Test Perfect Dark Zero

Le par Gildas  |  0 commentaire(s)
Article n° 184 - Test Perfect Dark Zero (120*120)

Perfect Dark Zero est le deuxième jeu Rare présent au lancement de la Xbox 360. Avec une bonne mise en scène, une ambiance sonore efficace et des graphismes corrects mais sans plus, le jeu aurait pu être honnête s'il n'était pas bourré de défauts surtout au niveau du gameplay et de la maniabilité. Dommage.

Introduction

Deuxième jeu Rare présent au lancement de la Xbox 360, Perfect Dark Zero est également l'un des premiers FPS sur console next-gen avec Call Of Duty 2.

Initialement prévu sur GameCube, cet épisode a finalement été réservé à la dernière console de microsoft ce qui peut nous amener à penser qu'il a ainsi pu bénéficier d'une plus longue phase de développement et qu'il nous arrive aboutit et prêt à nous montrer et à nous faire découvrir ce qu'est un FPS next-gen.

Le premier épisode de la série est sorti il y a 5 ans déjà sur Nintendo 64 et a laissé sa trace dans le coeur des joueurs. Forcément, beaucoup attendent ce nouvel opus au tournant. Est-ce qu'il vaut le détour ' Nous allons voir ça tout de suite.

../..


Scénario, mise en scène et gameplay

Perfect Dark Zero, comme son nom l'indique, est un prequel de l'épisode paru sur Nintendo 64. Il raconte donc un peu plus de la vie de Joanna Dark et de son père, avant les évènements du premier épisode. Ne cherchez pas un scénario en béton armé avec des rebondissements, car il reste finalement assez plat mais sert correctement la mise en scène du jeu. Je ne vous gâche pas la surprise, des fois que vous seriez accro :).

   

Votre première expérience de jeu passera très certainement par le mode solo. Celui-ci est composé de 13 niveaux avec 3 niveaux de difficulté pour les aborder. Vous aurez différents objectifs selon les missions : identification d'ennemis avec les jumelles, récupération de documents, protéger le père de Joanna en déblayant les ennemis à l'aide de votre fusil sniper, etc...

La première mission est une mission d'entrainement pour faire découvrir au joueur les différentes possibilités de mouvement et de maniement des armes.
Ce tutorial vous apprendra à tirer, à changer d'arme, à tester quelques gadgets dignes de James Bond (pour pirater la sécurité de l'ouverture des portes par exemple) et à effectuer des roulades pour éviter les tirs ennemis. Il est même possible de se cacher derrière des obstacles (caisses, murs, etc...) pour se protéger et de sortir rapidement pour tirer. Cette entrée en matière accompagnée d'une voix off très bien rendue et agréable donne clairement envie de poursuivre l'aventure.

   

Le mode multijoueur propose quand à lui de la coopération à 2 (en écran splitté ou sur le live) sur les niveaux du mode solo, et le multijoueur classique des FPS avec les modes capture de drapeau, chacun pour soi et assaut. Le multijoueur est jouable jusqu'à 32 joueurs sur le live, ce qui est quand même remarquable. Un point intéressant, vous pourrez également comparer les stats de votre aventure solo à celles des joueurs du monde entier, ce qui vous fera probablement rejouer certains niveaux pour améliorer vos scores et votre classement.

Au niveau réalisation, les graphismes sont nets avec des textures fines et jolies, mais les environnements ne sont pas assez détaillés et restent trop simples à l'image de la modélisation des personnages qui n'a clairement pas été assez travaillée. Le corps comme le visage des personnages sont encore trop carrés et manquent de vie. On a déjà vu bien mieux. En revanche, les environnements sont variés : ville, montagne, temple, etc... et contribue à la diversité et au renouvellement de l'intérêt du jeu pour éviter au joueur un sentiment de lassitude.


Les armes à votre disposition sont nombreuses et possèdent chacune un tir secondaire. Certaines retiennent l'attention comme le laptop gun qui peut se transformer en tourelle autonome ou encore le projecteur holographique.

../..



Des gros défauts qui tâchent

Le jeu serait resté honnête s'il n'avait pas des défauts à côté desquels on ne peut pas passer.

Cela commence par l'aide à la visée discrète mais mal pensée. Lorsque vous visez un ennemi, si celui-ci se déplace, votre curseur et donc votre vue se déplacera presque en même temps que lui pour le suivre un peu. C'est tout mais c'est déjà trop. Et je dis bien presque en même temps parce qu'en fait si vous tirez, vous ne toucherez pas l'ennemi, car la vue ne se déplace pas à la même vitesse que l'ennemi (il ne faut pas trop aider le joueur non plus je vous l'accorde).

Voilà qui est quand même étrange pour une aide à la visée, surtout que pour toucher le méchant bad guy, vous serez obligé d'ajuster la vue pour le viser et avec le petit déplacement automatique, vous perdrez en précision. Sur ce point là, je sais qu'il est sorti bien après, mais Ghost Recon Advanced Warfighter est très au point et il ne se contente que d'un curseur un peu grossier sous forme de rond plutôt qu'une croix et si l'ennemi se trouve dans le curseur vous aurez des chances de le toucher. Mais en aucun cas votre vue se modifiera toute seule.

   

Au niveau des dégâts, la localisation est bien présente, mais apparement uniquement pour que l'ennemi sur lequel on tire réagisse correctement par rapport à l'endroit de son corps que l'on a touché. Parce qu'il vous faudra dépenser autant de balles pour le tuer que vous lui tiriez dans la tête ou dans le pied.

Il n'y a pas non plus de gestion de la distance de tir, lorsque les ennemis vous auront repéré, quelle que soit la distance entre vous et l'ennemi, il vous tirera dessus. Et si jamais un obstacle se met entre vous, dans ce cas il se bougera, il vous foncera dessus bêtement et s'arrêtera dès qu'il aura un angle de tir. Franchement on espérait mieux de l'IA, elle est vraiment médiocre, il n'y a pas d'autre mot.

La gestion du rechargement des armes est également mal faite. Pendant une séquence de gameplay, on a tendance à laisser son doigt enfoncé sur la gachette. Mais voilà, dès que le chargeur de l'arme est vide, le rechargement n'est pas automatique et on tire du vent pendant quelques secondes. Il faut alors relâcher le bouton de tir et appuyer sur le bouton pour recharger. Le rythme de l'action en est freiné et cela procure un certain agacement auprès du joueur.

   

Si vous êtes perdus ou que vous ne savez pas où aller dans le niveau (ce qui arrive souvent), les développeurs ont eu la bonne idée d'ajouter une option bien sympathique : le chemin à suivre pour continuer l'aventure s'affiche sur le sol sous forme de flèches fluorescentes mais discrètes. Vous n'aurez qu'à patienter un peu (quelques minutes) pour que cette aide s'affiche et vous montre le chemin. Les niveaux sont vastes et franchement sans cette option, il y a de quoi s'arracher les cheveux quand on s'aperçoit de temps en temps qu'il fallait trouver une porte bien dissimulée dans un coin du niveau pour continuer.

Les niveaux sont longs, voire trop longs, et si vous mourrez, vous devrez recommencer au début du niveau ou au milieu mais sans les armes que vous aurez récupérés pendant la première partie. Joanna est résistante, mais il n'y a pas de possibilité de se soigner, pour cela vous ne pourrez qu'attendre, entre les phases de combat que votre barre de vie remonte. Certaines phases du jeu se composent de scènes de combat relativement longues pendant lesquels vous n'aurez probablement pas la possibilité de vous régénérer tranquillement.

../..



Les succès

Comme vous pouvez le voir, les succès sont surtout répartis sur le mode multijoueur et les succès du mode solo sont assez rébarbatifs à débloquer.


../..



Conclusion

La localisation des dégâts, la solidité des ennemis, la maniabilité imprécise, l'IA médiocre, tout cela fait que vous ne devriez pas accrocher au mode solo de Perfect Dark Zero. Celui-ci ne se rattrape que par l'immersion du joueur au sein du jeu avec un scénario bien mise en scène et une ambiance sonore des plus réussies (surtout les voix).

Ce qui vous ne fera pas regretter d'avoir acheté le jeu, c'est assurément le mode multijoueur qui fait fureur sur le live. Ce mode a d'ailleurs été mis à jour il y a peu avec la possibilité de télécharger un map pack.

Après une réussite dans le style plateforme avec Kaméo, Rare se prend les pieds dans le tapis avec Perfect Dark Zero, qui s'est pourtant fait attendre mais qui donne l'impression d'avoir été bouclé trop rapidement.
Ce jeu risque donc de vous décevoir, sauf si vous le voulez surtout pour son mode multijoueur. Heureusement, il est disponible neuf pour moins de 30€ et une démo sur le Live vous attend pour vous donner une idée du jeu.

Merci à Microsoft France de nous avoir donné la possibilité de tester ce jeu.



+ Les plus
  • La mise en scène
  • Les voix des personnages
  • les armes et les gadgets à la James Bond
- Les moins
  • L'aide à la visée
  • Le level design
  • Le système de recharge
  • la modélisation des personnages

Notes

  • Graphisme Les graphismes propres mais trop simples. De bons effets sur les textures créent l'illusion de graphismes next gen mais au fil du jeu on se rend compte que cela ne suffit pas.
    6/10
  • Bande son L'ambiance sonore est correcte grâce aux voix des personnages très agréables à l'oreille. Le point fort du jeu qui relève un peu l'ensemble.
    7/10
  • Jouabilité Trop de défauts de maniabilité dûs à la visée imprecise et à la gestion du rechargement des armes.
    5/10
  • Durée de vie Si vous n'êtes pas assez courageux pour passer outre les défaults du jeu et avancer dans le mode solo, il n'y aura que le multijoueur pour vous consoler. Cela vous amusera un petit moment, mais probablement pas longtemps.
    6/10
  • Scénario L'idée du préquel n'est pas mauvaise, loin de là, dommage qu'il ne soit pas assez fouillé et reste plat. Il est néanmoins assez honnête.
    6/10
  • Note générale On espérait bien mieux de ce premier FPS sur console next-gen. Il a été à coup sûr terminé trop vite pour sortir en même temps que la console et quelques mois de développement supplémentaire pour faire des mises au point n'auraient pas été de trop.
    6/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire