Test Jackass The Game

Le par Christophe B.  |  0 commentaire(s)

En anglais, Jackass signifie abruti, pour rester poli. Et force est de reconnaître que ce nom va comme un gant à cette troupe de cinglés qui agite le petit écran et amuse toute la génération MTV. Après un passage au cinéma, c’est maintenant en jeu vidéo qu’on retrouve ses cascadeurs très particuliers dans un party-game à l’humour scato. Oubliez l’univers coloré de Mario Party, ici, on renifle le cul des vaches jusqu’à en vomir et on comptabilise le plus de fractures possibles. Bienvenue chez les fous.

Jackass logo

Tombera ? Tombera pas ?

Bien avant Youtube, il y avait Jackass, dont les vidéos diffusées à la télévision valaient moins pour l’absurdité du groupe que pour l’attente de l’accident. De la même façon qu’on attend qu’un trapéziste ou qu’un patineur artistique se loupe. Certes, on s’amuse à voir ces pitres dévaler une avenue sur des skis mais, il faut l’avouer, on aime surtout avoir mal pour eux (c’est notre côté sadique qui parle). Vous savez lorsque l’acrobate, au lieu de retomber sur ses pieds… vient s’exploser les bijoux de famille. Ouch.

Jackass : The Game   Image 4   Jackass : The Game   Image 5

Tout ça pour dire que ce qui faisait l’intérêt de Jackass (si tant est qu’on puisse le trouver) n’est absolument pas présent dans le jeu vidéo qui nous intéresse. C’était évident et c’est même logique. En revanche, ce qui l’est moins, c’est l’utilité d’une telle adaptation. L’argent serait-on tenté de répondre. Mais alors que reste-t-il de l’adaptation vidéoludique de Jackass ?

Mario Party meets Jackass

Jackass : The Game se présente en fait comme un simple party-game. Différents modes de jeu se présentent au joueur. Un mode histoire (on y revient), un mode défi qui permet en fait de refaire les mini-jeux effectués dans le mode histoire. On trouve également une boutique dans laquelle on peut acheter des personnages, des tenues et des accessoires. Enfin un mode multi est également inclus. Alors qu’un Mario Party peaufine son enrobage, en présentant ses mini-jeux à l’intérieur d’un jeu de plateau, Jackass peine à mettre les siens en scène.

Jackass : The Game   Image 2   Jackass : The Game   Image 1

Tout débute alors que le cameraman de l’équipe qui filme les cascades des Jackass se blesse. Vous tombez à pic pour le remplacer. Alors là, on se dit que l’on va pouvoir tenir la caméra et que le jeu propose là un concept intéressant basé sur notre sens de la mise en scène. On déchante rapidement puisque le scénario n’est qu’un prétexte absurde. La réalisation, ce sont les développeurs qui s’en sont occupées. Votre rôle à vous, c’est d’exécuter les actions les plus dangereuses possibles, un point c’est tout. C’était trop beau.

Jackass : The Game   Image 3   Jackass : The Game   Image 8

Bon mais maintenant que vous vous êtes engagés, il est trop tard pour reculer. Auto-tamponneuse sur le toit d’un building, descente d’une piste de ski sur le dos d’un réfrigérateur, tir à la corde au-dessus d’un bassin rempli de fumier, remplissage de seau de vomi et bien d’autres. Toutes ces épreuves sont regroupées en différents épisodes (7 au total) composés de 5 épreuves chacun. Au total, ça nous fait donc 35 épreuves différentes. Si certaines se ressemblent, que certains objectifs reviennent un peu trop souvent, on saluera malgré tout la diversité des cascades proposées. En revanche, question quantité, on est assez loin d’un Mario Party, la référence du genre sur consoles.

Trop court !

La particularité des épreuves de Jackass : The Game vient du fait qu’il faudra réaliser certaines actions pour engranger le maximum de points, et donc d’argent. Au bout d’une certaine somme, il sera possible de passer à l’épisode suivant. Vous pouvez effectuer chacune des 5 épreuves de chaque épisode dans l’ordre que vous voulez, l’important est d’amasser la somme suffisante. Pour cela, toujours dans l’esprit de la série, il faudra par exemple s’éjecter d’une voiturette de golf tout en explosant un adversaire au passage afin de remporter une belle prime. Dans un autre genre, il vous sera demandé de viser correctement l’un des membres de l’équipe avec un pistolet paint-ball dans le temps imparti. Lors d’une autre épreuve, il faudra s’abriter le mieux possible d’une pluie de bouses de vaches pour espérer engranger le pactole.

Jackass : The Game   Image 7   Jackass : The Game   Image 6

Jackasse : The Game ne fait de toute évidence pas dans la dentelle, ni dans la subtilité mais c’est pour cela qu’on l’aime. Malheureusement, l’intérêt est très limité et les blagues potaches ne font pas vraiment sourire. Débarrassé de tout son côté scato, Jackass montre rapidement ses limites. Et bien que le titre soit très instinctif (la plupart des mini-jeux n’utilisent que deux ou trois boutons de la manette), la maniabilité est loin d’être un modèle du genre. Un comble pour ce type de jeu qui ne demande pas forcément une grande précision, ni beaucoup de technique. Les déplacements, la conduite des différents moyens de transport laissent ainsi à désirer et viennent entacher un plaisir déjà faible.

Jackass : The Game   Image 10   Jackass : The Game   Image 9

Et puis, le mode histoire se termine en une courte après-midi. On n’a pas franchement envie d’aller voir du côté du mode défi pour tenter d’améliorer son score car aucune épreuve ne nous a vraiment emballé. Même chose pour le mode multi qui ne devrait pas enthousiasmer les foules. Bref, à moins d’avoir des amis fans absolus de Johnny Knoxville et des autres, le jeu risque de rapidement finir au fond d’un placard. Et ce ne sont pas les quelques bonus qui viendront changer la donne.

Conclusion

Jackass The GameJackass : The Game confirme une chose, il y a des adaptations qui ne devraient jamais voir le jour. En passant par le jeu vidéo, la série perd une grande partie de son intérêt (déjà fortement limité et réservé en majorité à des adolescents). Si l’idée d’un party-game est intéressante, le charme n’agit pas. Le titre montre en fait les limites du virtuel par rapport à la réalité. Lorsqu’on voit Knoxville se ramasser dans les escaliers, on a mal pour lui, en même temps qu’on rigole de l’absurdité de cette personne d’avoir osé une telle chose. Mais qui aura mal pour un personnage composé de pixels ?

Alors on tente de se rabattre sur l’aspect ludique des épreuves mais elles échouent également à cause d’une jouabilité peu précise et d’un design qui n’aide pas à immerger le joueur. A 45 €, il est dès lors difficile de recommander ce jeu, même aux fans absolus, tant le titre est court et s’oublie aussi rapidement qu’on le termine.

Jackasse : The Game est disponible au prix de 44,99 €.


+ Les plus
  • Des épreuves qui changent de d'habitude
  • La variété des épreuves
- Les moins
  • Graphiquement léger
  • Jouabilité perfectible
  • Trop court
  • Pas franchement passionnant

Notes

  • Graphisme Le titre se laisse regarder mais même pour de la PlayStation 2, ce n'est pas très beau. En outre, quelques ralentissements surgissent et l'animation n'a rien d'extraordinaire. Jackass : The Game se rattrape toutefois sur la variété de ses décors.
    5/10
  • Bande son Pour tous ceux qui aiment le rock indé US, la musique du jeu est une bonne surprise. Les autres devront s'en contenter...
    7/10
  • Jouabilité Elle n'est pas particulièrement mauvaise mais pose problème lors de certains passages. La maniabilité finit même par agacer lorsque l'on doit s'y reprendre plusieurs fois avant de remplir un objectif. Pour ce type de jeu, c'est impardonnable, on était en droit d'en attendre beaucoup plus.
    5/10
  • Durée de vie On frise l'arnaque. Non seulement le titre se réserve en priorité aux fans de la série mais en plus, il ne vous occupera pas plus d'une après-midi.
    1/10
  • Note générale Adapter Jackass en jeu vidéo n'était sans doute pas la meilleure des idées à la base. Confirmation avec ce jeu qui se tire de plus une balle dans le pied en proposant un titre qui manque de finition, que ce soit graphique ou au niveau de la maniabilité. Reste quelques gags fidèles à l'esprit de la série mais qui passent sous silence à côté d'une durée de vie absolument minable.
    4/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire