Test Jak and Daxter The Lost Frontier

Le par Fabien H.  |  0 commentaire(s)
Jak and Daxter : The Lost Fronter - pochette

Après une longue absence, la licence Jak & Daxter revient sur le devant de la scène avec un quatrième épisode exclusivement réservé à la PS2 et à la PSP. C'est sur le support portable que nous nous sommes concentrés, certainement l'édition la plus pertinente sur l'aspect purement technique. Ce nouvel opus signe également un changement de développeur, passant de Naughty Dog à High Impact Games. Cette démarche aura-t-elle une incidence sur la qualité générale de Jak and Daxter : The Lost Frontier ? Retrouverons-nous l'aura si particulière de The Precursor Legacy ? Pas si sûr...

Un jeu très écolo

Souvenez-vous, en 2001 sortait Jak and Daxter : The Precursor Legacy, certainement l'un des meilleurs jeux de plate-forme de la PlayStation 2. Développé par Naughty Dog, le projet a été très apprécié par la critique et la communauté de joueurs. En effet, le soft se voulait à la fois très confortable à jouer et artistiquement varié et immersif. Qui plus est, l'intrigue demeurait de qualité, tout en poussant le joueur à fouiller les moindres recoins du jeu afin de dégotter tous les petits secrets. L'ensemble était propulsé par un duo de héros, dont Daxter, une beloutre bavarde qui venait mettre une bonne touche d'humour à la progression.

Le développeur a ensuite continué à alimenter la licence au travers de deux épisodes de qualité nettement moins palpable. En effet, les titres ont progressivement altéré leur nature très plate-forme pour s'orienter vers le shoot, à l'instar de la licence Ratchet & Clank. Ce rapprochement n'a pas vraiment joué en la faveur de l'originalité, d'autant plus que l'histoire évoluait avec une certaine redondance et un grand manque d'entrain. Quoi qu'il en soit, il est bon de revoir la licence sur le devant de la scène cinq ans après le troisième opus principal. Baptisé Jak and Daxter : The Lost Frontier, ce véritable quatrième opus poursuivra les cendres scénaristiques laissées à l'abandon. Dès le début de l'aventure, le joueur qui n'aura pas suivi la saga se verra quelque peu désorienté. Concrètement, nous retrouvons Jak, Daxter, ainsi que l'aspirante éco-sage Keira qui survolent la bordure, une région du monde souvent évoquée dans la série. Appréhendé par les pirates, leur vaisseau s'écrase alors sur un petit continent, nous contraignant à trouver une solution pour réparer les dégâts matériels.

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 1 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 2

Évidemment, cette introduction peut sembler brute de décoffrage et ce, même pour les habitués de la série. Pour les nouveaux venus, difficile de bien discerner le véritable but de nos héros, ainsi que la mission de Keira, même si quelques éléments apporteront des éclaircissements au fil de l'intrigue. Quoi qu'il en soit, le jeu gravitera toujours autour de l'éco noire, une mixture maléfique qui ronge le monde tout en étant convoité par certaines personnes appâtées par la domination. Il est donc clair que nous nous retrouverons à combattre un certain ennemi qui utilisera ce pouvoir. Bien que Jak eut été en contact avec l'éco noire par le passé, il ne peut désormais plus en user pour se transformer. Toujours est-il que le blondinet et son acolyte devront faire tout leur possible pour récolter le maximum de puissance maléfique pour la transformer en éco de couleur, offrant divers attributs à notre héros.

On sent également que le jeu se voudra plus aérien, coupant ainsi avec l'aspect très terre-à-terre des précédentes aventures. Cette modification n'est pas due à Naughty Dog, mais à High Impact Games, déjà à l'origine de spin-off de la série Ratchet & Clank. Et d'ailleurs, de nombreux petits détails seront empruntés à la licence de Sony, à commencer par la possibilité de contrôler des vaisseaux, ou encore dans la structure des niveaux. Vous l'aurez compris, ce n'est pas avec cet épisode que la licence retrouvera son originalité qui la démarquera de la concurrence. Au contraire, on ressent très nettement l'évolution dans l'ombre de Ratchet & Clank. Toutefois, quelques éléments méritent d'être annotés afin de bien distinguer les quelques qualités et surtout les éléments qui nuisent à la qualité de jeu.

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 3 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 4



Perdus au bout du monde

Bien que l'on pourrait croire que la prise en main de Jak and Daxter : The Lost Frontier soit tout aussi efficace que dans les autres épisodes, force est de constater que plusieurs gènes viennent entraver le plaisir de jeu. En premier lieu, l'angle de la caméra est étrangement incliné, n'offrant ainsi qu'une très faible lisibilité. En conséquence, les phases de plate-forme seront parfois une véritable tare, tant il est difficile de bien apprécier la profondeur de champ, voire la hauteur. De ce fait, il n'est pas rare de chuter inlassablement, ce qui fait assez désordre. Et cette fichue caméra fera des siennes tout au long du jeu. Bien qu'il soit possible de la pivoter via les gâchettes, elle se démontera vite très peu réactive, se focalisant parfois sur certains décors ou ennemis. Ainsi, impossible de bien savoir ou l'on va. Très agaçant. De plus, le titre tend à user des QTE de façon trop intensives (pousser des blocs, tourner des valves, etc), voire trop poussives tant les boutons requis s'avèrent nombreux.

Bien que la série a d'abord forgé son succès sur son orientation plate-forme, c'est avec une certaine déception que nous constatons que The Lost Frontier poursuit le penchant très action emprunté au troisième volet. Ainsi, les ennemis devront tous être abattus à l'aide d'un véritable arsenal pour espérer progresser, Jak étant armé jusqu'aux dents. Du simple fusil au lance-grenades, en passant par le fusil à pompe ou encore la mitrailleuse, il y aura de quoi s'amuser, bien que l'on n'atteint pas la richesse d'un Ratchet & Clank. Néanmoins, il sera possible d'améliorer les conditions de chaque arme en y greffant des extensions – à récolter dans certains coffres – permettant davantage de dégâts, plus de munitions, etc. Pour les inconditionnels du corps à corps, les mouvements classiques de Jak seront toujours présents, à savoir l'attaque au poing et le coup de pied rotatif (servant aussi à planer pour atteindre des plates-formes plus éloignées). On regrettera cependant l'approximation des combats, en raison d'un auto-lock des ennemis très aléatoire et peu réjouissant lorsque le danger est proche.

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 5 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 6

L'opus permet aussi d'utiliser plusieurs pouvoirs liés aux éco de couleurs. Récoltables via les statues des précurseurs, ces attributs offriront à Jak de nouvelles possibilités pour aborder certains niveaux et ennemis. Tandis que le pouvoir de l'éco rouge permettra de détruire certains murs, l'éco verte formera une barrière, l'éco bleue impliquera les déplacements instantanés et l'éco jaune favorisera l'apparition de plates-formes cristallisées. C'est à l'aide de ces éléments que le jeu mettra en avant quelques petites énigmes qui, bien que simplistes, offrent un attrait supplémentaire. En combat, leur utilité sera parfois primordiale puisque certains monstres se veulent insensibles aux attaques conventionnelles.

En sus des phases de plates-formes et de gunfights, le titre arbore désormais un soupçon de beat 'em all. Certaines phases de jeu (trois pour être précis) mettent en avant Daxter qui, au contact avec l'éco noire, se transforme en monstre hideux et vulgaire. La caméra devient alors aérienne pour apprécier le nouveau gameplay, basé sur des mécanismes à enclencher. Bien que vous combattrez des ennemis mutants ou robotiques à l'aide de puissantes attaques et choppes, il faudra bien observer les décors pour avancer : détourner les lasers pour détruire des portes de sécurité, enflammer des caisses explosives pour ouvrir des brèches, etc. Ces phases de jeu ne se veulent pas aussi jouissives qu'elles n'y paraissent puisque l'on se retrouve devant une prise en main brouillonne et à des années lumières de l'ambiance bon enfant qui nous plaisait dans la série. Bref, c'est quelconque.

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 7 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 8



Galerie d'images

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 35 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 36

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 30 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 31

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 32 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 33

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 34 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 25

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 26 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 27

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 28 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 29

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 21 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 22

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 23 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 24

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 13 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 18

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 19 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 20

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 16 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 15

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 14 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 17



On s'envoie en l'air

La principale nouveauté de ce nouvel opus se matérialise dans l'importance des phases aériennes. En effet, The Lost Frontier vous mettra souvent aux commandes de vaisseaux, parfois même plus régulièrement que sur terre. La volonté de mettre en évidence l'ambiance de bout du monde et de vide résulte sur une sorte de shoot 'em up assez étrange. Certes, la prise en main des vaisseaux ne pose pas de réel problème, mais s'avère tout de même très rigide. Bien évidemment, il sera possible d'esquiver, d'accélérer et de freiner, même si les sensations de vitesse ne sont vraiment pas représentative. Toujours est-il que les tirs feront aisément mouche, surtout qu'un grand choix d'armes est à votre disposition. Vu qu'un large nombre d'ennemis survolent les lieux et que vous serez même amenés à vous confronter à des vaisseaux géants, mieux vaut même préparé. Pour cela, il faudra acheter des armes et les améliorer dans votre QG. Il sera ensuite possible de personnaliser son appareil (parmi les six à débloquer), en appliquant jusqu'à trois tirs différents, ainsi que d'autres bonus de défense ou d'attaque. Daxter vous aidera également à abattre certains vaisseaux, en détruisant leurs circuits.

Par extension, vous pourrez personnaliser Jak. Après avoir récolté un certain volume d'éco noire, il faudra retrouver Keira qui se fera un plaisir de la transformer en éco de couleur. Il sera ainsi possible d'améliorer sa santé, d'ajouter des bonus aux attaques au corps à corps, ou encore améliorer l'efficacité de ses armes. Bref, cet aspect se révèle bien appréciable, surtout qu'un large choix d'options est accessible. Cet aspect peut éventuellement assurer une certaine rejouabilité, même si elle s'avère de courte durée tant les secrets dissimulés dans les niveaux sont rares. Bref, l'aventure se clôture en moins de huit heures, sans forcer. Toujours est-il qu'un mode Héros (new game +) permettra de refaire le jeu avec toutes les améliorations précédemment acquises, tout en proposant une difficulté accrue.

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 9 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 10

Si Jak and Daxter : The Lost Frontier pêche sur plusieurs points de gameplay, il faut avouer que la qualité graphique est au rendez-vous. Si le moteur n'est pas des plus reluisants sur PSP, il se révèle malgré tout suffisamment optimisé pour que l'on apprécie s'adonner au soft. La palette des couleurs est judicieusement sélectionnée, offrant des décors plutôt chatoyants. Cependant, le level design n'est pas vraiment des plus pertinents, faute à un certain manque d'imagination. Ainsi, les environnements parcourus relèvent souvent de l'anecdotique, tant le sentiment de vide s'y installe. Cela se ressent également en extérieur. Toutefois, ceci favorise les phases de chargement, parfaitement transparentes car intégrées à la partie en cours. Concernant le bestiaire, il ne faudra pas non plus s'attendre à une grande richesse. En somme, le titre se veut techniquement pertinent, mais artistiquement pauvre.

Après cinq ans d'attente, Jak and Daxter se présente sous la forme d'un quatrième épisode qui, malheureusement, se cantonne qu'à un vaste gameplay action, laissant encore une fois la plate-forme en second couteau. Le titre arbore de nombreuses lacunes de gameplay, en raison d'une caméra molle et hasardeuse, ainsi qu'à une précision des tirs somme toute très aléatoire. Quoi qu'il en soit, il est important de signaler que le titre s'oriente en grande partie vers le shoot 'em up, en offrant la possibilité de contrôler plusieurs vaisseaux et d'affronter une nuée d'engins dopés à l'éco noire, ainsi que d'autres structures volantes. Le principal attrait de cet épisode se matérialise dans la personnalisation de l'armement des appareils, ainsi que les pouvoirs de Jak. Si le soft se veut bien construit pour la PSP, force est de constater que l'univers artistique n'est pas des plus inspirés. Bref, on sent clairement que la licence a changé de développeur, offrant un résultat vraiment mitigé pour un jeu finalement très anecdotique.

Jak and Daxter : The Lost Fronter - 11 Jak and Daxter : The Lost Fronter - 12



+ Les plus
  • Techniquement efficace et optimisé
  • Bons doublages français
  • Customisation des vaisseaux et capacités de Jak
  • Énigmes basées sur les éco
- Les moins
  • Artistiquement pauvre
  • Caméra molle et peu adaptée
  • Scénario vite expédié
  • Phases anecdotiques avec Daxter

Notes

  • Graphisme Offrant un moteur graphique très bien optimisé pour la PSP, Jak and Daxter : The Lost Frontier se révèle vraiment efficace et ce, en dépit d'un moteur graphique qui n'étonne pas. On appréciera la transparence des chargements en cours de partie afin de ne pas rompre brutalement avec le rythme du soft. En revanche, on regrettera le manque d'inspiration sur le plan artistique, découlant sur des niveaux et des ennemis vraiment quelconques.
    6/10
  • Bande son La qualité sonore de ce nouvel épisode est réellement présente. Les thèmes sonores sont bien rythmés et en accord avec les environnements et situations. Les doublages français sont de bonne qualité, avec une mention spéciale pour la voix de Daxter, toujours aussi délirante.
    7/10
  • Jouabilité Pourtant assez agréable à prendre en main, le soft se veut sévèrement handicapé par une caméra peu réactive en fonction des actions. Il faut sans cesse la recadrer, ce qui se révèle très agaçant en combat. Qui plus est, l'angle n'est pas des plus pratiques puisqu'il ne permet pas d'apprécier convenablement les distances lors des phases de plates-formes. En parallèle, les phases aériennes s'avèrent moins problématiques.
    4/10
  • Durée de vie Pouvant être bouclé entre six et huit heures, ce nouvel épisode de Jak & Daxter n'est pas un exemple de longévité. De plus, bien peu de secrets sont à découvrir dans ces niveaux linéaires au possible. La seule motivation se matérialise dans la récolte d'éco noire pour améliorer les capacités de Jak, ainsi que l'armement de vos vaisseaux. Sachez tout de même qu'un mode new game + est présent avec, en prime, un mode de difficulté accru.
    4/10
  • Scénario Débutant sur les chapeau de roue, le scénario de l'opus sera difficile à cerner par ceux qui n'ont pas suivi les précédents volets. Qui plus est, cette nouvelle histoire reste clairement en surface, puisqu'elle ne gratte que très peu le patrimoine apporté par les autres volets. Bref, le cheminement demeure classique et peu immersif. Dommage.
    5/10
  • Note générale Jak and Daxter : The Lost Frontier est à l'évidence une production réellement anecdotique, sans grande originalité. Le nouveau développeur de la série n'a ni plus ni moins conçu qu'un ersatz de Ratchet & Clank, tant les fonctionnalités s'y rapprochent, tout en accumulant plusieurs défauts de gameplay. Il est fort regrettable de voir cette série de plates-formes se cantonner qu'à du shoot approximatif dans un univers vraiment peu inspiré.
    5/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire