Test Resistance 3

Le par Fabien H.  |  0 commentaire(s)
Resistance 3 - vignette

Portant l'étendard du premier FPS paru sur PlayStation 3, Resistance revient avec un troisième épisode qui propose à nouveau de se frotter aux Chimères qui envahissent le monde. Alors que le héros des deux premiers volets y a laissé sa peau, nous incarnerons Joe Capelli, un père de famille qui devra prendre les armes pour changer le funeste destin de l'humanité. Il reste à savoir si Insomniac Games est parvenu à rehausser le niveau général de sa licence afin de ne pas faire profil bas face à la concurrence particulièrement sévère du jeu de tir.

L'appel du devoir

Si Resistance premier du nom s'est fait connaître, c'est avant tout pour sa sortie coordonnée avec le lancement de la PlayStation 3. Toutefois, le marché du FPS de ces quatre dernières années s'est révélé très fleurissant, ce qui a découlé sur un second opus en demi-teinte. Toutefois, Insomniac Games ne lâche pas le morceau avec Resistance 3, avec pour objectif de proposer quelques enrichissements en terme de scénarisation mais également au niveau du gameplay.



Ce troisième épisode signe avant tout un changement de héros. Nathan Hale étant mort de l'infection chimérienne, c'est au tour d'un autre résistant de se charger de sauver l'humanité. Joe Capelli, bien qu'à première vue dépassé par la progression critique des extraterrestres sur Terre, devra tant bien que mal trouver une solution pour inverser la tendance et permettre aux derniers humains de rester en vie. Vous l'aurez compris, Resistance 3 apporte un aspect de survie bien plus exacerbé que par le passé, ce qui permet de mieux s'immerger dans le scénario. Toutefois, les développeurs se sont embourbés dans une série de clichés, affublés de discours souvent convenus. Tout n'est pas pour autant noir, puisque quelques renversements de situation surprennent vers la moitié de la trame solo.

Resistance 3 - 8 Resistance 3 - 2

Bien qu'il dispose d'un visage meurtri par la guerre, Joe Capelli manque à son rôle de héros charismatique. En effet, ce dernier se contente souvent de suivre les instructions données par les autres résistants tout au long de l'aventure et ce, sans broncher. Quelques rares scènes lui offrent un soupçon d'humanité, notamment lors de son arrivée à New York, base critique des Chimères et emplacement des terraformeurs à l'origine de la baisse des températures de la planète. Insomniac Games a voulu allier l'action frénétique à un aspect de survie fort réussi et ce, tout en ajoutant une touche d'humanité liée à la famille de Joe.

En somme, notre héros devra parcourir quatre villes avant d'atteindre New York et tenter de détruire l'ensemble des Chimères... seul. Dans les grandes lignes, le scénario reste ultra classique et ce n'est que l'ambiance de survie qui permet de remonter l'impression générale. Avec Resistance 3, on progresse souvent en solo ou en compagnie d'un compatriote, ce qui agrémente l'impression de domination des Chimères. En dépit d'une fausse impression de liberté d'action dans les vingt chapitres qui représentent la trame solo du jeu, le cheminement reste excessivement linéaire. Cela se constate tout particulièrement avec les zones ouvertes qui arborent des murs invisibles qui nous empêchent de prendre les chemins de traverse, ou encore les zones fermées qui ne permettent pas le retour en arrière (portes qui se ferment toute seules, débris qui chutent une fois un point clé passé, etc. Certains passages frôlent également le déjà-vu, notamment la scène du village de nuit qui fait penser à la ville de Ravenholm de Half-Life 2.

Resistance 3 - 3 Resistance 3 - 1



Massacre en règle

Resistance 3 n'est pas en reste en terme de gameplay, puisque la prise en main se révèle très correcte et intuitive. Bien évidemment, l'ensemble demeure très conventionnel, ce qui confirme une grande efficacité. À noter que le titre est également compatible avec le PlayStation Move, pour un résultat plutôt cohérent bien qu'un tantinet moins réactif qu'avec un pad, à la manière d'un Killzone 3.



La principale motivation de cette suite se concentre dans son arsenal. Un large panel d'armes déjà connues des fans de la licence (avec l'habituel Nettoyeur par exemple) s'accompagne d'équipements offensifs fort originaux et qui disposent d'un tir secondaire. Parmi eux, on notera le Foreur qui permet de tirer des lasers à travers les murs (le tir secondaire déploie un bouclier), le Mutateur qui projette un liquide qui provoque des tumeurs chez les ennemis (le tir secondaire étend un gaz qui fait vomir les ennemis avant que les tumeurs se forment), ou encore le Cryotir qui gèle les adversaires (le tir secondaire les fait exploser). Bref, il y a de quoi faire avec cet assortiment de douze armes.

Resistance 3 - 4 Resistance 3 - 5

En sus de pouvoir enfin utiliser tout votre équipement à tout moment, ce dernier s'améliore au fil de son usage. Chaque arme peut atteindre trois niveaux d'amélioration, octroyant de nouveaux usages. Le fusil à pompe, par exemple, s'agrémente de tirs inflammables et explosifs au fil du gain d'expérience. Cette fonctionnalité nous pousse à utiliser toutes les armes à notre disposition, dans l'optique de découvrir les possibilité inédites. De plus, le jeu est conçu de manière à ce que nous utilisions tous les flingues, via des dispositions de munitions bien étudiées. Les puristes avoueront que les stocks sont encore trop volumineux, d'autant plus que certains (rares) passages mettent à disposition des caisses de munitions infinies...

On appréciera également le choix mis en application par les développeurs de ne pas proposer du regain de santé automatique. En effet, Resistance 3 s'appuie sur les bonnes vieilles trousses de soin pour remonter sa jauge de vie, ce qui fera réfléchir les joueurs habitués à la facilité de réfléchir avant de courir comme un dératé sous les balles ennemies. Malgré tout, le titre reste très aisé en mode de difficulté moyenne. Cela se confirme notamment par une IA toujours très médiocre  : il ne sera pas rare de voir une Chimère courir à proximité, sans vous tirer dessus. Aussi, il sera nécessaire de tester les modes difficile et brutal (lorsque vous aurez terminé le jeu une première fois) pour vous faire davantage les dents.

Resistance 3 - 6 Resistance 3 - 7



Galerie d'images

Resistance 3 - 33 Resistance 3 - 32

Resistance 3 - 31 Resistance 3 - 28

Resistance 3 - 29 Resistance 3 - 30

Resistance 3 - 27 Resistance 3 - 26

Resistance 3 - 24 Resistance 3 - 22

Resistance 3 - 23 Resistance 3 - 25

Resistance 3 - 21 Resistance 3 - 20

Resistance 3 - 19 Resistance 3 - 16

Resistance 3 - 17 Resistance 3 - 18

Resistance 3 - 15 Resistance 3 - 14

Resistance 3 - 13 Resistance 3 - 6



Résultat en demi-teinte

Si la progression de Resistance 3 n'est aucunement originale, elle met en évidence des décors changeants et des approches différentes. Toutefois, l'impression d'essuyer de continuelles vagues d'ennemis est flagrante, d'autant plus que les scripts mis en application par l'équipe de développement sont nombreux. De ce fait, l'intérêt s'essouffle légèrement, diminuant de ce fait la surprise en rejouabilité. Il se ressent clairement qu'Insomniac Games a souhaité s'appuyer sur un processus similaire à un Call of Duty, découlant sur des actions convenues à l'avance, ce qui ne surprendra guère les amateurs de FPS.

Bien évidemment, le titre ne compte pas sur sa trame solo d'environ huit heures pour convaincre. Il faudra notamment compter sur un mode coopératif à deux en écran partagé, mais aussi en ligne. Dommage qu'il ne soit pas possible d'accéder aux parties ouvertes avec des joueurs qui ne sont pas dans notre liste d'amis. En parallèle, le mode multijoueur permet de s'adonner à des parties jusqu'à seize dans le cadre de huit modes de jeu. On y retrouve évidemment les habituels Deathmatch, Team Deathmatch et Capture the Flag, mais aussi de la capture de zone et de la défense / destruction d'objectifs. En sus d'un arsenal à débloquer et du gain d'expérience, il sera possible d'acquérir des killstreaks, à savoir des bonus lorsque vous exterminez plusieurs ennemis sans mourir.

Resistance 3 - 9 Resistance 3 - 10

En termes de réalisation, le titre présente un moteur graphique vieillissant mais affublé de détails particulièrement appréciables. Cela se constate notamment sur les environnements  riches en éléments et en effets de particules. En revanche, la modélisation de certains personnages se révèle désormais assez moyenne, d'autant plus qu'ils ne dégagent aucune impression. De plus la synchronisation labiale est vraiment aux fraises. Insomniac Games aurait gagné à retravailler son moteur, plutôt que d'ajouter des effets supplémentaires. Quoi qu'il en soit, ce choix découle sur une fluiditié exemplaire, ce qui permet un gameplay fluide et qualitatif. La partie sonore est plutôt bonne au niveau des musiques, mais assez décevante en termes de bruitages. En effet, ces derniers sont parfois  étonnamment décalés de quelques secondes par rapport aux actions.

En somme, Resistance 3 fait mieux que son aîné sur plusieurs points  : trame solo plus intéressante, arsenal complet et original, multijoueur mieux cadré et addictif. Bien que le titre dispose de bons atouts, il reste assez conventionnel dans son approche. La trame scénaristique de la partie solo s'enlise rapidement dans une succession de clichés, mais offre toutefois de l'action frénétique qui offre parfois des passages qui nécessitent plus de prudence (la scène en sniper notamment), avant une fin vite bâclée. C'est vraiment dommage, puisque les développeurs étaient parvenus à proposer une saveur de survie assez prononcée. Le titre propose toutefois une fonctionnalité coopérative fort bienvenue, ainsi qu'un mode multijoueur complet et bien servi.

Resistance 3 - 11 Resistance 3 - 12



+ Les plus
  • Ambiance de survie intéressante en solo
  • Arsenal varié et très jouissif
  • Mode coopératif local / online
  • Multijoueur complet et bien cadré
- Les moins
  • Réalisation graphique vieillissante
  • Bugs sonores
  • Abus de scripts et de clichés
  • IA médiocre

Notes

  • Graphisme En mettant à jour le moteur graphique initial de la série, Insomniac Games nous offre un rendu visuel honnête tout en accusant quelques effets vieillissants. Le studio a ajouté de nombreux détails en termes de particules et au sein de certains environnements, mais certaines modélisations telles que les personnages se révèlent désormais d'un autre âge. Quoi qu'il en soit, l'ensemble demeure très fluide.
    7/10
  • Bande son Le titre propose un panel de bruitages assez corrects mais, pour une étrange raison, les sons s'amorcent parfois en décalage total avec les actions. Cela se constate également lors des phases de dialogues, avec une synchronisation labiale quasi-absente. En revanche, les musiques se révèlent en totale adéquation avec l'action et permettent une meilleure immersion dans le jeu.
    6/10
  • Jouabilité Le titre profite d'une prise en main immédiate pour les fins connaisseurs de FPS, tout en proposant un arsenal véritablement jouissif et original. Le titre propose également une compatibilité avec le PlayStation Move pour un résultat assez convenable bien que les puristes évoqueront une réactivité assez peu effective. Toutefois, la partie solo du titre se veut dynamitée par d'incessants scripts et une IA médiocre.
    7/10
  • Durée de vie La campagne solo du soft compte cinq villes à parcourir, pour un total de vingt chapitres. Pour les joueurs habitués, il faudra compter environ huit heures pour finaliser l'aventure. Les développeurs ont également opté pour la rejouabilité avec la possibilité d'effectuer l'aventure en coopération en local ou en ligne. Le multijoueur et ses huit modes sera présent pour assurer un intérêt sur le long terme, expérience et récompenses à la clé.
    7/10
  • Scénario Différent de celui de ses aînés, le scénario de Resistance 3 s'appuie désormais sur un sentiment de survie bien présent et qui nous accompagne du début à la fin des aventures de Joe Capelli. En dépit de cette idée fort intéressant pour continuer à exploiter le background de la série, le soft s'enlise dans une série de clichés qui laisseront un arrière-goût de déjà vu chez de nombreux gamers.
    6/10
  • Note générale Avec Resistance 3, Insomniac Games a cherché à renouveler sa licence. Aussi, la progression en solo s'axe désormais sur la survie, en s'appuyant sur la position dominante des Chimères. La progression propose des environnements changeants et ce, en dépit d'une certaine linéarité et quelques abus de scènes scriptées. Bref, il s'agit avant tout d'une expérience qualitative supplémentaire pour les amateurs de FPS, sans jouer dans l'originalité. En raison de la présence d'un mode coopératif fort bienvenu et d'un mode multijoueur complet et mieux mené que dans le précédent volet, Resistance 3 se révèle très intéressant mais malheureusement pas indispensable.
    7/10
  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire