Test Half-Life 2 Episode Two

Le par Alain L.  |  0 commentaire(s)

Il aura fallu attendre plus d’un an et trois mois après la sortie du premier opus pour voir débouler une logique suite qui viendra apporter un impressionnant lot de question scénaristiques en marge des quelques réponses. Alors qu’on attendait à voir une part de mystère disparaître progressivement, les développeurs ont finalement préféré prendre les devants et imiter un certain Resident Evil, semer le doute pour mieux continuer.

Half-Life 2 Episode Two - Logo

Direction White Forest

Cette pratique reste quelque peu discutable mais ne gène en rien Gabe Newell qui a récemment affirmé que le mythe Half-Life vivra tant qu’il pourra. A l’heure actuelle, il faut bien avouer que le jeu est entre deux eaux sans pour autant douter de ses capacités. Basique, le concept proposé par Half-Life 2 : Episode Two reste en tout point identique à ses prédécesseurs que son Half-Life 2 et Half-Life 2 : Episode One.

Alors que la logique scénaristique est maintenue entre ces deux épisodes on aurait aimé bénéficier d’innovations majeures, c’est sans compter sur l’entêtement de Valve Software qui persiste à promouvoir un modèle vidéoludique presque figée dans le temps. Cela ne m’a pas pour autant empêché de jouer et finir le jeu en moins de trois heures.

Half Life 2 Episode Two   Image 30  Half Life 2 Episode Two   Image 31

Comme son nom l’indique, Episode Two (contenu dans Half-Life 2 : Orange Box) reprend de façon directe le fil scénaristique présent dans le précédent opus. Après la destruction de la Citadelle par l’ami Gordon Freeman, les Combines vont finir par invoquer des renforts à l’aide d’un super portail que l’on peut aisément reconnaitre grâce à son aura bleutée synonyme de fortes perturbations électriques.

L’arrivée d’une massive armée signifierait pour le genre humain la fin de la résistance et le début d’une tragique ère d’esclavagisme. Pour mater la recrudescence des forces Combines, nous devrons durant l’intégralité du jeu rejoindre une base rebelle située non loin d’un site de lancement nucléaire.



Une stressante chasse à l'homme

Grâce aux talents d’Alyx, l’humanité possède entre ses mains une importante information susceptible de renverser le cours du combat. En effet, juste avant d’exploser, la Citadelle a eu le temps de transmettre des codes d’accès que nos deux héros n’ont pas manqué de dupliquer. Pour résumer, il s’agit de données permettant de localiser avec précision le monde Combine, ce qui a pour conséquence directe d’être en mesure de fermer définitivement le super portail.

Mais une opération de duplication ne passe pas souvent inaperçue, en plus de devoir rejoindre une base par les tous les moyens possibles, nous devrons en plus survivre aux nombreuses tentatives de déstabilisation venant de la part des Combines. Et ce sera l’occasion pour eux d’envoyer au combat le tout nouveau Hunter, un Strider version miniature.

Half Life 2 Episode Two   Image 32  Half Life 2 Episode Two   Image 33

Episode Two ne change a priori aucun mécanisme de jeu alternant entre les phases d’action et les phases de réflexion. Ces dernières sont loin d’atteindre le niveau de Portal et c’est bien le but recherché que d’occuper le joueur pour un temps relativement limité. Bien souvent, il s’agit d’interagir avec des éléments du décor en exploitant le moteur physique du jeu.

Alors que le sort de la Terre est entre les mains de notre protagoniste, on ne ressent à aucun moment l’importance de cette lourde mission, au contraire on peut même entrevoir un début de routine. C’est d’ailleurs cela qui va nous pousser à continuer, le mystère s’épaississant avec l’arrivée d’Aperture Science, on ne peut que se tourner vers l’action.



Aperture Science au coeur des interrogations

A ce niveau, il faut dire que les développeurs sont habitués à nous procurer des montées d’adrénaline savamment orchestrées par une timide mais convaincante bande sonore. Néanmoins, on a toujours l’impression d’être scénaristiquement traîné par un simple motif logistique créant à outrance de multiples interrogations.

Alors que Team Fortress 2 n’a a priori aucun rapport avec Half-Life 2, Portal semble lui tisser des profonds liens avec ce dernier en se permettant même de faire une fracassante apparition au dernier chapitre. La société Aperture Science spécialisée dans les recherches militaires semble être responsable de bien des malheurs de la Terre.

Half Life 2 Episode Two   Image 34  Half Life 2 Episode Two   Image 35

Cette fois, nous pourrons aborder un assaut selon des perspectives différentes, le tout étant de survivre et de ne pas gâcher trop de munitions. Dans cette optique, les développeurs ont fourni l’environnement d’un bon nombre d’éléments aussi destructibles que destructeurs. Les bonbonnes de gaz et autres scies circulaires feront partie intégrante de l’aventure avec de nouveaux ajouts comme la hache ou encore les bombe Magnussen utilisées principalement contre les Striders.

Les ennemis ont d’ailleurs gagné sensiblement en férocité et en nombre. Si leur présence est scriptée, leur comportement individuel et en groupe ne cesse à l’heure actuelle de nous surprendre. Entre les lancés de grenade, les tirs de couverture et les assauts, le joueur est souvent mis à rude épreuve qu’il soit novice ou expert.



Même joueur joue encore

A pied ou en voiture, les phases de transit sont toujours ponctuées par des courses poursuite dignes des films hollywoodiens, le comportement physique de la Dodge Charger 1969 reste fort heureusement laxiste et permet quelques écarts de conduite car les contrôles sont plus que nerveux. A l’instar du jeu originel, la conduite sert en premier lieu à introduire un semblant de renouveau et joue après un certain recul son rôle.

L’apparition de nouveaux personnages secondaires est appréciable dans le sens où nous verrons une exploitation plus visibles des expressions faciales touchant humains et vortigaunts. Ces derniers effectuent par ailleurs un impressionnant retour sur le devant de la scène n’hésitant pas à prêter main forte à notre héros et même à sauver son alliée de toujours.

Half Life 2 Episode Two   Image 36  Half Life 2 Episode Two   Image 37

Alternant entre les vastes étendues géographiques et les couloirs, Episode Two sait jouer d’une efficace diversité pour promouvoir les bienfaits d’un concept pourtant inchangé. Ce sera l’occasion de découvrir des environnements très glauques comme les nids d’Antlions ou encore les mines remplies de zombies et autres Headcrabs.

Globalement, l’intelligence artificielle a gagné en cohérence et cela se ressent sur nos alliés proches qui non contents de nous épauler dignement durant les combats, se feront aussi la peine de nous mener vers le chemin prévu alors que même que le level design n’est propice qu’à de rares opportunités.



Episode Three nous voilà

Techniquement, le jeu souffre très singulièrement d’un manque de finesse concernant les textures, néanmoins et à notre plus grand plaisir, l’ensemble des paysages proposées regorgent d’innombrables qualités laissant littéralement pour compte cette criante imprécision.  Connaissant un tant soit peu les développeurs il faut dire que ces derniers se sont déjà illustrés lors des précédents opus et n’ont pas hésité à frapper un grand coup.

Devant toute cette débauche artistique, je n’ai pu me retenir et prendre pas moins de 3500 captures d’écran, le photographe qui sommeil en moi n’a pu visiblement se contenir pour finalement craquer. D’autant plus que l’éclairage et les effets spéciaux occupent une importante place dans le jeu.

Half Life 2 Episode Two   Image 38  Half Life 2 Episode Two   Image 39

Les doublages français comme anglais sont de qualité, s’ils ne transcendent pas par leur implication ils savent néanmoins rester dans une excellente norme. Les thèmes musicaux orchestrés par Kelly Bailey mettent d’ailleurs l’accent sur l’action et un certain empressement, au vu de la situation de l’humanité il est plus que normal de nous mettre sciemment sous pression.

A l’image de son prédécesseur, Episode Two reste malheureusement trop court et ne procure qu’entre trois et quatre bonnes heures de jeu, c’est relativement peu pour un disque additionnel du genre, mais ce dernier se rattrape par sa consistance et nous pousse presque à acheter le prochain opus. Toujours aussi séduisant et basique, le concept saura trouver son public, un public large en quête d’action malgré une certaine monotonie scénaristique qui saura on l’espère trouver une meilleure continuité dans un futur proche.

Configuration de Test :

  • ASUS P5B
  • Intel Core 2 Quad Q6600
  • Corsair PC6400 4096Mo XMS2 TwinX (4x1024Mo) Pro
  • nVidia Geforce 8800 GTX O/C @ 620Mhz/1020Mhz (GPU/GRAM)
  • SoundMAX HD Audio
  • Seagate 500Go 7200RPM S-ATA 2 RAID 1
  • Iiyama ProLite E430S





Galerie d'images

Half Life 2 Episode Two   Image 50  Half Life 2 Episode Two   Image 49  Half Life 2 Episode Two   Image 47
Half Life 2 Episode Two   Image 41  Half Life 2 Episode Two   Image 67  Half Life 2 Episode Two   Image 40
Half Life 2 Episode Two   Image 42  Half Life 2 Episode Two   Image 48  Half Life 2 Episode Two   Image 44
Half Life 2 Episode Two   Image 59  Half Life 2 Episode Two   Image 43  Half Life 2 Episode Two   Image 61
Half Life 2 Episode Two   Image 62  Half Life 2 Episode Two   Image 64  Half Life 2 Episode Two   Image 60
Half Life 2 Episode Two   Image 51  Half Life 2 Episode Two   Image 55  Half Life 2 Episode Two   Image 52
Half Life 2 Episode Two   Image 53  Half Life 2 Episode Two   Image 45  Half Life 2 Episode Two   Image 65
Half Life 2 Episode Two   Image 57  Half Life 2 Episode Two   Image 66  Half Life 2 Episode Two   Image 56
Half Life 2 Episode Two   Image 46  Half Life 2 Episode Two   Image 54  Half Life 2 Episode Two   Image 63



+ Les plus
  • Réalisation technique au point
  • Ambiance
  • Bande son
- Les moins
  • Durée de vie
  • Scénario trop léger

Notes

  • Graphisme Très séduisant, le Source Engine subit de plein fouet l’avancée technologique entreprise par nVidia et ATI, cela ne lui empêche pas pour autant d’avancer de très lourds arguments artistiques faisant d’un simple paysage un décor propice à la photographie et à la contemplation, un vrai régal pour les connaisseurs et les artistes en herbe. Hormis ces carences texturales, il n’y a pratiquement rien à redire la dessus.
    7/10
  • Bande son Présente, l’ambiance sonore sait se faire entendre dès lors qu’on passe à l’action. En dehors des combats, les thèmes se retirent peu à peu sans pour autant disparaître complètement. Le compositeur sûr de lui a su captiver un ensemble et le rendre unique. Les traductions écrites et orales sont intelligemment jouées et évitent le piège de la surenchère.
    7/10
  • Jouabilité Accompagné de son moteur Havok, Episode Two reste incontestablement un modèle en termes d’optimisation. Il ne suffit que d’une dizaine de minutes à un joueur pour venir saisir l’essence même du jeu. Les contrôles sont réactifs et simples au même titre que ses prédécesseurs, et c’est l’essentiel. Les énigmes tournées autour de la physique mécanique sont enfantines à condition d’avoir exploré un tant soit peu les alentours.
    6/10
  • Durée de vie Il s’agit là d’un des points faibles du titre qui ne peut nous procurer qu’une poignée d’heures de jeu, après plus d’un an de développement on avait espéré obtenir au final une expérience quelque peu recherchée et surtout haletante, mais il n’en est rien. C’est peut être le prix à payer pour obtenir une qualité satisfaisante…
    4/10
  • Scénario Très mystérieux, le scénario s’épaissit de plus en plus avec la résurgence d’Aperture Science qui semble avoir occupé les devants lors de l’invasion de la Terre. Fort heureusement, les réponses apportées sont à même de nous convaincre du bien fondé du dernier opus. Mené de main de maître, le fil scénaristique semble malheureusement perdre de son intensité la faute peut être à ce découpement arbitraire. Mais on reste pressé de connaître les véritables intentions du G-Man et du rôle d’Aperture Science, ayant fait une fracassante apparition dans Portal.
    6/10
  • Note générale C’est sans surprise que se second épisode s’impose de lui-même, avec à ses côtés des arguments revus selon une certaine norme. Loin d’être exceptionnel, le jeu transmet sans attendre ses ambitions qui sont pourtant basiques. Mais ce manque de changement joue visiblement en sa faveur, espérons seulement que le final sera de bien meilleure qualité visuelle et surtout scénaristique.
    7/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire