Test Hellgate London

Le par Franck P.  |  0 commentaire(s)

Cela fait combien de temps que les fans de Diablo rêvent d'un successeur à leur jeu préféré ? A vrai dire, depuis Diablo II, ils sont en position d'attente perpétuelle. Alors quand les gars de chez Flagship Studios et Electronic Arts nous ont annoncé la sortie de Hellgate: London pour ce mois de novembre, on en espérait énormément. Quand en plus on savait qu'un illustre ancien des équipes de Blizzard avait participé au projet, on en était que plus émoustillés. Mais n'en attendait-on pas trop ?

test hellgate london image presentation

Introduction

Un jour un mec quitte l'équipe de Blizzard. Bill Ropper dispose d'un CV bien rempli sous le bras, et quelques succès derrière lui comme sa participation importante à Diablo. En tête une obsession : donner un successeur digne de ce nom à ce Hack And Slash jusqu'ici inégalé pour les connaisseurs. C'est ainsi que naît l'idée de pondre Hellgate: London. Par la suite, un trailer de folie avait fini de nous convaincre qu'on entendrait reparler de ce jeu pour réchauffer notre hiver. Bref, tout était réuni pour que les fans et les autres, plus aguichés par l'animation diffusée, guettent le signe de sa sortie.


test hellgate london image (1)     test hellgate london image (2)

Et il est enfin arrivé. Après plusieurs mois d'attente et quelques petites infos de temps en temps, on avait enfin pu mettre la main sur le Messie videoludique, du moins l'espérait-on. Le jeu vidéo et son histoire étant régulièrement ponctués de bides et de soufflés retombés sitôt la parution du jeu, contrastant d'autant plus que l'attente était énorme, on ne s'emballait toutefois pas trop non plus. Mais bon, on ne peut se refaire, quand on se fait titiller de la sorte, c'est plus fort que nous.


test hellgate london image (3)     test hellgate london image (4)

C'est donc dans cet esprit mi-rationnel et pragmatique, mi-irrationnel et prêt à l'embrasement que nous avons découvert Hellgate: London. Et autant vous le dire tout de suite, on a trouvé à boire et à manger dans ce jeu signé Flagship Studios et EA. Cela pourrait simplement signifier que ce jeu nourrit son homme, non ? Oui mais parfois les plats les plus consistants peuvent se révéler un peu bourratif (pourquoi utilise-t-on si régulièrement la métaphore alimentaire avec les jeux vidéos...?) Et cette fois ?

test hellgate london image (5)     test hellgate london image (6)



Apocalypse contemporaine

The action takes place in London... tiens on dirait un de mes premiers cours d'anglais. Nous sommes en 2038 soit quelques années dans le futur. Un futur pas si guilleret que cela. En fait, caché dans l'ombre, le mal rumine depuis des années. Il a grandi en même temps que le bien lorsque l'espèce humaine fut jadis déposé sur Terre. Et un jour, il submerge tout. Tant et si bien qu'au moment où l'on se place, le monde et Londres en particulier, ne sont plus qu'un champ de ruine. Ne subsistent qu'une poignée d'hommes et de femmes, évidemment prêts à en découdre pour sauver leur peau.


test hellgate london image (7)     test hellgate london image (8)

Vous êtes l'un d'entre eux. Un de ceux qui va défier des hordes de monstres aussi horribles que ... horribles. Et oui ce sont des monstres ! Votre seul choix consiste à savoir de quelle façon vous souhaitez découper de la chair visqueuse. Il vous est en fait proposé six types de combattants que sont le maître d'armes et le gardien, spécialistes du combat rapprochés, l'invocateur et le mage pointus dans tout ce qui est magie et le tireur d'élite et l'ingénieur spécialistes du combat à distance planqués derrière une arme à projectile.


test hellgate london image (9)     test hellgate london image (10)

Ensuite, charge à vous de faire la débroussailleuse à démon. Vous parcourez ainsi London en long, en large et en travers pour faire la peau à tous ceux que vous croiserez... et là-dessus vous en rencontrez énormément. Meetic à coté fait club de rencontre pour pauvre tellement vos pérégrinations dans ce jeu donnent matière aux contacts étroits ! Bref, au niveau du scénario, ce qui fait l'originalité de Hellgate: London dans le monde du Hack and Slash tient surtout à l'époque futuriste et apocalyptique proche d'un univers à la Mad Max.


test hellgate london image (11)     test hellgate london image (12)


Prise de quête façon RATP

Dans tout ceci, le seul endroit où vous serez un peu tranquille, ce sont les stations de métro. Bon faut pas trop dire cela en ce moment à un parisien qui se trouve en situation de post grève, mais on retrouve les murs carrelés et les couloirs interminables avec un bonheur non feint. Car ces lieux de paix temporaires vous permettent autant de vous arrêter 5 minutes dans votre boucherie permanente, mais aussi de vous soigner, de vous équiper, d'améliorer votre équipement et de prendre vos quêtes.


test hellgate london image (13)     test hellgate london image (14)

La récupération de celles-ci est à ce titre tout ce qu'il y a de conventionnel puisqu'il s'agit uniquement de tailler la bavette avec le chaland pour pouvoir ensuite disposer dans son menu de quête de la dite mission ultra-importante. Et pour revenir sur l'équipement, c'est ici que se trouvent les habituels marchands mais aussi quelques subtilités qui vous permettent d'upgrader vos armes. Au choix, et en fonction des objets en votre possession, vous pourrez soit attribuer une fonction particulière soit ajouter un mod produisant peu ou prou le même résultat.


test hellgate london image (15)     test hellgate london image (16)

Bien sûr, il vous faut aussi mettre la main au portefeuille pour pouvoir réaliser ces opérations. Mais pour une fois, il ne sera pas toujours judicieux de vendre tout ce que vous trouvez sur votre chemin pour être pété de thune. Car il est plus intelligent parfois de savoir démonter un objet pour récupérer les pièces qui permettront d'en upgrader un autre. C'est une subtilité qui se montre de plus en plus utile que passent les heures à jouer et elle donne une vraie profondeur à la gestion de l'équipement.


test hellgate london image (17)     test hellgate london image (18)


Un jeu tranchant

Ceci nous amène tout naturellement vers le gameplay de Hellgate: London. Comme tout Hack and Slash, l'heure n'est jamais à la variété. Sur ce point, les gens de chez Flagship studios ont repris tout ce qu'il se trouvait ailleurs. La gestion de la vie ou de la magie est tout ce qu'il y a de plus habituelle. Les différents slots permettant d'accéder à des raccourcis sont eux aussi bien présents pour vous facilitez la tache. Quant à votre armement, vous avez la possibilité de procéder à trois équipements différents afin de switcher entre ceux-ci en fonction de la situation.


test hellgate london image (19)     test hellgate london image (20)

Bref rien de bien neuf de ce coté-ci. Par ailleurs, toujours dans la série de "on ne change pas une méthode qui gagne" et surtout parce que ce type de jeu le réclame, on s'en va gaiement taillader la tronche de hordes d'ennemis hideux. Et quand on vous dit qu'on taillade des hordes, on devrait préciser sans discontinuer et sans mourir. C'est là le premier vrai défaut de ce jeu, à savoir sa relative facilité. On parvient ainsi aisément à ne pas subir de décès avant plusieurs heures de jeu.


test hellgate london image (21)     test hellgate london image (22)

En outre, le fait de succomber sur le champ de bataille n'est pas plus pénalisant que cela. Au choix, vous pouvez retourner à la dernière station de métro visité (les développeurs avaient peut être des actions dans le domaine des transports publics urbains pour nous y faire passer tant de temps) ou bien encore retourner sous une forme non humaine jusqu'à un point vous permettant de vous réincarner ou bien encore payer pour revivre. Cette dernière option, la moins fatigante, est tout de même la moins motivante à la longue.

test hellgate london image (23)     test hellgate london image (24)



Beautiful city ?

On vous le disait un peu plus haut, l'ambiance de type apocalypse donne toute son essence au scénario et donc à la justification du pourquoi on tue tous les monstres. Et bien sûr, pour y croire, il fallait un rendu crédible, tant au niveau du bestiaire que du level design ou de la bande son. Pour commencer par ce qui fâche le moins, on peut évoquer le nombre et la variété des démons qui peuplent Londres. Là dessus, et même si tous ne sont pas à tomber par terre, le nombre de bestioles à affronter est suffisant pour palier une trop grande monotonie, souvent de rigueur sur le hack and slash.


test hellgate london image (25)     test hellgate london image (26)

Ensuite, pour continuer notre descente aux enfers videoludique, la bande son est relativement correcte, ne nous faisant jamais ni tressaillir d'effroi ni nous pâmer de contemplation. Mais lorsque l'on évoque le level design, on commence un peu à toucher le fond. Ici, on nous avait annoncé un jeu qui créerait lui même entièrement des niveaux. C'est vrai. A ceci près qu'on se rend très vite compte que tous les endroits, morceaux après morceaux, se ressemblent fortement.


test hellgate london image (27)     test hellgate london image (28)

Et puis, si on ne peut que constater le choix de la capitale londonienne façon chaos, l'ensemble manque tout de même un poil de variété. On repasse donc quasi constamment dans le même type d'endroit ce qui n'a rien de folichon. Enfin, ces fameux niveaux ne sont pas les plus convainquants qu'il nous ait été donné d'observer ces derniers temps. Les textures sont relativement réalistes mais guère enthousiasmantes. Des égouts, des tunnels et des ruines constituent une partie importante des lieux. Pas très engageant, même pour les plus téméraires.


test hellgate london image (29)     test hellgate london image (30)


Conclusion

Nous voilà à la fin de ce test quasiment aussi dubitatif qu'au moment de le commencer. Ce jeu dispose évidemment de nombreuses qualités, dont un coté addictif très prononcé. Mais il recèle aussi son lot de défauts qui ne sont pas sans laisser un arrière goût pas si agréable. Le dernier repose essentiellement sur le mode online. Si le choix de demander au joueur de créer un nouveau personnage pour pouvoir jouer en ligne se laisse éventuellement justifier par la volonté d'éviter aux malicieux tricheurs de pourrir les maps, celui de procéder à une distinction gratuit/payant est moins compréhensible.


test hellgate london image (31)     test hellgate london image (32)

Dans le cas ou vous vous acquitteriez d'un montant avoisinant les 10 euros par mois, vous pourrez rejoindre des guildes et obtenir d'autres bonus. Mais ce choix de faire payer lasse pantois. Appât du gain ou réel besoin de financer un surplus de travail et de développement ? Nul ne le sait vraiment. Mais à l'heure de sorties de jeux disposant de serveurs 100 % gratuits, cette petite distinction aurait pu être évitée...


test hellgate london image (33)     test hellgate london image (34)


Hellgate: London est disponible à partir de 47,40 €.


+ Les plus
  • Durée de vie offline plus online importante
  • Equipement personnalisable
  • Gameplay simple et intuitif
  • Progression des compétences
  • Une vue type FPS disponible
- Les moins
  • Level design moyen
  • Difficulté mal calibrée
  • Différenciation online payant/gratuit.

Notes

  • Graphisme Si l'on ne peut revenir sur le fait que l'ensemble manque d'esthétisme c'est avant tout parce que les développeurs et les créateurs ont choisi une ville détruite par un semblant d'apocalypse. Que l’on aime ou pas, Londres ressemble vraiment à une ville dévastée. Et si c'est monotone, c'est également parce que le jeu se confine en ville et ne permet pas de bénéficier de niveaux particulièrement différents. Mais la création de niveaux par la machine et l'ensemble somme tout très moyen et peu engageant ne donne jamais l'occasion de s'extasier. Seul le bestiaire échappe à cette règle par sa variété.
    6/10
  • Bande son Moyenne elle aussi, la bande son reste toutefois un ton au dessus des graphismes. Quelques voix parlées rappellent certains doublages utilisées sur quelques certaines chaînes de télévision et les différents thèmes musicaux ne prêtent pas le flanc à une critique démesurée. On note dans ce paysage quelques dialogues un tantinet en porte à faux par leur décalage sarcastique peu en lien avec la réalité du monde dans lequel on évolue.
    7/10
  • Jouabilité Si l'on excepte la trop grande facilité de ce jeu, du moins dans les premières heures puisqu'ensuite cela se complique (un peu) le gameplay ne souffre de quasiment aucune tare. Les commandes sont très bien gérées, l'équipement malléable est un vrai bonheur et la façon de parvenir à ses fins jouissive puisqu'on la décide à l'avance. Ce n'est pas de la stratégie non plus mais ce point est vraiment plaisant.
    8/10
  • Durée de vie Sur ce point non plus, guère de chose peuvent être opposée à Hellgate: London. Tant le mode offline qui est suffisamment étendu à lui tout seul, que le mode online dans sa version simplement gratuite, permettent de jouer à ce soft plusieurs dizaines d'heures. Et si l'on prend en considération le fait qu'il s'agit d'un hack and slash, on peut ajouter qu'il figure parmi les moins ennuyeux même si les quelques intermèdes accessoires ne participent nullement à ce constat. Non, simplement, il est rythmé et relativement varié dans son bestiaire ce qui permet de passer de nombreuses heures sans s'en lasser.
    8/10
  • Scénario Si l'on s'arrête à l'intro, le scénario s'annonce prenant, sombre, profond, etc... Ensuite, cela laisse plus à désirer. La prise de quête constitue la trame essentielle de l'histoire. On parcourt ainsi les niveaux essentiellement pour rechercher de nouveaux items ou glaner un peu plus d'expérience, plutôt que pour avancer sur l'histoire de ce jeu. En résumé, l'idée de départ est plutôt mal exploitée.
    6/10
  • Note générale On a beau lister tous les défauts de ce jeu, dire qu'il aurait pu être plus comme ci, moins comme ça, qu'il n'est pas le successeur tant attendu de Diablo ou que sais-je encore. Il reste une évidence : ce jeu est prenant. Après tout, c'est une qualité qui ne se trouve pas si facilement et rien que pour cela c'est une réussite. D'aucun pourront même vous dire qu'il s'agit du meilleur jeu auquel ils aient joué depuis bien longtemps. LA vérité vraie ne se situe sûrement pas loin de la médiane entre un avis partagé et un dithyrambe malvenu. Hellgate : London reste un hack and slash de qualité. Espérons que le prochain que nous sortiront ses concepteurs saura répondre à nos espoirs. En attendant on s'en contentera volontiers.
    7/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire