qu'il devra accomplir sous peine de se transformer en terrible monstre, un Cie'th. La population humaine étant totalement xénophobe, les milices du Sanctum n'hésitent pas à établir des « purges » pour se débarrasser des l'Cie et ce, même si des innocents sont tués par la même occasion. C'est dans cet état de fait hostile et fermé que vous débuterez votre aventure, aux côtés de Lightning – une jeune femme de la garde civile – et Sazh, un ancien pilote à la coupe afro. Par la suite, d'autres personnages viendront se joindre à votre équipe, pour des raisons radicalement différentes. En effet, chaque membre a ses propres motivations et son propre destin qui le pousse à se rebeller contre le gouvernement. On aperçoit d'ailleurs que des leçons ont été tirées d'une des principales lacunes de FFXII, puisque la psychologie de chaque héros a été très approfondie, résultant sur des cut-scenes intéressantes, souvent éloignées du cliché, parfois même mémorables. Un délice.

Si le scénario peut paraître vague voire temporairement indigeste lors des premières minutes de jeu, ce n'est qu'après quelques heures que l'ensemble des questions prioritaires trouvent une réponse. Ce choix est particulièrement appréciable pour maintenir une certaine dose de suspens, d'intrigue. Cette impression est d'ailleurs accrue par la structure du monde dans lequel on évolue. Paradoxalement, les premiers instants de jeu s'avèrent très frustrants et cela s'explique par une structure de jeu tellement rythmée que tout fan de la série se retrouve déboussolé par l'absence d'exploration. En effet, les développeurs ont voulu accentuer l'impression de course effrénée en concevant des niveaux extrêmement linéaires et diablement étroits, dans l'optique d'éviter que le joueur se disperse. Ainsi, on évolue constamment en ligne droite dans des lieux sujets à d'incessants combats. On se retrouverait presque dans un sentiment de confinement similaire à la partie Midgar de FFVII, les villes et les dialogues en moins.

Final Fantasy XIII - 3 Final Fantasy XIII - 10

En effet, Final Fantasy XIII ne joue clairement pas la carte habituelle du RPG : aucune ville ne sera présente, aucun dialogue secondaire ne pourra être clairement entamé – seules quelques propos se font entendre lorsque vous passez à côté de certains habitants – Les boutiques d'armes et accessoires ne se matérialisent que sous forme de menu, via les points de sauvegarde. Pire encore, aucune quête optionnelle n'est à constater, ni même de passages secrets pour accéder à des coffres inespérés, etc. Cette apparente frustration durera une bonne vingtaine d'heures, temps nécessaire à sortir du « cocon ». À l'instar de la transition Midgar / carte du monde de FFVII, vous accéderez tardivement à des environnements bien plus riches en liberté d'action. En effet, les niveaux gagnent largement en superficie, les quêtes optionnelles se multiplient (même si elles ne sont guère très variées). Bref, le RPG reprend finalement ses droits afin de proposer quelque chose d'assez proche à Final Fantasy XII.



Stratégie expéditive

Comme dans tout RPG, le système de combat forme l'essence du gameplay, du cachet qui demeure dans les souvenir du joueur. De ce point de vue, Square Enix a cherché à nous perturber dans nos habitudes, tout en proposant quelques retours aux sources. Si les combats fêtent le retour de la fameuse jauge d'ATB (Active Time Battle), quelques modifications ont été apportées à l'ensemble en piochant un certains nombre d'idées exposées dans les précédents volets. On retrouve ainsi les mécaniques dynamiques du système de combat de Final Fantasy X-2, tout en arborant une gestion de l'IA des alliés à la sauce Final Fantasy XII. Si ce dernier avait apporté l'excellent système de Gambits afin de paramétrer avec minutie les actions de vos alliés, Square Enix a allégé l'ensemble au travers d'une fonction nommée Stratégies.

Concrètement, un rôle doit être défini pour chacun de vos alliés, suivant leurs compétences. Très simplement, nous avons le rôle d'attaquant qui se contentera d'assaut frontaux, le rôle de ravageur qui s'orientera sur les sorts offensifs, le rôle de soigneur pour rebooster les barres de vie, celui de tacticien pour les sorts défensifs, ou encore le saboteur pour altérer les conditions ennemies. À partir de cette base, il faudra configurer différentes combinaisons de rôles dans le menu dédié, afin de pouvoir passer d'une configuration à l'autre « à chaud » en combat. Comme vous ne contrôler que le leader de l'équipe, il faudra bien assurer le réflexe de changer constamment de stratégie en fonction de la situation : passer de ravageur à soigneur en cas de coup dur, ou encore affecter un tacticien au premier tour pour s'assurer une bonne protection. Les autres configurations interviendront en fonction des faiblesses ennemies à tel ou tel sort.

Final Fantasy XIII - 7 Final Fantasy XIII - 11

À ce sujet d'ailleurs, force est de constater que l'intelligence artificielle des alliés est finement configurée. Comme vous ne contrôlez qu'un des trois combattants, mieux vaut que vos équipiers n'effectuent pas les mauvaises actions. Pour éviter cela, il sera nécessaire de « scanner » les ennemis afin de discerner leurs forces et faiblesses. Dès lors, l'IA se chargera d'établir la configuration adéquate pour maximiser les dégâts. Et cette étape est clairement obligatoire si vous souhaitez survivre. En effet, certains ennemis s'avèrent très résistants et nécessiteront un enchaînement de combos pour briser sa garde et ainsi effectuer des dégâts nettement plus importants. Pour cela, il faudra enchaîner des attaques (en prenant en compte les vulnérabilités ennemies) de façon intense afin de remplir une jauge de Choc. Dès lors, vous disposez de quelques secondes pour donner tout ce que vous avez pour faire chuter sa barre de vie. Cette nouvelle fonctionnalité a été conçue pour accentuer le dynamisme des affrontements tout en nous donnant des sueurs froides : les membres de l'équipe peuvent également subir l'état de Choc. C'est à ce moment qu'un soigneur doit être affecté de toute urgence. Comme la barre de MP n'existe plus dans cet épisode, vous pourrez vous en donner à coeur joie avec les magies.

Lors des premiers combats, vous disposerez que de trois segments de la barre d'ATB. Ces derniers permettent d'utiliser des compétences acquises au fil de votre expérience. Si les attaques et sorts de petit calibre n'utilisent qu'un seul segment, d'autres charges plus puissantes utiliseront d'avantage de points d'action. En complément à ces possibilités, diverses techniques pourront être apprises. Tantôt sorts, tantôt attaques, ces combos spéciaux s'avèrent souvent très efficaces. Mais, a contrario des magies, les techniques requièrent l'utilisation de points. Ces derniers s'expriment par le biais d'une jauge située sous la barre de HP. Elle se remplira à nouveau à chaque fin de combat, proportionnellement à l'efficacité dont vous avez fait preuve (durée du combat, attaque surprise, etc). C'est d'ailleurs par le biais de ces points de technique que vous pourrez, plus tard, faire appel aux inconditionnelles chimères telles qu'Odin, Shiva, Alexandre, etc. Elles se battent à vos côtés de manière limitée, mais disposent d'une fonction de symbiose qui offre une possibilité d'interaction entre l'invocation et le héros. Cette fonction offre d'ailleurs un nouveau menu afin de lancer des combos (à effectuer au stick + bouton), ou de lancer l'attaque ultime.

Final Fantasy XIII - 9 Final Fantasy XIII - 8



Galerie d'images

Final Fantasy XIII - 29 Final Fantasy XIII - 35

Final Fantasy XIII - 24 Final Fantasy XIII - 34

Final Fantasy XIII - 13 Final Fantasy XIII - 27

Final Fantasy XIII - 23 Final Fantasy XIII - 16

Final Fantasy XIII - 26 Final Fantasy XIII - 33

Final Fantasy XIII - 32 Final Fantasy XIII - 15

Final Fantasy XIII - 25 Final Fantasy XIII - 19

Final Fantasy XIII - 21 Final Fantasy XIII - 31

Final Fantasy XIII - 17 Final Fantasy XIII - 18

Final Fantasy XIII - 14 Final Fantasy XIII - 20

Final Fantasy XIII - 22 Final Fantasy XIII - 28

Final Fantasy XIII - 30 Final Fantasy XIII - 36



La démesure de la marginalité

L'autre grande perturbation de ce Final Fantasy XIII se situe dans la gestion de l'évolution des personnages. Tandis que nous étions habitués à glaner de l'expérience pour augmenter son niveau, ce nouvel épisode annihile cette gestion en misant l'essentiel des gains sur le Cristallium. Ce système pourrait visiblement s'apparenter au fameux Sphérier de Final Fantasy X, instrument hautement permissif qui offrait la possibilité de spécialiser son personnage dans un domaine bien précis. Dans le cas présent, il s'agira d'attribuer des points de compétence – acquis à l'issue des combats – aux rôles disponibles, afin de remporter des bonus (d'attaque, de défense, de magie, etc) ou de nouvelles compétences (nouveaux sorts, nouvelles attaques). Seulement, l'aspect stratégique demeure assez restreint puisque l'ordre d'obtention des compétences est d'ores et déjà défini à l'avance. Ne vous attendez donc pas à pouvoir spécialiser vos personnages à votre guise dans tel ou tel rôle.

Final Fantasy XIII - 4 Final Fantasy XIII - 6

S'il y a bien un point ou la production de Square Enix s'en sort avec les honneurs, c'est bel et bien au niveau de la réalisation graphique. La modélisation des personnages est clairement travaillée, offrant un large nombre de détails et laissant enfin transparaître des expressions faciales de qualité. Qui plus est, la synchronisation labiale est soignée. Au niveau des décors, le rendu est très bon, en dépit de quelques environnements peu originaux, voire génériques. Ce sont surtout les lieux en extérieur qui auront tendance à vous décrocher la mâchoire, tant l'habillage est chatoyant par le biais d'une palette de couleurs riche et bien achalandée. On regrettera en revanche le manque certain d'interaction avec les environnements, le chemin prédéfini par les développeurs étant trop souvent cloisonné. L'ensemble de la réussite graphique est également due à de nombreuses scènes cinématiques de très grand spectacle qui se veulent une fois de plus très prenantes et souvent particulièrement dynamiques. 

L'attrait technique de la production va de paire avec la réalisation sonore composée par Masashi Hamauzu, artiste à l'origine des OST de SaGa Frontier 2, Unlinited SaGa, et en partie Final Fantasy X. De nombreux thèmes sont d'excellente qualité, tandis que d'autres s'avèrent moins convainquant à l'oreille. Toujours est-il que l'ensemble demeure varié et finement adapté aux situations et aux environnements appréhendés.

Final Fantasy XIII se matérialise comme une production audacieuse, à l'instar de FFXII sur PS2. Allant plus loin dans sa refonte, le hit de Square Enix s'écarte légèrement du jeu de rôle pour s'orienter vers un schéma classique du jeu d'action / aventure, en forçant le joueur à suivre un cheminement particulièrement linéaire pendant une large partie du jeu. Si l'ensemble peut paraître très frustrant voire radicalement blasphématoire, force est de constater que plusieurs éléments de jeu sont très solides : un scénario de qualité, une réalisation impeccable, des personnages charismatiques, ou encore un système de combat très efficace. En contrepartie, nous perdons radicalement la partie exploration et les potentielles quêtes annexes qui en découlent. Néanmoins, après quelques dizaine d'heures, le jeu prend une tournure bien plus permissive dans la liberté d'action, offrant ainsi un second souffle fort bienvenu. En bref, FF XIII est un pari risqué qu'il faudra davantage apprécier pour son scénario et son gameplay que pour les amples explorations en quêtes de secrets qui, jadis, formaient une jouissance sans modération.

Final Fantasy XIII - 3 Final Fantasy XIII - 5



+ Les plus
  • La réalisation graphique
  • Scénario riche et intéressant
  • Narration globalement bien construite
  • Système de combat efficace
- Les moins
  • Environnements très étroits au début du jeu
  • Trop peu de liberté
  • Absence de quêtes secondaires
  • Pas de doublage japonais

Notes

  • Graphisme Mettant en évidence un moteur graphique très travaillé, Square Enix insuffle une véritable identité visuelle à Final Fantasy XIII. La modélisation des personnages est impeccable, les animations sont de grande qualité et les décors (ceux en extérieur surtout) sont particulièrement réussis. Qui plus est, l'ensemble est très bien optimisé puisque les temps de chargement s'avèrent anecdotiques et toujours très brefs. Les scènes cinématiques sont, à l'image des autres volets de la série, de grande volée.
    9/10
  • Bande son Afin de servir fidèlement l'univers adopté pour ce nouvel épisode, le compositeur Masashi Hamauzu propose une bande originale regroupant un large choix de thèmes sonore qui se révèle particulièrement varié. La plupart des sonorités appèlent au caractère épique, tandis que d'autres montent allègrement dans les aigus pour s'axer sur un effet plus sentimental. Notons également que le titre ne propose que les voix anglaises (la synchronisation labiale est respectée) et le thème chanté passe de Sayuri Sugawara à Leona Lewis pour un rendu tout de même très correct.
    7/10
  • Jouabilité Si la prise en main de Final Fantasy XIII ne pose vraisemblablement aucun problème puisque la totalité de l'apprentissage technique des combats est appuyé par un bon didacticiel, le souci se pose au niveau de la stratégie adoptée quant au cheminement du jeu. En effet, la série de Square Enix, initialement connue pour sa liberté d'action, s'entrave dans une linéarité somme toute déstabilisante, alors qu'il y avait du potentiel pour structurer l'univers de façon plus permissive. Heureusement que la seconde partie du jeu offre une réelle ouverture d'action afin de renouer avec les solides acquis de la saga.
    6/10
  • Durée de vie En dépit de son rythme effréné et de l'impossibilité de s'adonner à des pauses pour explorer, l'aventure demeure peu avare en longueur. En effet, l'intégralité des chapitres se clôturent en une quarantaine d'heures environ. Avec les quelques chasses de monstre à effectuer en seconde partie de l'aventure, il y a de quoi vous tenir quelques heures supplémentaires. Il est cependant dommage que le développeur n'ait pas songé à proposer une flopée de quêtes secondaires pour accrocher davantage le joueur.
    7/10
  • Scénario Se basant sur un univers original pour la série, Final Fantasy XIII joue la carte de l'audace puisque le scénario se veut toujours en mouvement. Si la fuite effrénée des héros pourrait laisser supposer une simple concentration sur les combats, de nombreuses cut-scenes viennent ponctuer le cheminement. Ces dernières se basent très souvent sur la psychologie des personnages, révélant petit à petit leurs intentions, leurs destins, leurs émotions. De nombreux flashbacks apparaissent également à certains moments clés, dans l'optique d'apprendre davantage d'éléments sur le lourd passé des membres de l'équipe.
    8/10
  • Note générale Si Final Fantasy XIII pourrait décevoir par le retrait de nombreuses fonctionnalités initialement imposés en tant que standard du RPG - l'exploration notamment - il se révèle toutefois très solide sur ses nouvelles bases. En effet, le scénario se montre cette fois-ci très travaillé, au même titre que son système de combat, à la fois dynamique et intéressant en terme de possibilités. Outre l'aspect technique quasi-irréprochable, il est dommage de constater une si grande restriction de liberté d'action dans les environnements à parcourir. Si cet élément n'est pas une énorme tare en soi, il aura tendance à frustrer un large nombre d'amateurs de RPG.
    8/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
Sukebe offline Hors ligne VIP icone 7182 points
Le #609121
mouarf donc il est bel et bien en anglais avec sous-titre fr, bon bas laisse tomber, je l'achèterais pas ce FF, foutage de gueule incoryable.
Narcisse d'oyo offline Hors ligne Vétéran icone 1326 points
Le #609161
C’est dingue

C’est beau c’est donc bien en + c’est un FF

Ca me fait pensé à une bouse de vache avec un petit râpé de truffe à la Tour d'Argent, et on n’est obligé de dire que c’est le plus grand plat d’épinard jamais fait

Et si tu dis que c’est de la merde t’es un imbécile (pour être polie)
gedads offline Hors ligne Héroïque avatar 946 points
Le #609261
Jeu pour gamin de 15 ans, frissons garantis en admirant leur héroine lightning, wonderwoman et personnage central réellement agaçant... Je suis pas mysogine, mais Square Enix tue les uns apres les autres leurs héros (Fei dans xenogears remplacé par cosmos et l'autre dinde, exit les "héros" des ff2 3 7 8 9 et autres, bientot chronocross sans crono ou marle tuera en solo lavos...). apres on aime ou on aime pas ( j'ai aimé FF6 avec terra en héroine mais là les 10 premieres minutes, c'est juste "too much"...
Au delà du fait que le jeu soit beau ou linéaire, c'est simplement les valeurs de square-enix, qui n'est pas square soft, qui ne correspondent plus à celles des "vieux fan de J-RPG".

C'est donc sans doute un bon FF pour les jeunes joeurs qui n'auront pas connu les joies des 16 bits et autres psx.
Pour le 8/10 il est je pense amplement mérité, mais ce jeu usurpe le nom de Final Fantasy, c'est comme vendre un jeu de stratégie pour un FPS... l'entraineur foot 2010 labellé doomlike...
Kitase offline Hors ligne Héroïque avatar 813 points
Le #609281
"En dépit de son rythme effréné et de l'impossibilité de s'adonner à des pauses pour explorer, l'aventure demeure peu avare en longueur. En effet, l'intégralité des chapitres se clôturent en une quarantaine d'heures environ. Avec les quelques chasses de monstre à effectuer en seconde partie de l'aventure, il y a de quoi vous tenir quelques heures supplémentaires. Il est cependant dommage que le développeur n'ait pas songé à proposer une flopée de quêtes secondaires pour accrocher davantage le joueur."

En clair vous ne l'avez pas fini, puisqu'il faut compter plus de 50 heures pour le faire en ne tergiversant pas dans Grand Pulse.
Kitase offline Hors ligne Héroïque avatar 813 points
Le #609291
Nous ne traiterons pas du niveau des commentaires... Non, nous n'irons pas jusqu'à penser qu'on a à faire à de pauvre mâle en manque de testostérone, les neurones restant accessoire pour le coup.
kalifff offline Hors ligne VIP icone 5310 points
Le #609311
Juste un 7 en durée de vie?
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire