Test PES 6

Le par Nathalie M.  |  2 commentaire(s)
Article n° 234 - PES 6 (120*120)

PES sixième du nom se présente de nouveau aux yeux de ses fans. Incontestablement un des meilleurs jeux de simulation de football, ce nouveau volet se positionne dans la lignée des précédents. Grande nouveauté et non des moindres : l'ajout de nouvelles licences. C'est donc désormais avec d'autres vrais joueurs que vous évoluerez sur le terrain. Soyez fier de votre nouveau maillot officiel ! Le tout signé par Konami, bien sûr.

Chaussez les crampons !

Bienvenue dans le sixième volet de Pro Evolution Soccer. Vous venez donc d'installer le jeu sur votre PC et c'est déjà avec beaucoup d'enthousiasme que vous vous apprêtez à lancer votre premier match, juste pour tâter le terrain, comme on dit. Allez-y, on vous regarde... Bon, à moins d'avoir joué hier soir votre dernier match sur PES 5, à moins d'être un champion de la manette, à moins d'être un expert en jeu de foot, vous allez connaître une petite phase d'adaptation...

Et donc, hormis toutes les personnes citées plus haut, nous vous conseillons, dans un premier temps de passer par la phase entraînement. Oui, c'est vrai, on apprend mieux sur le tas et c'est dans les phases d'action que vous allez reconnaître la bonne touche pour taper dans le ballon. Sauf que, devant le gardien, vous venez de faire un tir minable. Un bébé aurait tapé plus fort ! Une fois, ça va, deux fois ça énerve et à la troisième, vous vous rendez compte, que, effectivement, les entraînements peuvent vous apporter quelque chose. Et puis après tout, votre ego n'en prendra pas un coup si vous venez juste jeter un coup d'oeil, histoire de vous rafraîchir la mémoire...

PES 6 - img 1 PES 6 - img 2


Carré pour tirer, triangle pour tacler....
A première vue, les entraînements semblent enfantins. PES 6 vous prend un peu, beaucoup même, par la main, pour vous apprendre à utiliser les bonnes touches. Leurs explications ne peuvent pas être plus claires, si vous ratez le carré, c'est que vraiment, là, vous n'y mettez pas du vôtre. Cette prise, ou reprise en main, ne vous fera certainement pas de mal. Gros point fort de ce PES, en tout cas. Si vous débarquez pour la première fois sur cette série, vous n'aurez aucun mal à vous adapter. Il suffit simplement de suivre les indications...

PES 6 - img 3 PES 6 - img 4

Tir au but, tir lobé, corner, touche, tacle, passe, mur de défense, tout y passe. C'est peut-être beaucoup d'informations à assimiler du premier coup mais vous pourrez toujours y revenir par la suite. Si vous remarquez un point faible dans votre jeu, direction l'entraînement. Cette partie du soft est en plus très complète. Vous pourrez accédez à différentes étapes sur différents niveaux. Quand vous vous sentirez prêt, il sera temps de rejoindre votre équipe !

PES 6 - img 5 PES 6 - img 6


Mais... c'est Ronaldinho !

Tiens, c'est étrange, le joueur là, dans son short bleu vous rappelle quelqu'un. Et celui qui vient de vous serrer la main aussi... Arrêtez de vous frotter les yeux, c'est normal, puisque ce sont les vrais joueurs actuellement sur le circuit (du moins à l'époque de cette maudite Coupe du Monde !) Donc, oui le gars en short bleu, c'est bien Ronaldinho, à côté il y a Juninho et celui qui est venu vous voir, et bien, c'est Barthez, aujourd'hui retraité.

Attention, voici venu le premier match qui s'impose avant toute chose : Brésil - France

PES 6 - img 8 PES 6 - img 9

Le match de la vengeance !
Bien sûr, impossible de refaire l'histoire. Le fait que le Brésil se soit fait sortir par la France sur un score ridicule de 1-0 en quart de finale restera écrit partout. Très bien ! Mais petite vengeance personnelle, cette fois, on va la mettre mauvaise aux Français, parce que nous, on est passé à l'entraînement avant !

Petit aparté avant le coup de sifflet :
la grande nouveauté de ce PES est sans conteste l'arrivée de nouvelles licences officielles. Konami a fait un très bon travail de sap pour pouvoir vous proposer une telle palette. Le jeu se voit ainsi plus diversifié au niveau de son contenu et vous propose ainsi un petit lot de nouveautés. Les nouvelles têtes, ça fait toujours du bien.
La base de donnée est elle aussi excellente. Tous les joueurs de la Coupe du Monde sont donc présents (tiens, à qui on va aller donner un coup de boule ') et les transferts dans les clubs sont eux aussi actualisés en fonction du début de saison. Si vous le souhaitez, vous n'aurez donc plus à monter votre équipe vous-même. Il vous suffira de choisir une officielle, comme le Paris-Saint-Germain, par exemple...
On notera aussi la forte présence d'Adidas, alors que PES 6 est lui-même sponsorisé par Reebok. Fair play !
Fin de l'apparté.

 PES 6 - img 12 PES 6 - img 13

C'est donc sous le maillot auriverde que nos joueurs attendent tranquillement dans le couloir. Les larmes et la déception ont laissé la place à l'envie de gagner. Remontés à bloc, les Brésiliens ont des flammes dans les yeux, ça promet !

 PES 6 - img 10 PES 6 - img 11

En entrant sur le terrain, c'est l'hymne de la FIFA qui se fait entendre (mais seulement dans la tête du joueur, elle n'existe pas dans le jeu). Les supporters s'agitent. Pas d'hymnes nationaux non plus, les joueurs sont vite présentés. La pression monte, il faut gagner ce match ! Il faut montrer qu'entre nos mains, les Brésiliens sont les plus forts !

PES 6 - img 14  PES 6 - img 15

Coup de sifflet de Monsieur l'arbitre. Un peu tendu, les auriverde commettent quelques erreurs de tacle. L'arbitre siffle et demande aux joueurs de calmer leur ardeur. Quand soudain ! Roberto Carlos, comme à son habitude, fait une course folle sur son côté, remonte tous les joueurs français, centre sur Adriano. Mais il est marqué par Thuram et le numéro 7 tente une passe du bout du pied vers Ronaldo qui marque !

GOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAALLLLLLLLLLLLLLLLLLL


Et voilà, 1-0, Barthez n'a rien vu. Ni celui-ci ni les deux prochains d'ailleurs (quel joueur de talent cet Adriano !)

PES 6 - img 16

La France a donc perdu et même si ça ne nous aidera pas à ramener notre Coupe du Monde à la maison, ce match là nous laissera un sentiment de satisfaction.



Un vent de nouveautés

Konami ne nous gratifie pas seulement des nouvelles licences mais apporte ici et là quelques nouveautés dans son jeu, nouvel opus oblige. Voici un petit tour d'horizon pour vous donner une vue d'ensemble.

PES 6 - Img 27 PES 6 - img 21

Clubs et équipes nationales
Vous pourrez retrouver l'intégralité de la Ligue 1 sous le nom de Ligue 1 Orange. Mais les clubs français ne sont pas les seuls à être à l'honneur. Comptez au moins 14 clubs qui bénéficient pour la première fois, ou qui continuent de bénéficier, des licences. On ne vous fournira pas une liste exhaustive mais citons simplement, la Juventus de Turin, le FC Porto, le Benfica Lisbonne, le Celtic Glasgow, les Rangers, l'Olympiakos, le Dynamo de Kiev... A quand la licence officielle pour les Corinthians de Sao Paulo '!
Quant aux équipes nationales, les supporters apprécieront de voir la licence de l'équipe de France. Ne soyez pas chauvins et regardez aussi du côté de l'Angleterre, l'Argentine, l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas, la République Tchèque...
Pour le fun, vous pourrez entrer dans la peau des joueurs de Trinité-et-Tobago, non licenciés. Les nouveaux venus, comme l'Angola, le Ghana et donc Trinité, feront plaisir à plus d'un réel amateur de foot.

PES 6 - img 22 PES 6 - img 23

Deux nouveaux modes de jeu
Commençons tout d'abord par parler du Challenge International, une sorte d'éliminatoire de la Coupe du Monde mais qui ne se joue que dans une seule des trois zones offertes : Europe, Amérique du Sud et Amérique du Nord et Centrale. A première vue, l'intitulé promet une vraie compétition sérieuse. Elle l'est et vous promet de nombreuses heures de jeu si vous réussissez à monter votre équipe au sommet. Mais il faudra noter l'absence d'équipes nationales qui auraient pu prolonger encore un peu plus le tout.
Là où on trouvera sans doute le plus de plaisir, ce sont dans les matchs à sélection aléatoire. Laissez faire le hasard. 23 joueurs tirés au sort parmi un championnat, une zone géographique, seront donc réunis pour que vous en fassiez la meilleure équipe qui soit. Voilà un tout nouveau concept qui vous empêchera de choisir systématiquement la meilleure équipe. Il faudra faire avec des joueurs aux statistiques un peu faibles ! Si vous êtes un vrai bon joueur, tout ceci ne devrait pas vraiment vous poser de problème, n'est ce pas '

PES 6 - img 25 PES 6 - img 24

Un gameplay équilibré
A une époque vous aviez une défense solide et vous n'encaissiez jamais de but ' Aujourd'hui, sûr de vous, vous vous êtes laissé surprendre et naïvement vous avez pris deux buts en 10 minutes ' Ne vous inquiétez pas, cela ne signifie pas que vous êtes devenu une bille. Les développeurs ont simplement rééquilibré l'attaque/défense.
Les compétences de vos joueurs vont donc dans ce sens. Les attaquants font mieux leur boulot et vos défenseurs ont parfois des moments d'absence. Vous aurez donc de nouveaux repères à prendre et à être un petit peu plus vigilant quant à la réaction de votre dernière ligne. Parfois même, vous aurez l'impression de contrôler des écervelés en short... Ils courent, ils courent et hop, ils ne courent plus... Allez comprendre ce qu'il se passe dans leur tête... Les attaquants sont désormais nettement avantagés et les nouveaux gestes techniques aux noms étranges participent au spectacle. Un peu comme du foot à la brésilienne (à l'époque de Pelé).

PES 6 - img 26 PES 6 - img 27


Quant à l'ambiance...

Que serait le foot sans son public de supporters ' Que serait le foot sans ces passionnés amassés les uns sur les autres dans les gradins ' Que serait le foot sans ses chants, ses cris d'encouragements, ses sifflets de reproche et ses fumigènes ' Rien. Le foot se vit autant sur la pelouse qu'autour. Sans supporters, le foot ne serait sans doute pas ce qu'il est aujourd'hui.

Et PES 6 souffre un peu sur ce point. Attention, on ne dit pas que les matchs ne sont pas animés, loin de là. Il règne dans tous les stades (vous en trouverez d'ailleurs un nouveau) une ambiance particulière de l'ordre du brouhaha. Impossible de retranscrire ce bruit par écrit, mais pour trouver un point de comparaison, disons que 50.000 personnes sont en train de crier, une patate chaude dans la bouche. Rien de bien romantique en fait.

PES 6 - img 30 PES 6 - img 31

C'est vrai, ce n'est nettement pas un point ultra important dans le jeu. Mais voilà, avoir des spectateurs qui crient derrière vous, très distinctement "Allez les Bleus !" ou, "Paris, Paris, Paris !" ou "Mais ils sont ou, mais ils sont ou les Marseillais", mine de rien, ça fait un peu monter la pression. Tous ceux qui fréquentent les stades régulièrement le reconnaîtront, cette ambiance là est tout bonnement géniale. Pour le prochain PES 7, pourquoi ne pas retrouver ces voix, mêler à un 5.1 pour une immersion totale ' Le jeu prendrait réellement une autre dimension.

PES 6 - img 32 PES 6 - img 33

Côté commentaires
Christian Jeanpierre et Jean-Luc Allibart aux commandes... Que vous dire ' Au début, c'est drôle, au bout de 5 minutes, on leur demande gentiment (non, vraiment, très gentiment) d'aller voir un peu ailleurs. Bien sûr, les deux ne manquent pas de souligner votre très bon, et nouveau, jeu aérien, vos passes décisives, mais aussi vos grosses bourdes.
C'est lent, leur commentaires manquent affreusement de dynamisme. Bon, c'est vrai avec l'équilibrage attaque/défense, le jeu s'est lui aussi un peu ralenti. Mais à quand Eugène Saccomano au micro pour de vrais commentaires '
Donc vous l'aurez compris, les deux journalistes sportifs ne méritent pas d'être entendus. Non seulement ils ne vous servent à rien, n'apportent finalement rien au jeu, mais en plus ils vous déconcentrent. Et là, s'ils touchent à votre jeu, plus d'excuses, on les coupe !



Galerie d'images

PES - img 61 PES - img 62 PES - img 63
PES - img 64 PES - img 65 PES - img 66
PES - img 67 PES - img 68 PES - img 69
PES - img 70 PES - img 71 PES - img 72
PES - img 73 PES - img 74 PES - img 75


Coup de sifflet final

PES 6 - PCPES 6 s'affirme donc dans la lignée des précédents volets. Apportant juste ce qu'il faut dans son lot de nouveautés, il séduira encore une fois ses fans, histoire de continuité.

Mais... Les fans pourront aussi être déçus s'ils espéraient voir les déboires du PES 5 modifiés. Ce n'est pas le cas. Pire, on espère vivement un patch pour la version PC. Et oui, le jeu ne semble pas tout à fait fini, tant il existe ici et là des bugs un peu gênants. Rassurez-vous, tel qui est, PES 6 est jouable. Il souffre juste de quelques menus défauts.

Quant à la comparaison entre la version PC et Xbox 360. Le jeu est plus complet en terme de contenu sur votre grosse machine. Graphiquement parlant, et contrairement à ce qu'on pourrait croire, c'est aussi la version PC qui remporte la palme. Tout dépendra en fait de vos goûts et de vos habitudes. Si vous préférez jouer sur console, pourquoi pas. Chaque camp trouvera des éléments irréfutables pour défendre son jeu. Les deux versions se valent, tout simplement.






+ Les plus
  • L'arrivée de nouvelles licences (la base de donnée est à jour)
  • Nouveaux gestes
  • Nouveaux championnats
- Les moins
  • Graphisme du public
  • Ambiance des stades médiocre
  • Commentaires plus que lassants
  • Gestion en mode réseau pas agréable

Notes

  • Graphisme A n'en pas douter, il existe une nette progression graphique par rapport à PES 5. Les joueurs, les vrais maintenant, sont modélisés avec soin, à deux ou trois détails près. Barthez a un peu les joues creuses, Zidane est un peu plus chauve que la normale, mais vous les reconnaissez d'un seul regard. Et c'est l'essentiel. Petit bémol du côté du public, où nous avons droit à un graphisme de masse. Les supporters sont un peu laids, il faut bien l'avouer.
    7/10
  • Bande son Plusieurs choses. Dans un premier temps, les commentaires des deux journalistes sportifs. A couper au bout de deux minutes tellement ils sont insipides, tristes, sans conviction... On passera sur les hymnes, inexistants. Les supportes font un brouhaha général. Dommage, on aurait bien aimé entendre distinctement les vrais chants des stades. Une idée pour le prochain PES : mettre un 5.1 pour une immersion totale.
    6/10
  • Jouabilité 150 gestes techniques sont à votre portée. Un petit tour par la phase entraînement vous permettra d'en maîtriser une bonne majorité. Pour les connaisseurs, une petite période de réadaptation vous sera nécessaire. Le jeu est dans son ensemble accessible à tous, même si vous aurez un peu de mal au début à faire un tir au but correct.
    9/10
  • Durée de vie Monstrueuse, tout simplement. Avec toutes les ligues, les championnats, les différentes équipes et le jeu en réseau, vous n'avez pas fini de passer du temps la manette dans les mains. Rien qu'à maîtriser tous les gestes techniques, le jeu vous tiendra en haleine pendant un bon moment.
    10/10
  • Note générale PES 6 est donc un très bon jeu. Les gros amateurs prendront une fois de plus beaucoup de plaisir à jouer dessus. L'arrivée des nouvelles licences apportent un grand plus. Au moins, vous n'aurez pas à monter vos équipes de A à Z si vous ne le souhaitez pas. Quant à la ligue des Masters, elle vous mettra au défi de faire évoluer votre propre équipe. Non vraiment, PES 6 assure sur beaucoup de point !
    8/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
Celence offline Hors ligne Vétéran avatar 1295 points
Le #169996
(les licences officielles sont existantes depuis bien avant, ils ont en juste rajouté encore, comme ils l'ont fait progressivement au fur et à mesure des opus).
messhugoth offline Hors ligne Vétéran avatar 1297 points
Le #169997
Version PC :
- incompatibilité avec manette thrustmaster (l'analogique droit n'a qu'un axe, bas-haut ou gauche-droite mais pas les 2, donc adieu la roulette - voir sur les forums de jeux video-com)
- les attaquants que vous dirigez deviennent des veaux point de vue vitesse comparés aux défenseurs adverses du cpu (ce qui n'est évidement pas le cas dans l'autre sens)
- défenseurs centraux : autant ne pas en avoir, passent leur temps à laisser des brèches en plein centre
- gardiens plongent sur place
- tirs de rugby même quand on effleure le bouton
- contres malheureux avec la balle qui revient souvent aux joueurs du cpu
- souvent les joueurs regardent passer la balle sans bouger
- pratiquement pas d'appels de balles des avants, IA des attaquants en dessous de tout
Bref, c'est la mode de donner des notations faramineuse pour ce jeu mais cela ne les vaut pas, c'est quand même meilleur que FiFA quoique le 07 a de solides arguments. Néanmoins je préfère pes6 à pes5 où on n'avait souvent pas l'impression que les joueurs faisaient ce qu'on leur demandaient de faire, genre passes qui allaient là où on était sur de perdre le ballon... entre autres agaceries
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire