Test Heavenly Sword

Le par Franck P.  |  3 commentaire(s)
test heavenly sword PS3 image presentation

On avait coché la date du 19 septembre il y a déjà bien longtemps. A vrai dire, dès qu'on avait vu les premières esquisses d'Heavenly Sword. Alors bien sûr, quand on a ouvert notre agenda, on a sauté sur notre scooter pour rallier le revendeur de jeu habituel, on a bien poireauté 10 minutes vu qu'on avait de l'avance mais on a réussi dans notre entreprise : repartir avec l'objet du désir. Veni, vidi... test écrit ! Et c'est pour vous sur GNT.

Tomb-like ? GOW-Like ?

Combien d'héroïnes charismatiques possède le monde du jeu vidéo ? A vrai dire pas beaucoup si l'on demande aux gamers habituels. On peut même pousser le bouchon un peu plus loin en affirmant qu'il n'en existe qu'une aux yeux des quidams qui n'entretiennent pas de relations suivie avec l'univers vidéo ludique. Celle ci est bien sur, vous l'aurez deviné, la demoiselle Croft, aussi célèbre dans son monde originel que dans celui du cinéma. Des formes avantageuses, un esprit inventif, des capacités physiques hors normes, des aptitudes aux armes développées sont les caractéristiques principales de ce mélange bellico-séducteur.


test heavenly sword PS3 image (1)     test heavenly sword PS3 image (2)

On serait donc tenté, pour réussir la même performance en matière de notoriété, d'utiliser les mêmes ingrédients. C'est ce qu'on aurait pu penser d'Heavenly Sword lors de nos premiers contacts visuels il y a quelques mois déjà. Mais ce n'est pas ce que nous avons pu découvrir en ouvrant la boite siglée Sony et Ninja Theory. Bon déjà, la miss Nariko, héroïne principale de ce nouveau titre, est rousse. Oui bon super la différence... Si elle est relativement bien faite, elle ne possède pas les formes plantureuses de sa devancière. Par ailleurs, c'est une adepte des armes blanches, ce qui ne signifie pas qu'elle soit moins meurtrière...


test heavenly sword PS3 image (3)     test heavenly sword PS3 image (4)

Et c'est probablement sur ce point que se situe la principale différence. Si le coté sanguinaire de Lara était occulté par le fait qu'on ne voyait que très peu de sang, c'est tout le contraire dans Heavenly Sword. Ca coupe, ça découpe, ça gicle dans tous les sens. A ce titre, la mention légale interdisant ce jeu au moins de 16 ans a une bonne raison d'être. On découvre alors plutôt un jeu au style et au gameplay très proches de God Of war. Kratos n'a qu'à bien se tenir, Nariko ne compte être en reste. Et en attendant la sortie de GOW 3 sur PS3, et la nature ayant horreur du vide, Heavenly Sword pouvait trouver toute sa place. Alors voyons de plus près ce que renferme la bête.

Nariko, oui, mais Kaï aussi !

Les prophètes parlent beaucoup. Ils parlent tant qu'ils finissent par nous annoncer toutes sortes de choses devant survenir. Une des plus grandes questions à laquelle on espère les voir répondre est le sort du monde, son devenir, sa survie. Dans le soft qui nous intéresse, une ancienne prophétie a annoncé la naissance d'un héros, qui devait mettre fin à la guerre et protéger l'arme ultime, Heavenly Sword. Cette lame imposante n'a rien, contrairement à sa dénomination, d'une bénédiction puisqu'elle aspire la vie de quiconque l'utilise. Mais son pouvoir est énorme. Le jour de la naissance arriva, mais du corps de la femme de Shen, morte en accouchant, ne sortit "qu'une" fille, Nariko. Rejetée par son père, matricide, rouquine, elle commençait bien dans la vie celle-la !


test heavenly sword PS3 image (5)     test heavenly sword PS3 image (6)

Mais dans sa 24ème année, sa destinée sembla s'accomplir. Elle décida de combattre les armées de Bohan (ça résonne bizarrement comme le Rohan on dirait tiens...) et se sacrifia en levant Heavenly Sword, car elle savait désormais que l'arme la viderait de sa vie. C'est cinq jours avant le combat final que vous commencez à incarner la jolie rousse. Mais ce n'est pas le seul personnage que vous avez à maîtriser. En effet, une jeune écervelée du nom de Kaï fait également partie du package. 50% espiègle, 50% demeurée et 99% attendrissante. Pourquoi 99% seulement ? Parce que lorsqu'elle cesse de minauder ou de vocaliser dans un langage tout particulier, elle s'applique à transpercer la chair de ses ennemis grâce à ses flèches.


test heavenly sword PS3 image (7)     test heavenly sword PS3 image (8)

Vous voila donc bardé de deux copines pour le prix d'une. Et c'est ainsi que vous partez pendant cinq longues journées combattre le monarque mécréant dont la seule ambition, outre contrôler le monde et la partie que vous occupez, est de détenir l'Heavenly Sword. On le voit, le scénario, s'il n'est pas d'une fantaisie absolu, est relativement bien construit autour principalement de Nariko, mais aussi de Kaï ou bien encore de Shen, le père quasi infanticide. A croire que le meurtre est une habitude dans cette famille !

Sixaxis Sifacil

On pourrait se dire que contrôler une seule héroïne n'est pas forcément chose aisée, et donc qu'en maîtriser deux pourrait se révéler encore pire. Mais nous devons toutefois vous rasséréner. En effet, la partie que joue Kaï consiste essentiellement à du tir de flèches qui se dirigent fort facilement. Car dans Heavenly Sword, tout projectile lancé est un projectile guidé ! En maintenant la pression sur le bouton, on arrive sur la caméra embarquée du dit projectile (des caméras embarquées sur des boucliers ou des chaises, on n’avait jamais vu avant...) et en utilisant la fonction de détection de mouvements, on le dirige très précisément. Cinq minutes d'adaptation suffisent amplement pour que vous soyez un viseur accompli.


test heavenly sword PS3 image (9)     test heavenly sword PS3 image (10)

Reste donc le gros morceau, les mouvements de Nariko. Et comme souvent dans ce type de jeu, il en va de votre survie de "boutonner" comme un malade. Carré, triangle, carré, je bouge le stick droit, j'esquive, en me relevant je donne un pain, je sors l'épée, je disperse façon puzzle, je dynamite, je ventile ! En bref, c'est de l'action pure et du hack and slash sans le souci de l'équipement et des quêtes. Et, si souvent ce type de jeu est brouillon tel Untold Legends sur PS3, on n’a jamais cette impression dans le cas présent. Pourtant, nombreux sont les ennemis affichés à l'écran. Mais on sait à peu près toujours sur qui on tape, ce qui est mieux pour les enchainements, et on sait aussi surtout qui nous attaque.


test heavenly sword PS3 image (11)     test heavenly sword PS3 image (12)

En effet, grâce au jeu du "je prends une teinte colorée lorsque je te mets une baigne" on sait quels ennemis se prépare à vous agresser. En plus, en fonction de la couleur, on peut savoir quel type d'attaquer il va lancer. On peut alors le contrer en adoptant la bonne garde et en pressant habilement le bouton dans le timing idoine. Cela a l'air compliqué comme ça, mais en définitive c'est très facile et les enchainements sortent tout seul (enfin il faut quand même appuyer sur les boutons hein !). Cette facilité est d'ailleurs le premier regret que l'on pourrait exprimer tant le niveau des adversaires, s'il nous permet de nous régaler en enchainements, n'est pas très élevé. Mais bon, au moins, ils sont tellement nombreux qu'il y a quand même du boulot.


Un jeu animé

Comme on vous l'expliquait, Heavenly Sword ne figure pas au rayon des jeux d'action où l'on découpe à peu près tout le monde mais qui sont brouillons. La première raison que nous vous avons avancé est son gameplay "facilitateur". Mais cela tient aussi et peut être surtout, à sa réalisation graphique. Haute résolution oblige, ce qui ne constitue malheureusement pas une règle pour tous les développeurs, les niveaux et les adversaires sont d'une finesse extrême. Tout ceci manque singulièrement de variété mais cela vient aussi du fait qu'il s'agit d'une armée unifiée et donc normée en quelque sorte. Leur finesse permet ainsi de parfaitement les distinguer.


test heavenly sword PS3 image (13)     test heavenly sword PS3 image (14)

Les animations "in game" sont à séparer en deux parties distinctes en ce qui concerne les mouvements de Nariko. La première, le plus flatteuse, rassemble tous les mouvements de type combat et enchaînement. Ils sont absolument magnifiques. La miss virevolte d'un coup à l'autre, d'une forme d'arme à l'autre, et sème la mort comme d'autre les graines à piafs. Coups normaux, coups spéciaux ou attaques super-style sont le lot de vos ennemis très vite apeurés et réduits au rang de spectateur. Mais la seconde partie, moins réussie, regroupe les mouvements de base de la rousse. Courir, grimper, sauter ou rouler sont de ceux là. Et sur ce point l'animation laisse parfois à désirer, tant les gestes sont approximatifs et saccadés.


test heavenly sword PS3 image (15)     test heavenly sword PS3 image (16)

Mais on ne peut évoquer l'animation sans citer les cinématiques qui constituent probablement un des summum du genre. Rarement on avait pu observer des visages si expressifs, des mouvements si réalistes et autant de détails à tous les niveaux. La haute résolution, même s'il s'agit "seulement" de 720p prend ici tout son sens et sur ce point, il est préférable de disposer d'un écran adapté pour pouvoir bénéficier de tout le travail des développeurs. Enfin, on remarque parfois quelques arrières plans absolument somptueux telles quelques chutes d'eau ou autres vallées complètement médusantes.

Au dessus de tout soup-Son

Pour finir de dépeindre ce tableau proche de l'œuvre d'art, il nous fallait absolument mettre un focus tout particulier sur la réalisation sonore de ce titre. Car la bande son est en tout point remarquable. Le seul préambule à cela est de vite changer votre configuration pour passer en anglais sous titré français (ou sans sous titre si vous le souhaitez) pour en bénéficier à fond. Car si les animations des visages sont fabuleuses, les doublages n'ont d'intérêt qu'en anglais tellement les mouvements de lèvres sont fidèles aux mots prononcés. La VF est alors gênante et quelques traductions, en plus, mal retranscrites.


test heavenly sword PS3 image (17)     test heavenly sword PS3 image (18)

Vraiment, les intonations, les cris, les vannes et toutes les répliquent tintent avec une justesse jusqu'ici trop rarement approchée. Cette précision renforce encore l'impression que l'on a d'assister à un vrai film. Il en va de même en ce qui concerne les musiques. Elles prennent un tour oriental assez fascinant. On se laisse totalement embarquer et l'on savoure bien souvent quelques uns des morceaux qui jonchent votre route. L'univers imprégné d'extrême orient nous évoque alors une contrée lointaine assez similaire à  l'Asie centrale (tel le Kirghizstan) ou encore à la Mongolie. Pour les plus vieux, ce jeu fait parfois penser à Shogun avec Richard Chamberlain (début des années 80, ça ne rajeunit pas tout ça...)


test heavenly sword PS3 image (19)     test heavenly sword PS3 image (20)

Enfin l'action est rythmée par tous les bruitages qui hantent votre parcours apocalyptique. On ne peut pas dire que l'ensemble soit modélisé de façon réaliste car on ne connait pas grand monde qui découpe ainsi ses ennemis façon Sushi, mais on les a trouvé particulièrement adaptés. Et même quand vous ne faites rien, les bruits ambiants tels que les voix de soldats chargeant au loin un village ou encore une prison qui résonne donnent une véritable âme à ce jeu. On craignait pour le charisme de la demoiselle, on en ressort conquis par la personnalité de la bande son.

Conclusino

Au final, Heavenly Sword se goûte absolument sans modération. La modération n'est d'ailleurs pas un qualificatif qui sied a ce titre, tout étant fait dans la démesure et le grandiose. Ou alors, si, on pourrait utiliser ce vocable pour une seule chose : la durée de vie. Mais il s'agirait d'un euphémisme car de ce coté là, les développeurs n'ont pas fait preuve de modération mais de pingrerie. On vient donc très rapidement au bout du scénario, à bout des ennemis et on bout de rage. Certes la facilité et la vitesse à laquelle on débite de la viande amène à ce constat. Mais même en prenant le temps de faire quelques circonvolutions sur soi- même et en optimisant les enchainements on ne parvient pas à durer bien plus.


test heavenly sword PS3 image (21)     test heavenly sword PS3 image (22)

Cela est d'autant plus vrai que la rejouabilité est quasi nulle. Alors on se contentera de refaire certains niveaux où l’on n’a pas obtenu le maximum de points pour débloquer quelques Atworks, certains magnifiques au demeurant, ou quelques combos dévastateurs de plus mais qui ne font rien pour vous empêcher de trucider tout le monde encore plus vite. Mais n'allez pas croire que la durée de vie gâche le plaisir qu'Heavenly Sword peut procurer. Il l'abrège, tout simplement.


test heavenly sword PS3 image (23)     test heavenly sword PS3 image (24)




+ Les plus
  • Mise en scène géniale
  • Cinématiques fabuleuses, longues et nombreuses
  • Musiques stylées
- Les moins
  • Durée de vie pour l'essentiel des reproches
  • Quelques animations assez moyennes

Notes

  • Graphisme Des sentiments ambivalents émergent lorsque l'on considère ce point du jeu. La fascination sur quelques décors, sur les enchainements parfois monstrueux ou sur absolument toutes les cinématiques qui sont, de plus, excessivement nombreuses et longues. Mais aussi, l'étonnement lorsque l'on détaille les mouvements de base de Nariko, proche d'un jeu de PS2...L'ensemble reste malgré tout top level sur tellement d'éléments qu'on ne peut guère lui mettre une plus mauvaise note.
    8/10
  • Bande son On en avait pris plein les oreilles avec GRAW 2 récemment sur le même support. Et si dans un genre tout autre, les explosions laissant place aux musiques douces et aux dialogues superbes, le résultat est tout aussi fabuleux. On se délecte de chaque mot prononcé, éructé ou susurré par les protagonistes de ce qui ressemble quasiment à un film. Mais comme nous vous le préconisons, passez votre jeu en anglais (avec ou sans sous titre) pour bénéficier de toute la qualité du doublage. Et en plus, c'est votre pote british qui va être content de voir vos progrès la prochaine fois qu'il vous filera un coup de phone de la City !
    9/10
  • Jouabilité D'aucun pourrait la qualifier de sans soucis, nous on a plutôt vu le coté trop facile de la chose. Cela est encore plus vrai lorsqu'on a du affronter Ninja Gaiden Sigma plus récemment. La garde est assez facile à gérer puisque vous n'avez rien à faire en cas d'attaque normale et seule l'esquive pour les attaques spéciales ou la pression de R1 pour les attaques puissantes par exemple vous est requise. Quant aux enchainements, ils sont intuitifs et dévastent tout autour de vous. Et vos ennemis sont bien dociles, eux qui attaquent à tour de rôle, chacun ayant choisi d'attendre qu'un autre fasse le premier pas... Ou alors est ce la peur qui les étreint ?
    6/10
  • Durée de vie On a mis en tout et pour tout entre 6 et 7 heures pour terminer une première fois Heavenly Sword. Et il est certain que d'autres iront encore plus vite. Ce temps inclus les cinématiques. Bref c'est.. bref ! Comme le commentaire sur ce point !
    4/10
  • Scénario Plus qu'un scénario, on suit dans Heavenly Sword une histoire qui nous est narrée au fur et à mesure que les jours rapprochant Nariko de sa fin s'écoulent. Les différentes cinématiques donnent toute la profondeur aux évènements et finissent de créditer certains personnages tels Bohan ou ses sbires, d'un charisme que peu de méchants possèdent.
    8/10
  • Note générale Heavenly Sword, malgré ses deux défauts principaux reste un véritable hit. Il doit cette appellation à l'engouement qu'il a suscité avant sa sortie, au coté grandiose de nombreux passages, à une qualité graphique hors norme et à une véritable ambiance. C'est sûr que 60 euros pour moins de 10 heures de jeu, c'est abusé. Mais au moins on aura le plaisir de faire baver ses potes en les ramenant à la maison, en glissant la galette dans la boite noire laquée et en leur déchirant les yeux grâce au titre de Sony et Ninja Theory. Prévoyez la boite de kleenex pour pas qu'ils bousillent votre parquet en pleurant...
    7/10

  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
kalifff Hors ligne VIP icone 5310 points
Le #185049
Seulement 6 en jouabilité :heink: et en graphismes il merite quand meme un peu plus, c'est une tuerie. Mais bon c'est mieux que le 5/10 de gamekult :eek:
bagouse Hors ligne Héroïque avatar 785 points
Le #185103
Mon cher Kalifff,
en fait pour le 6 en jouabilité il se mérite à mon sens pour les raisons suivantes:
- trop facile (meme le mode "enfer" et recommencer le jeu de plus est un peu lourd)
- les enchainement ne sont pas assez techniques ou alors trop (bouton, puis shake la manette puis combi de boutons, bref faut 8 doigts à chaque main)
- une fois que tu as capté la technique du contre, tu ne cesses d'en faire sauf sur les boss où c'est un tout petit peu moins simple.
Quant aux graphismes, certes c'est sompteux, mais y'a quelques détails comme l'animation de la demoiselle hors combats, donc quand elle se déplace essentiellement, qui sont franchement moyens et saccadés. Maintenant, le reste est tout bonnement à tomber par terre meme si tu remarquera dans certaines cinématiques des détails grotesques (les doigts de certains protagonistes sont carrés...).
Et quand au site que tu cite, il justifie sa note par l'attente excessive je pense, ce qui n'est pas faux. Le reste, c'est qu'on a surement trouvé plus de plaisir à y jouer qu'eux mais cela, tu en conviendra, est subjectif.
En tous cas content que notre test t'ai intéressé!
kalifff Hors ligne VIP icone 5310 points
Le #185118
C'est un bon test, j'ai bien aimer . J'ai trouver plus agréable de le lire que d'autres sites.

C'est sur que ce n'est pas un jeu exempt de defauts (que je trouve mineur pour ma part, les petite saccades uniquement dans les cuts-scene), ce n'est pas non plus encore un chef d'oeuvre. Mais il est quand meme très reussi <img src="/img/emo/cool.gif" alt="8:" />, on esperons qu'ils feront un deuxieme sans ses petits defauts et une durée plus longue.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire
avatar
Anonyme
Anonyme avatar