Test Saints Row 4

Le par Fabien H.  |  2 commentaire(s)
Saints Row 4 - vignette

Se différenciant petit à petit de la série GTA, Saints Row s'est forgé une identité propre au fil des épisodes, débouchant sur un quatrième opus complètement farfelu. Malgré sa prévision initiale en tant que DLC de Saints Row : The Third, le titre démontre-t-il suffisamment d'intérêt pour mériter que l'on s'y attarde ? Réponse dans notre test.

Roi du monde

Souvent comparée à la célèbre série de Rockstar, Saints Row a cherché à se démarquer par son approche nettement moins sérieuse et plus permissive. C'est surtout avec Saints Row : The Third que la série de Volition a établi son identité propre, proposant avant tout de l'amusement, un aspect fortement parodique et une touche irrévérencieuse pour un cocktail plutôt savoureux. Avec Saints Row 4, l'équipe de développement est allée encore plus loin dans le délire en proposant l'introduction de super-pouvoirs sur un fond de colonisation extraterrestre !

Dans le fond, Saints Row 4 ressemble énormément à son aîné. Nous retrouvons évidemment le gang des Saints qui occupe désormais la maison blanche : le personnage principal étant atteint de stade de Président des États-Unis suite à une glorieuse mission évitant in-extremis la destruction de la planète (sur la musique d'Aerosmith pour le thème principal du film Armageddon – très drôle ). Ces nouveaux pouvoirs laissent de nombreuses possibilités, tant et si bien que notre équipe de têtes brûlées s'arrangent pour faire ce qui leur plaît. Toutefois, un danger viendra déranger leur quotidien, puisque des aliens, les Zins, viennent coloniser la Terre et asservir la race humaine. Point d'armée pour faire face à la menace, il suffit de récupérer vos armes dans le bureau du président et tirer sur tout ce qui bouge !

Saints Row 4 - 1 Saints Row 4 - 2 

Le pitch se poursuit pas la défaite des Saints face aux extraterrestres et la destruction de la planète. Vous vous retrouvez plongé dans une simulation construite pas le chef des Zins, dans lequel vous êtes retenu prisonnier. Ce programme reproduit la ville de Steelport, stricto sensu identique que dans Saints Row 3 en terme d'architecture. Toutefois, le monde est constamment plongé dans l'obscurité ( pas de cycle jour / nuit, donc ) et le ciel se compose d'un gigantesque vaisseau alien, façon Independence Day. Contrairement au troisième volet, la ville est ici bien moins vivante, comme figée et ce, malgré la présence de piétons et autres automobilistes. Aussi, l'immersion s'avère légèrement amenuisée, mais les choses se rattrapent au niveau du gameplay.

En effet, si le jeu est handicapé par son statut initial de DLC transformé en réel épisode, les ajouts implantés dans le jeu pour modifier notre approche dynamise l'ensemble pour éviter avec un certain brio la lassitude – précisément pour ceux et celles qui ont terminé le troisième volet. Le principal argument à ce niveau ce concentre dans la présence de super-pouvoirs, dont les deux premiers sont à débloquer très rapidement dans le jeu. Le statut scénaristique exploitant une simulation donne en effet une certaine cohérence à l'ensemble et permet aux développeurs de foncer tête baissée dans tous les délires possibles et imaginables. De plus, les pouvoirs prennent en consistance au fil de la progression in-game et du gain d'expérience : sauter plus haut, courir plus vite, planer, courir sur les murs, etc. L'ensemble donne une impression de jeu absolument grisante.

Saints Row 4 - 3 Saints Row 4 - 4 



The boys are back in town

Vous l'aurez compris : les super-pouvoirs forment l'essentiel de l'intérêt du jeu, d'autant plus qu'ils se révèment plutôt variés et très utile : du jet de glace à la télékinésie, en passant par les chocs sismiques ou encore la possibilité d'enflammer les ennemis. Dans tous les cas, des variantes en terme d'effets sont à constater, comme par exemple la télékinésie qui peut également effectuer des dégâts de foudre. En sus des points d'expérience à collecter pour débloquer des compétences et améliorer vos caractéristiques, il conviendra de collecter des clusters présentés sous la forme de zones lumineuses disséminées dans l'étendue de Steelport. Ces clusters permettent de déverouiller des compétences surnaturelles supplémentaires et améliorer l'efficacités des pouvoirs.

Un problème qui se pose avec la présence de super-pouvoirs et de la capacité de faire des sauts gigantesques : les véhicules deviennent totalement inutiles pour se déplacer. Et pourtant, quelques modèles inédits viennent enrichir celui du troisième volet, quand bien même la plupart d'entre eux se contentent d'appliquer des textures différentes sur des voitures connues. Il faut donc se dire que l'usage des bolides et autres avions devient très largement dispensable, puisque vous passerez le plus clair de votre temps à planer dans les airs et à escalader les immeubles de la ville.

Saints Row 4 - 5 Saints Row 4 - 6 

Si le jeu présente un vaste terrain de jeu, un petit scénario est tout de même présent. Après avoir réussi à vous échapper de la simulation, vous vous retrouverez dans le monde réel dans le plus simple appareil et dans une cuve, à la manière de Matrix. Il conviendra donc de trouver un moyen de sauver les autres membres des Saints qui sont eux aussi emprisonnés dans leurs pires cauchemars. Une fois votre équipe reconstituée, il sera question de botter les fesses des extraterrestres. Tout comme son prédécesseur, Saints Row 4 ne lésine pas sur les parodies. On retrouve notamment une mission à la Metal Gear Solid ( avec la planque dans un carton ), un simili Streets of Rage en 2D ou encore des clins d'oeil divers à Terminator ( certains ennemis ), Assassin's Creed ( les points d'observation ) ou encore Mass Effect ( dans certains dialogues ). Bref, on sent clairement que le studio s'est lâché, offrant un résultat très délirant.

Outre les missions principales, de nombreuses activités annexes sont présentes en nombre. Elles se composent parfois de quêtes secondaires et souvent de mini-jeux basés sur le temps. La plupart sont reprises du troisème volet, mais certaines – basées sur les super-pouvoirs – se révèlent totalement inédites, même si certaines sont vraiment pénibles ( les sauts de plates-formes ). Pour les amateurs de coopération, il est possible de se faire l'ensemble de l'aventure à deux en ligne, mais aussi d'effectuer quelques missions qui ne peuvent être effectuées que par dans cette configuration.

Saints Row 4 - 7 Saints Row 4 - 8 

Dans l'optique de vous débarasser des Zins, il faudra compter sur un arsenal plutôt varié qui viendront se compléter à vos pouvoirs. Si l'on retrouve les classiques pistolets, mitraillettes et fusils, quelques joyeusetés viendront égayer l'ensemble : le violator ( remplaçant du pénétrator ), le fusil rebondissant, le désintégrateur, une arme à trous noir, un fusil dubstep complètement barré, mais aussi des armes alien qui se rechargent automatiquement : lance-roquette, sulfateuse, etc. Toutes ces armes étant à customiser et à améliorer comme il se doit dans les armureries de la ville, il faudra glaner un maximum d'argent pour espérer maximiser toutes les caractéristiques.



Un parfait défouloir ?

Dans l'absolu, Saints Row 4 est un jeu diablement addictif pour les amateurs de jeux open world et d'action, tant la liberté est présente, l'humour omniprésent et le défoulement garanti. Le pari était osé de la part de Volition qui propose un recyclage de la ville du troisième épisode, en proposant notamment des graphismes non améliorés. En effet, le soft ne brille pas vraiment par sa réalisation qui se révèle désormais assez vieillissante face à la concurrence, démontrant clairement des limites ( clipping, textures parfois confuses ) et accusant de bugs pouvant même faire planter le jeu. Ce manque de stabilité est le résultat d'une optimisation pas menée à terme, très probablement suite au naufrage de l'éditeur THQ qui avait mis le jeu en péril.

Saints Row 4 - 9 Saints Row 4 - 12 

Quoi qu'il en soit, le titre dispose d'une excellente bande son. Si la tendance du dubstep émane du jeu dès l'écran d'accueil, les stations radio - qu'il est heureusement possible d'écouter sans se trouver dans une voiture – proposent différents styles : de la musique classique au metal, en passant par du reggae ou encore des tubes ultra kitsch tels que Haddaway – What is Love.

En dépit de ses défauts notables, Saints Row 4 est un titre qui plaira avant tout aux amateurs de jeux open world qui ont bien pris conscience de la grande similitude avec le précédent volet, mixant son gameplay pour un rendu similaire à un Crackdown ou un Prototype déjanté. L'humour est toujours présent, au même titre que l'intérêt à jouer en coopération avec un ami. Le jeu n'est toutefois pas d'une extrême longueur ( une quinzaine d'heures en terminant l'ensemble des quêtes ), mais dispose de nombreux objets à récupérer : clusters, ordinateurs pour les aventures textuelles à la manière d'un RPG de l'époque, les journaux audio ). Ces détails mis de côté, le soft révèle un concentré de fun à l'état pur, bien plus brouillon que son prédécesseur mais qui vaut aussi son pesant de cacahuètes.

Saints Row 4 - 10 Saints Row 4 - 11 



+ Les plus
  • Super-pouvoirs grisants
  • Univers complètement délirant
  • Nouvelles armes originales
  • Les parodies
  • Bonne bande son
- Les moins
  • Réalisation graphique dépassée
  • Manque d'optimisation ( bugs, framerate instable )
  • Ville identique à celle de Saints Row : The Third
  • Caméra pénible

Notes

  • Graphisme En tous points similaires à Saints Row : The Third, les graphismes de ce quatrième volet sont désormais vieillissants face à la concurrence : les textures se révèlent plutôt dépouillées, le clipping se fait sentir et le framerate parfois saccadé confirme le manque d'optimisation global du jeu. Dommage.
    6/10
  • Bande son Il est clair que la partie sonore de Saints Row IV a bénéficié d'un traitement de qualité, notamment au niveau du doublage effectué par plusieurs noms connus du milieu, mais aussi des musiques à la fois variées et composées de morceaux cultes, des grands classiques et certaines pistes ultra-kitsch.
    7/10
  • Jouabilité La prise en main des nouvelles possibilités offertes par le jeu est globalement bonne, en dépit d'une caméra parfois aux fraises selon les sauts effectués ou les courses verticales sur les immeubles. Certains bugs de collision peuvent également se montrer pénibles, mais heureusement pas trop récurrents. On regrettera toutefois les gunfights qui manquent encore de pèche.
    7/10
  • Durée de vie Très permissif, Saints Row 4 permet - comme le veut la série - de faire à peu près ce que l'on souhaite dans la ville de Steelport, laquelle se révèle stricto sensu identique au précédent volet. Si la campagne principale n'est pas très longue, énormément de quêtes secondaires, mini-jeux et autres objets à trouver dans la ville permettront de passer quinze à vingt heures de jeu sans problème.
    7/10
  • Scénario Comme d'habitude, Volition met en place un scénario volontairement minimaliste, mais très chargé en terme de références et autres parodies de films et autres jeux vidéo. La colonisation extraterrestre qui amène le jeu à nous plonger dans un simulateur a permis de donner un alibi à toutes les folies de développeurs. Le côté absurde est ici poussé très loin et les amateurs de grand n'importe quoi sauront y trouver leur compte.
    6/10
  • medaille
    Note générale En dépit de ses défauts liés à sa forte ressemblance avec Saints Row : The Third - recyclage graphique et de sa ville de Steelport - Saints Row IV parvient à proposer un contenu complètement jouissif avec l'introduction des super-pouvoirs. Très libre dans son approche et riche en humour et parodie, le titre de Volition dispose de bons arguments dans sa valise, ce qui permettra aux amateurs de jeux open world d'avoir de quoi s'amuser de nombreuses heures en solo et en coopération.
    7/10
  • Partager ce contenu :
Dans le même style
  • Test Saints Row The Third
    Le gang des Saints est de retour et se montre bien mal en point. A vous la reconquête de la ville, des affaires, de votre réputation. Le GTA Like de THQ est de retour dans un troisième volet et apporte une action toujours rythmée et de ...
  • Test Saints Row 2
    La guerre des gangs est de nouveau lancée dans ce titre qui s'inscrit dans la parfaite lignée du précédent volet sorti il y a deux ans. Ce GTA-Like trouve certainement sa source d'inspiration dans le titre de Rockstar mais arrive une ...
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
Imanol offline Hors ligne Vétéran icone 1042 points
Le #1471252
Renekte offline Hors ligne Héroïque avatar 876 points
Le #1473512
Un jeu d'aucune importance... De l'argent gaspillé pour un scénario à la con et des graphiques ''basique'' sans parler d'un gameplay qui laisse à désirer.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire