Test Kingdom Under Fire : Circle of Doom

Le par Jacques B.  |  0 commentaire(s)
Kingdom-Under-Fire-Circle-o

Pour la première fois, la série des Kingdom Under Fire, développée par BLUESIDE, abandonne la stratégie temps réel pour se concentrer sur l'action, avec quelques doses de RPG. Malheureusement, le studio coréen aurait peut-être mieux fait de ne pas changer de voie. Malgré une esthétique inattaquable, ce Circle of Doom peine à convaincre...

Une histoire de Bien et de Mal

L'histoire de Kingdom Under Fire : Circle of Doom est simple mais efficace. Deux Dieux ont fait un pacte : chacun domine le monde à son tour. Quand l'un a terminé la période de son règne, l'autre le remplace et ainsi de suite. Malheureusement, ces deux divinités sont très différentes, l'une a opté pour le monde de la lumière, l'autre pour celui de l'obscurité. Un jour, le défenseur du Bien rompt l'accord passé, fatigué de voir l'âme de ses fidèles tâchée par son rival Encablossa.

 Kingdom Under Fire Circle of Doom 12 Kingdom Under Fire Circle of Doom 6

Le jeu nous raconte alors qu'une guerre s'est enclenchée et que le clan du Bien a réussi à repousser les attaques démoniaques. Cependant, de nombreux héros ont disparu durant cette époque. Kingdom Under Fire : Circle of Doom propose au joueur de les contrôler et de les sortir de l'enfer d'où ils se trouvent.

Plusieurs personnages sont donc sélectionnables au début de l'aventure. Leurs caractéristiques sont très différentes. Entre un guerrier puissant mais lent, une elfe fragile mais rapide et un vampire aux capacités propres à sa "race", le choix est intéressant car aucun d'entre eux ne se ressemble, tant physiquement qu'au niveau des compétences.

Kingdom Under Fire Circle of Doom 11 Kingdom Under Fire Circle of Doom 5

Au niveau du character design, BLUESIDE a donc vraiment fait du bon travail. Chacun possède une véritable identité et tous semblent bien être des héros de guerre. Une fois que l'on a donc choisi son "avatar", l'aventure peut commencer seul ou à plusieurs via le mode coopératif, malheureusement accessible uniquement aux possesseurs d'un compte Xbox Live Gold.




Un jeu d'action sans saveur particulière

Une fois le jeu lancé, la déception est cependant de mise tant ce Circle of Doom n'étonne guère. Très vite, on comprend que le jeu se résumera à une unique chose : avancer et tuer le plus d'ennemis possible pour grimper en "levels". Pour se consoler, on cherche vite à comprendre le système d'utilisation des magies et des armes pour déceler une once de profondeur.

Kingdom Under Fire Circle of Doom 8 Kingdom Under Fire Circle of Doom 2

Mais encore une fois, BLUESIDE n'a, semble-t-il, pas voulu proposer un gameplay plus complexe. En conséquence, les actions à effectuer ne cessent de se répéter : on récupère les objets laissés par les créatures (des armes, aux potions en passant par les anneaux magiques) et on s'équipe. Même l'allocation des points de compétence une fois un nouveau niveau atteint n'est pas très travaillée et l'ensemble se fait de manière imprécise entre les PV, les PC et la Chance.

Très vite, il est évident qu'il vaut mieux avoir une énergie considérable et des PC suffisamment conséquents pour pouvoir effectuer des attaques plus rapides (chaque assaut fait diminuer la barre qui se recharge instantanément). Le gameplay du jeu aurait pu se rattraper par la fonction de synthèse des objets accessibles auprès des idoles, personnages divers allant du spectre à la fée, qui se trouvent en milieu de parcours de chaque zone. Cette capacité à synthétiser, c'est à dire à utiliser ses propres objets (potions par exemple) pour améliorer son équipement, n'est au final guère utile puisque les objets déjà possédés sont déjà bien assez forts pour terrasser nos opposants.

Kingdom Under Fire Circle of Doom 1 Kingdom Under Fire Circle of Doom 9

Au final, l'intérêt de ce Kingdom Under Fire : Circle of Doom ne se trouve pas dans son gameplay mais plutôt dans son esthétique et son travail graphique tout à fait acceptable pour la Xbox 360. Cela fait maigre pour donner envie au joueur de continuer cette longue aventure composée de six environnements bien distincts et aux scénarios différents selon le personnage incarné.




Une esthétique de qualité

D'un point de vue esthétique, il n'y a rien à dire. Le soft est maîtrisé de bout en bout. Les couleurs sont belles, le character design des héros soigné et possède une vraie patte artistique. Seuls les ennemis déçoivent quelque peu. Ils manquent peut-être d'un poil d'originalité. Les décors, quant à eux, sont variés et affichent une profondeur de champ acceptable.

Kingdom Under Fire Circle of Doom 10 Kingdom Under Fire Circle of Doom 7

L'unique défaut que l'on pourrait reprocher à cette distance d'affichage est que lorsque l'on envoie des Fuma à des ennemis au loin, alors que l'angle est le bon, ceux-ci ne réagissent pas et ne sont aucunement touchés. Ceci est aussi dû à une intelligence artificielle qui rappelle les vieilles productions. Les monstres manquent de vivacité et n'élaborent aucune stratégie. A aucun instant, ils ne viennent poursuivre notre héros. Ils attendent en réalité l'enclenchement de leur script. Il suffit alors de s'éloigner d'eux pour qu'ils cessent leur poursuite.

 Kingdom Under Fire : Circle of Doom scan 3 Kingdom Under Fire : Circle of Doom scan 2

Ces défauts ne gâchent cependant pas le plaisir éprouvé lorsque notre "avatar" avance fièrement vers ses adversaires, lançant avec style des projectiles qui terrassent un à un des ennemis impuissants. Le combat contre le premier boss est à ce sujet probant et l'impression d'être une sorte de demi-dieu face à lui est saisissante.


Conclusion

Au final, malgré des scènes ludiques plaisantes, BLUESIDE rate le coche pour son premier jeu d'action / jeu de rôles. Il n'est finalement qu'un soft passable, avec des qualités visuelles certaines mais un gameplay qui manque vraiment de complexité. Le prochain épisode plus tactique se montrera sûrement plus convaincant.

Kingdom Under Fire Circle of Doom jaquette


Kingdom Under Fire : Circle of Doom est disponible à partir de 45 €.




+ Les plus
  • L'esthétique irréprochable
  • Le scénario efficace
  • Six personnages jouables
  • Le mode coopératif
  • Certaines scènes pleines de style
- Les moins
  • Le gameplay simpliste
  • Le mode coopératif non accessible à tous
  • L'intelligence artificielle des ennemis
  • Character design des adversaires
  • Répétitivité de l'aventure cause d'ennui

Notes

  • Graphisme Une réalisation honorable sublimée par une esthétique sans faille. Mention spéciale pour les six héros disponibles. Si les boss sont plutôt convaincants, les ennemis manquent d'inventivité dans leur character design.
    7/10
  • Bande son Un univers sonore un peu décevant, orienté hard-rock. Les doublages déçoivent également avec des voix sans grande personnalité.
    6/10
  • Jouabilité Une maniabilité plutôt instinctive, chaque touche étant allouée à une fonction. Cependant, il aurait été intéressant d'avoir une plus grande complexité dans les commandes.
    7/10
  • Durée de vie Une durée de vie très convenable avec six environnements et six scénarios bien distincts. Cependant, seuls les plus courageux auront envie de finir le périple.
    7/10
  • Scénario Un scénario plus efficace que ce qu'il n'y paraît. Malheureusement, il est regrettable qu'il n'ait pas bénéficié d'autant de soin que la réalisation.
    6/10
  • Note générale Kingdom Under Fire : Circle of Doom peine à convaincre malgré une esthétique de qualité. Son scénario efficace, ses environnements variés, sa longue durée de vie et ses divers scénarios auraient pu donner un bon jeu d'action / jeu de rôles. Malheureusement, le gameplay simplifié à l'extrême est créateur d'ennui. Un jeu honnête, sans plus. La suite, plus tactique, devrait changer ce constat.
    5/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire