Test Huawei P40 Pro, 3 mois après, on en est où ?

Le par Mathieu M.  |  19 commentaire(s)

Sans grande surprise, Huawei a de nouveau fait de sa gamme P la référence de la photographie sur smartphone Android...

Le P40 Pro s'équipe ainsi d'un quadruple module photo avec un capteur principal de 50 mégapixels à f/1,9. Ce capteur est particulièrement imposant, il s'agit tout simplement d'un des plus gros capteurs embarqués dans un smartphone à ce jour avec 1/1,28 pouce (devant on trouve le Nokia 808 de 2012 et le Lumix CM1 de 2014 de avec respectivement 1/1.2 et 1/1). Il capte ainsi beaucoup plus de lumière et excelle dans les détails, le piqué et également en conditions de basse luminosité.

IMG_20200821_095950 IMG_20200821_102116_1

Il est appuyé par un capteur ultra grand-angle de 40 mégapixels à f/1,8, d'un téléobjectif x5 de 12 mégapixels à f/3,4 et d'un capteur TOF pour la profondeur de champ.

IMG_20200821_124521 IMG_20200821_134902

On note que, par défaut, le P40 Pro capture des images de 12 mégapixels. Il faudra se rendre dans le mode avancé pour sélectionner la prise de cliché plein format et exploiter ainsi le mode 50 mégapixels. Aucun zoom n'est alors possible, ni même correction de luminosité.

IMG_20200813_105937 IMG_20200813_105947

L'association des différents capteurs en fait un smartphone ultra polyvalent, d'autant que chaque capteur fait des merveilles à sa propre échelle...

Le capteur ultra grand-angle permet de dégager la vue, mais moins que sur Honor 20 Pro par exemple. Huawei a fait le choix d'une focale de 18 mm, ce qui offre un recul moins important, mais le capteur compense avec une ouverture à f/1,9 qui permet de capter plus de lumière, plus vite et donc d'obtenir des clichés de meilleure qualité, y compris en basse luminosité ou dans les scènes complexes.

IMG_20200813_205831 IMG_20200813_182855_1

Le téléobjectif périscopique qui a fait la renommée de Huawei propose un zoom optique x5. On ne note aucune déformation particulière dans les angles, ce qui se présente généralement comme un véritable challenge dans ce type d'exercice. Par ailleurs, on profite d'un zoom hybride X10 particulièrement convaincant et d'un zoom numérique x50 qui se montrera utile pour visualiser des sujets de loin, mais pas totalement exploitable pour autant en photographie sans perdre des détails.

IMG_20200821_125524 IMG_20200813_205910

Le module photo épaulé par un processeur dédié à l'IA qui permet d'adapter en temps réel et automatiquement les réglages de l'appareil en fonction du sujet ou de l'éloignement et niveau de zoom. On aurait aimé récupérer un peu la main à ce niveau : il est parfois complexe de déclencher le mode "gros plan" correspondant au mode macro simulé pour atteindre suffisamment de détails.

De nuit, les rendus sont particulièrement bluffants : les couleurs ressortent particulièrement bien et les clichés ne souffrent pas de trop de bruit. On en arrive même à se surprendre à voir plus de choses et détails sur l'écran du P40 Pro que l'on en voit en vrai de ses propres yeux. La marque a de nouveau fait un joli effort sur ce point et c'est particulièrement appréciable.

IMG_20200814_104801 IMG_20200813_210251

Notons d'ailleurs que le mode standard de photo (auto) permet d'adapter les clichés pour une prise de vue de nuit, et que le "Mode Nuit" est pour sa part différent. Les deux offrent des résultats bien différents, le mode nuit entrainant une exposition longue qui fait davantage ressortir les couleurs et va chercher la lumière dans toutes les zones de l'image, tandis que le mode auto va proposer un éclairage plus diffus et localisé au niveau des sources lumineuses sans trop insister sur le reste de l'image.

Huawei parfait le tout avec quelques options particulièrement bien pensées... Notamment le mode "image dynamique".

IMG_20200814_101644

IMG_20200813_182157

Dans ce mode de prise de vue, le P40 Pro réalise une série de clichés avant que l'utilisateur n'appuie sur le déclencheur et après. Par la suite, il est possible de faire intervenir les algorithmes du smartphone pour opérer quelques retouches.

On peut ainsi sélectionner quel cliché est idéal, pour avoir plusieurs personnes avec les yeux ouverts au même moment par exemple. Mais Huawei va plus loin en proposant une option permettant de supprimer un passant indésirable d'un cliché. Toujours dans les retouches, on peut s'essayer au mode "anti reflet" qui gomme une grande partie des reflets.

IMG_20200813_143400

En vidéo, le P40 Pro est également parfaitement à l'aise en toute circonstance : il est possible de filmer en ultra grand-angle sans perdre en qualité comme ce pouvait être le cas avant. On note que la vidéo propose également de la 4K à 60 images par seconde, avec le module principal comme en mode selfie, ce qui est assez rare pour être précisé.

Le P40 Pro se maintient à la place de leader de la photo sur smartphone depuis sa sortie chez DXOMark qui lui a attribué la note de 128 points pour son capteur principal et 103 points en selfie.

Vos commentaires Page 1 / 2
Trier par : date / pertinence
Le #2107494
ce qui va condamner Huawei, plus que le fait de ne pas accéder au service Google, c'est de ne plus pouvoir fabriquer ses microprocesseurs. Parce que là, j'ai bien du mal à comprendre comment ils vont faire...
Le #2107495
« Je pense qu'il est une étape à franchir pour se détacher définitivement de Google et qu'elle n'est en réalité pas si difficile... Mais notre confort, et, disons-le, l'effet de groupe, fait que l'on peut voir cette étape comme insurmontable. »

C'est valable pour beaucoup de choses en général et croyances en particulier : si l'inertie prend le pas sur les efforts à fournir, c'est que les valeurs personnelles ne sont pas adéquates.

Un point à éclaircir : est-ce qu'il est possible d'obtenir les services Google (fonctionnels) en installant leurs APK (sideloading) ?
Le #2107502
cycnus a écrit :

ce qui va condamner Huawei, plus que le fait de ne pas accéder au service Google, c'est de ne plus pouvoir fabriquer ses microprocesseurs. Parce que là, j'ai bien du mal à comprendre comment ils vont faire...


.
"c'est de ne plus pouvoir fabriquer ses microprocesseurs"
.
HiSilicon fait graver des SOC par SMIC, mais pas en EUV,, voila le problème !
.
Huawei achète, encore à ce jour, des SOC à MédiaTek pour le haut de gamme..
.
De plus, Huawei a un stock lui permettant de tenir 12 mois. (des Kirin 1000 entre autres).
.
Donc rendez-vous dans un an !!!
.
.
Le #2107505
Pour l'instant le Kirin bien que performant pourrait sans doute se remplacer par un snapdragon si le besoin se faisait sentir.

Merci GNT pour ce vrai test, ca faisait longtemps je crois !

J'aime bien le recul de Mathieu sur GMS.

Evidemment, aujourd'hui, on peut bricoler pour installer les GMS via OpenGapps. Mais c'est compliqué (chez Huawei, il faut débloquer le bootloader), anxiogène (un message s'affiche expliquant que c'est risqué d'utiliser un smartphone avec le bootloader déverrouillé) et surtotu ca ne marche que parce que Google permet de joueur avec la certification (comprendre, demain ca peut ne plus marcher, même si c'est peu probable - il faut se rappeller qu'aujourd'hui Google dégage Huawei non pas parce qu'ils le veulent mais parce qu'ils n'ont pas le choix).
Le #2107506
tmtisfree a écrit :

« Je pense qu'il est une étape à franchir pour se détacher définitivement de Google et qu'elle n'est en réalité pas si difficile... Mais notre confort, et, disons-le, l'effet de groupe, fait que l'on peut voir cette étape comme insurmontable. »

C'est valable pour beaucoup de choses en général et croyances en particulier : si l'inertie prend le pas sur les efforts à fournir, c'est que les valeurs personnelles ne sont pas adéquates.

Un point à éclaircir : est-ce qu'il est possible d'obtenir les services Google (fonctionnels) en installant leurs APK (sideloading) ?


Pour avoir bricolé dessus...

On peut récupérer les GMS après une procédure assez laborieuse... Perso j'ai suivi un tuto vidéo en XXX étapes de façon très bête et méchante... De mémoire 9 fichiers à installer avec un ordre précis, du reboot, de la désinstallation...

TOUT fonctionne parfaitement en dehors des applications en RA parceque lors du processus on n'installe pas ARCore, et que même par la suite, l'installation via le Play Store n'est pas assez ancré dans l'OS pour que ça fonctionne...

Sinon, Play Store et tout le reste fonctionne d'enfer, sans erreur d'identification en boucle, même les DRM sont fonctionnels (Netflix en HD sans souci)...

La manip prend 20 min, faut un smartphone "vierge" pour que ça fonctionne.

Du coup j'avoue que je suis revenu sur Chrome rien que pour le fait de récup mes passwords et autres favoris...
Le #2107503
cycnus a écrit :

ce qui va condamner Huawei, plus que le fait de ne pas accéder au service Google, c'est de ne plus pouvoir fabriquer ses microprocesseurs. Parce que là, j'ai bien du mal à comprendre comment ils vont faire...


Plus pouvoir en acheter et plus pouvoir en fabriquer est complètement différent. Ils ont déjà une usine sur pieds pour ça, c'est juste la finesse de gravure qui est moins bonne que Qualcomm
Le #2107517
Il faudrait Lineageos sur ce téléphone !
Le #2107518
j ai un p40 pro et j ai réussi à installer le service google sur mon téléphone et sa fonctionne très bien
Le #2107535
QuiSuisJe a écrit :

j ai un p40 pro et j ai réussi à installer le service google sur mon téléphone et sa fonctionne très bien


.
Pour être plus crédible, donnes nous plus d'explications, sinon...
.
Le #2107552
RoddyBouvet a écrit :

Je vous cite 'Ce capteur est particulièrement imposant, il s'agit tout simplement du plus gros capteur embarqué dans un smartphone à ce jour avec 1/1,28 pouce'
Vous avez tort... Soit vous n'y connaissez rien, soit vous mentez. À vous de voir.
Le nokia 808 et le lumix cm1 on des capteurs bien plus gros. Renseignez vous.


l'article a été modifié, mais merci d'être poli, c'est pas plus mal
d'autant plus qu'il s'agit de vieux smartphones datant de 2012 et 2014..mais ça a été corrigé.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire
avatar
Anonyme
Anonyme avatar