Test Halo Wars

Le par Alain L.  |  1 commentaire(s)
Halo Wars - Logo

Volant de succès en succès, la série Halo s’est brillamment illustrée au cours de ces dernières années avec en tête l’objectif de dominer le monde des FPS. Avec la sortie de Halo 3, Bungie a plus ou moins atteint sa cible et permit à la trilogie de connaître un dénouement heureux. Conscient du potentiel de la licence, les développeurs ne pouvaient aucunement l’abandonner et ont donc fini par céder aux sirènes de la diversification.

Du FPS au RTS

Halo Wars est le fruit de cette mûre réflexion et de ce choix on ne peut plus délicat. Bungie ne fut d’ailleurs pas aux commandes du projet qui a été confié à un expert des jeux de stratégie, Ensemble Studios. Il s’agit entre autres du créateur d’Age of Empires et d’Age of Mythology, de quoi rassurer les fans et Microsoft par la même occasion.

Les RTS ne sont légions sur consoles next-gen, mais la tendance est à la multiplication. Avec des éditeurs comme EA, Sega, THQ ou encore Ubisoft, la guerre n’est certainement pas prête de s’achever. Mais à ce jour, aucun de ces éditeurs n’est parvenu à satisfaire pleinement les amateurs de stratégie. Microsoft compte sur cette ambiance volatile pour s’imposer dans le plus grand opportunisme.

Contrairement à ses concurrents, la firme de Redmond a préféré jouer la carte de la simplicité et de l’accessibilité. Ainsi, Halo Wars se veut bien moins complexe qu’un Supreme Commander ou qu’un Command & Conquer. Il privilégie constamment la rapidité de jeu et l’instinctivité, au détriment il est vrai d’une réelle profondeur.

Halo Wars - Image 20 Halo Wars - Image 19

Celui-ci bénéficiera en revanche du support de la communauté de fans bien installée et prête à jouer le jeu, quoi de plus jouissif que de collectionner les Spartans et les chars Scorpions. Ensemble Studios a adopté un comportement prudent en veillant à exploiter proprement l’univers sans trop déborder ni créer de remous.

C’est pourquoi le Spartan-117, héros tout-puissant de la trilogie Halo, ne sera présent sous aucune forme. En revanche, l’univers Halo a été fidèlement reconstitué, le fan s’y retrouvera sans problème en l’espace de quelques minutes. Il ne faut d’ailleurs qu’une poignée de minutes pour comprendre pleinement les contrôles de jeu.

Ils nous sont clairement expliqués durant deux tutoriaux brefs mais efficaces. Comme tout bon RTS qui se doit, le jeu est scindé en deux parties : la partie solo et la partie multi-joueurs. La campagne solo se résume pour ainsi dire en une succession rapide de quinze missions variées dans lesquelles nous contrôlerons uniquement les humains (UNSC).

Halo Wars - Image 18 Halo Wars - Image 17



Les humains et c'est tout

Bien que présents, les Covenants ne sont jouables que dans le mode multi. Les forces du Fléau sont elles impossibles à contrôler et ce n’est pas franchement plus mal. Pour rappel, Halo Wars se situe vingt ans avant les événements du premier opus et nous contera les débuts du conflit opposant humains et Covenants à la recherche une arme toute-puissante.

Les missions proposées sont fermement scriptées et leur déroulement ne change que peu. Qu’il s’agisse de la destruction, de l’escorte, de la conquête ou encore de la défense, tous les joueurs en auront pour leur compte. Quatre niveaux de difficulté sont présents, ils affectent le nombre et la résistance des ennemis, rien de plus. En l’espace de cinq-huit heures, un joueur habitué peut aisément terminer la campagne solo.

Afin de souligner la fidélité du titre vis-à-vis de la série, les développeurs ont même intégré la collecte de cranes et le système de points présents dans Halo 3. Rassurez-vous, le repérage est bien plus aisé et ne nécessite des acrobaties spectaculaires. Ces missions sont périodiquement entrecoupées par des cinématiques de très bonne facture, dignes des précédents titres.

Halo Wars - Image 22 Halo Wars - Image 21

Engageante, la trame scénaristique nous fera visiter des lieux divers comme des plaines glaciales, des bases Covenants ou des villes humaines. A l’instar d’Alerte Rouge 3, la campagne solo peut être jouée à deux du début à la fin. Une fonctionnalité tout bonnement jouissive à condition d’être accompagné d’un joueur sérieux. On regrettera que les nouveaux personnages introduits soient peu charismatiques et intéressants.

Aux niveaux des contrôles, impossible de faire plus simple. Il existe en tout et pour tout quatre types de sélection, précise, groupée, à l’écran et globale. Malheureusement, il est impossible de créer des groupes spécialisés ni même de créer des points de ralliement spécifique.  L’attaque exige quant à elle deux boutons déclenchant attaque primaire et secondaire.

L’attaque secondaire est spécifique à chaque unité et ne peut être utilisée qu’après un certain temps de « charge ». Elle peut par exemple se manifester sous la forme d’un tir de barrage (char Scorpion)  ou d’une tentative d’écrasement (Warthog). Il  existe aussi une super attaque dont la nature dépend du héros choisi, elles se manifestent aussi bien sous la forme d’un bombardement aérien que d’une frappe orbitale.

Halo Wars - Image 14 Halo Wars - Image 13



Trop simple ?

Les fans de Halo seront en terrain connu et reconnaitront rapidement les Spartans, Brutes et autres Elites. Les unités proposées sont relativement peu nombreuses et sont pour la plupart directement issus de la trilogie. D’autres unités comme le Cyclope ou les troupes lance-flammes font partie des quelques nouveautés introduites.

Cette restriction touche aussi les bâtiments et se voit être atténuée par la présence d’améliorations. La gestion des bâtiments et des ressources sont placées au second plan, il suffit de construire des centrales à énergie pour gagner régulièrement en ressources. Leur placement est grandement limité par l’utilisation d’une base déployable.

Elle supporte jusqu’à sept bâtiments et instaure donc une certaine spécialisation. Afin de construire l’ensemble des bâtiments et posséder une armée polyvalente, le joueur devra explorer la carte et trouver un autre point d’ancrage. Chaque base possède quatre points pouvant accueillir des tourelles défensives, leur nombre est toutefois limité.

Halo Wars - Image 12 Halo Wars - Image 11

La construction s’effectue via un menu radial clair et lisible, il en est de même concernant les améliorations. Les Covenants possèdent des unités relativement similaires aux humains. Elles sont néanmoins plus fragiles et nombreuses, ce qui compense en quelque sorte. De plus, elles peuvent utiliser des portails leur permettant de se déplacer rapidement sur le terrain.

Ne vous attendez en revanche pas à contrôler une véritable armada de quatre-vingt voir cent unités, l’échelle de jeu est clairement limitée. Au maximum nous pouvons commander une bonne vingtaine de troupes évitant ainsi au jeu de saccader. Les saccades sont rares mais présentes. Il suffit de saturer l’écran pour y parvenir, ceci dit dans la majorité des cas la fluidité au rendez-vous.

En contrepartie, il ne faut pas s’attendre à tomber sur des textures de haute qualité, les unités et bâtiments présents sont réalisés avec soin à défaut d’être détaillés. Les animations sont de qualité tout comme les effets spéciaux qui surprennent par leur justesse. Les environnements  fades et peu interactifs couronnent le tout.

Halo Wars - Image 15 Halo Wars - Image 16



Pari réussi

halo WarsLe multi nous offre la possibilité d’affronter l’IA ou des joueurs humains au travers de quatorze cartes uniques.  Moyenne et attentiste, l’IA nous permettra d’assimiler les bases et d’affiner notre technique. C’est face à des joueurs humains que l’ensemble prendra tout son sens et soulignera l’intense rythme du jeu.

Convaincants, les bruitages ne parviennent pas à nous faire oublier la qualité très médiocre des doublages qui manquent indubitablement d’implication. Les jolis thèmes sonores orchestrés par Stephen Rippy sont plus posés et moins épiques à la fois. Le compositeur a préféré faire cavalier seul et s’inspirer de sa propre expérience plutôt que de reposer sur les thèmes originaux. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le résultat est plus que convaincant.

Au final, Halo Wars s’avère être un bon jeu de  stratégie exploitant avec parcimonie l’univers Halo. Les fans sont ravis de pouvoir contrôler leurs unités favorites et de les mener à la victoire. Mais des sacrifices ont du être faits au niveau notamment de la profondeur de jeu. Les concepts ont été simplifiés au maximum rendant ainsi l’ensemble très accessible et les stratégies moins étoffées. A conseiller aux fans de Halo et aux joueurs désirant connaitre le monde des RTS sans se prendre la tête.

Halo Wars est disponible à partir de 41,99€.



+ Les plus
  • L'univers Halo
  • La bande sonore
  • Instinctif à souhait
- Les moins
  • Trop court
  • Missions solo linéaires
  • UNSC uniquement jouable

Notes

  • Graphisme Honnête au possible, Halo Wars effectue ici une prestation moyenne et alterne entre textures fines et brouillonnes. La finesse des animations et des effets spéciaux compensent fort heureusement au même titre que la fluidité de jeu.
    7/10
  • Bande son Le jeu aurait pu prétendre à une meilleure note si les doublages avaient été réalisés avec plus d’entrain, il devra se contenter d’une note franchement satisfaisante qui doit beaucoup aux bruitages et à la bande sonore de grande qualité.
    8/10
  • Jouabilité Peut-on critiquer un jeu d’être trop accessible ? Oui et non… En effet si Halo Wars se montre accessible à tous et peut donc être joué par tous, il souffre en contrepartie d’une grande simplicité ne permettant aux stratèges en herbe de s’exprimer pleinement. On salue toutefois l’exploitation efficace de la manette qui en surprendra plus d’un.
    8/10
  • Durée de vie Courtes, les missions proposées par Halo Wars ne cherchent aucunement à faire durer le suspense mais plutôt à nous délivrer un concentré d’action pur et dur qui au final ne durera qu’entre cinq et huit heures. L’objectif est largement atteint. Les perfectionnistes pourront recommencer le jeu afin de découvrir les crânes cachés et battre des records ou venir défier des joueurs du monde entier.
    8/10
  • Scénario Présent, le scénario repose tout naturellement sur les bases édictées par Bungie. Il n’hésite à tirer partie d’un univers riche afin de nous envoyer d’un bout à l’autre de la galaxie. Il faut l’avouer les cinématiques jouent énormément dans la bonne immersion du joueur. Seul bémol, les personnages présents ne sont que peu développés et parfois stéréotypés.
    7/10
  • Note générale Ensemble Studio a pris d’énormes risques en venant briser avec ses traditions et tout simplement en venant exploiter un tel univers. Mais les développeurs nous ont prouvé que les RTS ont bel et bien leur place sur consoles next-gen au prix, il est vrai, d’une grande simplicité. Mais au fond, on ne peut que saluer la décision prise par les développeurs que mettre à portée de main un tel concept, de pouvoir profiter de cet univers sans aucune contrepartie.
    8/10
  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Test Halo Wars 2 : Spartan s'en va-t-en guerre, encore.
    Ce 16 février 2017 était particulièrement attendu par les fans de jeux de stratégie et de la franchise Halo. C'est ce jour que s'est rendu disponible Halo Wars 2, le spin off de ce qui se présente comme la franchise la plus populaire ...
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
davidkenobi offline Hors ligne Héroïque avatar 776 points
Le #439751
Enfin un test français qui ne saque pas le jeu, ouf et merci ! (oui je suis fan et j'assume:sweat_smile
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire