Test : Motorola Moto G

Le par Rénald B.  |  3 commentaire(s)
Moto_G_11

Proposer un concentré de technologies à un prix très réduit, voilà l'ambition de Motorola avec le Moto G. Une voie déjà empruntée avec les Nexus par Google mais poussée encore plus loin avec le Moto G. Avec un premier tarif de 169€, le "petit" smartphone de Motorola est-il à la hauteur des ambitions de Google ? S'agit-il du meilleur rapport qualité prix du moment ? Autant de questions auxquelles nous répondons dans notre dossier de test complet du Moto G.

Présentation du Moto G

Début août 2013, Motorola lançait le Moto X aux Etats-Unis. Un smartphone assez singulier puisque l'utilisateur pouvait le personnaliser en allant sur un site dédié. Le Moto X est maintenant disponible en France mais sans la possibilité de le personnaliser.

De surcroît, son tarif de 370€ ne plaide pas en sa faveur. Le Nexus 5 proposé à partir de 350€ présente des caractéristiques plus attrayantes.

Mais, entre-temps, le Moto G est passé par là avec un rapport qualité prix qui semble assez bluffant.

Commençons par son prix car c'est bien ce qui le caractérise avant tout et le démarque de la concurrence.

Trouver un smartphone d'un grand constructeur à moins de 200€ n'est pas chose courante.

Le Moto G est proposé à 169€ avec 8 Go de mémoire flash interne (5.52 Go réellement disponibles sur le modèle 8 Go). Comptez 199€ pour la version intégrant 16 Go, ce qui reste une bonne affaire. Soulignons également que rares sont les constructeurs à facturer le Go supplémentaire à 3.75€. A titre de comparaison, Apple la facture 6.3 € (pour l'iPhone 5C par exemple), soit 68% plus cher.

Précisons que le Moto G est entouré d'un écosystème complet d'accessoires qui lui sont dédiés (coques, packs d'accessoires...).

Moto_G_Stockage   

Que cache donc le Moto G dans ses entrailles pour arriver à bousculer le marché de la téléphonie mobile ?

Le Moto G est animé par le Snapdragon 400 de Qualcomm. C'est somme toute logique de trouver un Snapdragon de dernière génération certes mais d'entrée de gamme.

CPU-Z_Moto_G_a CPU-Z_Moto_G_b 

Le S 400 intègre un processeur quad coeur à architecture Cortex-A7 cadencé jusqu'à 1.2 GHz. Epaulé par 1 Go de DRAM, il est associé au processeur graphique Adreno 305.

Pas d'architecture Cortex-A15 donc, mais son pendant moins performant caractérisé par une surface de silicium réduite et une consommation électrique moindre.

Le Moto G dispose d'un écran de 4.5 pouces. Pas de Full HD ici (comme pour le Nexus 5) mais une définition de 1280 par 720 pixels. Cela se traduit par une résolution de 326 ppp (pixels par pouce). Rappelez-vous, Apple parlait de Retina Display (la résolution maximale au-delà de laquelle l'oeil humain ne fait plus de différence selon Apple) avec l'iPhone 4 (puis ses successeurs). L'écran IPS est très lumineux et respecte fidèlement les couleurs.

Des spécifications qui semblent plus qu'honnêtes donc. Mais examinons le smartphone de plus près pour l'appréhender dans tous les compartiments.

Moto_G_15 



Premières impressions sur le moto G

Le Motorola est packagé dans une petite boîte blanche très dépouillée.

Dans celle-ci logent :

  • le Moto G
  • un chargeur estampillé du "M" de Motorola
  • un câble USB vers micro USB
  • des écouteurs audio intra-auriculaires avec télécommande filaire

La première impression est celle d'un petit smartphone. Il est certes très compact grâce à son écran de 4.5 pouces. Cette diagonale est assez proche de celle de l'écran du Nexus 4 (lire notre test complet).

Son revêtement plastique mat pour la coque arrière l'empêche de glisser une fois en main.

Moto_G_2 Moto_G_6  

Les matériaux ne sont certes pas les plus luxueux qui soient mais ils ne donnent pas une impression de smartphone cheap. D'autant plus que la finition est très correcte.

Le Moto G a une allure plutôt dépouillée puisque seul le "M" de la marque signale qu'il s'agit d'un smartphone Motorola. 

Un design plutôt banal sauvé par la possibilité d'opter pour une autre coque à 15€. Plusieurs couleurs sont proposées.

L'arrière du smartphone est donc amovible même si la batterie, elle, ne l'est pas. Cela permet d'accéder à l'emplacement réservé à la carte microSIM mais on regretta l'absence de port pour carte microSD. Pas de deuxième emplacement pour une seconde carte micro SIM alors que l'Acer Liquid Z5 Duo proposé également à 169€ (moins 20€ offert par Acer jusqu’au 31 mars 2014) offre cette possibilité.

Moto_G_14 Moto_G_13 

Sa compacité lui confère une préhension parfaite (notamment à une main). Il loge également aisément dans une poche.

En revanche, mauvaise surprise pour ce qui est de l'épaisseur (11.6 mm) alors que la moyenne est plutôt à 8 ou 9 mm et du poids (143 g), alors que le Nexus 4 légèrement plus encombrant ne pesait déjà que 139 grammes.

A l'instar des Nexus, le Moto G ne dispose pas de boutons physiques en façade. Une barre noire (avec retour à gauche, accueil au centre et accès aux fonctions ouvertes à droite) viendra donc occuper une partie au pied de l'écran. Le long bouton du volume sonore se trouve sur le flanc gauche du Moto G (légèrement au-dessus du milieu). Au-dessus, on trouve le bouton marche/arrêt (qui permet également de passer en Mode Avion, d'éteindre le son et de passer en mode vibreur). A noter que les boutons physiques laissent un goût de qualité approximative à cause d'un léger jeu. Malgré cela, ils fonctionnent parfaitement mais n'inspirent pas forcément la robustesse. Ils sont par ailleurs trop proéminents et présentent des angles qui pourraient accrocher dans les vêtements.

L’emplacement des boutons physiques est idéal pour une préhension à une main (avec la gauche mais pas avec la main droite). Elle est facilitée par la coque légèrement bombée du téléphone qui s'adapte parfaitement à la paume de la main.

 Moto_G_9 

Au dos, se trouve l'APN principal et un flash LED. A la gauche de l'APN, se situe le haut-parleur du smartphone. Un emplacement dorsal laissait craindre que le son soit étouffé lorsque le Moto G est posé sur une surface plane. Il n'en est rien grâce à la coque bombée du smartphone. Pas de quoi s'emballer tout de même sur les performances de ce haut-parleur qui sature rapidement si vous désirez pousser quelque peu le volume sonore. Rien de rédhibitoire malgré tout.

Moto_G_7 

L’APN principal s’appuie sur un capteur CMOS de 5 MPixels (en façade, il y a un APN de 1.3 MPixels).

Les photos sont correctes mais on note la présence marquée de bruit lorsque la luminosité vient à manquer.

Notons la présence de modes HDR et panorama ainsi que la possibilité de géotagger automatiquement les photos (“marquage géographique”). En revanche, le mode Photosphère est absent de l’application photo.

Ci-dessous, quelques photos prises avec l'APN principal du Moto G.

Photo_prise_avec_Moto_G_d Photo_prise_avec_Moto_G_a  



Performances et autonomie du Moto G

Rien de tel qu'une batterie de benchmarks pour découvrir ce que le Moto G a dans le ventre. Il est donc passé dans les moulinettes des benchmarks suivants :

  • AnTuTu
  • Vellamo
  • Quadrant
  • Epic Citadel

Moto_G_AnTuTu_a Moto_G_AnTuTu_b 

Moto_G_à_gauche_Nexus_4_à_droite_AnTuTu_Comparaison 

Moto G vs. Nexus 4 (AnTuTu)

Moto_G_Vellamo 

Vellamo

Moto_G_Quadrant 

Moto_G_vs_Nexus_4_Quadrant 

Moto G vs. Nexus 4 (Quadrant)

AnTuTu_Epic_Citadel 

Epic Citadel

Notons avant tout qu'Android 4.4.2 fonctionne en toute fluidité. Il en est de même pour le surf sur internet ou la lecture de vidéos. En revanche, le Snapdragon 400 épaulé par 1 Go de RAM trouve peut-être sa limite avec certains jeux 3D.

Le Moto G embarque une batterie de 2070 mAh. Elle fournit une autonomie moyenne de 1.5 jours avec une utilisation "classique". Plusieurs astuces permettent toutefois de l'augmenter sensiblement.



Connectivité du Moto G

Le Snapdragon 400 (MSM8626) est compatible avec les réseaux cellulaires GSM (sur les bandes 850, 900, 1800 et 1900 MHz) et la 3D avec les HSDPA et HSUPA (sur les bandes 850, 900, 1900 et 2100 MHz). Pas de 4G LTE ici, ce qui est somme toute logique pour un smartphone proposé à ce tarif mais tout de même dommage puisque la 4G LTE tend à se démocratiser en France. En revanche, on peut s'étonner qu'il ne supporte pas le DC-HSPA qui aurait permis de doubler les débits (à 42 Mb/s en download)

De même s'il supporte le WiFi 802.11 b/g/n, il n'est pas compatible avec le WiFi ac (le Nexus 5 l'est par exemple). On peut en revanche utiliser le WiFi Direct pour le connecter à un autre appareil supportant cette connectivité.

Il supporte par ailleurs le Bluetooth 4.0 (avec les profils AD2P et Low Energy), ce qui mérite d'être souligné. Une spécification intéressante à l'heure où les objets connectés en BLE (Bluetooth Low Energy) se multiplient.

Nous l'avons connecté à plusieurs appareils Bluetooth durant ce test :

 Moto_G_avec_Sony_SBH50 

Moto_G_avec_Casqu_Bluetooth_i30_Turtle_Beach 

Un port microUSB permet de le charger et de le connecter à un PC. Il est également compatible USB OTG (On The Go), ce qui lui permet d'accueillir un support de stockage tiers via un adaptateur USB.

La géolocalisation via les constellations GPS et GLONASS est également de la partie.

Notons aussi la possibilité de recevoir la radio FM.

La connectivité sans fil et filaire du Moto G s'arrête malheureusement ici. Pas de support du NFC, du Qi, du Miracast, du MHL ou du SlimPort.



Android Stock avec un zeste de Smart Actions

Le Moto G est le second smartphone signé Motorola depuis que la branche Motorola Connectivité est passée dans le giron de Google (récemment le constructeur chinois Lenovo annonçait l’avoir racheté à Google).

C'est la raison pour laquelle, le Moto G embarque la ROM stock d'Android. Il a été lancé avec Android 4.3 alors qu'Android 4.4, alias KitKat, était disponible sur les Nexus. Mais depuis lors, il peut être mis à jour avec Android 4.4.2.

Moto_G_Android_KitKat 

On peut dès lors se demander quel est l'apport de Motorola au niveau logiciel.

Il est bel et bien présent mais il est distillé au gré de plusieurs applications.

Avant toute chose, Motorola désire simplifier le passage de votre ancien smartphone Android ou votre iPhone au Moto G avec l'application Motorola Migrate. Elle gère :

  • les SMS/MMS
  • Musique, photos et vidéos
  • Contacts stockés sur la SIM
  • Historique des appels
  • Volume et luminosité de l'écran

Moto_G_Motorola_Migrate Moto_G_Motorola_Migrate_c 

Pour effectuer le transfert d'un ancien mobile au Moto G, il faut donc installer l'application sur l'ancien smartphone.

Motorola a également intégré ses MotoAct dans une application d'automatisation baptisée Assist.

Elle permet d'automatiser les actions que vous faites régulièrement. Assist peut désactiver la sonnerie tout en activant la réponse automatique lorsque vous êtes en réunion. Pour cela, Assist doit extraire des informations de votre appareil issues de votre agenda, le contenu de votre messagerie, vos informations de contact…


Mais l'application peut aussi désactiver la sonnerie lorsque vous dormez (à vous d'indiquer la plage horaire).

Moto_G_Moto_Assist_1 Moto_G_Moto_Assist_2 

Motorola y va également de son système de localisation Moto Care qui permet de garder un oeil sur l'endroit où se trouve votre Moto G. Bien utile en cas de perte ou de vol, le système est assez proche de ce que propose Apple avec Localiser mon iPhone ou Google avec Gestionnaire d'appareils Android.

Le service permet, via un navigateur web, d'accéder à distance à son Moto G perdu ou volé pour effacer des données.

Moto_G_Moto_Care 



Conclusion sur le Moto G

A moins de 200€, le Moto G offre un rapport qualité prix très attrayant. Il conviendra à de nombreuses personnes, notamment aux adeptes de smartphones compacts. Toutefois, on regrettera une connectivité incomplète (pas de 4G LTE, ni de DC-HSPA) et l’absence d’un emplacement pour une deuxième carte SIM. Il n’en reste pas moins que le Moto G a d’autres atouts indéniables.

Notons en aparté qu’il bénéficie d’un écosystème d’accessoires complet (dont une flip cover officielle).



+ Les plus
  • rapport qualité prix
  • écran IPS HD
  • autonomie au-dessus de la moyenne
  • Android 4.4
- Les moins
  • léger jeu sur les boutons physiques
  • allure assez quelconque
  • connectivité incomplète
  • APN moyen
  • pas de 4G LTE
  • pas de DC-HSPA

  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Test Motorola One Zoom : le milieu de gamme qui sort des clichés
    Autrefois géant de la téléphonie mobile, Motorola a connu des temps difficiles que la marque cherche aujourd'hui à faire oublier avec la sortie de smartphones plutôt bien équipés et visant le milieu de gamme.
  • Test : Motorola Moto X 2014
    Motorola renouvelle son offre avec un cru 2014 du Moto X qui monte en gamme. Le terminal, cousin du Nexus 6 avec lequel il partage les mêmes lignes, est-il pour autant un smartphone vers lequel il faut se tourner ? Quels sont ses atouts ...
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
LoLoMatiC offline Hors ligne Héroïque avatar 708 points
Le #1652192
Petite erreur à la première page : " il est associé au processeur graphique Adreno 305, le même GPU que l'on trouve dans le SoC APQ8064 qui équipe le Nexus 4."
Le SoC du Nexus 4 n'a pas un Adreno 305 mais 320
doubleV offline Hors ligne Héroïque avatar 764 points
Le #1653572
Contrairement à ce qui est indiqué dans le test, il est bien OTG, avec une application comme nexus media importer, ça fonctionne très bien.
Renald38 offline Hors ligne Héroïque avatar 871 points
Le #1654462
@doubleV , il est effectivement compatible OTG. C'est corrigé. Merci.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire