Test Raiponce

Le par Nathalie M.  |  0 commentaire(s)
Test Raiponce

Disney nous offre l'adaptation vidéoludique de son dernier film du moment, Raiponce. La nouvelle héroïne aux cheveux plus que longs part à l'aventure avec son nouveau meilleur ami. Elle traverse le royaume, s'émerveille du monde qui l'entoure et chemine tout doucement vers sa destinée. Mais gare à sa blondeur, l'ennemi veille... Si le film se révèle séduisant, son pendant sur console à toutes les peines à retranscrire le même charme.

Un manque certain d'indications

La nouvelle princesse de Disney a un atout quelque peu original : elle dispose d'une chevelure très encombrante, mais aux pouvoirs certains. La magie habite toutes ses mèches blondes et, à défaut d'intelligence, cela peut toujours se révéler utile, surtout dans son cas. Le titre vous propose d'entrée de jeu une longue cinématique vous expliquant la naissance et les différents évènements qui ont eu lieu dans la jeunesse de Raiponce, la conduisant au sommet d'une tour, plus ou moins enfermée. Il faut avoir vu le film pour comprendre, sinon, vous aurez l'impression de passer au travers. Le titre va vite pour poser ses bases et tant pis pour vous si vous n'avez pas compris tout l'enjeu de la soudaine liberté de Raiponce.

Raiponce Raiponce (1)

Le titre ne va pas vite uniquement sur le scénario, mais aussi sur le gameplay. A vous de comprendre et de trouver par vous-même les différentes commandes. Heureusement, Raiponce n'est qu'une adaptation et ses attentes envers le joueur ne sont pas énormes. Vous assimilerez vite les bases du jeu et appuierez bien sagement sur le bouton A quand on vous le demandera. Raiponce s'adresse aussi à un jeune public, il se doit donc d'être accessible. Un petit didacticiel rapide n'aurait tout de même pas été de trop.

Raiponce (3) Raiponce (2)

Raiponce le jeu, passe donc très vite sur quelques points essentiels de l'histoire, oublie de vous expliquer ce qu'on attend de vous, et surtout ne vous montre pas par où commencer... C'est en tâtonnant quelque peu au rez-de-chaussée de la tour que nous avons compris qu'il fallait se rendre sur la carte, dans la zone qui n'était pas bloquée par un cadenas... Non, cela n'était pas évident à comprendre. Raiponce ne perd donc pas de temps en fioritures ni en précisions. La belle est lâchée dans la nature, affublée d'un acolyte collé à nos basques qui, malheureusement, participera également à l'aventure.



Banal et sans saveur

La bonne surprise de ce jeu est qu'il se joue en coopération. Vous devrez jongler entre les deux personnages, Raiponce, puis Flynn, selon les situations et les deux compères se prêteront même main forte pour traverser certaine plateformes. Sur le papier rien de bien gênant, on a connu par le passé des binômes bien huilés qui n'ont posé aucun problème et contribuaient même au plaisir du jeu. Mais on a connu aussi des binômes terriblement balourds, de ceux que l'on traîne comme un fardeau. C'est un peu le cas ici, surtout quand on essaie de réaliser des actions nécessitant une combinaison des deux personnages. Bizarrement, c'est le moment qu'a choisi l'un de vos héros pour ne pas vouloir rester dans les parages. Résultat, vous en placer un sur un point donné, puis vous devez aller chercher l'autre ailleurs. Entre temps, le premier a décidé que la place que vous aviez choisie ne lui convenait plus... Ce binôme fonctionne surtout quand on incarne l'un ou l'autre de façon séparer. L'autre vit sa vie, suit le mouvement et il n'est pas utile de s'en préoccuper, il suit.

Raiponce (6) Raiponce (7)

Raiponce se présente comme un jeu très linéaire. Vous devez aller à la rencontre des personnages du jeu, réaliser quelques missions pour eux. Ces dernières se présentent sous forme de mini jeux, tous plus ou moins de bonne qualité. Le challenge n'y est pas vraiment, la facilité est d'ailleurs plus au rendez-vous. Qui plus est, leur intérêt est discutable. Ils ne vous pousseront pas à revenir les jouer une fois le titre terminé, c'est certain. Raiponce est un jeu pour enfants et le prouve en oubliant d'apporter un peu plus de corps à ses épreuves. Tout comme ses poursuites, où le cheval menace de rattraper Raiponce et Flynn. Vous aurez beau mettre trois heures à traverser un bout de forêt, la menace ne se fera jamais sentir. Raiponce a même le temps de faire pousser des fleurs, c'est dire si le danger se montre crédible....

Raiponce (9) Raiponce (8)

Vous suivrez donc un chemin pré-établi, avancerez de zone en zone sans jamais voir le gameplay s'étoffer de quelque façon que ce soit. Il vous faudra récolter sur votre chemin un maximum de pièces, de diamants et d'autres objets bonus. La peinture tiendra aussi sa place dans cette histoire, vous demandant parfois de prendre le pinceau et de faire parler votre art... Encore une fois, le titre se révèle assez simpliste dans son contenu.



Galerie d'images

Raiponce (10) Raiponce (11)

Raiponce (12) Raiponce (14)

Raiponce (13) Raiponce (15)

Raiponce (16) Raiponce (17)

Raiponce (19) Raiponce (18)

Raiponce (20) Raiponce (8)



Conclusion

RaiponceRaiponce suit le chemin de bon nombre d'adaptation en se révélant plus que médiocre. Le titre a bien du mal à retranscrire le charme inhérent au film et même si les plus jeunes seront ravis de disposer d'une "suite" à leur film préféré du moment, le titre n'offre pas un contenu suffisamment bien pensé pour les tenir en haleine bien longtemps.

Les mini-jeux ne brillent pas par leur intérêt, le challenge n'y est pas et la simplicité rend l'expérience de jeu bien insipide. Le scénario vous est compté bien trop brièvement pour que l'on puisse s'immerger dans l'aventure ou ressentir la joie de cette nouvelle liberté trouvée. Raiponce passe pour une simple écervelée qui n'a pour unique but que de dessiner ses découvertes. Le charme du film ne se retrouve pas et c'est avant tout ce qu'on reprochera à ce jeu vidéo. Mieux vaut donc en rester à la séance de cinéma...

 

 

 



+ Les plus
  • Des mini-jeux accessibles aux plus jeunes
  • Des environnements identiques à ceux du film
- Les moins
  • Une coopération mal conçue
  • Une bande son agaçante
  • Un manque d'attrait général
  • Aucun challenge
  • Ne retranscrit aucunement le charme du film

Notes

  • Graphisme L'animation des cheveux de Raiponce a du être la bête noire des développeurs. Autant dire que la chevelure de la belle est ici montrée sous son meilleur jour, puisqu'elle se retrouve parfois hachée, parfois carrée... Rien de bien fluide... Les décors restent honnêtes mais rien ne suscite l'enchantement. En résumé, ce n'est pas vraiment très beau...
    6/10
  • Bande son Mais faites les taire ! Pourquoi avoir fait don de parole à ces deux héros qui ne cesseront de répéter les mêmes phrases toutes faites au cours de l'aventure... C'est agaçant au possible. La bande musicale reste la mieux réussie.
    5/10
  • Jouabilité Le titre s'articule autour de la coopération et l'entraide. Vous jouez l'un puis l'autre. C'est assez simple à prendre en main, mais terriblement agaçant quand l'un de vos personnages a décidé de ne pas rester là où vous l'aviez placé pour une raison précise. Le titre manque d'indication de gameplay et on avance beaucoup à l'aveugle.
    5/10
  • Durée de vie L'aventure se révèle très courte et le titre manque de qualité pour donner envie de refaire les mini-jeux.
    5/10
  • Scénario Le titre reprend le scénario du film. Ce dernier vous sera plus ou moins bien expliqué par le biais de cinématiques. Si vous n'avez pas vu le film, vous risquez de passer à côté de cette nouvelle histoire.
    6/10
  • Note générale Raiponce dessert quelque peu le film dont il est issu. L'adaptation est assez mal réalisée et l'on ne prend pas vraiment de plaisir à incarner les deux héros. Très limité, extrêmement linéaire et proposant des mini-jeux pas toujours très passionnants, Raiponce aura bien du mal à séduire son public. Peut-être les petites filles amoureuses de Flynn ou de la chevelure de l'héroïne y trouveront un peu de plaisir... Mais dans l'ensemble, le jeu ne présente que peu d'intérêt.
    5/10
  • Partager ce contenu :
Dans le même style
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire