Test Shadowrun

Le par  |  0 commentaire(s)

Du côté des technologies, nous pourrons augmenter notre mobilité, voir les ennemis à travers n’importe quel obstacle durant un temps et augmenter de façon significative notre précision de tir. Toutes ces capacités offrent une impressionnante diversité de jeu et des possibilités stratégiques importantes.

La confrontation tant attendue entre joueurs Xbox 360 et PC a eu lieu, et la conclusion qui en sort est sans équivoque. Malgré les tentatives d’équilibrages entre un stick analogique et une simple souris via un mécanisme d’imprécision, une restriction des touches du clavier ainsi qu’un viseur grossièrement agrandi, j’ai pu aisément me défaire de mes collègues Xbox 360 et PC en optimisant correctement les réglages graphiques ainsi que la sensibilité souris.

Shadowrun   Image 13   Shadowrun   Image 14

Au niveau du doublage et de la qualité sonore, le jeu effectue le service minimum, sans être convaincants ni ridicules ils ne permettent d’accroître ce sentiment d’immersion. Graphiquement potable, le jeu s’en sort malgré de criantes disparités tant au niveau des textures qu’au niveau des animations.

Intéressant dans le fond, Shadowrun présente un gameplay relativement pauvre au regard des possibilités qui lui étaient offertes. Un gâchis dont l’origine se trouve probablement dans le bâclage conceptuel trop inspiré des titres actuels. La version PC de Shadowrun est, de plus, exclusivement réservée aux possesseurs de Windows Vista, dans le cas contraire un fatidique message d’erreur apparaîtra durant l’installation.

 
Configuration de test :

  • ASUS P5B
  • Intel Core 2 Duo E6600 O/C @ 4Ghz
  • Corsair PC6400 4096Mo XMS2 TwinX (4x1024Mo) Pro
  • nVidia Geforce 8800 GTX O/C @ 620Mhz/1020Mhz (GPU/GRAM)
  • SoundMAX HD Audio
  • Maxtor 320Go 7200RPM S-ATA 2 16Mo
  • Iiyama ProLite E430S
+ Les plus
  • La compatibilité Xbox 360 – PC
  • Un gameplay profond
  • Nombreuses possibilités stratégiques
- Les moins
  • Gameplay basique
  • Rejouabilité limitée
  • Requiert Windows Vista

Notes

  • Graphisme Trop peu expressifs, les environnements bien que variés souffrent d’une certaine monotonie. Cependant la taille et la complexité des cartes laissent entrevoir d’un bon nombre d’options stratégiques allant du rush suicidaire au travail de groupe. Quant aux textures, ces dernières restent dans le ton des consoles next-gen et effectuent un honnête travail. En revanche, les animations paraissent beaucoup trop basique et caricaturées au regard de la norme actuelle.
    4/10
  • Bande son Présente et minimaliste, la bande son du jeu ne tente certainement pas de se faire remarquer. Elle se place comme un agréable mais rébarbatif fond sonore qu’on pourra supprimer si besoin est. Sans atteindre des sommets, les bruitages répondent présent en terme de qualité.
    5/10
  • Jouabilité Basique d’apparence, le jeu nous dévoile toutes ses facettes au fur et à mesure que l’on en maîtrise les fondements. Et il faut très honnêtement un certain temps pour passer du simple usage des armes à feu à la maîtrise pleine et complète des différents pouvoirs. Une fois le pas franchi, Shadowrun se montre bien plus intéressant qu’à l’accoutumée.
    6/10
  • Durée de vie Du haut de ses neuf niveaux et de ses trois modes de jeux, le jeu ne brille point de ce coté là. La présence de quatre différentes classes, sept armes et pouvoirs magiques ainsi que ses cinq technologies pourront toutefois prolonger le plaisir du mode multijoueur. Car le mode solo lui n’existe pas, il se contente de nous faire combattre des bots à tout-va.
    5/10
  • Scénario Quasi inexistant, le jeu se borne à nous placer dans un futur proche au beau milieu d’un conflit entre deux groupuscules militaires.
    4/10
  • Note générale Peinant à se démarquer de la concurrence, Shadowrun ne s’implique pas entièrement dans l’univers des jeux d’action. En se contentant d’imiter ses innombrables collègues, il ne parvient pas à trouver une quelconque ouverture dans ce vaste monde des jeux vidéo. Du bon au très médiocre, le jeu déçoit naturellement en dépit de l’intercompatibilité Xbox 360 – PC qui aurait pu être exploitée bien plus efficacement, d’autant plus que le jeu requiert la présence indispensable de Windows Vista pour y jouer. Il reste à Microsoft un long chemin à parcourir avant de pouvoir réunir équitablement consoleux et PCistes, car pour le moment la souris PC domine sans peine le stick analogique. Un essai non transformé qui en vaut malgré tout la peine et qui finira un jour ou l’autre par payer.
    5/10
Dans le même style
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme