Test : HTC One Mini 2

Le par Rénald B.  |  1 commentaire(s)
HTC_One_Mini_2_j

Après un HTC One M8 ultra convaincant, HTC a lancé le HTC One Mini 2. Dans sa robe d'aluminium brossé, le smartphone plus compact tente de marcher dans les traces de son grand frère, le HTC One M8. Des ambitions louables. Mais dispose-t-il des attributs pour briller et se distinguer ? Réponse dans notre test complet du HTC One Mini 2.

Présentation du HTC One Mini 2

Dans la droite lignée du HTC One M8, le successeur du HTC One Mini s’inscrit dans le segment des smartphones compacts. Avec son écran de 4.5 pouces, il s’adresse en effet à ceux qui recherchent un terminal mobile entrant facilement dans une poche. Malgré cette caractéristique, il conserve certains des attraits de son grand frère, le HTC One M8.

Côté design et finition, le One Mini 2 est identique au One M8. Conserve-t-il pour autant les spécificités du M8 qui en font l’un des tout meilleurs smartphones haut de gamme du moment. Sous quel rapport qualité / prix se présente-t-il ? Nous allons tenter de répondre à toutes ces questions dans notre test complet.

Tout d’abord, exit le Snapdragon 801 du HTC One M8 puisqu’on trouve un SoC de la famille Snapdragon 400. Il s’agit du MSM8226 embarquant quatre coeurs à architecture Cortex-A7 cadencés jusqu’à 1.2 GHz. On est loin du S 801 qui intègre 4 coeurs Krait 400 cadencés jusqu’à 2.3 GHz.

Pour le processeur graphique, c’est le même son de cloche puisque le SoC MSM8226 intègre l’Adreno 305 qu’on trouvait par exemple dans la puce du Motorola Moto G (lire notre test du Motorola Moto G).

La puce est ici épaulée par 1 Go de mémoire vive alors que le HTC One M8 dispose du double.

Pas de définition Full HD puisque l’écran affiche 1280 par 720 pixels (720p). Malgré ses 1.15 millions de pixels en moins, la résolution reste excellente (grâce à une diagonale d’écran 30% plus petite) : 326 ppp (pixels par pouce) contre toutefois près de 441 ppp pour le One M8.

Le terminal est doté de 16 Go (dont 10.92 Go sont disponibles pour l’utilisateur) de mémoire flash interne qu’on pourra étendre avec des cartes microSD pouvant atteindre jusqu’à 128 Go.

Côté APN, le capteur UltraPixel du One M8 laisse place un capteur CMOS plus conventionnel de 13 MPixels et il n’y a pas de second capteur permettant de collecter des données pour un traitement a posteriori (façon Lytro). Il est secondé par un APN en façade de 5 MPixels, de quoi satisfaire les aficionados de selfies.

HTC_One_Mini_2_k HTC_One_Mini_2_i 

Pour ce qui est du son, les deux haut-parleurs en façade sortent un son très puissant (du jamais vu sur un smartphone) sans saturer à plein volume. Il bénéficie du BoomSound (fonctionnalité qui ne peut être désactivée que lorsqu’on connecte un casque filaire).

HTC_One_Mini_2_c HTC_One_Mini_2_e 

Il permet également de lire des fichiers de type lossless ou encodés en AAC. Nous avons pu le constater avec des fichiers MPEG-4 Audio (.m4a) ou flac parfaitement reconnus et reproduits (que ce soit en 16 ou 24 bits).

Côté autonomie, le HTC One Mini 2 peut compter sur une batterie de 2100 mAh. Rien de mirobolant, même si le terminal peut tenir une journée en usage classique (mais guère plus).



Ergonomie et finition du HTC One Mini 2

A l’instar du HTC One de 2013 et du HTC One M8, le One Mini 2 se caractérise par une finition de haute volée. D’un point de vue esthétique, la conception monocoque est du plus bel effet. On se surprend à le regarder tant il flatte la rétine. Légèrement incurvé au dos, il offre par ailleurs une excellente prise en main même s’il s’avère légèrement glissant.

HTC_One_Mini_2_a HTC_One_Mini_2_l 

Alors que les plastiques sont souvent déclinés à toutes les sauces dans la conception des smartphones, HTC a une nouvelle fois opté pour un matériau plus noble avec l’aluminium en finition brossée ici. Le pari est parfaitement réussi.

Au dos, on note la présence du capteur photo de 13 Mpixels en position centrale vers le haut et du flash LED situé sur sa gauche. Cette position est, rappelons-le, vraiment pertinente puisque quelle que soit la manière de saisir le mobile, rares sont les occasions d'obstruer inopinément le capteur avec un doigt.

HTC_One_Mini_2_k HTC_One_Mini_2_j 

En façade, on trouve les deux haut-parleurs qui permettent d'écouter sa musique sans que le son ne soit étouffé lorsque le mobile est posé sur le dos. HTC a eu la bonne idée de placer sa LED RGB (utilisée notamment pour les notifications) dans le haut-parleur supérieur, la lumière qu'elle émet filtrant à travers la grille.

Contrairement au One M8, on constate que HTC a changé l’emplacement de la prise jack 3.5 mm qui se retrouve sur la tranche supérieure (tranche inférieure pour le M8). Dans la pratique, cela s’avère bien plus pratique lorsqu’on désire écouter de la musique au casque, téléphone en poche. Dans la tranche inférieure se trouve le port microUSB (non compatible MHL 2.0).

HTC_One_Mini_2_g HTC_One_Mini_2_c 

L'interface passe par deux boutons physiques qui permettent de contrôler le One Mini 2 : le bouton marche/arrêt (appui prolongé pour accéder aux modes avion, enfant, à "redémarrer" et à "éteindre") sur la tranche supérieure tandis que le bouton du volume sonore est placé sur la tranche droite (partie supérieure) ce qui le rend très accessible. 

Le logo HTC est également présent en façade. Contrairement au HTC One, le One Mini 2 (à l’image du One M8) dispose bien de trois boutons tactiles en façade disposés au bas de l’écran (ils viennent rogner sur celui-ci) au-dessus du logo HTC.

Les bordures de chaque côté de l’écran sont assez fines mais on reste tout de même loin de certains smartphones quasi borderless.

Un petit tiroir vient accueillir la carte SIM car le HTC One Mini 2 n'est pas destiné à être ouvert, design monocoque oblige. L'utilisateur ne pourra donc pas accéder à la batterie pour la changer éventuellement. Avec le One Mini 2, HTC en profite également pour passer au format nanoSIM (comme sur les HTC One M8, Moto X, iPhone 5s…).

HTC_One_Mini_2_f 

Autre changement et non des moindres, un nouveau slot fait son apparition et permet d’ajouter une carte mémoire au format microSD (avec support des capacités allant jusqu’à 128 Go).

HTC_One_Mini_2_d 

Le smartphone pèse 137 grammes pour un encombrement de 137.43 x 65.04 x 10.6 mm. Il conserve donc quasiment la même finesse que son prédécesseur mais s’alourdit de 18 grammes. Il est donc légèrement plus gros que son prédécesseur (132 x 63.2 x 9.3 mm) en étant plus épais de plus de 1 mm que celui-ci et que le One M8. Il est également plus lourd de 15 grammes (137 g contre 122 g) que le premier One Mini. Sans être donc un poids de plume, cela s’avère toutefois respectable, d’autant plus que les masses sont très bien réparties sur l’intégralité du smartphone.



Ecran du HTC One Mini 2

Le HTC One Mini 2 fait très bonne impression grâce à son niveau de finition époustouflant mais il est aussi remarquable grâce à la qualité de son écran.

HTC parle de technologie Super LCD2 (alors que le One M8 bénéficie de la technologie Super LCD3). La technologie SLCD (ici de seconde génération) est moins onéreuse que l’AMOLED mais offre un niveau de qualité qui s’en rapproche (avec des noirs tout de même moins profonds) et une très bonne visibilité en extérieur.

Précisément, il s’en sort à merveille en extérieur en conditions de forte luminosité.

Précisons que l’écran du One Mini 2 bénéficie d’une protection de type Gorilla Glass 3 (comme les HTC One, HTC One M8, Samsung Galaxy S5, Nexus 5…).

Côté définition, le One Mini 2 affiche 1280 par 720 pixels (720p), ce qui se traduit par une densité de pixels de 326 ppp (pixels par pouce).



Performances du HTC One Mini 2

Si le HTC One Mini 2 se distingue par son allure élégante lui permettant de séduire aussi bien la gente masculine que féminine, voyons voir ce qu’il cache sous sa robe d’alu brossé.

En premier lieu, le mobile est animé par le SoC MSM8226 de la famille Snapdragon 400 du constructeur Qualcomm.

Pour cette puce, Qualcomm utilise des coeurs à architecture ARM Cortex-A7 (quatre en tout) et non ses propres coeurs Krait dérivés des architectures du constructeur britannique. Cortex-A7 est le pendant à faible consommation électrique de l’architecture ARM Cortex-A15 plus performante. On la trouve principalement dans des processeurs d’application pour des smartphones de milieu de gamme ou dans des CPU à architecture hétérogène big.LITTLE en compagnie de coeurs Cortex-A15.

Le SoC est épaulé par 1 Go de DRAM alors que le One M8 dispose du double (2 Go de DRAM LPDDR3).

A l’usage, le Mini 2 se révèle plutôt véloce et démontre une excellente fluidité. Le multitâche n’effraie pas le Mini 2 et on peut lancer de nombreuses applications sans que le smartphone ne montre le moindre ralentissement. Concernant les jeux vidéo, les choses sont un peu plus compliqués et le processeur graphique Adreno 305 est à la peine pour certains jeux.

Voyons voir comment le terminal se comporte aux différentes moulinettes des applications de benchmark afin juger de sa puissance.

Le One Mini 2 obtient un score de 16 729 à AnTuTu, soit quasiment la moitié de celui obtenu par son grand frère, le HTC One M8 (33 845).
Nexus 4 :
//www.generation-nt.com/nexus-test-4-nexus4-android-google-article-1664212-1.html

HTC_One_Mini_2_AnTuTu_b HTC_One_Mini_2_AnTuTu_a 

Benchmark AnTuTu

HTC_One_Mini_2_Quadrant_a 

Benchmark Quadrant

HTC_One_Mini_2_Vellamo_e HTC_One_Mini_2_Vellamo_d 

Vellamo 



Connectivité du HTC One Mini 2

Penchons-nous maintenant sur l’aspect connectivité.

Côté connectivité cellulaire, le HTC One Mini 2 supporte la 3G (jusqu’au HSPA+ à 42 Mb/s) sur les bandes 850/900/1900/2100 MHz, le GSM également sur 4 bandes (850/900/1800/1900 MHz) ainsi que la 4G LTE de catégorie 4 (pour des débits théoriques pouvant atteindre 150 Mb/s en download et 40 Mb/s en upload) sur les bandes 3 (1800), 7 (2600), 8 (900) et 20 (800).

En France, la bande des 1800 MHz utilisée pour la 2G a droit à un refarming 4G LTE auprès de certains opérateurs mobiles français (Bouygues Telecom alors que Free Mobile devrait également en bénéficier).
Les bandes 800 MHz (les fameuses fréquences en or) et 2600 MHz sont les bandes qui ont été vendues aux enchères en 2011 aux 4 opérateurs mobiles français (Orange, SFR, Free Mobile et Bouygues Telecom).

Pas de support de la 4G LTE sur la bande des 700 MHz (fréquences idéales pour une utilisation urbaine grâce à des longueurs d’onde relativement élevées) pour le HTC One Mini 2, bande initialement dédiée à la TNT mais visée par Free Mobile.

Le HTC One est donc paré pour toutes les offres mobiles 4G LTE proposées (actuellement et dans le futur) dans l'Hexagone.

Lors des appels téléphoniques, la qualité sonore est au rendez-vous tout comme l’accroche réseau aussi bonne qu’avec le One M8.

Côté Wifi, contrairement au One M8, le One Mini 2 supporte le 802.11a/b/g/n (le n sur les fréquences 2.4 et 5 GHz) mais pas le Wifi ac.

Le smartphone supporte en revanche le NFC, connectivité qui peut-être utilisée pour différentes applications : lecture (et écriture) de tags, connexion avec des périphériques pour initier l’appairage Bluetooth. De nombreux casques audio (Zik de Parrot par exemple) et autres enceintes Bluetooth (Playup de Nokia par exemple) tirent ainsi profit du NFC. C’est également le cas de la montre connectée SmartWatch 2 de Sony. Nous l'avons également connecté en Bluetooth aux écouteurs Plantronics BackBeat Go 2 ainsi qu'à la montre Bluetooth Pebble (lire notre test de la Pebble).

Contrairement aux Galaxy Note 8.0, LG G2, Galaxy Note 3, Galaxy S4, Galaxy S5 et HTC One Mini 2, l’émetteur infra-rouge disparaît du One Mini 2.

Le HTC One supporte également le DLNA, l'USB OTG (On-The-Go) et le Bluetooth 4.0 (dont le profil Bluetooth Low Energy).

A noter également le support du codec AptX. Pour rappel, s’il effectue bien une compression, ce codec est dit peu « destructeur » (car il exploite notamment 350 kb/s de bande passante, soit quasiment le maximum en pratique que le Bluetooth permet) et assure une qualité sonore proche du CD (pour peu que vous disposiez de fichiers non compressés sans pertes de type WAV ou FLAC). Toutefois, ce codec propriétaire de la société CSR nécessite que la source (smartphone, tablette…) le supporte également, ce qui est donc le cas du HTC One M8 qu'on pourra associer à une enceinte Bluetooth Nokia JBL Playup (lire notre test du Nokia JBL Playup) ou encore Studio 5 de NudeAudio (lire notre test du Studio 5 de NudeAudio).

Un port microUSB (2.0 et non 3.0) est présent mais ne supporte pas le MHL (qui permet de connecter en filaire le terminal à un port HDMI).

Le Miracast est aussi de la partie. nous avons pu le tester via le boîtier PTV-3000 de Netgear mais également directement sur un HDTV supportant le Miracast (Samsung UE55H8500).

Nous avons également réussi à faire fonctionner le capteur Thermodo (lire notre test du Thermodo) sur le HTC One M8 en le connectant à la prise jack 3.5mm.

HTC_One_Mini_2_Thermodo_c HTC_One_Mini_2_Thermodo_b 



Surcouche Sense du HTC One Mini 2

Le HTC One Mini 2 bénéficie de la toute dernière version de l’OS mobile de Google avec Android 4.4.2.
HTC y a ajouté sa surcouche Sense 6 qui succède à Sense 5 (initiée avec le HTC One). Les deux versions restent proches.

HTC_One_Mini_2_Android442_Sense6   

Pour la page d’accueil, le constructeur taïwanais reste fidèle à Blinkfeed qui consiste en un agrégateur de contenus en provenance de multiples sources (des news, des médias stockés sur l'appareil (photos, vidéos…), des événements du calendrier…). L’idée est d’offrir en un coup d’oeil un aperçu des informations. L’utilisateur pourra toutefois changer très facilement d’écran d’accueil.

Depuis le launcher, les applications préinstallées sont d’emblée classées dans des répertoires (c’était déjà le cas sur le One). Il s’agit de simplifier les usages et accessoirement de montrer à l’utilisateur qu’il est possible de procéder de la sorte pour classer d’autres applis.

On notera également que la grille par défaut est de 4 par 5 (applications).

Gestes Motion Launch présent sur l’interface du One M8 disparait ici complètement. C’est dommage car sur le M8, on pouvait en saisissant son M8 en position mode portrait, le sortir de veille en tapotant deux fois sur l’écran (fonctionnalité Knock On chez LG depuis le LG G2). Appareil en veille (toujours sur le One M8), cela permet également de glisser un doigt vers la droite pour accéder directement à BlinkFeed ou vers la gauche pour accéder aux applications favorites et aux widgets…

HTC_One_Mini_2_pas_de_Gestes_Motion_Launch_a 

Les applications Fitbit et Zoe ne sont pas présentes sur le HTC One Mini 2.



Photos avec le HTC One Mini 2

Avec son double capteur au dos, le HTC One M8 revisite d’une certaine manière la photographie sur smartphone. Le One Mini 2 ne dispose pas de cette configuration et troque également le capteur UltraPixel du M8 pour un APN plus conventionnel avec capteur de 13 MPixels.

Difficile de comprendre pourquoi HTC ne fait pas le choix du capteur UltraPixel qui permet de prendre confortablement des photos dans des conditions de faible luminosité.

Ceci étant dit, le capteur de 13 MPixels rétroéclairé (BSI) permet de prendre d’excellentes photos. L’autofocus fonctionne par ailleurs très bien et s’avère très véloce.

L’application photo est aussi très complète avec de nombreux modes dont le HDR qui s’avère salvateur lorsque la luminosité vient à manquer. Il y a également les modes Nuit, Panorama Balayé, Anti-tremblements, Manuel, Portrait, Paysage, Arrière plan éclairé, Macro et Texte. Ce dernier s’avère très pratique pour photographier des documents.

En façade, HTC a opté pour un APN avec capteur de 5 MPixels. Les fans de selfies seront aux anges.
Les deux APN permettent d’effectuer des captations vidéo en 1080p. Rien à dire ce ce côté-là.

HTC_One_Mini_2_Photo_b HTC_One_Mini_2_Photo_c 

Avec (à gauche) et sans HDR (à droite)

HTC_One_Mini_2_Photo_HDR HTC_One_Mini_2_Photo_a 

Avec (à gauche) et sans HDR (à droite)



Conclusion sur le HTC One Mini 2

Le HTC One Mini 2 bénéficie d’un design magnifique et d’une finition de haute volée à l’instar de son grand frère, le HTC One M8. Malheureusement, la comparaison s’arrête là. HTC a logiquement fait des compromis (sur le SoC, la partie photo, la mémoire vive…) pour le proposer à un tarif moindre. Cela paraît somme toute logique et habituel. Reste que le tarif de 449€ ne lui permet pas de bénéficier d’un très bon rapport qualité / prix. A titre de comparaison, on trouve désormais le HTC One M8 a à peine plus de 600€.



+ Les plus
  • Finition et look
  • Support de la 4G LTE de catégorie 4
  • Emplacement pour microSD
- Les moins
  • SoC peu puissant
  • 1 Go de DRAM
  • Tarif élevé
  • Pas de support du Wifi ac
  • Batterie non amovible

  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Test : HTC One M9
    Après un HTC One M8 reconnu pour son design et ses qualités, HTC a annoncé début mars un nouveau smartphone de référence HTC One M9 qui en reprend les grands principes avec une coque métal et un aspect très proche. Cette fois armé ...
  • Test : HTC One M8
    Avec son HTC One M8, le successeur du One, HTC vise tout simplement la place de meilleur smartphone du marché face aux Galaxy S5, Sony Xperia Z2 et LG G3 à venir. Pour cela, la firme taïwanaise ne s’est pas contentée d’une simple ...
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
Anonyme
Le #1910275
Un concurrent sérieux du Honor 7
Mais dans les deux cas, la qualité est au bout ....
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire